Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 3. – Fouilles programmées

Pontigné (Maine-et-Loire). Église Saint-Denis

Responsable d’opération : Mickaël Montaudon
p. 319

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Pontigné apparaît au viiie s. parmi les possessions de l’abbaye de Marmoutier, mais l’église n’est attestée qu’à la fin du xiie s. et la paroisse seulement en 1287. L’édifice, consolidé à plusieurs reprises depuis la seconde moitié du xviiie s., fait aujourd’hui l’objet d’un programme de restauration dont la première phase est concentrée sur les toitures et les fondations.

2La reprise en sous-œuvre des maçonneries du chevet avait révélé une forte densité de sépultures, réparties sur moins de 1 m d’épaisseur, dont les plus récentes sont apparues directement sous la surface du sol actuel, au niveau du ressaut de fondation gothique. L’élargissement de la zone des travaux a permis la mise au jour de nombreuses autres tombes, portant le total à 144 inhumations sur moins de 30 m². Les observations confirment les premiers résultats obtenus en 2007, à savoir une forte densité de sépultures – parmi lesquelles les immatures sont largement majoritaires – et dont la plupart sont incontestablement antérieures à la construction du chœur du début du xiiie s.

3Au terme des deux campagnes de fouilles, nous avons pu définir trois groupes distincts et successifs. Le deuxième, rassemblant 47 individus, est caractérisé par des tombes formant un angle de 45° à 50° par rapport à l’axe de l’église parmi lesquelles 22 sont assurément des sépultures dites de catastrophe. Ce sont essentiellement des immatures mais la limitation de la fenêtre d’observation le long des murs peut introduire un biais, cette zone étant habituellement réservée aux enfants au Moyen Âge. La cause d’une telle mortalité accrue et subite n’a à ce jour pas été déterminée.

4En l’attente d’analyses au 14C, la datation de ces sépultures reste assez délicate du fait de modes d’inhumations non caractéristiques et de la rareté du mobilier. Les quelques tessons épars dans les remblais suggèrent la fin du haut Moyen Âge, sans pouvoir exclure le début du xiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mickaël Montaudon, « Pontigné (Maine-et-Loire). Église Saint-Denis »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 319.

Référence électronique

Mickaël Montaudon, « Pontigné (Maine-et-Loire). Église Saint-Denis » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20649

Haut de page

Auteur

Mickaël Montaudon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mickaël Montaudon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals