Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 4. – Prospections

Beaufremont (Vosges). Château

Responsable d’opération : Jean-François Proquin
p. 290-291

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de recherches sur le château de Beaufremont, un troisième chantier d’archéologie du bâti a permis de compléter les relevés réalisés au cours des deux précédentes campagnes. Les opérations ont porté sur les deux ponts-levis permettant d’accéder à l’ouest au château et au sud à sa basse cour, ainsi que sur le niveau de cave de la Tour d’ardoises, seul vestige conservé de cet ouvrage détruit en 1824. Le choix des structures étudiées répond à la problématique des aménagements apportés au château du xive au xvie s., en tant qu’affirmation de la puissance du maître d’ouvrage par leur caractère ostentatoire.

2La Tour d’ardoises se présentait extérieurement comme une tour semi-circulaire de 20 m de hauteur, constituée de cinq niveaux et surmontée d’une lanterne servant au guet. Elle s’élevait depuis le fond du fossé, au milieu du front nord du château. Seul le niveau bas subsiste ; il présente un plan carré de 5 m de côté, aux angles abattus vers le nord, voûté en berceau (hauteur maximale : 3,50 m). La totalité des élévations de ce niveau, ainsi que celles du couloir permettant son accès depuis une autre cave, ont été relevées. La construction présente un caractère homogène avec l’utilisation exclusive, pour les murs et la voûte, de calcaire à entroques, local, de couleur ocre, choisi pour sa grande résistance à l’écrasement. Les piédroits et linteaux des ouvertures fermant le couloir d’accès à ses deux extrémités ont, par contre, été réalisés avec des calcaires à polypiers blancs, pierre plus esthétique et facile à travailler. Les observations archéologiques permettent d’associer la construction de cette tour à l’extension du château au xive s. : le doublement de sa surface vers l’ouest oblige à combler l’ancien fossé occidental et à élever cette tour pour contenir la poussée des terres de comblement au nord (une autre tour est élevée au sud selon la même nécessité).

3Le relevé du pont-levis occidental a mis en évidence un phasage en trois temps. Dans une première phase – correspondant aux travaux d’extension du xive s. – le franchissement du fossé, large de 20 m, s’effectuait par un système dont il ne subsiste pas de trace mais qui devait être mixte (pont dormant puis pont mobile). À la fin du xve ou au début du xvie s., un châtelet avancé à pont-levis est construit au devant de l’entrée primitive, avec séparation des accès piéton et charretier. Le pont-levis à flèches, haut de 4 m, vient s’appuyer en position abaissée sur une pile maçonnée de 4,80 m sur 1,40 m ; le reste du franchissement du fossé se fait par un pont dormant prenant appui sur une plateforme maçonnée côté village et sur la pile du pont-levis. La construction de ce châtelet pourrait être l’œuvre de Claude d’Arberg, qui prend possession du château en 1486 après plusieurs décennies de querelles successorales. Le châtelet connaît enfin une phase de destruction à partir de 1634, au moment des campagnes ordonnées par Richelieu : il est arasé jusqu’au niveau du sol de la plateforme castrale.

4Un deuxième pont-levis permettait d’accéder au sud à la basse cour installée sur la pente dominée par le château. Le système est différent, avec une rampe maçonnée portée par deux arches, aujourd’hui obstruées, précédant un pont-levis de 3 m. Le relevé archéologique a permis de distinguer les phases de destruction et de remontage de la rampe. Sa construction est contemporaine de la fortification au xvie s., de l’ancien bourg castral remontant au xiie s. et de sa transformation en basse cour.

5Les relevés archéologiques ont ainsi mis en évidence les aménagements que connut le château de Beaufremont du xive au xvie s. et révèlent par leur caractère ostentatoire la volonté des seigneurs successifs d’affirmer leur prééminence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Proquin, « Beaufremont (Vosges). Château », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 290-291.

Référence électronique

Jean-François Proquin, « Beaufremont (Vosges). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20394

Haut de page

Auteur

Jean-François Proquin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Proquin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals