Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 5. – Projets collectifs de recherche

Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonctions des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 299-300

Entrées d’index

Année de l'opération:

2007, 2008
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://www.chateaux09.fr

Texte intégral

1Les quatre premières années de recherches ont regroupé une quinzaine de chercheurs sur le thème des fortifications médiévales dans les trois comtés pyrénéens de Foix, Couserans et Comminges (portion orientale). Il s’agit de rassembler les recherches sur ce secteur en permettant de comparer entre eux les sites, leurs fonctions, le paysage qui les entoure et les situations géopolitiques afin d’évaluer les rapprochements possibles et les divergences. Sans partir d’une catégorisation architecturale réalisée a priori ou de typochronologies architecturales hors de leur contexte, l’objectif est d’évaluer s’il y a véritablement des architectures différentes entre ouvrages de fonctions et d’origine semblables. Notre principal souci est aussi de replacer les ouvrages fortifiés dans une dynamique historique, géopolitique et sociale.

2Du point de vue des pouvoirs, à partir du xiie s., cette zone est partagée en deux grands secteurs d’influence : le comté de Comminges et le comté de Foix. Ces structures du pouvoir public, au devenir différent, traversent une phase durant laquelle leur définition spatiale aboutit à construire au xiie s. des secteurs politiques homogènes, espaces dont les frontières véritablement linéaires ne furent précisées qu’au xiiie s. Leur cadre géographique est lié au réseau des vallées, il est constitué de « tranches » de secteurs de la haute montagne et du piémont aval. Ces entités politiques, situées hors du contexte des opérations militaires de la grande Guerre Méridionale, n’en subissent pas moins les conséquences de l’expansion du domaine royal aux xiiie et xive s. Dès le second quart du xiiie s., les pouvoirs locaux purement seigneuriaux tendent à être concurrencés par des structures consulaires franchisées dont les plus puissantes sont souvent situées en aval, révélant le glissement du dynamisme économique vers les piémonts. Cette région subit moins les conséquences de la guerre de Cent Ans que d’autres zones du SO de la France, privilégiée par un pouvoir resté puissant et parfois quasi autonome, mais aussi par leur situation en arrière des grands axes de communication.

3Après avoir étudié (en 2007) les caractères architecturaux globaux, les plans et les morphologies des bâtiments, dans le but de conceptualiser le bâti, les membres du programme se sont attachés (en 2008) à travailler sur ce dernier à partir d’études de murs et de parements réalisées sur des ouvrages divers. Même s’il paraît souvent délicat de proposer des critères de datation reposant sur l’évolution des styles et des méthodes de construction, quelques pistes ont pu être proposées. Globalement, la construction militaire, fonctionnelle ou ostentatoire dans ce secteur des Pyrénées prend des formes très différentes de ce que l’on connaît au nord, dans la plaine de la Garonne. Malheureusement, les ouvrages ou les portions d’ouvrages antérieurs au xiie s. sont très rares et, en l’absence de fouilles archéologiques, nos données sont très limitées. Les murs connus du Moyen Âge central sont souvent très comparables dans leurs parements à ce que l’on peut observer dans le bâti des églises romanes. Les murs sont maçonnés, les assises horizontales et l’appareil constitué de moellons petits ou moyens, bien taillés au moins sur cinq faces. Mais on note, en même temps, une utilisation de la pierre sèche pour des ouvrages en place à la fin du haut Moyen Âge. Cette technique perdure au moins jusqu’au xiie s. dans des murs de fortifications villageoises subordonnées à des châteaux construits en maçonnerie ou dans des terrasses sur les sites des châteaux eux-mêmes.

4À partir du xiiie s., et peut-être dès la fin du xiie s., l’aspect visuel des parements des murs de châteaux se dégrade parce que les moellons utilisés sont de plus en plus irréguliers, mal taillés, parfois juste équarris. Les assises perdent de leur horizontalité, mais le travail de maçonnerie reste d’une grande qualité. Les murs n’en sont pas moins très solides, bâtis à grand renfort de mortier de chaux avec des blocages de plus en plus puissants. On utilise des rangées en arête de poisson, mais pour des raisons essentiellement fonctionnelles et non décoratives, ce qui constitue un changement par rapport aux utilisations plus anciennes de cette technique.

5À la fin du Moyen Âge, la profusion des ouvrages antérieurs – que l’on détruit parfois – permet de plus nombreux réemplois. Dans ces cas, les parements des murs sont plus bigarrés et encore moins réguliers qu’auparavant. Sur de très rares sites, la brique apparaît, mais son usage reste limité à quelques portions de murs.

6Alors que les sites de montagne semblaient jusqu’alors avoir été eux-mêmes la source d’approvisionnement des blocs par la taille énorme de leurs reliefs, à la fin du Moyen Âge on commence dans quelques ouvrages très ostentatoires, comme la nouvelle tour du château de Foix, a recourir en grand à des moellons allochtones provenant de carrières spécialisées, telles des carrières de grès. C’est aussi à cette époque que se diffusent des modèles de tours philippiennes, plus délicates à bâtir et nécessitant donc des moellons mieux ouvragés. La technique du blocage perdure au-delà du Moyen Âge.

7Les murs de la plupart des habitats paysans fortifiés dont les ruines subsistent, semblent dater des xiiie et xive s. dans leur premier état. La grande majorité d’entre eux matérialisent la limite de franchises, mais on reconnaît quelques forts villageois dont la répartition est très différente suivant les secteurs et selon l’histoire événementielle et militaire. Les portes de ces fortifications sont souvent soignées, en ogive, et leurs piédroits solidement bâtis, mais les murs sont moins soignés. Quand nous pouvons en juger dans la documentation, la construction et l’entretien de ces ouvrages, comme celle des châteaux, restent à la charge des communautés villageoises.

Murs et fenêtre du milieu du xive s. sur un site du comté de Foix (Montréal-de-Sos). Le mur, au pied d’une tour maîtresse, est un refend construit à partir de moellons réemployés issus de murs antérieurs détruits.

Murs et fenêtre du milieu du xive s. sur un site du comté de Foix (Montréal-de-Sos). Le mur, au pied d’une tour maîtresse, est un refend construit à partir de moellons réemployés issus de murs antérieurs détruits.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Murs et fenêtre du milieu du xive s. sur un site du comté de Foix (Montréal-de-Sos). Le mur, au pied d’une tour maîtresse, est un refend construit à partir de moellons réemployés issus de murs antérieurs détruits.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonctions des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 299-300.

Référence électronique

Florence Guillot, « Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolution et fonctions des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20454

Haut de page

Auteur

Florence Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals