Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Périgueux (Dordogne). Centre national de la Préhistoire (CNP), anciennes manutentions militaires

Responsable d’opération : Mélanie Chaillou
p. 284-286

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1La ville de Périgueux conserve encore une grande partie de son enceinte du Bas-Empire, préservée de la destruction du fait de la présence de constructions érigées à diverses époques sur son arase et surtout grâce à l’action d’érudits qui, dès la fin du xviiie s., ont été soucieux de la conservation du passé antique de la ville. Cette construction monumentale, bâtie en blocs de remploi issus des monuments de la ville du Haut-Empire, a donc suscité l’intérêt de longue date et fait l’objet depuis quelques années de fouilles et d’études du bâti plus approfondies.

2Le projet de restauration de la façade sud du Centre national de la Préhistoire, au SO de la Cité, a nécessité la suppression du crépi qui recouvrait les élévations au-dessus des vestiges de la muraille antique. Cela a permis une étude du bâti de cette façade qui comprend trois tours, deux courtines et un pavillon. Cette campagne, confiée à la société Hadès, s’est déroulée sur deux semaines en 2008. L’analyse des élévations antiques a été également assurée. Compte tenu de l’importance des surfaces à étudier (plus de 1100 m2), seul un phasage des élévations postérieures au Bas-Empire a été requis en portant une attention particulière au Moyen Âge ; le mode opératoire de la construction antique a été étudié dans le détail tandis qu’un sondage logé à l’angle de la tour carrée occidentale (tour G) et de la première courtine (courtine 8) venait compléter l’étude.

3L’analyse des données est en cours, mais les premiers résultats, associés aux vestiges mis au jour en fouille, confirment que la tour occidentale, de section carrée, remplace une tour flanquante semi-circulaire du Bas-Empire. Cette nouvelle tour a dû être construite au Moyen Âge central, si l’on se fie à un tesson de céramique rouge polie logé dans son soubassement. Ce dernier est composé de grosses pierres soigneusement taillées, utilisant de nombreux remplois, alors que le reste de la tour est construit en petits moellons équarris réglés contre les chaînages d’angle en pierre de taille. Cependant, la différence des mortiers suggère deux phases de construction distinctes. La tour ne conserve plus ses ouvertures d’origine, excepté une longue fente de jour dont la base a été grossièrement retaillée en étrier. Les murs ouest et sud étaient percés chacun d’une fenêtre, mais elles ont été entièrement détruites, ce qui nous prive d’éléments typologiques permettant d’avancer une datation.

4Les phases de construction des deux autres tours et surtout des courtines sont très nombreuses et complexes. La courtine 8, entre la tour carrée (G) et la tour H, a été la plus remaniée, percée tour à tour d’au moins une baie géminée, de jours rectangulaires chanfreinés et de croisées, avant que toutes ces baies ne soient remplacées par les grandes fenêtres rectangulaires du xixe s. La présence de plusieurs chaînages traversant en partie l’élévation pourrait être attribuée à des structures en encorbellement, aujourd’hui disparues.

5Au centre de la façade, la tour H garde encore une grande partie de sa maçonnerie médiévale, formée de moellons dressés au pic, elle est sans doute postérieure à la construction de la tour carrée ouest ; les croisées qui y ont été ouvertes sont plus tardives, mais sans doute antérieures à la reconstruction des parties supérieures de la tour I, également éclairées par des croisées et une baie géminée. Ces réaménagements de la construction ont dû intervenir à l’époque moderne, en même temps que l’érection de la partie supérieure du pavillon oriental, auquel elle est reliée par une tourelle d’escalier.

6Entre ces deux tours, la courtine 9 a été fortement modifiée à partir du xviiie s., en particulier avec l’installation des manutentions militaires et la reconstruction de sa partie supérieure au xxe s. Ses parements n’ont été piqués que superficiellement, ce qui rend son interprétation délicate, mais aucun vestige médiéval d’importance ne semble subsister.

7L’étude du soubassement antique, conservé jusqu’à quinze assises sur la première courtine, a été rendue fructueuse grâce à l’érosion du matériau, laissant visible une partie de la face supérieure des blocs. Les traces laissées par les engins de levage déterminent le sens premier d’utilisation de ces blocs, retaillés pour la mise en œuvre du rempart. Ainsi, des traces de pinces ont pu être identifiées sur leur lit supérieur, permettant de restituer le mode opératoire du montage de cette partie de l’enceinte.

8Toutefois, cette analyse souffre du temps limité consacré au terrain et de l’absence d’étude documentaire associée. Aussi, les ouvertures conservées ne présentent pas une modénature suffisamment caractéristique pour avancer des datations fiables. Enfin, les parements intérieurs, totalement invisibles, étaient exclus de l’étude. Pourtant l’identification des niveaux de plancher et l’interprétation de la fonction des pièces de ces bâtiments ne pourra éventuellement se faire que par la confrontation de ces informations.

Périgueux. Centre national de la Préhistoire (CNP), anciennes manutentions militaires. La façade sud du CNP, vue depuis le jardin du musée de Vesunna.

Périgueux. Centre national de la Préhistoire (CNP), anciennes manutentions militaires. La façade sud du CNP, vue depuis le jardin du musée de Vesunna.

Cl. M. Chaillou, après démontage des échafaudages, septembre 2008

Haut de page

Table des illustrations

Titre Périgueux. Centre national de la Préhistoire (CNP), anciennes manutentions militaires. La façade sud du CNP, vue depuis le jardin du musée de Vesunna.
Crédits Cl. M. Chaillou, après démontage des échafaudages, septembre 2008
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Chaillou, « Périgueux (Dordogne). Centre national de la Préhistoire (CNP), anciennes manutentions militaires », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 284-286.

Référence électronique

Mélanie Chaillou, « Périgueux (Dordogne). Centre national de la Préhistoire (CNP), anciennes manutentions militaires » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20358

Haut de page

Auteur

Mélanie Chaillou

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mélanie Chaillou

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals