Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
V. – Installations artisanales
V A2. – Céramique : fouilles préventives

Romans-sur-Isère (Drôme). Contournement nord-ouest de Romans (CNOR)

Responsable d’opération : Monique Le Nézet-Célestin
p. 320-321

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le contournement NO qui traverse la plaine de Romans a été fouillé en deux secteurs de 150 m et 450 m de longueur, distants de presque 2 km. Il est apparu que la plaine est constamment habitée depuis l’âge du fer jusqu’au Moyen Âge par des petits établissements à caractère rural qui se déplacent au gré des débordements des ruisseaux et des recouvrements de limons et sables (fosse du viie s. avant notre ère, petit établissement rural de la fin vie-début ve avant J.-C., fossé de La Tène finale, ensemble agricole gallo-romain, sépultures du haut Moyen Âge, aire de silos et village de potiers du xie s.).

2Le village de potier occupe un espace minimal de 30 à 40 m sur 145 m de longueur à l’extrémité SO du CNOR. Vingt fours datés du xie s. sont conservés ; ils sont associés à deux bâtiments rectangulaires sur fondation de galets et molasse et à quelques fonds de cabanes (habitations ou ateliers) sur terre battue et installés sur poteaux. Des fosses creusées pour extraire de l’argile, pour le stockage ou des activités diverses liées à l’artisanat, des réserves et auvents sur poteaux, un fossé, deux puits et un petit canal d’amenée d’eau transformé ensuite en chemin rural sont aussi identifiés.

3Les vingt fours de potier sont creusés dans le substrat limoneux jaune et comblés de sédiments charbonneux mélangés à des fragments de céramique. Les fours présentent tous, avec quelques variantes, un plan en forme de huit, sans alandier, à chambre unique circulaire ou ovale, précédée d’une fosse d’accès largement ouverte. La chambre de chauffe ou laboratoire est parfois chemisée ou réparée par placage de galets, de blocs, ou de dalles de molasse ; les diamètres varient de 1,20 à 1,40 m avec deux mesures extrêmes de 1,15 m et 1,60 m. Les orientations sont très différentes. Il n’a pas été retrouvé d’indices de voûte maçonnée ou façonnée à l’argile, sauf une petite voûte basse creusée dans le substrat entre la chambre et la fosse d’accès du four le plus récent.

4Les pots empilés sur le fond sont cuits sans l’intermédiaire de sole surélevée ; dans un four, toutefois, une couronne de pots retournés sur le fond de la chambre fait office de sole. Un autre exemple, où la charge est conservée, montre un pot percé d’un trou circulaire sur le fond et au centre de la panse, qui est posé, également retourné, dans le feu au milieu des autres pots pour activer le tirage lors de la cuisson. Des pierres, des galets ou parfois un ou deux pots retournés participent à l’obstruction de l’entrée de la chambre. Dans ces fours, les potiers fabriquent une céramique caractéristique du Dauphiné et de la région lyonnaise au xie s., appelée « à fond marqué » car elle porte des motifs moulés en relief sur le fond. Il s’agit là du premier atelier de « céramique à fond marqué » découvert à ce jour. Trois phases de production s’échelonnent pendant un siècle depuis les environs de l’an Mil (A. Horry céramologue à l’inrap).

5Deux bâtiments sur fondations en galets et quelques fonds de cabane en terre battue, cantonnés de trous de poteau et encore équipés dans un cas d’un foyer-cheminée, subsistent à proximité des fours. De nombreuses fosses sont creusées près de l’atelier et certaines plus à l’écart. Elles sont le témoin de l’extraction de la matière première (argile et limon sableux), ou étaient utilisées pour le stockage et le travail de l’argile. De nombreux trous de poteau matérialisent les périmètres de simples auvents ou de bâtiments. Un petit canal bordé d’une rangée de galets et transformé ensuite en chemin étroit fournit l’eau nécessaire.

6À l’autre extrémité du contournement, quarante-huit silos dispersés sur plus d’1 ha sont inégalement conservés sur une profondeur qui varie de 0,20 m à 1,40 m. Les profils, tous ­incomplets, tronqués au sommet, sont piriformes à fond plat, ou à paroi verticale à légèrement évasée et fond concave. Le diamètre le plus grand atteint 1,60 m mais la moyenne tourne plutôt autour de 1 m. Ces silos sont réutilisés en dépotoirs domestiques que les fragments de poteries datent du xie s. Aucune habitation n’est associée. Elle pouvait se trouver à l’écart de l’aire de stockage, à moins que les traces de son implantation entre les silos aient disparu, détruites par les abondants débordements de ruisseaux et recouvrements de limons sableux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Le Nézet-Célestin, « Romans-sur-Isère (Drôme). Contournement nord-ouest de Romans (CNOR) », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 320-321.

Référence électronique

Monique Le Nézet-Célestin, « Romans-sur-Isère (Drôme). Contournement nord-ouest de Romans (CNOR) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20683

Haut de page

Auteur

Monique Le Nézet-Célestin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Monique Le Nézet-Célestin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals