Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Chambord (Loir-et-Cher). Château

Responsable d’opération : Jean-Sylvain Caillou
Notice rédigée avec Dominic Hofbauer
p. 272-273

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1L’objectif était d’achever la fouille de deux fosses de latrines pour réunir l’ensemble du mobilier et des restes biologiques avant d’entreprendre leur étude.

2La grande fosse de la tour sud a livré des tuiles utilisées lors des restaurations des terrasses sous Louis XIII. Par endroits, le sol de la grande fosse était directement recouvert d’une couche de cendres, elle-même recouverte par le sédiment d’utilisation des latrines. Ce qui laisse penser que cette salle, qui fut très vraisemblablement la toute première salle couverte du château, a servi d’abri aux ouvriers, d’où la présence de plusieurs coquemars, de huit dés à jouer et de deux monnaies dont l’une a été frappée sous Louis XI, Charles VIII ou Louis XII, et l’autre sous Sébastien de Montfaucon, évêque de Lausanne (1517-1536).

3La petite fosse de la tour nord a livré dans la couche contemporaine plusieurs restes de pinceaux et de nombreux vases de céramique abimés, remployés comme pots de peinture, ce qui indique que l’une des salles située juste au-dessus a servi d’atelier à la fin du xixe ou dans la première moitié du xxe s. Enfin, parmi les milliers de tessons de vitre enfouis dans la couche du xviiie s., des fragments de vitraux peints, dont certains représentant le collier de l’ordre de Saint-Michel avec le monogramme d’Henri IV et de Marie de Médicis ont été découverts. Or, jusqu’à présent, il était admis qu’Henri IV n’était jamais venu à Chambord et qu’il n’y avait fait aucun travaux Cette découverte ouvre donc des perspectives historiques considérables.

4Dans le cadre d’une coopération entre le Domaine national de Chambord et l’École de Condé, une étudiante a pris en charge la restauration de deux bouteilles, l’une aux armes du maréchal de Saxe (une des 300 mentionnées dans les archives), l’autre au chiffre couronné de Napoléon Ier dont seul un autre exemplaire (mutilé) était connu jusqu’à présent. Cette bouteille est sans doute arrivée à Chambord comme cadeau de l’empereur au maréchal Berthier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominic Hofbauer et Jean-Sylvain Caillou, « Chambord (Loir-et-Cher). Château », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 272-273.

Référence électronique

Jean-Sylvain Caillou, Dominic Hofbauer, « Chambord (Loir-et-Cher). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20214

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Sylvain Caillou

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals