Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
V. – Installations artisanales
V C4. – Autres installations artisanales : prospections

Trets (Bouches-du-Rhône). Les Brunets

Responsable d’opération : Christophe Vaschalde
p. 333

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1La prospection thématique fait suite à un incendie qui a eu lieu en 2006 dans une zone de forêt et de garrigue de plus de 370 ha. Ce quartier se trouve sur le versant méridional de la chaîne des monts Regagnas, Olympe et Auréliens, à proximité de l’ermitage Saint-Jean-du-Puy, sur la commune de Trets. Le bois de Saint-Jean-du-Puy est connu pour avoir fait l’objet, dès 1308, d’un règlement établi par les moines de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, propriétaires de ces terrains, visant à interdire l’établissement de fours à chaux et de charbonnières. La prospection a mis en évidence plusieurs places de charbonnières, souvent accompagnées d’une ou plusieurs cabanes d’artisans, dans lesquelles du matériel céramique a parfois été découvert, permettant de dater les structures de production associées du xviie s. pour les plus anciennes, et du début du xxe pour les plus récentes. D’ores et déjà, le problème de la datation de ces structures se pose de deux manières. Tout d’abord, les places de charbonnières ne sont datées qu’indirectement par le matériel trouvé dans les cabanes voisines. Ensuite, les archives montrent qu’il existe du charbonnage dès le début du xive s., mais aucune trace n’en a été trouvée sur le terrain et ce, même en bénéficiant des excellentes conditions de prospection post-incendie. D’autres structures ont été découvertes. Il s’agit très souvent de structures pastorales (bergeries, enclos, etc.), mais aussi de fours à poix et/ou huile de cade. Ces derniers, au nombre de trois, sont probablement établis dans le courant du xixe ou du xxe s. Enfin, dans le secteur du mont Piveau, une zone privilégiée d’exploitation de la résine de pin par le gemmage a été mise en évidence grâce à la découverte de nombreux fragments de pots à résine, datant du xixe ou du xxe s. Il faut noter également l’absence de fours à chaux, malgré la présence de calcaire propre à cette production et de combustible. Cette absence, ainsi que l’existence d’une zone privilégiée destinée au gemmage, montre qu’il existait une gestion spatiale de la production artisanale liée à la forêt, et probablement de ses ressources tant en bois qu’en matières premières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Vaschalde, « Trets (Bouches-du-Rhône). Les Brunets », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 333.

Référence électronique

Christophe Vaschalde, « Trets (Bouches-du-Rhône). Les Brunets » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20847

Haut de page

Auteur

Christophe Vaschalde

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Vaschalde

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals