Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV B5. – Carrières, mines et métal...Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
V. – Installations artisanales
V B5. – Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Altenberg, PCR « fonderies et mines d’argent, xe-xviie s. »

Responsable d’opération : Pierre Fluck
Notice rédigée avec David Bourgeois, Jean-François Bouvier, Patrick Clerc, Alexandre Disser, Joseph Gauthier, Camille Glardon et Jean-François Ott
p. 329-330

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le PCR sur l’Altenberg a fédéré en 2008, sous la forme pratique d’un chantier de jeunes bénévoles, une étude historique sur les sources médiévales, deux prospections, quatre groupes de sondages, deux fouilles et un programme d’archéologie expérimentale, auxquels s’ajoutent les investigations souterraines.

2Cette campagne a fait voler en éclats ce que l’on croyait savoir sur l’histoire des mines de Sainte-Marie-aux-Mines, et sur l’évolution des techniques de métallurgie de l’argent. Le grand bouleversement est venu des nouvelles datations absolues, en liaison étroite avec les stratigraphies dans les fouilles. S’appuyant sur les sources traditionnelles, les historiens avaient admis un sommeil de près de deux siècles entre la fin de l’exploitation médiévale et la reprise au moment de la Renaissance. Or, les datations nouvelles (14C) permettent d’attribuer au xve s. le canal d’altitude et le concassage des minerais dans le haut Altenberg – ce que nous avions désigné comme « révolution technique du bas Moyen Âge » –, tout comme le crassier lié à la fonderie occidentale du site de Pfaffenloch. Le second épisode de la vie de la fonderie d’Échery (elle a connu trois époques !), livrée par la fouille, s’inscrit également dans le xve s. comme le montre l’abondant mobilier associé. Il en va peut-être de même de la fonderie du site dit Patris.

3Cette continuité de l’exploitation médiévale est renforcée par le corpus de datations absolues anciennes ou nouvelles obtenues tant sur le milieu souterrain qu’en surface. Le haut Altenberg inaugure la série, avec son chapelet de puits contemporains du moine Blidulphe (xe s.). Le relais est pris par la mine du Pfaffenloch et sa fonderie de l’an Mil (première moitié du xie s.), et dans la mine dite Patris, une planche pour le traînage des matériaux a procuré cette même date par dendrochronologie (dernier cerne : 1014). Les sites du vallon de Fertrupt suivent avec une mine datée de la charnière des xiie/xiiie s. et probablement un carreau minier associé, dont on envisage la reprise de la fouille pour 2009. D’autres sites feront l’objet de datations, et on peut espérer par là combler les lacunes du temps et consolider cette impression d’une permanence de l’activité. Les leçons nous conduisent à revisiter cette histoire, et dès à présent nous osons évoquer 700 ans d’exploitation minière quasi continue, de l’installation du moine Blidulphe en 937 aux derniers soubresauts liés à la guerre de Trente Ans, en 1627.

4Une prospection assortie de microsondages a couvert la partie moyenne du vallon de Saint-Philippe. Elle a confirmé l’existence d’une « chaîne » de petites fonderies non encore datées, d’échelle artisanale, mais s’inscrivant dans une logique résolument industrielle. Mais surtout, elle a révélé la présence d’un site très similaire à l’emblématique fonderie du Pfaffenloch : voilà la cible d’une très belle fouille potentielle.

5La fouille de la fonderie d’Échery a certes représenté l’élément-phare de la campagne 2008. Le site sort de l’ordinaire : la stratigraphie et le mobilier associé révèlent très distinctement trois périodes successives de fonctionnement, nettement séparées dans le temps (xiiie/xive, xve et xvie s.), ce qui atteste d’une étonnante permanence d’un lieu dévolu à la pratique des industries du feu. En même temps en ses débuts, cet établissement pionnier est le premier dans l’histoire à s’exiler à l’écart des filons, au pied du massif montagneux en vue de bénéficier de la force de l’eau pour actionner la soufflerie. Encore au xve s., cette fonderie rejette des scories lourdes chargées de silicate de fer. Ce qui pourrait paraître une « curiosité minéralogique » nous a conduit à réenvisager (campagne 2007) la typologie des déchets comme signature d’un process industriel : durant tout le Moyen Âge, en effet, et jusqu’à l’invention du bocard hydraulique, on portait aux fours un mélange de minerai de plomb et de carbonate de fer présent comme gangue dans les filons. Le grand tournant dans la préparation des minerais (finement concassés au bocard ce qui permet d’en isoler par gravité la fraction lourde, générant aux fours des scories vitreuses) survient avec le xvie s., où apparaissent des installations inféodées à l’hydraulique, mais quelques fonderies traditionnelles « à l’ancienne » paraissent perdurer au voisinage des mines, comme le site dit Patris dont la fouille a livré la base d’un fourneau ainsi qu’un four écrasé in situ et l’empilement de ses dernières coulées.

6Mais ce qui a fait rebondir plus encore le rayonnement du site d’Échery, c’est le rapprochement qui peut en être esquissé avec un texte des archives d’Innsbrück. Celui-ci nous livre un extraordinaire fouillis de détails – un cas unique pour Sainte-Marie-aux-Mines – sur l’environnement et la (re)construction en 1530 de la fonderie d’Échery qui devient du même coup site-phare pour l’ensemble du Val d’Argent. Il est à souhaiter que sa fouille – qui n’a concerné qu’une petite partie de son étendue – puisse être continuée.

7Un dernier volet de ces recherches concerne les ateliers d’essayeurs, dont une série d’indices confirme la présence à l’Altenberg. En même temps, cette problématique de l’essai a fait l’objet d’une expérimentation à la plateforme de Melle, à partir de minerais de l’Altenberg. Elle a produit des résultats reproductibles qui font entrevoir tout l’intérêt d’une expérimentation de fonte à grande échelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Bourgeois, Jean-François Bouvier, Patrick Clerc, Alexandre Disser, Joseph Gauthier, Camille Glardon, Jean-François Ott et Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Altenberg, PCR « fonderies et mines d’argent, xe-xviie s. » »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 329-330.

Référence électronique

Pierre Fluck, David Bourgeois, Jean-François Bouvier, Patrick Clerc, Alexandre Disser, Joseph Gauthier, Camille Glardon et Jean-François Ott, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Altenberg, PCR « fonderies et mines d’argent, xe-xviie s. » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.20775

Haut de page

Auteurs

David Bourgeois

Jean-François Bouvier

Articles du même auteur

Patrick Clerc

Articles du même auteur

Alexandre Disser

Articles du même auteur

Joseph Gauthier

Articles du même auteur

Camille Glardon

Jean-François Ott

Pierre Fluck

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search