Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
VII. – Diverses chroniques
VII 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Épiais-les-Louvres (Val-d’Oise), Mauregard et Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne). Chemins modernes

Responsable d’opération : Gaëlle Bruley-Chabot
Notice rédigée avec Olivier Bauchet
p. 341-342

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2008
Haut de page

Texte intégral

1Les sondages archéologiques menés par l’Inrap en 2006 sur le futur tracé de l’A104 (« Contournement Est de Roissy ») ont permis d’observer douze chemins d’époque moderne. Six sont encore utilisés actuellement et n’ont pu faire l’objet de sondages. Parmi ces chemins, trois sont pavés. Les six qui ont été sondés présentent des fossés bordiers et des ornières de charrettes. Les deux voies pavées ayant pu être étudiées se localisent sur la commune du Mesnil-Amelot. Les coupes opérées ont mis en évidence l’évolution entre les phases fossés/ornières et la mise en œuvre du pavage. Une étude d’archives, menée par Olivier Bauchet (Inrap) complète les observations sur ces portions de voies pour la commune du Mesnil-Amelot.

2Mauregard, du village au moulin. La voie couverte d’ornières repérée à Mauregard, par les sondages de 2006, puis par la fouille de l’établissement gallo-romain voisin (2008), reliait le village au moulin; le lieu-dit porte d’ailleurs le nom des «Moulins». Les traces de roues sont nombreuses, le sol est damé et des apports de matériaux, disséminés sur le tracé, sont observables. Ce dernier occupe une largeur de 10 à 15 m au gré des fluctuations des ornières.

3Mesnil-Amelot, le Grand chemin de Paris à Dammartin. Un même système d’ornières accompagné de fossés bordiers est observable au Mesnil-Amelot, sur une voie située au sud du village. Un ensemble de niveaux limono-argileux est réparti sur près de 15 m de largeur et bordé de fossés. L’ensemble mesure 17,5 à 18,5 m de largeur. Trois phases principales d’occupation ont été reconnues; les deux premières correspondent à un chemin creux en terre et la troisième à la mise en place d’une voie pavée, ultérieurement détruite. Cet axe correspond au grand chemin de Paris à Dammartin, qui passait à Roissy-en-France et rejoignait le village du Mesnil-Amelot à l’extrémité occidentale de la rue de Claye (anciennement place des Ormes). Les données historiques semblent indiquer la présence d’habitations en contact avec ce chemin dès le xve s., mais des observations faites sur le parcellaire ancien conduisent à considérer cet habitat comme une étape postérieure au lotissement radioconcentrique développé entre le Grand chemin et l’église Saint-Martin. Le Grand chemin se poursuivait ensuite vers l’E-NE en direction de Villeneuve-sous-Dammartin. Cet axe majeur est attesté pour la première fois en 1331 sous le nom de «chemin de Paris», mais il est très souvent qualifié de «Grand chemin» à partir du xve s. Les textes n’évoquent aucune modification de son tracé sur le territoire du Mesnil-Amelot avant le début du xviiie s. Pourtant, des travaux y ont été entrepris, à l’initiative du surintendant Sully, au tout début du xviie s. : à Villeneuve-sous-Dammartin, un ponceau est reconstruit probablement sur la Biberonne en 1606 et des réfections du pavement de la chaussée sont réalisés entre 1608 et 1610 à Villeneuve-sous-Dammartin, Longpérier, Dammartin-en-Goële et Eve (Oise). À Roissy-en-France des travaux sont déclenchés par le seigneur de Roissy qui cherche à accroître le parc de son château que ses prédécesseurs étaient déjà parvenus à élargir au cours des xvie et xviie s., mais sans empiéter, semble-t-il, sur la voie.

4D’autres travaux ont été entrepris sur les territoires du Mesnil-Amelot et de Villeneuve-sous-Dammartin entre 1690 et 1725. Pour redresser le tracé, il a été nécessaire de déporter la voie jusqu’à près de 200 m au sud de l’ancien chemin. Le microtoponyme «le Pavé Rompu», confirme la destruction du chemin antérieur. Ces deux tracés sont encore visibles sur le cadastre de 1838.

5Une première phase des travaux, adjugée en juillet 1758, touchait la section comprise entre la Patte d’Oie de Gonesse et l’avenue de Mauregard. La seconde section est adjugée en 1766. Le devis apporte quelques indications intéressantes sur les matériaux composant l’ancien chemin qui était constitué de pavés de grès de section inférieure à celle du module retenu (entre 8 et 9 pouces [21,65-24,36 cm] pour le nouveau chemin). Ce pavage, non pourvu de bordures, reposait sur un lit de sable. Il mesurait 12 pieds (3,90 m) de largeur à l’intérieur du village. Tout porte à croire que les vestiges du chemin, retrouvés dans les tranchées 200/201 et la fenêtre 224 du diagnostic, correspondent à l’ancien grand chemin de Paris à Soissons, dont une partie des matériaux (pavés et sable) a été récupérée pour construire la nouvelle chaussée (l’actuelle rue de Paris).

6Mesnil-Amelot, le petit chemin de Roissy. Ce village nous a offert une autre coupe de voie, où la phase pavée pouvait encore être observée, il s’agit de l’axe ralliant le village du Mesnil-Amelot à celui d’Épiais. À une première phase d’ornières seules, succède une phase ornière et fossés bordiers puis une dernière phase pavée sur préparation sableuse. Un décalage vers le NE est perceptible lors de chaque réaménagement : l’utilisation de la voie peut ainsi être maintenue lors de la mise en œuvre de la nouvelle. Les deux premières phases de chemins de terre sont larges au minimum de 7 m; la voie pavée se réduit ensuite à 5 m de large.

7Il s’agit d’un chemin d’importance locale, attesté par les textes dès le xive s. et représenté sur le plan de 1760 sous la forme d’un chemin sinueux. Un arpentage figuré de 1725 et le cadastre de 1838 de Mauregard montrent qu’il traversait les parcelles, sans respecter les limites foncières. En l’absence de preuves formelles, on peut seulement émettre l’hypothèse que le pavement a été réalisé après la levée du cadastre de 1838.

8L’étude des sources écrites, menée en complément des observations de terrain, sur un petit échantillon du réseau viaire du Mesnil-Amelot montre la diversité des chemins : celui de Roissy est par exemple une voie de petite communication, d’origine probablement médiévale, bien marquée dans le paysage, qui disparaît avant la fin du xviiie  s. pour des raisons encore non élucidées. Le chemin d’Épiais, ayant la même fonction, paraît de statut plus fragile car il empiète en grande partie sur le domaine privé, mais parvient à se maintenir au-delà du xviiie s., peut-être grâce à une reconnaissance tardive de son utilité publique. La même hypothèse peut être proposée pour le chemin des Postes qui, bien qu’emprunté depuis le xvie s. au moins, ne semble avoir aucune réalité juridique avant le xviiie s. Le Grand chemin de Paris est en revanche un axe de grande communication reconnu par tous et considéré comme une voie publique à part entière. D’origine au moins médiévale, il est relativement mieux entretenu : des sections pavées sont rénovées et des ponceaux construits au xviie s. Au cours du xviiie s., des travaux d’alignements sont réalisés tronçon après tronçon pour améliorer la circulation de véhicules de plus en plus imposants.

9Et si ce dernier a perdu son rang de grande communication (les tronçons subsistants se trouvent dans la catégorie des routes départementales), c’est à cause de la construction d’une nouvelle route concurrente, la RN 2, et de l’implantation de l’aéroport Charles-de-Gaulle qui l’a définitivement coupé de la capitale.

Mauregard, le chemin tr. 86-89 : axe NE/SO.

Mauregard, le chemin tr. 86-89 : axe NE/SO.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Mauregard, le chemin tr. 86-89 : axe NE/SO.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bauchet et Gaëlle Bruley-Chabot, « Épiais-les-Louvres (Val-d’Oise), Mauregard et Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne). Chemins modernes », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 341-342.

Référence électronique

Gaëlle Bruley-Chabot, Olivier Bauchet, « Épiais-les-Louvres (Val-d’Oise), Mauregard et Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne). Chemins modernes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20934

Haut de page

Auteurs

Olivier Bauchet

Gaëlle Bruley-Chabot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaëlle Bruley-Chabot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals