Skip to navigation – Site map
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Pommeraye (La) (Calvados). Le Château Ganne

Archaeological project director: Anne-Marie Flambard Héricher
Note written with Anne-Marie Flambard Hericher
p. 286-288

Index terms

Year of Investigation:

2004, 2005, 2006, 2007, 2008
Top of page

Full text

1Les fouilles programmées conduites depuis 2004 sur le site du Château Ganne se sont poursuivies en 2008. Après avoir, entre 2004 et 2007, mis en évidence la morphologie de la fortification à travers une étude topographique fine et avoir établi l’organisation et le phasage de l’occupation de la basse cour principale, l’année 2008 est venue inaugurer une nouvelle phase de recherches de trois ans dont l’objectif est l’étude du quart SO de la basse cour.

2Ce secteur, compris entre le bord de la plateforme, au sud, le bâtiment résidentiel, à l’est, le chemin qui mène à la tour porche, au nord, le mur en arête de poisson qui arrête le rempart et borde le fossé isolant la haute cour, à l’ouest, présentait des reliefs particulièrement marqués mais recouverts d’une végétation très dense qu’il a fallu faire disparaître en grande partie avant de commencer les travaux.

3Dans l’espace étudié, deux zones ont été privilégiées. La première (secteur 4) englobe, vers l’est, le prolongement de la courtine, celui du mur nord du bâtiment résidentiel qui lui est parallèle et celui de la terrasse remblayée qui a été installée entre eux. La seconde zone (secteur 6) recouvre un bâtiment dont le plan carré se devine encore sous la végétation. Enfin des tranchées permettent de préciser la chronologie des différentes structure les unes par rapport aux autres. L’année 2008 a également permis d’achever la fouille du puits peu profond attenant au bâtiment domestique, au nord de la basse cour.

La courtine et le rempart de terre

4La coupe réalisée à travers le bâtiment résidentiel au sud et le diagramme stratigraphique de ce secteur ont montré que la courtine était le dernier élément maçonné construit du site. Elle a été bâtie sur le rempart de terre, après son rehaussement par une couche d’argile compacte. Après la construction, une nouvelle couche d’argile a été rapportée, égalisant le niveau et masquant l’assise basse de la maçonnerie.

5Dans le nouvel espace à étudier entre 2008 et 2010 il s’agit de comparer le mode de construction de la courtine et ses relations chronologiques tant avec les autres murs découverts qu’avec le rempart de terre. Pour cela, trois portions de l’enceinte ont été observées : l’extrémité occidentale, où elle se rattache au mur perpendiculaire qui maintient le rempart ; le sud de la construction carrée et l’est, où elle se rattache à l’espace résidentiel étudié lors de la précédente triannuelle. À l’ouest la courtine s’appuie contre le mur en arête de poisson ce qui confirme sa construction tardive, cependant, les investigations devront se poursuivre en 2009. Dans la partie centrale, le rempart de terre qui la porte s’incline jusqu’au bâtiment carré. Pour le moment, il n’a pas été possible de voir si la courtine est en partie enterrée ou si elle est simplement posée sur le rempart. Le dernier tronçon, à l’est, a été dégagé sur 20 m de long, il est mieux conservé dans sa partie orientale où sa hauteur est plus importante. De ce côté, il est appuyé contre le mur perpendiculaire d’une petite construction de plan rectangulaire préexistante. Un léger décalage de l’axe de la courtine par rapport à celui de la construction permet de ménager, entre elle et ce mur sud, une fente d’une quinzaine de centimètres de large qui pouvait être une fente de tir. La courtine à cet endroit est clairement composée d’un parapet (peut-être surmonté de merlons) et d’un chemin de ronde de pierre. Un trou de poteau contenant la base du poteau calciné a été creusé dans la terre jaune, au pied du chemin de ronde. À l’heure actuelle, il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’un aménagement en bois destiné à couvrir le chemin de ronde ou des vestiges d’une palissade préexistante.

Le secteur 4

6Par convention, le secteur 4 englobe toutes les structures qui s’étendent dans les carrés I-J-K 36-37-38-39-40 ainsi que les éventuelles structures qui ont prolongé, vers le nord, les constructions découvertes dans ces carrés. Trois ensembles doivent être considérés successivement : la pièce orientale, la pièce occidentale et le mur à ébrasements.

7La fouille de la pièce orientale, qui correspond dans la topographie générale à une saignée, avait été entreprise en 2007 ; l’extrémité du mur de la pièce est, qui formait un arc, s’est révélée plaquée contre le mur sud du bâtiment résidentiel, pour sa part encore conservé en élévation ; la pièce forme une construction saillante (de 5 m sur 4,50 m hors œuvre) par rapport au mur du bâtiment résidentiel prolongé par le mur à ébrasements. Elle a des angles extérieurs arrondis. Un passage étroit permettait d’entrer dans la pièce. L’intérieur se présente comme un espace quadrangulaire de 2,70 m de largeur (E-O) sur 3,40 m de long (N-S). Parallèle au mur sud, à une altitude légèrement supérieure à celle du seuil, se dresse encore un arc surbaissé à double rouleau, qui s’appuie sur les murs latéraux. Il a été dégagé sur toute sa longueur et étayé, mais le niveau inférieur de cet espace n’a pas été atteint et les fonctions, tant du vide sous-jacent que de la petite salle supérieure, restent mystérieuses.

8Les dimensions de la pièce occidentale (4,40 m d’est en ouest sur 4,60 m du nord au sud) sont voisines de celles de la pièce orientale et, comme pour cette dernière, les murs latéraux s’appuient contre le mur à ébrasements ; les angles extérieurs des maçonneries sont arrondis et les angles intérieurs droits. L’épaisseur du mur périphérique semble cependant moindre : 1 m pour la pièce ouest contre 1,40 m pour la pièce est. À l’intérieur, les murs présentent une assise débordante dont la largeur vient s’ajouter à l’épaisseur du mur. Cette petite pièce ne présente aucune trace d’arc et son sol n’a pas encore été totalement dégagé. L’accès s’effectuait à partir de la basse cour, au nord. Cette entrée, étroite, possède des dimensions identiques à celles de la pièce est et se situe, symétriquement, au même emplacement. L’utilisation de ce petit espace comme resserre, lors de l’aménagement du site en parc, n’est pas à écarter. La fouille fine du seuil et du sol aura lieu en 2009.

9Le mur à ébrasements contre lequel s’appuient les pièces orientale et occidentale est tout a fait singulier. Long de 20 m, et large de 1,60 m, il se situe dans l’alignement du mur latéral sud du bâtiment résidentiel. Contrairement à lui, il est largement et régulièrement percé de trois portes et de quatre fentes de jour (ou de tir ?) difficiles à mettre en évidence en raison des nombreuses souches qui se sont accrochées aux maçonneries. Les ébrasements étaient tapissés d’enduit très friable, dépourvu de peinture. La dernière de ces fentes était obturée de maçonnerie et de mortier. L’enduit qui recouvre les ébrasements a fait écarter l’hypothèse d’un aménagement défensif, ce qui est confirmé par l’étroitesse du V et par la base en pente qui interdit de pénétrer à l’intérieur de la fente. Leur étude minutieuse sera l’un des premiers objectifs 2009. Le changement de fonction des fentes a eu lieu quand la terre a été accumulée devant elles pour élargir la terrasse, puis quand la courtine a été construite. Elles ont probablement été murées alors, mais seule la dernière fente en témoigne.

Le secteur 6

10Le bâtiment carré se trouve au sud de la chapelle et du chemin d’accès à la tour porche. Il paraît ne se rattacher à aucun autre ensemble bâti. Ses murs sont orientés parallèlement aux murs latéraux du bâtiment résidentiel. Il mesure, hors œuvre, 10,20 m d’ouest en est et 10,60 m du nord au sud, il est conservé sur cinq à six assises irrégulières, entrecoupées d’assises de réglage. Le mortier est peu abondant, on l’observe surtout dans le mur nord, le mieux conservé en termes de hauteur. L’épaisseur des murs est assez constante et varie de 0,70 m à 1 m. La dimension des pierres est très irrégulière ainsi que leur nature géologique qui revêt une grande variété. On note par exemple la présence de marbre de Vieux qui pourrait provenir des environs de Thury-Harcourt. Les pierres les plus volumineuses se situent au pied des murs et particulièrement du mur ouest qui comporte aussi des éléments fortement rubéfiés. On note aussi à la base de certains murs la présence d’une assise débordante. Les blocs en réemploi et les pierres rubéfiées indiquent bien qu’il y a eu reconstruction.

11L’entrée du bâtiment se trouve dans l’angle NE, elle est large et dessine deux marches grossières et peu élevées qui indiquent que le sol du bâtiment carré était en contrebas du niveau de circulation extérieur. Le mur nord se prolongeait légèrement au-delà de l’angle du carré, comme si le bâtiment avait été raccourci. Cette impression est renforcée par une observation similaire dans l’angle SE où le mur sud se prolonge, lui aussi, légèrement vers l’est. Un court mur de refend E-O est apparu en fin de chantier. Il est construit en gros blocs de pierres sèches, sans aucun mortier. Sa fonction reste donc vague : il peut s’agir d’une séparation complète entre deux pièces dont il ne resterait qu’un chicot ou d’une séparation partielle. Deux foyers superposés ont été découverts au centre du bâtiment carré. Leur mode de construction est identique. Leurs contours sont rectilignes et leur plan est un rectangle ou un carré. Tous deux sont constitués de plaquettes de grès schisteux disposées obliquement à la manière d’écailles de poisson. Au contact du feu, les pierres ont éclaté, détruisant et désorganisant une partie des pierres. Au-dessous le sol est rubéfié. Le foyer inférieur pourrait avoir été adossé au mur de refend. Ces foyers centraux permettent de proposer pour la pièce une fonction domestique ou artisanale. L’évier a été découvert au SO, dans l’angle opposé à l’entrée, sous une souche. Il avait été aménagé dans le mur ouest et s’est trouvé ensuite comblé sans que l’on puisse définir s’il avait été délibérément muré ou s’il était comblé lors de la démolition de l’ensemble du bâtiment. Il se présente comme une niche triangulaire aménagée dans le mur. Deux ébrasements conservés sur deux assises se referment avec, à leur base, deux blocs calcaire taillés de façon à former un orifice circulaire. Le bloc inférieur se prolonge à l’extérieur du mur à la manière d’un petit caniveau. Les aménagements tels que celui-ci ne sont pas rares, on les trouve généralement dans les cuisines où ils servent à se débarrasser des eaux sales. À titre de comparaison on pourra rappeler les cas des châteaux écossais de St Andrews, Huntingtower et Crichton. Tous ces éviers ont en commun leurs petites dimensions et leur conception. Leur hauteur est faible et ils se situent très bas, souvent au niveau même du sol. On les rencontre systématiquement dans les cuisines. Le bâtiment du Château Ganne serait donc probablement une cuisine.

Pommeraye (La). Le Château Ganne. Plan des structures découvertes en 2008 dans les secteurs 4 et 6.

Pommeraye (La). Le Château Ganne. Plan des structures découvertes en 2008 dans les secteurs 4 et 6.
Top of page

List of illustrations

Title Pommeraye (La). Le Château Ganne. Plan des structures découvertes en 2008 dans les secteurs 4 et 6.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20362/img-1.jpg
File image/jpeg, 425k
Top of page

References

Bibliographical reference

Anne-Marie Flambard Hericher, « Pommeraye (La) (Calvados). Le Château Ganne »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 286-288.

Electronic reference

Anne-Marie Flambard Héricher, Anne-Marie Flambard Hericher, « Pommeraye (La) (Calvados). Le Château Ganne » [Note of archaeological project],Archéologie médiévale [Online], 39 | 2009, Online since 08 March 2019, connection on 05 April 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/20362

Top of page

Copyright

Archéologie Médiévale

Top of page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals