Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
V. – Installations artisanales
V C3. – Autres installations artisanales : fouilles programmées

Cassis (Bouches-du-Rhône). Four à chaux de la Marcouline

Responsable d’opération : Claude Thomas
p. 331-332

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le site à été découvert par Alain Revest (†) et l’association « Les Drailles de la Mémoire » de Cassis (avec l’aide efficace et soutenue de Serge Jourdan et Raymond Stabille). Situé au fond d’un vallon, le four est très bien conservé en élévation. Construites en pierre sèche, les parois externes présentent un fruit important et, de part et d’autre de la gueule, deux volées de marches formées de grandes dalles encastrées dans le mur comme dans certains murs de culture en terrasse permettent l’accès au sommet. À l’intérieur, le four est bâti en pierres liées à l’argile, et en partie creusé dans le sol (substrat apparent).

2Le sondage consistait à mettre au jour une moitié du four, en établissant une coupe dans l’axe diamétral de la gueule (N-S). La stratigraphie est typique des fours à chaux avec un remblai composé d’humus et de terre arable dans les parties supérieures, puis des couches de chaux carbonatée contenant des nodules vitrifiés recouvrant les restes charbonneux du foyer. Ce dernier tapisse la quasi-totalité du fond, et forme une accumulation au pied de la gueule. Le fond du four est constitué d’une argile très rubéfiée et dure, de plusieurs centimètres d’épaisseur. La découverte de quelques tessons de céramique vernissée dans le comblement du four permet d’avancer l’hypothèse d’une datation moderne.

3La structure présente un mur localisé sous le seuil de la gueule qui ne semble pas correspondre à une banquette car il ne fait pas le tour du foyer. L’aménagement de la gueule (seuil, linteau et piédroits) ne semble pas conservé. L’aire de travail est délimitée par des murs évasés vers l’extérieur. Les prélèvements anthracologiques (analyse en cours) effectués par C. Vaschalde correspondent à des charbons présentant un diamètre généralement inférieur à 5 mm, ainsi que des brindilles et des feuilles de Quercus coccifera dans la partie inférieure du foyer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Thomas, « Cassis (Bouches-du-Rhône). Four à chaux de la Marcouline », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 331-332.

Référence électronique

Claude Thomas, « Cassis (Bouches-du-Rhône). Four à chaux de la Marcouline » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20815

Haut de page

Responsable d’opération

Claude Thomas

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals