Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Falaise (Calvados). Le château

Responsable d’opération : Joseph Mastrolorenzo
Notice rédigée avec Slim Hanachi
p. 276-278

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007, 2008, 2009, 2010, 2011
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Falaise bénéficie d’un programme de mise en valeur touchant une partie importante de l’enceinte (2007-2011). Les travaux, concernant l’enceinte NE, du bastion à la porte Saint-Nicolas, ainsi que le fossé ; l’enceinte sud et l’enceinte SO, de la porte des Champs à la tour de la Reine, font l’objet d’un suivi archéologique. Actuellement, les investigations archéologiques n’ont concerné que le front est.

2Phase I : xie s. Les parties les plus anciennes du front est de l’enceinte, entre la tour D et la tour B, ont été localisées sur les faces internes et externes des courtines BC et CD, ainsi qu’à la base du parement externe du mur de gorge de la tour C. Ces élévations se caractérisent par des moellons de grès brun local de moyen appareil, grossièrement équarris, disposés à plat et parfois en opus spicatum, et à la base, côté extérieur, par de gros blocs de grès non travaillés. Les moellons sont liés par un mortier de chaux et de sable. Les maçonneries de cette première fortification ont été datées par 14C entre 987 et 1030 (date la plus probable vers 1019). Nous sommes donc en présence d’une première enceinte maçonnée s’étendant au moins de la tour B à la tour D. Toutes les tours protégeant le front est ont été successivement accrochées sur la muraille aux endroits où celle-ci présentait des changements de direction. L’enceinte primitive se poursuivait probablement le long du front nord en suivant le tracé encore visible aujourd’hui.

3Phase II : xie-xiie s. L’étude archéologique a permis de démontrer que l’enceinte a connu un renforcement de ses parties basses. La courtine BC, côté extérieur, a ainsi été reprise et consolidée par un surépaississement formant un ressaut d’environ 25 cm sur une hauteur d’1,10 m. Côté intérieur, ces travaux se traduisent par une maçonnerie plaquée contre l’arrachement de l’ancienne courtine. Ces aménagements sont construits en moellons de grès brun local et de calcaire grossièrement équarris. Un enduit fortement rubéfié a été repéré sur le parement de ce nouvel aménagement mais également au pied de la courtine CD.

4Phase III : début xiiie s. Cette période est marquée par la réalisation d’importants travaux : la construction de la tour D, de la tour B, de la courtine AB et de la porte Saint-Nicolas. Ces constructions se caractérisent par l’utilisation alternée de moellons de calcaire et de grès brun local, liés par un mortier de chaux et de sable. Les maçonneries d’origine de la tour B ne sont visibles que sur sa face externe, en dessous de son bandeau supérieur. On y observe en différents endroits des pierres de remploi (claveaux, pierre avec motif…). La tour B est chaînée en partie basse avec la courtine AB, elle-même liée avec la tour A’ de la porte Saint-Nicolas, ce qui nous donne une contemporanéité entre la construction de la tour B, de la courtine AB et de la porte Saint-Nicolas. Nous savons que la tour A a été presque entièrement détruite en 1958 à la suite d’un glissement de terrain et que les niveaux de tir supérieurs des deux tours ont été complètement reconstruits au xxe s.

5À l’intérieur, les investigations archéologiques ont mis au jour un chemin de ronde protégé par un parapet. Cet aménagement, réalisé postérieurement à la courtine AB, est antérieur aux aménagements du xve s. effectués sur les parties hautes de la tour B. Ce chemin de ronde reliait ainsi la tour B à la porte Saint-Nicolas dont l’étude est en cours. Les résultats de l’analyse 14C du charbon prélevé dans le mortier d’origine de la tour D donnent un intervalle entre 1161 et 1265 avec une date la plus probable vers 1218.

6Phase IV : 2e moitié du xiiie s. La tour C et le bastion ont probablement été réalisés dans un même programme. Les tours C et E comportent en effet des ouvertures de tir de même type. L’étude du bâti montre que la construction du bastion est postérieure à celle de la tour D. La courtine DE vient s’appuyer contre cette dernière. On observe également que la tour C a été construite en sous-œuvre en prenant soin de l’ancrer fortement dans l’enceinte d’origine afin d’en renforcer la solidité. On peut suggérer grâce à la chronologie relative et au style architectural des ouvertures que leur édification a été réalisée dans la seconde moitié du xiiie s.

7Phase V : xive s. Le parement intérieur de la tour D est complètement restauré tandis que trois fenêtres de tir à ébrasement simple sont ouvertes. La tour B semble avoir également subi des modifications à cette époque puisqu’une petite partie du parement interne de la tour a été réalisé à l’aide d’un mortier orangé similaire à celui employé pour la restauration de la tour D. Le style architectural des ouvertures de la tour indique un aménagement au xive s.

8Phase VI : xve s. La tour B subit une reconstruction totale de sa partie haute avec trois nouvelles fenêtres de tir. Le parement interne de la courtine BC est remonté sur toute la longueur et plaqué contre la courtine BC d’origine (phase 1a et 1b). Ce nouvel aménagement est chaîné à la reconstruction de la tour B qui devait être ouverte à la gorge. C’est également à cette période que l’on condamne le chemin de ronde de la courtine AB afin de le surélever d’environ 0,70 m. Cette phase de construction se distingue par l’aménagement de fentes de canonnière cruciformes que l’on retrouve dans la tour B mais aussi dans les tours C et E. Ces travaux sont probablement à attribuer à l’occupation anglaise entre 1417 et 1450.

9Phase VII : xvie s. Les aménagements réalisés au xvie s. ont eu essentiellement pour but d’adapter la défense du front est à l’utilisation généralisée des armes à feu et particulièrement à celle des canons fixes. Plusieurs canonnières à ouverture rectangulaire et à double ébrasement dites « canonnières à la française » ont ainsi été ménagées dans les fenêtres de tir déjà existantes des tours D, C et E. La cheminée construite en sous-œuvre sur la face interne de la courtine AB est également attribuable à cette époque. Ces aménagements sont reconnaissables à l’utilisation d’un mortier de chaux très gras de couleur blanche.

10Dans le cadre des travaux de restauration, une série de sondages archéologiques entre la pointe du bastion (tour E) et la tour C ont été décidés. Il s’agissait d’évaluer la profondeur du fossé et d’en déterminer le profil originel. Les résultats confirment que la partie est de l’enceinte était défendue par un fossé à fond plat avec escarpe et contrescarpe maçonnées. Les maçonneries sont construites en moellons de calcaire et quelques moellons de grès grossièrement équarris. La contrescarpe maçonnée se poursuit vers le sud et est encore en place sous le niveau actuel à environ 5 m au nord de l’annexe.

11Le sondage au niveau de la rampe d’accès a permis de démontrer que l’escarpe maçonnée du fossé se trouve à environ 20 m de la porte Saint-Nicolas, ce qui atteste la présence d’une avant-cour devant l’entrée actuelle. Les sondages ont également mis au jour un ouvrage rectangulaire (6 m x 5,50 m) construit postérieurement à l’escarpe et appuyé à cette dernière. Il est construit en moellons de grès et de calcaire pour le blocage et en pierres de taille de calcaire et de granit pour les parements. Un pilier a été également mis au jour à environ 2,60 m de l’ouvrage rectangulaire. Il devait recevoir le tablier d’un pont-levis. On est donc en présence d’une tour-porte dotée d’un pont-levis. Même si une chronologie relative a pu être déterminée, il est difficile actuellement de proposer des dates absolues.

Falaise. Le château. Enceinte du château. Élévation du front est. Face externe.

Falaise. Le château. Enceinte du château. Élévation du front est. Face externe.

Étude et relevé : J. Mastrolorenzo, S. Hanachi

Haut de page

Table des illustrations

Titre Falaise. Le château. Enceinte du château. Élévation du front est. Face externe.
Crédits Étude et relevé : J. Mastrolorenzo, S. Hanachi
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Slim Hanachi et Joseph Mastrolorenzo, « Falaise (Calvados). Le château », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 276-278.

Référence électronique

Joseph Mastrolorenzo, Slim Hanachi, « Falaise (Calvados). Le château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20258

Haut de page

Auteurs

Slim Hanachi

Articles du même auteur

Joseph Mastrolorenzo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Joseph Mastrolorenzo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals