Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 2. – Fouilles préventives

Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse (Aude). Les Jardins de Saint-Benoît

Responsable d’opération : Arnaud Gaillard
p. 312-314

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de lotissement « Les Jardins de Saint-Benoît », sur une superficie d’au moins 37 000 m2, est à l’origine de cette opération de fouille. À 200 m environ au SO du village, le site est installé en bordure orientale d’une terrasse dominant la rive droite de la Nielle, dont le fil d’eau est à environ 20 m au-dessous de la rupture de pente. Le sous-sol se compose d’affleurements molassiques en partie recouverts par des lambeaux de terrasse. L’ensemble est coiffé par un important dépôt de colluvions historiques.

2Hormis la présence d’une petite fosse isolée pré ou protohistorique et d’une série de tronçons de murs alignés et orientés NNO-SSE, témoignant probablement d’un ancien découpage parcellaire moderne, l’ensemble des vestiges observés réfère à l’époque médiévale lato sensu. En bordure orientale de la zone de fouille, quatre structures excavées ont été repérées. Leur profil, leur gabarit et leur dynamique de comblement incitent à penser qu’il s’agit de silos postérieurs à l’Antiquité. La similitude de leur comblement semble indiquer qu’ils ont pu cesser de fonctionner de façon synchrone.

3Un bâtiment matérialisé par une série de tranchées de récupération et des tronçons de fondations a été repéré en bordure orientale de la parcelle, contre la rupture de pente dominant la rivière. Un important niveau de remblai comportant des matériaux de construction antique semble avoir été mis en place afin de niveler le terrain avant l’édification de ce bâtiment. Deux annexes sont accolées à l’extrémité orientale du vaisseau principal, tandis qu’un espace dont subsistent quelques éléments de fondation se développe le long de sa façade méridionale. L’ensemble des structures est orienté ENE-OSO. Le bâtiment central mesure hors œuvre 14,41 m de long pour une largeur maximale de 6,50 m hors œuvre. Il correspond à une église de plan légèrement trapézoïdal dont le chevet quadrangulaire (5,20 m de large hors œuvre) présente des angles légèrement arrondis. Les fondations de la partie orientale du chevet sont conservées sur une faible hauteur. Contrairement aux nombreuses églises préromanes de ce type à chevet quadrangulaire, le passage entre le chœur et la nef ne semble pas impliquer d’épaulement. Cette transition n’est matérialisée que par une tranchée de récupération ayant pu correspondre à un mur de refend ou plus vraisemblablement à un emmarchement ou un chancel. L’espace méridional accolé à la nef se compose d’un mur dont les parements et le blocage sont liés à la terre. Il est situé sur le même axe que le mur pignon de l’église. Le retour est matérialisé par un mur de facture analogue au précédent, parallèle à la nef et perforé par de nombreuses sépultures. Aucun retour n’a été observé en direction du chevet. L’espace ainsi délimité pourrait correspondre à un porche dont la fonction reste cependant délicate à déterminer. Un empierrement quadrangulaire situé au nord de la nef permet d’envisager l’hypothèse d’un espace parfaitement symétrique au précédent, mais presque entièrement dérasé.

4Les annexes présentent des plans globalement carrés. L’annexe méridionale est matérialisée par trois tranchées de récupération tandis que l’annexe septentrionale est composée de lambeaux de fondation en partie recoupés par une tranchée moderne. Leur positionnement relativement symétrique, et ce bien que leurs dimensions soient sensiblement différentes, suggère qu’elles ont pu être construites à la même époque. Les rares témoins stratifiés observés sur l’annexe septentrionale et les relations architecturales entre l’annexe méridionale et le possible porche semblent caler leur édification après le xe s. En revanche, en l’absence d’archives, la vocation de ces structures est incertaine.

5Une structure excavée a été reconnue à 0,60 m de l’angle SO du porche méridional. Cette cuve quadrangulaire (2,16 x 1 m dans l’œuvre pour une profondeur de 0,80 m) présente la même orientation que l’église. Les parois bâties ainsi que le fond sont chemisés par un tuileau de mortier. L’usage funéraire de la cuve est assurément un remploi, cependant la fonction initiale de cette structure reste délicate à déterminer (cuve agricole antique ou cuve baptismale ?).

6La grande majorité des structures observées ont fait l’objet d’une importante campagne de récupération de matériaux. Le fort dérasement de l’ensemble du site, impliquant la troncature des niveaux de circulation est, quant à lui, imputable aux travaux agricoles. Ainsi, en l’absence de stratigraphie conservée, de mobilier et de relations architecturales, il est particulièrement délicat d’aborder la chronologie du site et de ses évolutions. Quelques indices permettent cependant d’envisager la possibilité d’un premier édifice en relation avec un probable baptistère, qui pourrait être remployé en structure funéraire lors de l’édification d’espaces accolés à la nef. La construction tardive des annexes est quant à elle susceptible d’être à l’origine du dérasement des porches éventuels. Cette hypothèse s’appuie sur des datations 14C indiquant l’édification de l’église dans son premier état avant la fin du viiie s. Le remploi de la cuve en structure funéraire a pu intervenir avant la fin du ixe s., tandis que la construction des annexes ne semble pas postérieure au début du xiiie s. La campagne de récupération des matériaux est probablement réalisée après la seconde moitié du xiiie s.

7L’évolution du cimetière bordant l’église est illustrée par la variété typologique des tombes rencontrées (52 sépultures sur les 150 repérées après décapage ont pu être fouillées). Si l’on ne peut pas exclure une coexistence entre les tombes à couverture de dalles et certaines sépultures ne présentant aucun élément architectural conservé, le caractère précoce des premières ne paraît cependant pas faire de doute. Cette catégorie de tombe, contemporaine des premiers états de l’église, disparaît progressivement à la fin de l’époque carolingienne, au moment où l’édifice religieux subit d’importantes modifications architecturales. Les deux exemples de coffrages de pierre mis au jour sur le site pourraient être rattachés à cette période de transition. D’autres types de tombes, sans architecture pérenne, se mettent alors en place et perdurent jusqu’aux derniers temps de l’utilisation funéraire du site, marqués par la destruction de l’église et le transfert probable de la zone d’inhumation en un autre lieu.

8Bien qu’il soit fait mention d’une fondation monastique carolingienne sur le territoire de la commune, les indices observés ne paraissent pas être en concordance avec cette piste. En outre, les données textuelles sont trop lacunaires pour préciser avec certitude le vocable de l’église fouillée. Le toponyme de Saint-Benoît semble cependant suffisamment lié au tènement pour favoriser cette hypothèse.

Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse. Les Jardins de Saint-Benoît.

Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse. Les Jardins de Saint-Benoît.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse. Les Jardins de Saint-Benoît.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Gaillard, « Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse (Aude). Les Jardins de Saint-Benoît », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 312-314.

Référence électronique

Arnaud Gaillard, « Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse (Aude). Les Jardins de Saint-Benoît » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20609

Haut de page

Auteur

Arnaud Gaillard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Arnaud Gaillard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals