Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 2. – Fouilles préventives

Valensole (Alpes-de-Haute-Provence). La Baisse de Sainte-Anne

Responsable d’opération : Anne Richier
p. 315-316

Entrées d’index

Année de l'opération:

2007
Haut de page

Texte intégral

1Le site est localisé au nord du village de Valensole, sur une butte naturelle à la croisée de six chemins, d’origine sans doute ancienne. Suite à deux campagnes de diagnostic archéologique révélant la présence de sépultures dans les parcelles concernées, une fouille préventive effectuée par l’INRAP s’est déroulée de mars à juin 2007, sur une surface totale de 972 m2. Elle a permis la mise au jour d’une nécropole datant de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, représentée par 78 sépultures à inhumation.

2La zone funéraire se développe sur une aire de 474 m2, selon une régularité et une densité notables. Ses limites nord et est ont manifestement été atteintes, celles-ci ne se matérialisant pas dans le paysage mais se marquant par une interruption brutale des fosses. Les tombes sont orientées de façon assez stricte et se répartissent selon des rangées plus ou moins parallèles ; aucune voie de cheminement ni aucun élément de signalisation n’a pu être mis en évidence.

3Dans la majorité des cas, les sépultures sont de simples fosses en pleine terre, toutefois une trentaine contiennent également des aménagements assez élaborés : murets de galets disposés le long des bords longitudinaux des fosses, tegulae sur chant aux deux extrémités des creusements, fonds aménagés, tuiles en bâtière… Aucun indice de cercueil ou coffre de bois n’a été retrouvé, mais des systèmes de couverture en matériau périssable ainsi que des linceuls ont fréquemment pu être restitués. 169 individus ont été dénombrés, de nombreuses tombes recélant plusieurs sujets, placés de manière simultanée ou différée et concernant toutes les classes d’âge et les deux sexes. Les réductions sont également très fréquentes, les restes perturbés étant toujours réintroduits dans la sépulture, soit groupés – souvent aux pieds du nouveau défunt –, soit installés sur le pourtour de la fosse. Ces sépultures plurielles, représentant presque la moitié des dépôts funéraires, sont surprenantes, eu égard au type de tombes, en pleine terre ou simplement couvertes, et renseignent sur la visibilité et la signalisation initiales des fosses. Si la « collectivisation » des sépultures à partir de l’Antiquité tardive est une pratique bien connue, elle ne concerne en général qu’une part infime de l’effectif et surtout ne se pratique généralement que dans les sarcophages, lieux d’inhumation convoités et que l’on peut aisément rouvrir.

421 tombes, soit 27 % du total de l’échantillon exhumé, ont livré du mobilier, 4 en offrande (dépôt de céramique, monnaies, lampe à huile en fer) et 17 témoignant de l’adoption d’une nouvelle pratique funéraire : l’inhumation habillée. Le premier groupe, à rattacher à des individus orientés tête à l’est, contrairement à la majorité, nous place entre la fin du iiie et le début du ive s., ce qui constitue la phase primitive d’occupation du site, à une époque où la pratique antique de dépôt d’offrandes dans les tombes est encore en usage. Le second groupe forme un lot assez homogène et commun de mobilier mérovingien, dans un large vie s. : boucles, plaques-boucles, ferrets, couteaux, fourreaux, aumônières, bijoux… Outre l’intérêt intrinsèque de ces objets, les nécropoles de cette période riches en mobilier étant très rares en Provence, leur présence permet de témoigner de l’acculturation d’un groupe à un nouveau monde, où notamment les regards sur la mort et les morts changent radicalement.

5Les premiers résultats concernant la population montrent un recrutement anormal : quasi-absence de sujets décédés avant 4 ans, forte proportion de sujets immatures en général, de jeunes adultes et de femmes. Certaines de ces anomalies peuvent être expliquées, notamment l’absence des plus jeunes, qui est un fait récurrent dans les populations archéologiques, mais le déficit en adultes âgés et en hommes semble indiquer une sélection dont les causes peuvent être sociales ou à rattacher à des faits historiques (grandes épidémies, dont la peste justinienne sévissant en Provence durant tout le vie s.).

6Ainsi, la découverte de cette nécropole rurale, occupée à une période complexe, marquée en Provence par une présence gothique puis franque corrélée au poids du christianisme émergeant, permet de relancer de nouvelles dynamiques concernant autant l’étude des pratiques funéraires, du recrutement, du mobilier exhumé que l’inscription du lieu dans l’histoire régionale, assez mal connue pour cette période dans les campagnes, car peu documentée archéologiquement.

Valensole. Vue d’ensemble d’une sépulture double à dépôt simultané associant femme et enfant.

Valensole. Vue d’ensemble d’une sépulture double à dépôt simultané associant femme et enfant.

Cl. Sylvain Barbier, INRAP

Haut de page

Table des illustrations

Titre Valensole. Vue d’ensemble d’une sépulture double à dépôt simultané associant femme et enfant.
Crédits Cl. Sylvain Barbier, INRAP
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Richier, « Valensole (Alpes-de-Haute-Provence). La Baisse de Sainte-Anne »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 315-316.

Référence électronique

Anne Richier, « Valensole (Alpes-de-Haute-Provence). La Baisse de Sainte-Anne » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20621

Haut de page

Auteur

Anne Richier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Richier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals