Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Chambois (Orne). Fosse médiévale du donjon

Responsable d’opération : Gaël Carré
p. 272

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Une opération d’archéologie programmée a permis l’exploration d’une fosse quadrangulaire contenue dans l’angle NE du donjon du xiie s. L’intervention s’est inscrite dans la continuité d’une étude de bâti réalisée en 2004-2005 à l’occasion d’une importante campagne de réfection des murs NE et SE de l’édifice. Lors des travaux de restauration, la fonction originelle de la fosse n’avait pu être clairement établie. L’éventualité d’un lieu d’aisance, accessible depuis la grande salle d’apparat, qui occupait le premier étage de la tour, avait été proposée. Pour autant, le doute persistant, il devenait indispensable de procéder au déblaiement du conduit afin de mieux cerner la nature de l’aménagement.

2Conformément à la distribution d’origine, la fosse est uniquement accessible depuis une « annexe NE ». Cette pièce faiblement éclairée montre un plan carré de 1,90 m de côté. Sa desserte est assurée au moyen d’un couloir aveugle d’une longueur de 3,40 m dont l’entrée est localisée, plus au sud, dans l’embrasure d’une grande fenêtre. Perchée à environ 6 m au-dessus du sol intérieur de l’édifice, cette fenêtre géminée était autrefois en prise directe (ou quasi directe) avec la grande salle qui occupait tout l’étage du donjon. La fosse possède des dimensions en plan plus réduites (1,75 m sur 1,30 m) du fait d’un retrait horizontal continu le long des murs. Ce ressaut sert de repos à une structure en bois composée de quatre poutraisons en chêne formant un cadre fixe. Sous la structure en bois, un petit jour est aménagé dans le mur oriental. La lumière ainsi dispensée est négligeable, une fonction d’aération s’impose donc en premier lieu. Dans la partie haute du comblement de la fosse, la fouille a révélé un important dépôt de branchages accumulé durant l’époque contemporaine, sur une hauteur de 1,50 m. En dessous, une couche de terre sablonneuse, mêlée de gravats, a été observée sur une épaisseur de 0,50 m environ. Elle surmontait directement le fond de la fosse. L’existence de quelques tessons tardifs de céramique, comme la nature des couches accumulées, signalent un remblai post-médiéval. Le socle de la fosse est constitué d’un simple blocage en calcaire. Sa surface très irrégulière atteste une dégradation du sol originel, peut-être s’agit-il d’une une tentative avortée de fouille imputable aux xviiie-xxe s.

3À l’issue de l’opération archéologique, l’hypothèse initiale d’une fosse d’aisance doit être remise en question. D’une part, en raison du positionnement étonnamment surélevé du fond du conduit qui est, en effet, situé à près de 2,60 m au-dessus des sols intérieur et extérieur de la tour. D’autre part, l’absence de dispositif d’évacuation des effluents est à noter. Dans un contexte de latrine, ces deux « anomalies » auraient sans doute favorisé l’infiltration des liquides dans les maçonneries, provoquant alors d’importants désagréments au niveau de la salle basse du rez-de-chaussée. De plus, les indices d’une stagnation de matières organiques, tels que des encroûtements à la surface des parements ou la dégradation des parois, font défaut, à l’exception d’une fine patine. La morphologie de la fosse et sa localisation dans l’angle NE de la grande salle d’apparat ne s’accordent pas non plus avec une vocation de stockage ou de citerne. La destination de chartrier, souvent négligée faute d’exemples attestés, ne paraît pas davantage évidente en raison de l’exiguïté du volume. En procédant par élimination, c’est finalement la fonction carcérale qui est la plus plausible, malgré les incertitudes persistantes. Dès le xiie s., la nécessité pour le détenu de traverser la grande salle d’apparat soulignerait ainsi la fonction de justice de l’étage noble de la tour ; apparat et justice fusionnant étroitement dans une logique de représentation sociale et d’affirmation des prérogatives seigneuriales.

4L’analyse dendrochronologique des quatre poutraisons en chêne du cadre de la fosse a conduit à dater les bois entre 1160 et 1190. Ces résultats attribuent donc avec certitude la construction de l’édifice à Guillaume de Mandeville, comte d’Essex. Son appartenance à la haute aristocratie anglo-normande, sa connivence avec le pouvoir princier comme l’afflux de ressources monétaires provenant sans doute en majeure partie de sa charge comtale justifient pleinement l’érection de l’imposant donjon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaël Carré, « Chambois (Orne). Fosse médiévale du donjon », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 272.

Référence électronique

Gaël Carré, « Chambois (Orne). Fosse médiévale du donjon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20210

Haut de page

Auteur

Gaël Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaël Carré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals