Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Lançon-Provence (Bouches-du-Rhône). Constantine

Responsable d’opération : Florence Verdin
p. 280

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1L’oppidum de Constantine est occupé aux iie-ier s. av. J.-C., abandonné au Haut-Empire et réoccupé dans l’Antiquité tardive (ve-vie s.). La fortification est alors restaurée, une église est construite et l’habitat gaulois démantelé pour laisser place à un réseau dense de bâtiments et d’espaces de circulation. L’occupation, de courte durée, est datée de la première moitié du vie s. Les modalités de la construction du quartier (phase 2a) ont pu être étudiées précisément et montrent la planification extrême de ces travaux de grande envergure qui tirent parti de façon pragmatique des vestiges gaulois préexistants. La fouille permet de documenter l’organisation d’un quartier urbain dans une agglomération de hauteur tardo-antique. Les constructions sont en pierre (phase 2b), mais les plans sont parfois difficiles à restituer en raison d’un grand nombre de réfections qui ne trouvent pas toujours de correspondance dans la stratigraphie. Il semble que les unités d’habitation se composent de deux ou trois pièces ouvrant sur des espaces de circulation ou des cours.

2La campagne de 2008 a mis au jour un bâtiment sur poteaux porteurs qui se rattache à la phase 2a. Cet édifice, de 11 m de longueur sur 3,70 m de largeur, repose sur huit poteaux solidement ancrés dans des calages associant pierres de chant et remplissage de terre massive argileuse grise. Il possède une nef, mais la découverte d’autres fosses en laisse supposer une seconde. Installé dans des remblais marquant l’interface de l’occupation gauloise et tardo-antique, il ne peut pas être daté précisément en l’absence de mobilier caractéristique. Il est néanmoins assurément antérieur à la construction des murs en pierre et s’avère isolé au sein du quartier. Des lambeaux de sols de brasier qui ont pu se constituer lors du démantèlement des monuments gaulois pourraient lui être associés, ainsi qu’une fosse. La nature exacte de ce bâtiment n’est pas définie. Son emplacement et son appartenance à une phase qui semble transitoire militeraient en faveur d’une construction temporaire liée au chantier de reconstruction de l’agglomération. Toutefois, le calibre des poteaux et le soin apporté à leur calage ne dépareraient pas dans la réalisation d’un bâtiment public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Verdin, « Lançon-Provence (Bouches-du-Rhône). Constantine »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 280.

Référence électronique

Florence Verdin, « Lançon-Provence (Bouches-du-Rhône). Constantine » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20306

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Verdin

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals