Skip to navigation – Site map
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
V. – Installations artisanales
V B3. – Carrières, mines et métallurgie : fouilles programmées

Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier

Archaeological project director: Florian Téreygeol
p. 325-326

Index terms

Year of Investigation:

2008
Top of page

Full text

1La campagne de fouille 2008 a clos la première opération programmée sur trois ans qui a principalement porté sur l’activité sidérurgique au xvie s. à Castel-Minier. Très rapidement, en 2004, nous avions envisagé l’existence sur ce site d’une installation de type mouline ce qui a été confirmé par les travaux conduits ultérieurement. En l’état de nos connaissances, l’atelier sidérurgique dont la fouille n’est pas encore achevée s’organise autour d’un canal. Cet aménagement hydraulique forme la colonne vertébrale de cette installation en moyenne montagne. Nous ne savons pas encore exactement comment se fait la venue de l’eau mais il est acquis aujourd’hui qu’un système de stockage en permet une gestion raisonnée. À l’inverse, nous avons bien saisi les questions liées à l’évacuation de ce flux après son usage énergétique pour la mise en rotation de deux roues. La fin du canal est particulièrement bien soignée avec la mise en place d’un dallage sur une portion longue de 7 m. L’eau est ensuite livrée à elle-même et s’évacue par un talweg naturel dont le ferrier forme un des bords.

2La fouille a mis au jour la totalité de la chaîne de production du fer. Approvisionnée par le minerai de Rancié (communauté de Sem, vallée de Vicdessos), cette mouline dispose au moins d’une unité de calcination du minerai fouillée en 2006. Ainsi préparé, le minerai est réduit dans un bas-foyer. Lors de la découverte de celui-ci, les niveaux de démolition se sont trouvés directement sous la terre végétale et le colluvionnement récent. Il semble que l’élévation que nous avons mise au jour soit proche de l’état initial. Bien que la fouille de cet ensemble ne soit pas achevée, il faut nécessairement parler du système de ventilation. La fouille du canal a permis de caractériser l’emplacement d’une première roue en lien avec cette structure métallurgique. La localisation de l’évent dans le bas-foyer place le système de ventilation à un peu plus de 5 m du canal. La distance par rapport à ce bief et l’existence d’une roue renvoient naturellement à l’usage de soufflets. De l’espace dédié à la ventilation, nous ne connaissons aujourd’hui que deux murs. Ils sont d’une facture particulièrement soignée dépassant en qualité ce qui a pu être observé pour les autres constructions dans l’espace de la forge. Au bas-foyer, il faut également associer une enclume de pierre servant au cinglage de la loupe. Après ce premier traitement, cette dernière est mise en forme à l’aide du marteau hydraulique, qu’ici encore, nous avons retrouvé. Il s’inscrit dans un espace de 25 m² que l’on peut scinder en trois zones distinctes : l’arbre de la roue, la zone de fondation du marteau et l’espace de travail matérialisé par le trou de l’enclume. Des superstructures, il ne reste rien. En revanche, les fondations en bois avec blocage de pierres et scories sont particulièrement bien conservées. Le positionnement de l’ensemble indique, sans doute possible, que la transmission de la force se fait perpendiculairement à l’arbre de la roue. In fine, le martelage prend place sur une enclume métallique. Nous avons pu commencer la fouille de son trou de fondation. Les bords sont réalisés à l’aide de pierres dont une au moins a été taillée pour définir un des angles. Dans l’état actuel de la fouille, le trou de l’enclume repose directement sur un niveau scoriacé induré.

3Dans son état d’abandon, cet ensemble sidérurgique est daté de la première moitié du xvie s. La fouille exhaustive du ferrier a permis de restituer une séquence chronologique très intéressante car elle s’échelonne de la fin du xiiie à la première moitié du xvie s. De plus, sous le ferrier, nous avons découvert un second canal hydraulique désaxé par rapport au premier et filant sous celui-ci. Ce site offre ainsi la possibilité de fouiller les différents états et évolutions d’une mouline depuis son avènement jusqu’à l’abandon de cette technologie au profit de la forge à la catalane. Les travaux archéologiques comme archéométriques devraient se poursuivre dans le cadre d’une nouvelle programmation pluriannuelle.

Aulus-les-Bains. Castel-Minier.

Aulus-les-Bains. Castel-Minier.
Top of page

List of illustrations

Title Aulus-les-Bains. Castel-Minier.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20743/img-1.jpg
File image/jpeg, 510k
Top of page

References

Bibliographical reference

Florian Téreygeol, « Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 325-326.

Electronic reference

Florian Téreygeol, « Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier » [Note of archaeological project],Archéologie médiévale [Online], 39 | 2009, Online since 08 March 2019, connection on 03 June 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/20743

Top of page

About the author

Florian Téreygeol

By this author

Top of page

Archaeological project director

Florian Téreygeol

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Archéologie Médiévale

Top of page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals