Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 2. – Fouilles préventives

Mérignac (Gironde). La Vieille Église

Responsable d’opération : Catherine Rigeade
p. 310

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Plusieurs niveaux d’inhumations et aménagements funéraires ont été mis au jour dans le cimetière de l’église Saint-Vincent de Mérignac, témoignant de la vocation cimétériale de ce secteur, depuis le xie jusqu’au xviiie s. L’intervention sur cette parcelle éclaire et complète, en dépit d’une chronologie difficile à préciser, la connaissance des pratiques funéraires des Mérignaciens durant les périodes médiévale et moderne.

2La fouille du cimetière de l’église Saint-Vincent a confirmé l’occupation du site à l’époque antique. Une série de fosses ­circulaires interprétées comme des silos ont été mises au jour dans le secteur NE de la zone de fouille ; cette aire d’ensilage est peut-être en relation avec l’habitat ier-iiie s. mentionné par Sautreau en 1981, dans le cadre des sondages réalisés à l’intérieur de l’église.

3Dans un second temps, le site est un lieu d’inhumation. Ce cimetière est rattaché à l’église Saint-Vincent, mentionnée dès le xiie s. Il a fonctionné du Moyen Âge jusqu’à 1853. Les sépultures mises au jour lors de la fouille se répartissent de part et d’autre d’une limite rectiligne orientée E-O, matérialisée par un fossé, une butte puis un mur qui se juxtaposent au même endroit. À l’est, une structure pourrait fonctionner avec l’état non bâti de la limite. La morphologie de cette structure s’apparente à celle d’un puits creusé dans un sédiment sableux et dont les parois auraient été fortement confortées avec un sédiment argileux. Le volume cylindrique observé en son centre en serait la cheminée.

4D’après les plans les plus anciens, le mur correspond clairement à la limite de clôture du cimetière, décrit comme fermé et muraillé en 1664. La visite de 1787 indique que ce mur est en partie tombé, ce qui explique sa maçonnerie hétérogène. Un témoignage plus récent mentionne la présence de pierre sculptée dans son architecture. La découverte d’un fragment de sarcophage pris dans sa fondation confirme cette observation.

5La partie nord du bâtiment correspond plus vraisemblablement à l’école Suzanne-Débrat. Le massif bétonné et les éléments liés au ciment sont à rattacher avec la construction d’une « maison du combattant ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Rigeade, « Mérignac (Gironde). La Vieille Église »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 310.

Référence électronique

Catherine Rigeade, « Mérignac (Gironde). La Vieille Église » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20581

Haut de page

Auteur

Catherine Rigeade

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Rigeade

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals