Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
V. – Installations artisanales
V B4. – Carrières, mines et métallurgie : prospections

Saint-Laurent-le-Minier, Pommiers, Saint-Bresson, Montdardier (Gard). District minier médiéval d’Hierle.

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître
p. 327-328

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le district minier médiéval qui se développe dans un rayon de 1 km autour du bourg de Saint-Laurent-le-Minier comporte plus de soixante sites, tous datés des xiie-xive s. Ces chantiers miniers s’organisent le long de valats, petits cours d’eau intermittents. Plusieurs ensembles ont été circonscrits. Les archives conservent un document exceptionnel : une charte de 1227, elle-même suivie d’un règlement minier probablement du xiie s. La méthodologie choisie est d’étudier tous les sites, de façon systématique, car il est assez rare de disposer d’un ensemble de ce type, avec des vestiges fossilisés dans l’état de leur abandon : réseaux souterrains très développés, carreaux miniers encore munis de leurs équipements, chemins des mineurs, etc.

2Depuis 2007, le programme de prospections s’est développé en mettant l’accent sur deux secteurs, en raison des résultats des campagnes antérieures : le Pous/Naduel et le minier de Bonaventure.

Le secteur Pous/Naduel

3Le secteur « Pous/Naduel » correspond à un ensemble de sites dont les accès se font par des travers-bancs ouvrant soit dans le valat de Pous (6 entrées en RD et en RG en 2007) et par le valat du Naduel (21 entrées).

4L’exploration du réseau Naduel RD15 s’est poursuivie et une topographie souterraine fine est réalisée au fur et à mesure de l’exploration de nouvelles portions du réseau. En 2007, l’entrée Naduel RD8, qui était connue depuis 1990, a été légèrement désobstruée afin de permettre le passage d’un homme ; un ensemble de galeries et puits a ainsi été accessible et à la fin de la campagne, la jonction était faite avec Naduel RD15. Un bois prélevé en 2006 a été daté de 1003-1210, et un second bois, pris dans une autre portion de ce grand réseau, vient d’être daté de 1290-1412, ce qui confirme une exploitation médiévale, sur une longue période.

5Au cours de la campagne 2008, l’ensemble des topographies des réseaux du Pous et du Naduel ont été reprises de façon à les positionner les uns par rapport aux autres pour voir les jonctions possibles. Le report des données pour une restitution informatique 3D donne des résultats très parlants. L’hypothèse selon laquelle la colline qui sépare les deux valats est entièrement creusée de chantiers miniers ayant conservé leurs équipements intérieurs se confirme.

6Le grand nombre d’entrées, très proches les unes des autres, pose la question de l’organisation du travail dans une entreprise qui apparaît de plus en plus comme parfaitement gérée au niveau de l’organisation de l’espace, de la circulation, etc. La poursuite du travail systématique entrepris depuis de longues années porte ses fruits et tend à montrer que l’on a affaire à une seule grande entreprise gérée par les argentiers signataires de la charte de 1227.

Le minier de Bonaventure

7Le second secteur est le « minier de Bonaventure », signalé dans les textes sous ce nom en 1345 et 1495, mais qui n’a été localisé qu’à la fin de la campagne 2007.

8Au cours de la campagne 2008, l’ensemble de la colline a été prospecté, ce qui a permis de géo-référencer de nombreux indices de sites : entrées de galeries colmatées, dépilages à ciel ouvert en partie remblayés, terrasses aménagées pouvant contenir des installations liées au travail minier et minéralurgique.

9Contrairement aux gisements filoniens étudiés dans le reste du district, le minier de Bonaventure exploite un minerai dont la gîtologie semble différente  : amas ? lentille ? gisement d’origine sédimentaire ? système de filons croiseurs ? Le minerai lui-même reste à mieux caractériser et ce travail sera fait en collaboration avec les anciens dirigeants de la mine des Malines. L’ensemble de ce minier est maintenant à étudier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître, « Saint-Laurent-le-Minier, Pommiers, Saint-Bresson, Montdardier (Gard). District minier médiéval d’Hierle. », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 327-328.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, « Saint-Laurent-le-Minier, Pommiers, Saint-Bresson, Montdardier (Gard). District minier médiéval d’Hierle. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20763

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals