Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux Château

Responsable d’opération : Florian Bonhomme
p. 283

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Moulins-Engilbert, chef-lieu de châtellenie depuis le rachat de la seigneurie vers 1215 par le comte de Nevers, occupe un éperon barré qui domine le village d’une dizaine de mètres. Il se situe sur la frange ouest du Morvan, à 25 km du fameux oppidum de Bibracte. Il possède un plan ovalaire, d’environ 140 m de long et 50 m de large, divisé en deux espaces. L’enceinte est flanquée de quatre tours dont seul le premier niveau est conservé. Une tour-porte aménagée au sud assure la communication entre la basse cour et le village, et une poterne située sur le flanc est donne sur la campagne. À l’intérieur de la basse cour, deux bâtiments adossés à la courtine encadrent la tour-porte. La haute cour est séparée de la basse cour par un important pan de mur appartenant à plusieurs bâtiments.

2L’étude du bâti réalisée en 2008 a porté sur les élévations sud des bâtiments de la haute cour. Les relevés détaillés au pierre à pierre ont permis d’identifier trois constructions et de caractériser quatre phases principales de travaux sur le site. Le premier édifice constitue le logis. De plan rectangulaire, il a été modifié au xiiie s. à partir de la moitié du rez-de-chaussée, les nouveaux étages étant dotés d’archères et de baies. Cette reprise repose sur une construction en opus spicatum dont le niveau inférieur a été transformé après le xiiie s. avec la création d’une salle voûtée. Le second bâtiment a été édifié contre le flanc est du logis. Il comprenait au moins deux niveaux. Ce bâtiment, mais également le logis, présentent des angles arrondis, élément architectural plutôt rare dans la région. Enfin, une troisième construction située à l’extrémité est de l’ensemble a été identifiée. Il s’agit probablement d’un couloir permettant l’accès à la haute cour. Des prélèvements de charbon de bois réalisés sur les élévations feront l’objet au printemps d’une datation par le radiocarbone. Pour compléter l’étude, des analyses de mortiers devraient également avoir lieu sur les élévations concernées, au cours de cette année.

3Les ruines du château, aujourd’hui aménagé en parc public, ont également fait l’objet de prospections électriques sur une grande partie du site et géomagnétiques dans la basse cour. Ces relevés ont mis au jour un nouveau bâtiment situé dans la partie ouest de la basse cour et qui pourrait correspondre à une construction visible sur les gravures du xviie s. Quant aux vestiges de la chapelle castrale citée dans les textes dès la fin du xive s., présumés identifiés lors de travaux de terrassement à la fin du xixe s., ils n’ont, semble-t-il, pas pu être localisés. Par ailleurs, dans la haute cour, les prospections ont mis en évidence deux ou trois structures supplémentaires, ce qui porterait à cinq le nombre d’édifices de cette zone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Bonhomme, « Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux Château », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 283.

Référence électronique

Florian Bonhomme, « Moulins-Engilbert (Nièvre). Le Vieux Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20342

Haut de page

Auteur

Florian Bonhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Bonhomme

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals