Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Fort-Louis (Bas-Rhin). Le Fort Carré

Responsable d’opération : Perrin Keller
p. 278-279

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Peu connu, le site du petit village de Fort-Louis est l’une des neuf places fortes créées ex nihilo par Louis XIV et Vauban. Le village garde l’ordonnancement et la superficie qu’ont imaginés les ingénieurs de 1687, tout comme le Fort Carré distant de 500 m. Dans le cadre d’une réflexion sur la valorisation de ce fort, une semaine de fouilles s’est déroulée en 2008. Deux sondages ont été ouverts dans le fossé ouest. Les sondages ont rencontré les eaux de la nappe phréatique à 2,15 m sous la surface actuelle.

2Conservée sur plusieurs mètres de hauteur malgré le pillage des matériaux au xixe s., la courtine est constituée d’un parement de briques jaunes très délabré. Le sondage a permis de dégager la base du rempart qui présente trois assises de pierre de taille en grès rose. Les blocs, d’environ un pied de haut (0,32 m) mais de longueur très variable, sont tous pourvus d’un liseré et d’un bossage rustique. Contrastant avec le fruit de la courtine (79°) certains de ces bossages, plus épais dans leur partie supérieure, montrent un plan parfaitement vertical. En outre, cinq des dix blocs observés sont marqués au centre du bossage de marques lapidaires. Sur un tiers de la hauteur des pierres sont lisibles les lettres I, D, R, A, ainsi qu’un point dans un triangle (?). Les eaux empêchant la poursuite du creusement, il n’a pas été possible de savoir si ce soubassement de grès comporte d’autres assises. On sait par analogie que leur nombre varie entre 2 et 5. Cette mise en œuvre de la brique posée sur un soubassement de grès, lui-même assis sur un plancher formé d’un grillage de poutres disposé sur un réseau de pieux battus est courant pour l’époque et la région.

3Destiné à masquer la poterne du rempart, le couvre-face, si l’on se fie aux plans d’époque, devait avoir la forme d’une petite demi-lune. Seuls les restes d’une maçonnerie de briques correspondant à la base des deux saillants d’un mur-façade en V sont visibles actuellement. Deux arcs de décharge ménagent des niches dans l’épaisseur de la face interne de chaque saillant. À faible profondeur, on a pu observer sur plusieurs mètres les vestiges d’une forte maçonnerie en retour d’angle. La découverte, à la même altitude que pour la courtine, d’une arase de blocs de grès à bossage permet de situer là le mur de flanc nord de l’ouvrage, dont on a pu localiser les deux angles internes. L’épaisseur de la maçonnerie atteint 1,60 m.

4Ces découvertes, étayées par l’examen des plans anciens, permettent de reconstituer la fonction de l’ouvrage : ce soubassement délimitait une sorte de terrasse arrière, qui distribuait la circulation à l’abri des « murs-saillants ». Cette circulation vers les « dehors » se faisait par une passerelle jetée de la poterne à cette terrasse. Puis, deux rampes (ou escaliers) permettaient la descente dans le fossé.

5Si ce fonctionnement du couvre-face est relativement simple à entrevoir, on ne peut à l’heure actuelle, faute de comparaison avec un ouvrage similaire, expliquer la fonction des quatre niches internes du mur-saillant. S’agit-il uniquement d’une économie de matériaux ? Faut-il imaginer un talus arrière les remplissant, faisant office de banquette de tir ? Les pistes de recherches de manquent pas.

Fort-Louis. Le Fort Carré, « Plan Louvois » : cet extrait d’un dessin des cahiers de Louvois (bibliothèque du génie, Paris) est un des seuls à détailler ainsi les couvre-faces.

Fort-Louis. Le Fort Carré, « Plan Louvois » : cet extrait d’un dessin des cahiers de Louvois (bibliothèque du génie, Paris) est un des seuls à détailler ainsi les couvre-faces.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fort-Louis. Le Fort Carré, « Plan Louvois » : cet extrait d’un dessin des cahiers de Louvois (bibliothèque du génie, Paris) est un des seuls à détailler ainsi les couvre-faces.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perrin Keller, « Fort-Louis (Bas-Rhin). Le Fort Carré »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 278-279.

Référence électronique

Perrin Keller, « Fort-Louis (Bas-Rhin). Le Fort Carré » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20274

Haut de page

Responsable d’opération

Perrin Keller

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals