Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 4. – Prospections

Auribeau (Vaucluse). Saint-Pierre

Responsable d’opération : Yann Codou
Notice rédigée avec François Guyonnet
p. 290

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le site castral de Saint-Pierre d’Auribeau est implanté sur un piton rocheux du massif du Luberon au SO du village actuel. Ce castrum, attesté dès 1004, est dit inhabité en 1333. La topographie d’ensemble correspond à un éperon barré. À l’extrémité orientale sont conservés les éléments monumentaux, fortification et église, tandis que vers l’ouest s’étendaient en éventail les habitats villageois, protégés semble-t-il par un fossé.

2L’église Saint-Pierre, qui s’élève sur une plateforme en contrebas du château, a déjà donné lieu à une étude archéologique lors de sa restauration. Elle est composée d’une nef de deux travées, terminée par une abside semi-circulaire. L’étude a démontré que l’édifice avait été très amplement reconstruit au xvie s. lors de la réinstallation d’une population sur ce terroir. Entre la fortification et l’église, les fouilles avaient mis en lumière la présence d’un cimetière.

3À la suite de la restauration de l’église, la commune s’est engagée dans un programme de dégagement et de restauration des vestiges du château. On ne percevait alors que les restes d’une courtine enserrant une tour. L’évacuation des ruines, issues de l’effondrement des élévations, a entraîné la mise au jour de plusieurs structures qui a motivé notre intervention.

4Nous livrons ici une série de remarques qui reposent pour l’essentiel sur l’observation de ces structures bâties, aucun niveau d’occupation n’ayant été fouillé. Ce château est disposé au sommet d’un relief escarpé. Une courtine définit un périmètre de forme trapézoïdale, assez irrégulier, dicté par la topographie du piton rocheux. L’entrée s’effectuait par le sud. Cette entrée a connu plusieurs états. À l’avant de la porte, des murs ainsi que des arrachements dans le parement de l’enceinte permettent de restituer une entrée en barbacane. La tour, liée à la courtine, se dresse sur le flanc NO. De plan carré, elle est conservée sur près de 8 m d’élévation. La moitié supérieure ainsi que la porte d’accès ménagée à l’étage ont été l’objet d’amples restaurations. Au SE de la tour, au contact avec l’entrée, est apparu un bâtiment rectangulaire. Il est, comme la tour, lié à la courtine, cela démontre que la construction appartient au projet global d’organisation du château. Dans l’état de nos connaissances, la fonction de ce corps de bâtiment est difficile à appréhender. Cependant, par ses dimensions, la qualité de sa construction et sa position face à la tour on peut penser qu’il servait de logis seigneurial. À l’angle SO, un autre corps de bâtiment, placé contre la courtine et dans le prolongement de la tour, a été identifié. Ce bâtiment a été aménagé par la construction d’un long mur, de direction N-S, reliant l’enceinte au donjon. Il appartient indubitablement à un second état et évoque une possible utilisation comme dépendance. Enfin, la cour du château, qui se développe au NE, a fait l’objet de quelques observations. Plusieurs aménagements domestiques ont été relevés dont deux fours à pain, qui peuvent témoigner de la présence d’appentis disposés contre la courtine faisant office de cuisines.

5Ainsi, nous sommes en présence d’un site castral particulièrement intéressant car il n’a pas été altéré par des remaniements de l’extrême fin du Moyen Âge. Cet ensemble monumental, vraisemblablement édifié entre le dernier quart du xiie et le début du xiiie s., est une très bonne illustration d’un de ces petits châteaux de second rang, qui s’insère dans un réseau castral dense et hiérarchisé. Ce programme de construction qui touche le cœur du castrum, où église, fortification et cimetière sont liés étroitement et autour duquel s’organisa l’habitat, montre que nous sommes alors dans un processus d’incastellamento.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Guyonnet et Yann Codou, « Auribeau (Vaucluse). Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 290.

Référence électronique

Yann Codou, François Guyonnet, « Auribeau (Vaucluse). Saint-Pierre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20382

Haut de page

Auteurs

François Guyonnet

Articles du même auteur

Yann Codou

Haut de page

Responsable d’opération

Yann Codou

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals