Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 4. – Prospections

Franche-Comté. Prospections thématiques sur les châteaux comtois

Responsable d’opération : Vianney Muller
p. 292-294

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007, 2008
Haut de page

Texte intégral

1Près de trente ans après les premiers inventaires castraux de la région, et en dépit des travaux menés par une poignée de chercheurs, les châteaux comtois restent mal connus. Le programme de prospections thématiques né de ce constat a pour objectif de traiter un nombre limité de sites mais de manière plus approfondie que les inventaires généraux existants. Deux éléments ont dicté le choix de ces sites : d’abord la volonté d’une certaine hétérogénéité, de la motte au bourg castral ; ensuite la possibilité d’utiliser le bénéfice des résultats pour une thèse de doctorat consacrée au patrimoine fortifié du lignage de Neufchâtel. Dans ce cadre, le Laboratoire d’archéologie médiévale de l’Est a réalisé huit relevés topographiques, en 2007 et 2008, dans les départements du Doubs et de la Haute-Saône. Une méthodologie commune a été adoptée pour tous. La zone relevée doit permettre d’observer l’intégralité du site ainsi que son environnement immédiat, afin de le replacer dans son contexte topographique et anthropique. Le rattachement à un système géoréférencé se fait par le biais des bornes de nivellement de l’IGN. Les relevés comptent en moyenne 3000 points topographiques. La densité, variable en fonction du potentiel archéologique des secteurs parcourus, permet d’obtenir une image fidèle du site, sous forme d’un modèle numérique de terrain, du plan en courbes de niveau et de coupes. La réalisation du relevé implique également une prospection fine de l’ensemble du site étudié et souvent la collecte de données auprès des habitants, notamment sur les éléments anciens conservés à l’intérieur des habitations. Une couverture photographique du site et des observations sur les vestiges sont systématiquement réalisées. Les relevés des élévations sont parfois effectués, l’utilisation du tachéomètre permet en effet l’acquisition de points de calage utiles au redressement photographique pour les parties hautes voire la réalisation de dessin au pierre à pierre si le temps le permet. Par ailleurs, cette méthode permet le repositionnement des structures sur le modèle numérique de terrain et un traitement en trois dimensions de l’ensemble des données.

2Les principaux résultats des huit opérations qui suivent portent sur les tracés précis des enceintes et fossés, la circulation autour et à l’intérieur du site par la mise en évidence des chemins et accès, l’implantation de bâtiments dont témoignent substructions et éboulis, enfin l’exploitation de ressources naturelles, notamment la pierre. Au-delà des résultats, le relevé topographique, envisagé comme travail liminaire, permet l’émergence de problématiques – sur les niveaux de sol par exemple – et concourt à l’élaboration d’un programme cohérent dans la perspective d’une étude plus fouillée.

Blamont (Doubs). Le Vieux Château

3Placée dans la pente, au nord du village de Blamont, la motte édifiée par le comte de Montbéliard occupe un petit éperon dominant la cluse formée par la Creuse. Le fossé circulaire qui l’entoure est d’inégale importance ; prononcé au sud où il est taillé dans le calcaire, il s’amenuise progressivement à l’est puis au nord et disparaît presque complètement à l’ouest au profit de la pente naturelle. Le reste de l’éperon, au nord, constitue la basse cour. Le relevé a permis de mieux comprendre la distribution des espaces. L’accès septentrional de la basse cour subsiste sous forme de maçonneries émergeant de 0,5 m environ. Une vingtaine de mètres au sud, une petite éminence oblongue révèle une rampe que l’on aborde par l’ouest. Face à elle, le bourrelet qui ceint le sommet de la motte s’interrompt ponctuellement. Sur l’axe les reliant, en fond de fossé, un petit ensemble maçonné constituait sans doute un support intermédiaire pour une passerelle. Un bâtiment rectangulaire, aux arases visibles, occupait la moitié nord de la plateforme. La distribution vers l’espace sud, plus élevé de 2 m, se faisait par un escalier intérieur. Cet espace, sans doute extérieur, ouvre dans l’angle SE sur une tour, partiellement taillée dans la roche, dont l’empreinte subsiste. Le site est abandonné à la fin du xiiie s. par les sires de Neufchâtel au profit de l’éperon plus vaste, situé au sud. Le bourg de Blamont s’y développe alors autour d’une forteresse continuellement adaptée à l’artillerie jusqu’à la fin du xviie s.

Bouclans (Doubs)

4Le village de Bouclans est installé sur un plateau à fort pendage dont l’angle NE, délimité par un vallon sec au nord et celui « du Gour » à l’est, abrite le château. Pourvu de deux fossés successifs et d’une enceinte percée de deux portes, le bourg ne conserve presque rien de ses défenses médiévales. Si le tracé général des fossés et de l’enceinte était déjà connu, le relevé en a précisé les contours et l’état de conservation de chaque tronçon. Du château, au plan trapézoïdal, subsistent deux tours circulaires dans les angles face au bourg et une tour pentagonale contrôlant le franchissement du fossé. La présence d’un bossage irrégulier et d’une simple archère font sans doute de cette dernière l’élément le plus ancien du site, en dépit de nombreuses modifications (élargissement et percement de baies, adjonctions de bâtiments, etc.). La tour SE, munie d’archères-canonnières du xve s., possède une maçonnerie de blocs calcaires, régulièrement assisés, de module moyen à grand. Sous l’actuelle bâtisse, un tronçon de cave voûtée témoigne d’un bâtiment plus ancien, antérieur peut-être à celui figuré sur le cadastre napoléonien et dont la topographie conserve l’implantation. Le bourg et le château de Bouclans restent bien mal connus, en raison notamment du laconisme des sources écrites.

Chemilly (Haute-Saône)

5Dominant la confluence de la Saône et du Durgeon, le château de Chemilly occupe, avec le couvent de tiercelins du xviie s., un étroit plateau au pied duquel s’est développé l’habitat. Le complexe castral est constitué d’une cour basse dont la courtine relie, d’ouest en est, un bâtiment rectangulaire à tourelle d’angle en encorbellement, une tour carrée et un second bâtiment rectangulaire, mainte fois repris. La cour haute abrite une tour carrée, élément le plus ancien, sur laquelle s’appuie un corps de bâtiment. On passe d’une cour à l’autre par une tourelle d’escalier appuyée contre le bâtiment à échauguette. Perturbée par l’extension de l’habitat, la disposition d’origine est difficile à saisir. Plusieurs hypothèses nouvelles émergent toutefois du relevé. Le niveau de sol de la cour haute pose problème. En effet, les archères situées dans la cave voûtée se situent 3 m sous le niveau de sol. L’emprise de la cave, débordant celle du bâtiment actuel, tout du moins au sud, témoigne peut-être d’une structure plus ancienne accompagnant la tour interprétée jusqu’à présent comme la seule partie ancienne. À l’ouest du château, une petite terrasse en contrebas, souvent interprétée comme le fossé, pourrait bien révéler le niveau de sol ancien, son altitude correspondant à celle des ouvertures de tir mentionnées. Par ailleurs, deux secteurs, d’une dizaine de mètres de diamètre, présentant un dénivelé prononcé, pourraient correspondre à des structures écroulées.

Colombier (Haute-Saône). Montaigu

6Sis sur une butte témoin, le château de Montaigu forme un rectangle, orienté SO-NE, de 25 m de large sur 70 m de long. À l’ouest, une première terrasse, étroite, contrôlait l’entrée du château et la circulation vers la basse cour. Située à l’est, en léger contrebas, celle-ci se présente comme un espace enclos de 5000 m², équipé d’un puits. L’habitat, mentionné par les textes, occupait sans doute cet espace avant que le bourg n’avorte au profit du village de Colombier. Un bâtiment résidentiel occupe l’angle NE du château où la trace d’une cheminée subsiste sur la hauteur conservée, soit deux niveaux en plus de la cave voûtée observée. Plus au sud, des substructions révèlent un bâtiment en « L » constitué de deux tronçons rectangulaires se joignant à angle droit. Un peu plus loin, une dépression circulaire pourrait correspondre à l’implantation d’une tour, sans qu’il soit possible de l’affirmer. La courtine sud est la partie la mieux conservée du château, avec une hauteur de 10 m et une longueur de 50 m. Des trous de poutre permettent d’affirmer que plusieurs bâtiments s’y adossaient. Possédée par la branche cadette des comtes de Bourgogne, puis les seigneurs de Neufchâtel, Montaigu est, au xve s., un centre important dont le déclin s’explique par les guerres de succession et la proximité d’un village mieux placé sur les axes de communication.

Écurcey (Doubs). Champ Babon

7Installé sur un plateau interrompu à l’ouest par le fossé d’effondrement de Pont-de-Roide, le site est isolé du reste du plateau au nord par un repli bordier. Grange cistercienne sécularisée au xiiie s., Chamabon voit naître un village d’une dizaine de feux, déserté dès le xve s. Sur une dizaine d’hectares correspondant au toponyme de Champ Babon, trois secteurs à potentiel archéologique ont été mis en évidence par le relevé, dont deux non signalés auparavant. Au SE, les vestiges d’un bâtiment rectangulaire de trois pièces, accompagné d’un seconde structure, 2 m plus bas, et d’un chemin fossilisé, signalent peut-être une ancienne exploitation agricole. Au NO, en bordure de l’éperon, se situe un petit enclos délimité par une levée de terre et un fossé, ponctuellement interrompus au NE pour laisser place à une entrée en chicane. Dans l’angle NO de cet espace, une tour carrée de 9 m de côté est isolée de l’enclos par un fossé. Conservée sur 2 m de hauteur, elle présente une maçonnerie en petit appareil bien assisé. À l’extérieur de l’enclos, 50 m au sud, les arases d’un bâtiment rectangulaire de 15 à 20 m de large sur 35 à 40 m de long affleurent. La mise en relation de ces divers éléments livre un site plus complexe que supposé. L’interprétation des bâtiments et de l’enclos, les occupations successives, les mentions tardives de la tour de Chamabon ou du château Babon sur la carte de Cassini invitent à reconsidérer l’histoire de ce village déserté.

Fondremand (Haute-Saône)

8Le bourg de Fondremand s’est implanté sur le versant NE de la vallée de la Romaine dont il contrôle la source. Une enceinte, précédée d’un fossé et percée de deux portes, assurait la défense du village, en complément du château comtal qui en occupe l’angle ouest. Les tracés des fossés et de l’enceinte, nettement visibles à l’ouest, sont mieux connus désormais dans la partie nord où l’enceinte se confond sans doute avec les écuries de la ferme de Château-Gaillard. Le château se compose de la grosse tour, bâtie au xiie ou xiiie s., et d’un corps de logis du xvie s. complété d’annexes agricoles au xviiie s. La question du niveau de sol originel est, ici aussi, importante en raison des terrasses successives où s’organisent aujourd’hui le village et le château. Une porte et plusieurs jours de l’escalier primitif du donjon se trouvent ainsi enterrés 2 m sous le niveau de sol actuel. Celui-ci est cohérent avec la tourelle d’escalier ajoutée à la fin du xve s., lors d’une phase de travaux consacrée aux structures résidentielles du site. Aucun fossé ne sépare plus aujourd’hui le château du bourg et l’aménagement de jardins, au nord et au sud, a contribué à gommer les fossés. Le château de Fondremand, passé aux Neufchâtel par une branche cadette des comtes de Bourgogne, illustre ainsi le glissement d’une fonction défensive à un usage résidentiel.

Montéchéroux (Doubs). Motte de Clémont

9Le château de Clémont est installé au sommet d’une butte témoin à l’origine du toponyme qui désigne ici un relief naturel, peut-être aménagé par endroits. Le bourg, en contrebas du château, sur une terrasse en forme de croissant de 250 m de long et 50 m de large, fut abandonné à la fin du xviie s. et remplacé par une ferme dont l’activité persiste. Au sommet, une petite plateforme de 65 m sur 30 m accueillait le château. Deux bâtiments au moins y ont laissé leur empreinte. Une tour d’une dizaine de mètres hors œuvre occupait le côté nord de la terrasse, en bordure de la pente. Plus à l’est, un bâtiment rectangulaire complétait le dispositif. Le chemin d’accès, fossilisé, contourne l’ensemble de la motte par le nord et accède à la terrasse sommitale par une interruption du bourrelet de terre la ceignant, dans l’angle SE du château, face au bâtiment rectangulaire. Sans doute édifié par les seigneurs de Neufchâtel entre 1242 et 1261, ce château répond aux prétentions territoriales de cette famille en direction du comté de Montbéliard. Le bourg – 18 feux à son apogée – ne connut jamais de grands développements en raison de la concurrence du village de Montéchéroux, mieux situé sur les axes de communication.

Neuchâtel-Urtière (Doubs). Hameau de Neuchâtel

10Le bourg médiéval se situe sur un éperon atypique puisque formé de deux niveaux. Une barre rocheuse, au centre, coupée au sud par le fossé, abritait le château. Une dizaine de mètres en contrebas, le village se déploie sur l’éperon tout autour de la forteresse. Quatre des six tours de l’enceinte urbaine ont pu être localisées et trois d’entre elles sont encore accessibles. Les ouvertures de tirs conservées correspondent à une adaptation tardive à l’artillerie. Du village, abandonné au xixe s., quelques éléments de parcellaire subsistent, brouillés malheureusement par des remblais récents liés à l’implantation d’un relais de communication. Plusieurs structures du château sont encore perceptibles. Au sud, en surplomb du fossé, une tour circulaire assurait la défense du site ; 40 m au nord, un petit fossé coupe la barre rocheuse. À sa hauteur, un bâtiment dont les maçonneries reposaient, à l’est, sur la barre rocheuse et, à l’ouest, sur l’éperon du bourg existait autrefois. Représenté sur un dessin du xixe s., il n’en reste qu’une ouverture inaccessible car suspendue dans la paroi. Vers le nord, un secteur d’une soixantaine de mètre de long, indiqué comme « vieux château en ruine » sur un plan du xviie s., ne dévoile plus aucun vestige. Une profonde dépression, dénotant l’existence d’une tour, met fin à cette zone vierge. Elle précède un bâtiment semi-troglodytique appuyé contre une excroissance de la barre rocheuse. Au sommet de celle-ci, une indentation témoigne sans doute d’une solive à mettre en relation avec les trous d’encastrement visibles dans le reste de la paroi. Au-delà de cette structure, vers le nord, un petit corridor qui s’achève par une poterne dessert un chemin de fuite constitué par des replats aménagés dans la roche sur lesquels s’appuyaient sans doute des structures périssables. Enfin, immédiatement au sud du bourg, une carrière alimenta sans doute la construction du château ou du bourg. Au milieu de ces vestiges, importants quoique très lacunaires, seule la chapelle installée au nord témoigne encore de l’occupation des lieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vianney Muller, « Franche-Comté. Prospections thématiques sur les châteaux comtois », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 292-294.

Référence électronique

Vianney Muller, « Franche-Comté. Prospections thématiques sur les châteaux comtois » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20414

Haut de page

Responsable d’opération

Vianney Muller

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals