Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon, douve du Coudray

Responsable d’opération : Bruno Dufaÿ
p. 274-275

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Menée de novembre 2006 à février 2007, conjointement à l’aménagement d’une entrée provisoire des visiteurs dans le château, cette opération a permis de mieux comprendre la chronologie du front nord de la douve du Coudray. Par-delà, elle a permis d’aborder des problématiques plus larges : la genèse du fort du même nom et la question du remaniement des accès de l’ensemble du château par les ingénieurs de Philippe Auguste.

2Le rempart nord du château est maintenant un peu mieux attesté pour la période antérieure aux travaux des xiiie et xve s. qui ont donné sa physionomie actuelle à ce secteur. Grâce à l’identification de deux maçonneries, son tracé a pu être proposé, complétant l’image d’une longue courtine nord régulièrement flanquée de tours semi-circulaires. Jusqu’à la fin du xiie s., aucune douve ne venait isoler l’extrémité occidentale du château.

3C’est en effet à la fin de ce siècle qu’une mise en défense radicale des lieux fut entreprise par Richard Cœur de Lion et/ou Jean sans Terre, dans le cadre du durcissement de leur conflit avec Philippe Auguste. Ces travaux concernèrent d’ailleurs l’ensemble du château, comme cela a pu être mis en évidence par les fouilles récentes, tant à l’extrémité orientale du château du Milieu qu’au fort Saint-Georges. Du côté ouest, ce fut la création d’une sorte d’avant-château, isolé par une douve, dont les remparts furent renforcés par deux grosses tours sophistiquées (la tour du Moulin au SO et la tour de l’Échelle au nord). L’historiographie attribuait cette douve à Philippe Auguste, mais les fouilles de 2005 et la présente opération montrent qu’il faut la rapporter à des travaux antérieurs. Au fort Saint-Georges, comme dans le château principal et au Coudray, les accès furent décalés vers le sud, éloignés du front nord, le plus exposé. De l’extérieur, on accéda alors au fort du Coudray par la tour du Moulin et par une passerelle jetée sur la douve depuis le château du Milieu.

4Ces travaux ne suffirent pas à empêcher la prise du château par les armées capétiennes en 1205. Les ingénieurs de Philippe Auguste poursuivirent et amplifièrent la logique des travaux des Plantagenêts, tant en matière de grosse tour que de protection des accès. Au fort du Coudray, une tour philippienne fut érigée. Elle était non seulement un symbole de la mainmise capétienne reléguant la tour du Moulin à un niveau inférieur, mais elle verrouillait parfaitement l’accès au fort depuis le château du Milieu. Une poterne qui débouchait dans la douve fut ouverte dans le rempart nord. Elle permettait d’accéder au fort du Coudray et au château du Milieu. L’accès principal de la forteresse fut repris également, avec la construction de l’imposante porte des Champs. Dans les deux cas, il est intéressant de noter qu’on ne pénétrait pas directement dans la forteresse, mais dans les douves qui en séparent les éléments.

5Vers 1220, le dispositif fut complété par l’adjonction de deux tours polygonales. Au sud, la tour de Boissy, projetée en avant au bord du coteau, permit de retrouver une vision flanquante après l’extension des logis royaux masquant la visibilité depuis la tour du Coudray. Au nord, une tour très mal connue car disparue a pu être évoquée, alors qu’elle était passée inaperçue des historiens du château. Avec la tour de l’Échelle, elle constitua une sorte de châtelet d’entrée défendant la poterne débouchant dans la douve du Coudray.

6Vers la fin du xve s., la construction de la tour d’Argenton vint perturber le secteur. Puis – sans doute lors des guerres civiles de la fin du xvie s. – la poterne fut condamnée. Rouverte et réaménagée peu de temps après (nouvelle porte, nouvel escalier), elle a depuis gardé la même physionomie. Elle a simplement été abandonnée et murée au début du xxe s. Dégagée en 2007, elle permet actuellement aux visiteurs de pénétrer dans la forteresse, en attendant que les travaux réhabilitent l’entrée principale sous la tour de l’Horloge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Dufaÿ, « Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon, douve du Coudray », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 274-275.

Référence électronique

Bruno Dufaÿ, « Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon, douve du Coudray » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20246

Haut de page

Auteur

Bruno Dufaÿ

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Dufaÿ

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals