Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon, fort Saint-Georges

Responsable d’opération : Bruno Dufaÿ
p. 274

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Commencée comme une simple surveillance des terrassements liés à la construction d’un nouveau bâtiment d’accueil pour les visiteurs à l’extrémité occidentale du fort Saint-Georges, cette opération, réalisée d’octobre à décembre 2007, s’est amplifiée à cause de la découverte d’importants vestiges.

2En effet, la porte ouest du fort, à l’ampleur inattendue, a été découverte. Cela permet de mieux comprendre l’état du xiie s. de cet ensemble identifié comme un « palais » construit par le roi Henri II. On ignorait jusqu’à ce jour comment on pénétrait dans le fort par l’ouest, voire si un accès existait de ce côté.

3Bien qu’elle ait été détruite à la fin du xvie s ., les vestiges de cette porte sont suffisants pour pouvoir la restituer avec certitude. Il s’agissait d’une porte assez simple, formée d’un couloir d’accès encadré de deux forts massifs de maçonnerie rectangulaires, sans doute pleins. Elle fait partie d’une petite série de portes connues pour la deuxième moitié du xiie s. dans le domaine Plantagenêt, notamment à Loches.

4Elle était creusée dans les sables naturels, parce que son seuil était 4 m plus bas que le niveau moyen du sol du fort Saint-Georges. Cela suppose que celui-ci était bordé par un fossé qui le séparait dès cette époque du château du Milieu, sans quoi on ne voit pas pourquoi cette porte aurait été placée si bas. Du coup, un escalier a été construit vers les bâtiments du fort.

5Cette porte a été remaniée au xive s. par l’adjonction d’un escalier latéral permettant l’accès à la courtine adjacente. L’escalier a été remplacé au début du xiiie s. par une rampe en pas d’âne, desservant non plus une aile du palais, alors détruite, mais donnant sur un nouveau rempart construit par Philippe Auguste. L’ensemble a été détruit à la fin du xvie s., au profit d’un passage placé plus au sud. Le rempart fut remplacé par un mur plus mince, qui est resté visible jusqu’aux démolitions de 2007. Par ailleurs, quelques éléments très arasés et dispersés, difficiles à interpréter, ont été retrouvés dans l’angle NO du fort. On propose de les relier à la porte des Champs. Il pourrait notamment s’agir d’une tour d’escalier ou de latrines située à son revers.

6Enfin, la découverte d’une sépulture de La Tène finale a permis de reprendre l’ensemble des données de cette époque, découvertes sporadiquement lors des précédentes opérations sur le fort, et de proposer l’existence d’un habitat privilégié dès La Tène D2. Ce sont les premières traces avérées d’une possible origine « gauloise » de Chinon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Dufaÿ, « Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon, fort Saint-Georges », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 274.

Référence électronique

Bruno Dufaÿ, « Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon, fort Saint-Georges » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20242

Haut de page

Auteur

Bruno Dufaÿ

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Dufaÿ

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals