Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 3. – Fouilles programmées

Moirans (Isère). Ancienne église Saint-Pierre

Responsable d’opération : Alain Badin de Montjoye
p. 318

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1L’ancienne église Saint-Pierre de Moirans, désaffectée depuis le début du xxe s., fait l’objet d’une intervention archéologique programmée, initiée en 2002. Avec une surface de fouille étendue à la totalité du collatéral nord de la nef, la chapelle qui le prolonge à l’est, l’abside et la travée de chœur, les données produites constituent des avancées importantes dans la connaissance du site.

2La mise au jour de nombreuses sépultures de la période moderne (xviie-1er quart du xixe s.) permet aujourd’hui, avec quelque 160 individus retrouvés partiellement ou en totalité, une approche fiable et significative des réalités démographiques, anthropométriques et sanitaires pour la période représentée et livre de nouveaux aperçus sur les pratiques funéraires et les dévotions. Médailles pieuses et chapelets commencent à constituer une collection de référence.

3Avant même le début de la fouille systématique des dépôts médiévaux épargnés par les inhumations modernes, l’examen des substructions de l’église a conduit à l’identification de trois principales périodes de construction, dont la chronologie apparaît clairement. À la phase la plus ancienne correspond un chevet à large abside en hémicycle précédée d’une travée de chœur, elle-même accostée de deux bras de transept, munis chacun d’une absidiole. Chapiteaux sculptés et bases moulurées invitent à placer à la fin du xie ou au début du xiie s. l’édification de ce chevet, auquel était associée une nef simple. La deuxième phase, dans la seconde moitié du xiie s., voit la construction d’une triple nef voûtée greffée sur le chevet de la période antérieure, à laquelle appartiennent les murs actuels des bas-côtés. C’est probablement à la fin du xiiie ou au début du xive s. que le vaisseau central de la nef est entièrement reconstruit, tel qu’il apparaît encore de nos jours, ainsi que l’abside sur un plan réduit. Au cours de cette troisième phase de travaux, les voûtes de la nef sont supprimées. La fouille a mis en évidence les témoins du voûtement du xiie s., sous la forme de supports engagés dans le mur du collatéral nord, et les vestiges de l’abside réduite des xiiie-xive s., installée à l’intérieur des ruines de la grande abside des xie-xiie s.

4La fouille de 2008 a atteint les dépôts contemporains de la mise en place des fondations de l’église sur la totalité de la surface du bas-côté nord, dans le bras de transept et la chapelle de chevet qui le prolongent.

5Dans le bas-côté, ces dépôts, constitués d’une terre compacte, fine, organique, riche en cendres, ont livré beaucoup de mobilier céramique, apparemment très homogène, qui s’accorde avec la datation proposée (seconde moitié du xiie s.) pour la construction de la triple nef voûtée romane. La nature des sédiments, leur richesse en mobilier et la présence sous la quatrième travée d’un foyer construit à même le sol évoquent plutôt une occupation domestique de l’endroit, immédiatement antérieure à la construction de la triple nef.

6à l’inverse, la présence de très nombreux fragments d’ossements humains dans les dépôts fouillés à l’intérieur du bras de transept, contemporains de la construction de celui-ci, témoignent d’une utilisation funéraire (et religieuse) ancienne de cet espace. Des preuves irréfutables en ont été mises au jour dans la travée de chœur, sous la forme de trois sarcophages monolithes inclus dans la construction d’une vaste abside en hémicycle, dont un vestige très arasé subsiste du côté nord. Si l’un de ces sarcophages, trouvé ouvert et vide d’ossements, est d’époque antique, sa réutilisation au cours du haut Moyen Âge est attestée par une retaille en creux du fond de la cuve, pour ménager en réserve un dispositif de calage céphalique, et par la construction d’une logette de réduction au pied (est). Ainsi se trouve désormais très fortement confortée l’hypothèse d’une église rurale des premiers temps de la christianisation, dont deux épitaphes complètes des vie et viie s., trouvées sur le site au xixe s., et quatre fragments de même nature, recueillis au cours des dernières campagnes de fouille, fournissaient déjà de sérieux indices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Badin de Montjoye, « Moirans (Isère). Ancienne église Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 318.

Référence électronique

Alain Badin de Montjoye, « Moirans (Isère). Ancienne église Saint-Pierre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20645

Haut de page

Auteur

Alain Badin de Montjoye

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Alain Badin de Montjoye

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals