Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 5. – Projets collectifs de re...Haute-Normandie. Étude microtopog...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 5. – Projets collectifs de recherche

Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher
Notice rédigée avec Bruno Lepeuple et Aude Painchault
p. 301

Entrées d’index

Année de l'opération :

2004, 2005, 2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Le PCR entrepris depuis 2004 s’est poursuivi en 2007 avec l’étude de dix sites. Cinq d’entre eux sont particulièrement vastes et chargés d’histoire : leur relevé et l’établissement de la fiche sur le terrain et en archives n’ont pas pu être effectués en une seule année. Leurs noms seront donc mentionnés ici pour mémoire, mais les résultats seront présentés seulement lorsque le travail sera achevé. Il s’agit du Château d’Arques-la-Bataille (Seine-Maritime), du Donjon à Conches-en-Ouche (Eure), du Château à Gisors (Eure), du Château de Montfort-sur-Risle (Eure), du Mont-Carmel à Pont-Audemer (Eure). L’étude, en revanche, a été menée à son terme sur cinq autres sites évoqués ci-dessous.

Amfreville-sous-les-Monts (Eure). La Côte des Deux Amants

2Le site domine de 120 m la vallée de l’Andelle, sur sa rive gauche, à proximité d’un château moderne attaché au même toponyme qui occupe l’angle du plateau, au-dessus de la confluence Seine-Eure-Andelle. Un tertre, placé au niveau de la rupture de pente, est isolé par un fossé de 10 m d’ouverture et 3,5 m de profondeur. La fortification, qui peut être qualifiée de motte, est d’envergure moyenne avec une élévation de 2,5 m par rapport au plateau et une plateforme de 16 m sur 17,5 m. Dans le fossé, trois sondages stériles de 1,5 m de profondeur avaient été réalisés par Léon Coutil avant 1895, leur observation permet de constater un remblai conséquent du fossé. Il n’existe aucune mention du site qui permette de le dater, mais l’évidente fonction de surveillance de la position tend à le rapprocher du château de Pont-Saint-Pierre, à 3 km de là. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Amfreville-sous-les-Monts (Eure). Le Plessis, Le Bois du Câble

3Le site du « Bois du Câble » occupe un sommet de coteau qui domine la confluence Seine-Eure-Andelle. Une levée de terre de 6 m de hauteur et 128 m de longueur barre un éperon de 2,5 ha. Un fossé irrégulièrement conservé, de 25 m d’ouverture pour 4 m de profondeur au maximum, est intégralement comblé dans l’axe d’un percement récent du rempart. Aux extrémités, deux légers reliefs perpendiculaires suivent la ligne de rupture de pente sur une longueur de 25 m, ils ne réapparaissent pas sur le contour de l’éperon. Dans l’angle SE, tangente à la levée de terre, est placée une enceinte en quart de cercle de 25 m de rayon, au rempart de 2,5 m de hauteur et au fossé de 10,5 m d’ouverture. Au SO, une section comblée du fossé correspond à un accès vers l’intérieur. À l’intérieur, reliefs et nature du sol plaident en faveur de bâtiments adossés au rempart.

4La lecture du plan suggère une chronologie relative : un emboîtement de l’enceinte interne dans l’angle d’un puissant barrage. La datation du premier état reste problématique, une occupation liée à l’âge du fer a plusieurs fois été évoquée. Le cloisonnement de l’espace avec l’aménagement d’une enceinte sur tracé circulaire se rapproche de schémas fréquents au xie s. Il faut mentionner la présence, à 3 km, d’une enceinte similaire, celle de Pont-Saint-Pierre, liée à une seigneurie attestée au milieu du xie s. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Dangu (Eure). La Chapelle de la Motte

5Le site de la Chapelle de la Motte se trouve à l’extrémité sud du village de Dangu, en contrebas d’un coteau et à proximité de la vallée de l’Epte. Il s’étend sur deux parcelles, l’une est boisée, l’autre en pré. La limite parcellaire correspond à deux états de conservation différents : au sud, les reliefs sont très prononcés, au nord, ils sont partiellement effacés. L’ensemble est dominé par une motte dont la plateforme sommitale, de 20 m sur 22 m, surplombe de 20 m la route située en contrebas. Elle a été isolée du plateau par un fossé en arc de cercle de 25 m d’ouverture, pour 8 m de profondeur actuelle. Sur le sommet de la motte a été construite une chapelle (de 16 m sur 8 m) liée à l’installation d’un château en 1913, elle est actuellement en ruines. Vers le nord, quelques traces d’une basse cour connectée à la motte sont conservées. Ses dimensions maximales, à l’intérieur du fossé, seraient d’environ 90 m d’est en ouest et 100 m du nord au sud. Les zones nivelées et les constructions récentes invitent à rester prudent sur l’interprétation des reliefs, l’ensemble ayant été particulièrement affecté par l’existence d’un circuit de promenade visible sur le cadastre de 1809.

6Le château de Dangu est mentionné pour la première fois en 1119 lorsque Louis VI le Gros l’assiège. Il fait également l’objet de réparations en 1184. S’agit-il du château observé sur le terrain ? Si trois sites fortifiés sont repérés sur la commune de Dangu, la taille et la morphologie du site présenté ici sont semblables à celles des mottes proches de Gisors et Château-sur-Epte, toutes deux élevées à la fin du xie s. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Le Thuit (Eure). Le Bois du Thuit

7Le site, appelé localement « la Butte Castel », prend place dans un ensemble déjà défendu, en aval des Andelys : un important rempart de terre ferme un éperon barré, encadré par un vallon sec et la vallée de la Seine. Dans l’angle NE, une motte avec basse cour a fait l’objet d’un relevé topographique. La motte est assise sur le rebord du coteau, au niveau d’une rupture de pente très prononcée, sa hauteur varie de 1,5 m depuis le plateau à 8 m depuis le vallon, la plateforme mesure 14 m de diamètre. Le fossé présente 11 m d’ouverture pour une profondeur maximale de 3 m, une bande de terrain n’a pas été décaissée pour laisser subsister un pont de terre qui accède à la motte. La basse cour dont les reliefs dégradés n’ont fait l’objet que d’un relevé partiel se développe vers l’est selon un tracé semi-circulaire ouvert sur le coteau. Son tracé, au contact de la motte, enveloppe le tertre en venant doubler la défense fossoyée sur son flanc occidental.

8Aucun élément ne permet de dater le site. Néanmoins, l’agencement des différentes parties permet de souligner une parenté avec le site de Malassis à Sainte-Geneviève-lès-Gasny, construit en 1118 par Henri ier Beauclerc pour assiéger les troupes françaises occupant la place de Gasny. Elles s’enfoncent vers l’intérieur des terres en 1119, en s’emparant du château des Andelys. La « Butte Castel » s’apparente à un ouvrage de siège analogue. D’autre part, un examen attentif du sol a permis de recueillir des fragments de panse à pâte blanche provenant de oules et un tesson montrant une bande appliquée digitée qui ne contredisent pas une occupation courte durant la première moitié du xiie s. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Villers-Écalles (Seine-Maritime). Le Vieux Château

9Légèrement à l’écart du centre bourg, le château de Villers-le-Chambellan se situe sur un éperon rocheux. Il domine la rivière et la vallée de l’Austreberthe, et suit la forme naturelle du rocher, en pointe au NE et s’élargissant au SO. La forteresse est constituée d’une enceinte isolée de son environnement au NNE et SE par les pentes naturelles du relief et, au SO, par un fossé rectiligne très largement remanié. L’ensemble est rehaussé d’une plateforme de terre rectangulaire, ceinte d’un mur de pierre, qui se termine en pointe arrondie au NE.

10Les vestiges maçonnés, très mal conservés, ne concernent pratiquement que l’extrémité NE de l’ensemble fortifié. On y trouve un bâtiment rectangulaire de 8,40 m de large et deux probables tours flanquantes qui apparaissent en microreliefs, de part et d’autre de la pointe de la plateforme. Cet ensemble pourrait correspondre aux vestiges d’une maison forte en L, que l’on suppose dater au plus tôt du xve s., composée d’un bâtiment rectangulaire flanqué de deux tours, visible sur des gravures anciennes, et d’un second bâtiment situé plus en retrait, encore perceptible sur le terrain, qui termine le L.

11Au SE, et accolée au mur extérieur, se trouve une petite pièce dont la réalisation a nécessité la mise au jour des fondations du mur du bâtiment, et le décaissement de la terre qui le maintenait. Il semble s’agir d’une fausse ruine d’époque romantique. À l’ouest du bâtiment rectangulaire, un puits très remanié, encore en eau, pourrait également comporter des éléments construits anciens.

12Le commanditaire de ce château n’est actuellement pas connu, mais les premières mentions font état de l’appartenance de la châtellenie de Villers, en tant que plein fief de haubert, à la baronnie et haute justice de Montville. Celle-ci relevait au xie s. de la vicomté d’Arques, puis du comté de Tancarville. D’après Orderic Vital, la forteresse fut détruite une première fois vers 1137 par Étienne de Blois qui brûla les possessions de Rabel de Tancarville, grand chambellan de Normandie, alors rallié à la cause de Geoffroy d’Anjou dans la guerre de succession pour le trône d’Angleterre et le duché de Normandie. En 1480, la châtellenie de Villers n’est plus détenue par la famille des Tancarville. Le château, reconstruit plusieurs fois, perdure jusqu’au xviiie s. où l’ensemble fortifié est définitivement détruit, pour des raisons de sécurité, par le baron d’Esneval et d’Acquigny. (Relevé et étude : Aude Painchault.)

Villers-Écalles. Le Vieux Château, relevé topographique.

Villers-Écalles. Le Vieux Château, relevé topographique.

Relevé du terrain : D. Étienne, T. Guérin, P.-A. Guesdon, B. Le Dret, B. Lepeuple, A. Painchault, L. Wailliez. Mise au net : A. Painchault.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Villers-Écalles. Le Vieux Château, relevé topographique.
Crédits Relevé du terrain : D. Étienne, T. Guérin, P.-A. Guesdon, B. Le Dret, B. Lepeuple, A. Painchault, L. Wailliez. Mise au net : A. Painchault.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Lepeuple, Aude Painchault et Anne-Marie Flambard Héricher, « Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 301.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, Bruno Lepeuple et Aude Painchault, « Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.20462

Haut de page

Auteurs

Bruno Lepeuple

Articles du même auteur

Aude Painchault

Articles du même auteur

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search