Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 4. – ProspectionsNiederstinzel (Moselle). Maison f...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 4. – Prospections

Niederstinzel (Moselle). Maison forte de Geroldseck

Responsable d’opération : Gérard Giuliato
Notice rédigée avec Cédric Moulis
p. 295-296

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Une opération d’étude du bâti a été menée sur la maison forte de Niederstinzel, située à 900 m du village éponyme, dans la plaine alluviale de la Sarre. Elle se présente comme un carré de 27 m de côté aux angles arrondis, assis sur une plateforme légèrement rectangulaire entourée d’un fossé double. Trois bâtiments étaient adossés aux parois internes de la maison forte.

2Le bâtiment nord (23 m sur 10 m) forme le logis seigneurial, éclairé de six fenêtres et chauffé par une cheminée. Il devait, selon toute vraisemblance, comporter un étage. Le bâtiment ouest (12 m sur env. 7 m) s’appuie sur le logis seigneurial. Son implantation est bien marquée par deux séries de trous de poutre alignés. Une latrine est située entre le deuxième et le troisième niveau. Le premier étage accueille une cheminée à conduit intégré dans le mur. Le bâtiment est (12 m sur env. 10 m) a laissé, lui aussi, des traces évidentes sur le mur d’enceinte. Son niveau supérieur donnait accès à la seconde latrine du site, légèrement plus haute que le niveau de plancher. Par contre, la porte d’accès à la tour est bien située au niveau de celui-ci. Le reste de l’espace interne à la maison forte était vraisemblablement occupé par une cour (6 x 12 m) sur laquelle s’ouvrait la porte d’entrée.

3La tour, accolée au mur sud, en raison de sa surface habitable (27 m2 répartis sur trois niveaux), de la petitesse des cinq ouvertures (destinées uniquement au tir) et de son implantation (protégeant l’entrée, en barrage du côté de l’attaque), semble avoir une vocation exclusivement militaire. Les parties sommitales conservées gardent la trace d’un étroit chemin de ronde à parapet dont l’accès se faisait peut-être par les étages supérieurs des différents bâtiments.

4L’ensemble de la maison forte a été bâti en moellons calcaires du Muschelkalk. Les pierres de la phase de construction originelle sont liées avec un mortier de chaux rosé. L’observation des maçonneries conduit à proposer la technique de montage suivante : on maçonne les deux parements sur une hauteur de 60 ou 70 cm en posant les pierres à plat, quasiment jamais en boutisse. On réalise ensuite le blocage sur la même hauteur en disposant les pierres sans agencement particulier, mais plutôt à plat. On rétablit alors l’horizontalité en posant une assise de réglage, que le blocage respecte également. À ce stade de la construction, on rehausse l’échafaudage en plaçant des boulins, traversants et maçonnés, en biais au-dessus de l’assise de réglage, qui vont servir à la fois pour les platelages intérieurs et extérieurs. La mise en œuvre générale du bâtiment semble se réaliser horizontalement. La seconde phase de chantier ne paraît structurellement pas très différente. Seul le rehaussement de la tour apparaît dissemblable, avec, sur les premières assises, un parement, plus soigné et de plus grande hauteur. Le mortier utilisé est plus clair.

5L’état actuel de la recherche permet de faire apparaître un phasage en deux temps forts. Le premier correspond à l’édification du bâtiment, au milieu du xive s. L’ensemble est conçu pour la vie d’une famille de petite noblesse, tels que se présentent les sires de Geroldseck : une simple enceinte quadrangulaire protégée par un chemin de ronde (défense sommitale), une tour (défense latérale) et un fossé double, le tout englobant un logis seigneurial percé de larges fenêtres, avec des éléments de confort telles les latrines et les cheminées. Les aléas des partages successoraux et la gestion en coseigneuries à partir de la fin du xive s. conduisent à repenser l’organisation spatiale et la définition des bâtiments : une seconde cheminée est ajoutée dans le bâtiment ouest, un mur de refend divise la grande pièce du logis seigneurial. De même, divers événements (attaques, incendies) obligent à un réaménagement des éléments défensifs (avec le rehaussement de la tour et du chemin de ronde, et l’ajout d’une barbacane).

6Ce type d’édifice, globalement carré, à angles arrondis et muni d’une seule tour protégeant l’accès principal, se retrouve pour la même période dans le nord de la Suisse (Pratteln) et le sud de l’Allemagne (Aeschach). Il apparaît ainsi vraisemblable que les Geroldseck ont adopté un plan de construction issu de la tradition germanique.

7Ces conclusions seront à confirmer en 2009 par l’analyse des mortiers, des charbons de bois et les études géophysiques. À terme, une opération de sauvetage urgent s’impose en raison des dégradations infligées au site par des travaux clandestins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Moulis et Gérard Giuliato, « Niederstinzel (Moselle). Maison forte de Geroldseck »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 295-296.

Référence électronique

Gérard Giuliato, Cédric Moulis, « Niederstinzel (Moselle). Maison forte de Geroldseck » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.20430

Haut de page

Auteurs

Cédric Moulis

Articles du même auteur

Gérard Giuliato

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérard Giuliato

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search