Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Bruyères-et-Montbérault (Aisne). Les Raidons

Responsable d’opération : Thierry Galmiche
p. 304

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique préalable à l’aménagement par le département de l’Aisne d’un boulevard urbain autour du bourg de Bruyères a permis de découvrir deux ensembles funéraires distincts. Le plus ancien est apparu à une profondeur de 2,3 m. Dans l’espace du sondage, 17 tombes à inhumation sans mobilier, globalement orientées E-O, tête à l’ouest, ont été découvertes. Trois ont été étudiées de façon approfondie par l’anthropologue Nadège Robin. Une analyse 14C a permis de dater le décès d’un des individus entre 1275 et 1390 (670 ± 30 BP). L’utilisation de contenants en bois et la structure du cimetière ne plaident pas pour des sépultures de catastrophe. En l’absence d’investigations supplémentaires, la localisation de cette aire funéraire en dehors de l’enceinte urbaine, à l’écart des établissements religieux connus, demeure inexpliquée. Un mur vraisemblablement en lien avec ce cimetière a été partiellement dégagé. Il est difficile de savoir s’il le borde ou s’il appartient à une construction plus importante, voire à un édifice lié au culte.

2Un second ensemble funéraire est apparu, creusé dans le remblai de 1,9 m d’épaisseur déposé postérieurement à l’abandon du précédent. Quinze sépultures orientées globalement E-O, tête à l’ouest, ont été mises en évidence dans l’emprise du sondage. Trois ont été fouillées. Une datation 14C réalisée à partir d’ossements indique la période comprise entre 1430 et 1615 (420 ± 35 BP). Les éléments de datation absolue, la position à l’extérieur des murs de la ville et une indication sur une copie du xixe s. d’un plan de 1584 rendent plausible l’identification de ce cimetière avec le lieu d’inhumation de la communauté protestante de Bruyères. La question de la réutilisation funéraire au xvie s. d’un espace déjà employé comme cimetière deux à deux siècles et demi auparavant est posée. Cette réoccupation est-elle fortuite ou a-t-on réutilisé volontairement une zone jadis employée pour des inhumations marginales ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Galmiche, « Bruyères-et-Montbérault (Aisne). Les Raidons », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 304.

Référence électronique

Thierry Galmiche, « Bruyères-et-Montbérault (Aisne). Les Raidons » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20493

Haut de page

Auteur

Thierry Galmiche

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Galmiche

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals