Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Un panneau de sarcophage de plâtr...

Un panneau de sarcophage de plâtre orné provenant de la nécropole mérovingienne de Créteil (Val-de-Marne)

A panel of a decorated plaster sarcophagus from the Créteil Merovingian cemetery (Val de Marne)
Eine verzierte Sarkophagplatte aus Gips vom merowingerzeitlichen Gräberfeld in Créteil (Val-de-Marne)
Stéphane Ardouin et Thierry Galmiche
p. 31-40

Résumés

Le relevé du xixe siècle d’un panneau de sarcophage de plâtre orné, provenant de l’église Saint-Christophe de Créteil, a été redécouvert récemment. L’analyse du décor permet de restituer un sarcophage mérovingien réalisé avec le même moule qu’un exemplaire parisien découvert au xixe siècle dans la nécropole de Saint-Germain-des-Prés. L’église, dont les parties les plus anciennes remontent au xiie siècle, est mentionnée pour la première fois au début du xe siècle et comporte une crypte renfermant les reliques de martyrs cités au ixe siècle. La nécropole de Créteil est en usage depuis la fin du ve siècle ou le début du vie siècle. La présence de ce sarcophage orné d’un décor parisien au sein de l’église médiévale pourrait suggérer l’existence d’un édifice antérieur, présent dès la période mérovingienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce lieu d’émission est connu par deux monnaies uniques de types différents mais portant un même no (...)
  • 2 Confirmation par Charles le Simple de la donation de Grimoard : Verberie, le 24 avril 900 : AN, K (...)
  • 3 « In territorio parisiacensi, vico Cristoÿlo, passio sanctorum Agoardi et Agliberti cum aliis innu (...)

1La commune de Créteil, actuel chef-lieu de préfecture du département du Val-de-Marne, occupe la rive gauche de la Marne, à proximité de sa confluence avec la Seine (fig. 1). Sa géologie résulte du creusement de la plateforme de calcaire grossier du bassin parisien par un ancien bras oriental de la Seine, dont le lit actuel a été réutilisé par la Marne. La butte sur laquelle est construite l’église constitue un vestige de la plateforme tertiaire originelle. Le réseau d’îles sur la Marne, à l’origine plus vaste, pouvait entraver la navigation au haut Moyen Âge, mais ne l’interdisait pas. C’est ce qu’indique la mention d’un port de Créteil dès l’époque mérovingienne. C’est en effet sous l’appellation portus Cristoialum qu’apparaît pour la première fois à la fin du vie siècle le toponyme de Créteil, lieu d’émission monétaire mentionné en légende de tremisses mérovingiens1. L’église, dédiée à saint ­Christophe, n’est citée que vers 9002 et renferme sans doute dès cette époque les reliques de deux martyrs locaux, Agoard et Agilbert (ou Aglibert), simplement mentionnés au ixe siècle dans le martyrologe d’Usuard. Leurs Actes rédigés au xie siècle ne constituent qu’un récit romancé à partir de cette courte note, sans fondement biographique connu3.

Fig. 1 Localisation de l’église et de la nécropole de Créteil dans le Val-de-Marne.

Fig. 1 Localisation de l’église et de la nécropole de Créteil dans le Val-de-Marne.

Dessin S. Ardouin

2La tour porche est la partie la plus ancienne de l’église actuelle. Orientée sud-ouest/nord-est, sa construction remonte au début du xiie siècle. Le reste de l’édifice fut réalisé en style gothique dans le courant du xiiie siècle. Le cimetière paroissial s’étendait, jusqu’en 1821, autour de l’église. La présence en ce lieu d’inhumations attribuées au haut Moyen Âge est connue depuis le xviiie siècle.

  • 4 Ministère de la Culture et de la Communication, Médiathèque du Patrimoine, 0082/094/1001.

3Un feuillet présentant le relevé d’un fragment de sarcophage en plâtre orné d’un décor de type parisien, provenant de l’église Saint-Christophe, a été redécouvert en 2004 dans le fonds iconographique de la Médiathèque du Patrimoine4. Cette découverte permet de s’interroger sur les relations existant entre Créteil et Paris à l’époque mérovingienne et de déterminer les relations chronologiques entre la nécropole et l’édifice cultuel.

1. Les circonstances et l’origine de la découverte

4Le document est entré dans les collections de la Médiathèque du Patrimoine au début des années 1960. Il provient d’un don effectué par les héritiers de Viollet-le-Duc (fig. 2a). Il se compose d’un feuillet unique non daté ni signé, portant en titre : « Partie d’un cercueil en plâtre, trouvée dans la fouille sous le mur de face de l’église de Créteil à l’échelle de 0 m 20 pour mètre ». Sous cette mention est dessiné le relevé coté d’un élément quadrangulaire décoré, représentant les contours d’un fragment de sarcophage orné. Il est associé, sur le côté, à un schéma indiquant l’emplacement d’origine de la découverte.

Fig. 2a Dessin du panneau de sarcophage cristolien.

Fig. 2a Dessin du panneau de sarcophage cristolien.

Médiathèque du Patrimoine 0082/094/1001

Fig. 2b Report, sur le plan simplifié de l’édifice actuel, de la localisation (cf. fig. 2a) des sarcophages découverts au niveau du petit porche, au sud de la tour porche. Le sarcophage de plâtre y est figuré en blanc.

Fig. 2b Report, sur le plan simplifié de l’édifice actuel, de la localisation (cf. fig. 2a) des sarcophages découverts au niveau du petit porche, au sud de la tour porche. Le sarcophage de plâtre y est figuré en blanc.

Dessin S. Ardouin, T. Galmiche

5L’examen du croquis semble indiquer la découverte de trois sarcophages dans l’espace situé à l’ouest de la nef et au sud de la tour porche (cf. fig. 2b). Cet espace est communément appelé le « petit porche » (fig. 3). Il a souvent servi de lieu de réunion et accueille actuellement la chapelle des fonts baptismaux. L’aménagement de cet édifice est contemporain de la construction de la nef au xiiie siècle.

Fig. 3 L’église Saint-Christophe de Créteil avec, à droite, le petit porche.

Fig. 3 L’église Saint-Christophe de Créteil avec, à droite, le petit porche.

Cl. B. Allard, SDA94

6Le sarcophage orné est désigné par la lettre lambda. Il est placé sous le mur occidental de la nef, dans l’axe de celle-ci. Le fragment décoré se trouve à l’extrémité orientale du rectangle figuré. Il représente très vraisemblablement un panneau de tête de sarcophage, comme le confirment les dimensions indiquées (sa largeur varie de 48 cm à 52 cm ; sa longueur de 62 cm à 69 cm ; son épaisseur est de 8 cm). La taille du panneau et le schéma d’implantation permettent de restituer un sarcophage trapézoïdal d’adulte.

7Il est impossible de déterminer si ce panneau a été prélevé ou s’il a simplement été laissé sur place et recouvert de terre. La mention de fouilles à cet endroit est inédite et n’a pu être corroborée par d’autres sources. L’indication de la pompe à incendie au nord de la tour porche permet d’appréhender l’époque de la découverte, puisque celle-ci a été mise en place à cet endroit en 1830 et détruite en 1858. Le dallage du sol de l’église est entrepris à partir de 1843. Par ailleurs, d’importants travaux de restauration de l’église furent réalisés en 1856 et 1857. Il est possible que la mise au jour de ces sarcophages en plâtre soit consécutive à une de ces deux entreprises.

2. Description et identification

8Le fragment de sarcophage est de forme globalement rectangulaire. Le dessin qui l’orne est placé dans un cadre s’apparentant à un rectangle (60 cm sur 39 cm à un bout et 42 cm à l’autre). Il s’agit du dessin d’un panneau de tête de sarcophage en plâtre moulé, à motif circulaire sur lequel se greffent quatre crochets (dont un en partie effacé). Une croix de Malte centrale est inscrite dans un carré curviligne inséré dans un double cercle. Les angles de ce carré constituent le point de départ d’une double rosace à quatre branches inscrite dans le cercle extérieur. Deux motifs de croix symétriques sont insérés verticalement entre le second cercle intérieur et le cercle extérieur. La mise en place du décor semble résulter d’une composition réalisée au compas.

  • 5 Conservé au musée Carnavalet, n° d’inv. AP 569. Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978, n° (...)
  • 6 Sur les circonstances de ces fouilles liées aux travaux d’aménagement des abords du nouveau boulev (...)

9Le décor du panneau de tête est comparable à un exemplaire de panneau de tête de sarcophage (fig. 4) découvert au sein de la nécropole de Saint-Germain-des-Prés5, lors des fouilles réalisées par Théodore Vacquer entre 1873 et 1877 au sud du chevet de l’église6. Les dimensions de ces deux panneaux sont similaires (hauteur : 47 cm et longueur : 72 cm).

Fig. 4a Relevé du panneau de Saint-Germain-des-Prés.

Fig. 4a Relevé du panneau de Saint-Germain-des-Prés.

D’après Périn (dir.), 1985, n° 316, p. 355

Fig. 4b Cliché du panneau de Saint-Germain-des-Prés vers 1880.

Fig. 4b Cliché du panneau de Saint-Germain-des-Prés vers 1880.

D’après Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978, n° 50, p. 35 et pl. XVII

Fig. 4c Cliché du panneau de Saint-Germain-des-Prés vers 1978.

Fig. 4c Cliché du panneau de Saint-Germain-des-Prés vers 1978.

D’après Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978, n° 50, p. 35 et pl. XVII

10La comparaison des relevés amène à conclure, avec quasi-certitude, à l’utilisation d’un même moule pour la réalisation des deux panneaux. Les variantes entre les deux motifs s’expliquent par les conventions de représentation suivies par les deux dessinateurs. Pour le relevé de Créteil, il a en effet été choisi de figurer les lignes de crête du décor. Ce parti pris induit une perspective anguleuse pour le profil du tracé et génère une lecture déformée du décor. Le motif formé par le cercle, la rosace et la croix centrale se superpose parfaitement d’un dessin à l’autre. La comparaison du tracé et de la position des crochets, dont l’érosion plus marquée ne permet pas une lecture directe, révèle en revanche des différences qui semblent résulter d’un travail de restitution privilégiant une lecture symétrique des motifs.

11Au vu de la photo réalisée vers 1880 (fig. 4b), il semble que le motif du sarcophage parisien était placé dans un rectangle. Les lignes de ce cartouche se poursuivaient au-delà du rectangle. S’agit-il d’une particularité du moule en bois ayant servi à confectionner les deux exemplaires ? Il est difficile de trancher dans l’état actuel de nos informations.

  • 7 Périn et Renoux 1985b, p. 749, 752. Norme définie pour l’étude des motifs parisiens conservés au m (...)
  • 8 Périn et Renoux 1985a et b.
  • 9 Vieillard-Troïekouroff 1981 ; Périn et Renoux 1985b.
  • 10 Meyer et Wyss 1985 ; Périn 1993 ; Fleury, France-Lanord 1998 ; Wyss 2004. Nous remercions M. Wyss, (...)
  • 11 Ajot et Bulard 1977. Nous remercions C. Charamond, conservateur au musée Alfred Bonno de Chelles, (...)
  • 12 Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978.
  • 13 Ibid. ; Barat 2007, p. 78.
  • 14 Servat 1981.
  • 15 Delahaye 1992.
  • 16 Leroy 2001, vol. IV, moule n° 329, p. 187.

12Le relevé de l’exemplaire de Créteil complète celui du panneau de Saint-Germain-des-Prés par la restitution d’une croix au registre inférieur à l’intérieur du cercle, effacé sur l’exemplaire parisien. Cette comparaison permet d’identifier à Créteil le panneau de type Ad 16 7. Ce motif était, en 1985, unique dans le corpus des panneaux de tête de sarcophages parisiens8. Les motifs rencontrés à Paris ont également été utilisés à Saint-Denis et à Chelles9. Le décor étudié n’est, à ce jour, attesté ni dans le corpus des panneaux de sarcophages découverts à Saint-Denis10, ni dans celui des sarcophages conservés au musée de Chelles11. Il n’est pas davantage présent dans les motifs utilisés dans les autres nécropoles du Val-d’Oise12, des Yvelines13, de Nanterre14 ou de Jouarre15. Un recensement universitaire récent ne mentionne qu’un unique exemplaire tiré de ce moule16. Il semble donc, dans l’état actuel des recherches, que ce motif ne soit connu que sur les deux sarcophages de Saint-Germain-des-Prés et de Créteil.

  • 17 Périn et Renoux 1985a, p. 715.
  • 18 Un itinéraire passant par Créteil était certainement en usage durant la période mérovingienne. Sel (...)
  • 19 Périn et Renoux 1985a, p. 714-715.
  • 20 Ibid., p. 716.
  • 21 Abert 2006, p. 122.
  • 22 Coxall, Ajot et Charamond 1993 ; Berthelier et Ajot 1998, p. 185.

13L’utilisation d’un moule identique peut indiquer l’importation d’un sarcophage réalisé à Paris, une expérimentation indiquant que ces sarcophages pouvaient tout à fait être transportés17. La présence d’un portus, mentionné dès la fin du vie siècle sur des tremisses, et le passage probable d’une voie romaine (Paris-Melun par la rive droite de la Seine18), pourraient argumenter cette hypothèse. Une autre possibilité serait l’importation des moules en bois, de maniement plus simple, et la réalisation du sarcophage in situ. Ce schéma suppose cependant une production et un stockage préalables à son utilisation, le temps de séchage (plusieurs semaines) du sarcophage excluant une fabrication à la demande au moment du décès19. Les savoir-faire mérovingiens ne permettant pas le conditionnement du plâtre20, un approvisionnement local en gypse est alors indispensable. À Condécourt (Val-d’Oise), les plâtrières exploitées à quelques centaines de mètres de la nécropole du Moulin à Vent ont fourni le matériau de la plupart des sépultures21. Présent en abondance à Chelles, le gypse a été exploité dès l’époque romaine aux abords de l’église paroissiale Saint-André et a pu être utilisé pour la fabrication locale des sarcophages aux moules parisiens22. À Créteil, cette hypothèse est tout à fait envisageable, le Mont Mesly, situé à moins de deux kilomètres, présentant des gypses dont l’exploitation est attestée dès le début du xviiie siècle.

  • 23 Fossard 1960, p. 258. Nos efforts pour retrouver ce fragment de sarcophage se sont révélés infruct (...)
  • 24 Férembach 1958, p. 312, qui s’appuie sur Salin 1952, p. 175-178.
  • 25 Ibid., s’appuyant sur Grégoire de Tours, Histoire des Francs, X, XXVI.

14D’autres sarcophages de plâtre ont été découverts à diverses reprises autour de l’église, mais aucun décor n’a été signalé, à l’exception d’un exemplaire mis au jour en 1957 lors de fouilles préalables à la construction d’une résidence, à 160 m au sud de l’église. Un fragment aurait été déposé sur instruction du professeur A. Piganiol au musée Alfred Bonno de Chelles23. Le décor était, selon D. Ferembach, comparable à celui des sarcophages parisiens, lequel reflèterait une influence orientale dont l’origine proviendrait de la communauté syrienne présente à Paris24. Salin pensait que cette influence aurait culminé avec Eusèbe, puissant marchand syrien qui avait accédé à la charge épiscopale en 591 et attribué à ses compatriotes les places stratégiques de l’évêché parisien25. Il semble cependant préférable de rester prudent quant à l’origine syrienne du décor.

3. Datation

  • 26 Périn et Renoux 1985a, p. 729-730.
  • 27 Périn 1998.
  • 28 Busson 1998, p. 362.
  • 29 Périn et Renoux 1985a, n. 57, p. 737.

15Il est d’usage, depuis Théodore Vacquer, de dater l’usage des sarcophages de plâtre moulés à Paris entre le vie et le viiie siècle. L’étude des mobiliers et les données historiques ont permis d’affiner ces propositions. Les cuves en plâtre ornées apparaissent à Paris dans la seconde moitié du vie siècle et perdurent jusqu’au milieu du viiie siècle, période durant laquelle aucune chronologie relative basée sur l’étude stylistique des décors ne semble pouvoir être déterminée26. La nécropole mérovingienne de Saint-Germain-des-Prés s’est développée ad sanctos après 558-559, période de fondation de la basilique à l’origine dédiée à saint Vincent27. On a pu y recenser 315 sarcophages de plâtre moulé, dont 141 fragments de sarcophages de plâtre décorés conservés, qui correspondent à 115 moules différents, parfois également présents sur d’autres nécropoles mérovingiennes parisiennes28. L’utilisation de sarcophages ornés se poursuit durant tout le viie siècle jusqu’au milieu du viiie siècle pour les plus récents. Un sarcophage de plâtre orné y a encore été utilisé peu après 756 29.

  • 30 Vieillard-Troïekouroff 1981, p. 236.
  • 31 Coxall, Ajot et Charamond 1993.
  • 32 Périn 1993 ; Wyss 1997.
  • 33 Gallien 1998, p. 90.
  • 34 Barat 2007, p. 78.
  • 35 Abert 2006, p. 121.
  • 36 Delahaye 1992 ; Delahaye et Périn 1998.

16Sur l’ensemble de l’Île-de-France, les datations avancées pour les sarcophages de plâtre ornés (lorsqu’elles sont connues car le mobilier associé y est souvent rare) sont comparables à celles de Saint-Germain-des-Prés. À Chelles, où les sarcophages de plâtre ornés comportaient également des moules identiques à ceux de Saint-Germain-des-Prés, les cuves décorées sont postérieures à la basilique funéraire Saint-Georges fondée en 511 et pourraient s’échelonner entre la mort des reines Clotilde (en 544) et Bathilde (en 680) 30. Pour l’église paroissiale Saint-André de Chelles, les cuves ornées constituent l’essentiel des sépultures du viie siècle alors que l’inhumation en pleine terre était privilégiée au siècle précédent31. À Saint-Denis, les cuves de plâtre s’inscrivent également entre la seconde moitié du vie siècle et le milieu du viiie siècle32, les exemplaires décorés n’étant présents qu’au viie siècle33. Dans les Yvelines, les sarcophages de plâtre, décorés ou non, apparaissent à la fin du vie siècle et se développent au viie et au viiie siècle34. Dans le Val-d’Oise, on les rencontre dès le vie siècle (à Louvres) et ils disparaissent au cours du viiie siècle35. À Jouarre, les sarcophages de plâtre décorés sont présumés postérieurs à la fondation du monastère entre 629 et 63736.

Fig. 5 Plaque-boucle en fer de la sépulture 41 (cl. B. Allard, SDA94).

Fig. 5 Plaque-boucle en fer de la sépulture 41 (cl. B. Allard, SDA94).

Dépôt : Service départemental d’Archéologie, CG94.

  • 37 Coupain, Fleury et Hadjouis 1995.
  • 38 Sépulture 41, de sexe indéterminé. Cette plaque-boucle (fig. 5) est attribuable à l’une des phases (...)
  • 39 Une inhumation de femme adulte (sépulture 11, fig. 6) portait, près de la clavicule droite, un obj (...)
  • 40 Deux datations comparables obtenues sur les squelettes de deux jeunes hommes adultes inhumés en co (...)

17Il est peu vraisemblable que l’usage de sarcophages de plâtre ornés à Créteil ait été antérieur à leur utilisation dans la nécropole parisienne de Saint-Germain-des-Prés, donc à 559 au plus tôt. Une fouille préventive réalisée en 1995 à 50 m au sud de l’église Saint-Christophe a livré une cinquantaine de sépultures du haut Moyen Âge37. L’usage de cette partie de la nécropole au viie siècle y est confirmé par la présence d’une plaque-boucle en fer très corrodée, découverte à la droite de la taille d’un jeune adulte (fig. 5)38, mais les sépultures les plus anciennes comme la sépulture 11 (fig. 6) sont antérieures à la fondation de Saint-Vincent et remontent au ve ou au début du vie siècle, selon le mobilier associé39 et les datations 1440. Il semble donc impossible de préciser la datation du sarcophage de plâtre entre la fin du vie et le viiie siècle.

Fig. 6 a Sépulture 11. Femme adulte découverte avec une plaque rectangulaire sur la partie proximale du fémur gauche et un objet en fer près de la clavicule droite, représentés en grisé.

Fig. 6 a Sépulture 11. Femme adulte découverte avec une plaque rectangulaire sur la partie proximale du fémur gauche et un objet en fer près de la clavicule droite, représentés en grisé.

DAO B. Deloumeaux, SDA94

Fig. 6 b Plaque rectangulaire en fer décorée de cabochons.

Fig. 6 b Plaque rectangulaire en fer décorée de cabochons.

Cl. B. Allard, SDA94. Dépôt : Service départemental d’Archéologie, CG94

Conclusion

18Le sarcophage orné découvert à Créteil est issu d’un moule déjà connu pour la nécropole de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Il est vraisemblable que le recours à un sarcophage décoré, au sein d’une nécropole rurale qui n’a livré, dans l’état actuel de nos connaissances, qu’un nombre relativement limité de sépultures de ce type, relève d’un choix destiné à marquer une position sociale. Il est donc probable que l’inhumé qui a bénéficié de cette attention particulière pour un usage somme toute relativement court (le décor étant invisible après la mise en terre) appartenait à une catégorie sociale privilégiée.

  • 41 Cf. Duval 1988 et 1991 ; Treffort 1996.

19La nature du décor, d’inspiration chrétienne par la représentation de croix, associée à la localisation au sein d’un édifice comportant des reliques dès le haut Moyen Âge, renforce la présomption d’inhumations ad sanctos au contact d’un édifice religieux primitif. L’orientation du sarcophage, en relation évidente avec celle de l’église médiévale, tendrait également à accréditer l’hypothèse d’une inhumation dans un édifice antérieur de même orientation. Si les premières mentions de martyrs à Créteil apparaissent dans le cours du ixe siècle, les noms propres Agoard et Agilbert sont surtout employés au cours de la période mérovingienne. Ce faisceau d’indices pourrait corroborer l’ancienneté de l’édifice cultuel, qui aurait ainsi pu succéder à une memoria ou à un martyrium de l’Antiquité tardive41.

  • 42 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens, Devillers et Meyers (éd.) 2001 : année 616. La local (...)
  • 43 Cf. Ardouin 2001.

20La présence d’un sarcophage de type parisien à Créteil permet également de s’interroger sur la faible diffusion de ces motifs, présents uniquement près des abbayes de Saint-Denis et de Chelles, liées au pouvoir mérovingien et à l’évêché parisien durant le viie siècle. Le portus de Créteil, inconnu des sources mérovingiennes, au contraire des deux importantes abbayes, pourrait être associé au domaine royal de Bonneuil où, en 616, Clotaire convoque en assemblée les évêques et grands de Bourgogne42, ou à la fondation en 639, sur l’autre rive de la Marne, de l’abbaye des Fossés sur une terre fiscale cédée par le pouvoir mérovingien43.

21Ce panneau de sarcophage permet donc d’appuyer l’hypothèse d’un édifice cultuel vraisemblablement ancien, lieu de sépulture de membres d’une aristocratie mérovingienne, sans doute en relation avec une activité commerciale et portuaire installée le long d’un méandre de la Marne.

Haut de page

Bibliographie

Abert F.
2006, « L’époque mérovingienne dans le Val-d’Oise », dans Wabont M., Abert F. et Vermeersch D., Carte archéologique de la Gaule, Val-d’Oise-95, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, p. 117-126.

Ajot J. et Bulard A.
1977, L’archéologie à Chelles, catalogue de l’exposition du musée Alfred-Bonno, Publications du musée Alfred Bonno et de la Société archéologique et historique de Chelles, Chelles.

Ardouin S.
2001, « La christianisation du Val-de-Marne », dans Naudet F. et al., Carte archéologique de la Gaule, Val-de-Marne-94, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, p. 76-83.

Barbier J.
1996, « Le palais de Nogent et les résidences mérovingiennes de l’Est parisien », dans Chapelot J. et LalouE., Vincennes aux origines de l’État moderne, Actes du colloque de Vincennes des 8, 9, 10 juin 1994, Presses de l’École Normale Supérieure, Paris, p. 1-12.

Barat Y.
2007, Carte Archéologique de la Gaule, Yvelines-78, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris.

Berthelier N. et Ajot J.
1998, « Chelles, Abbaye mérovingienne », dans Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3 : Ouest, Nord et Est, Picard, Paris, p. 184-187.

Busson D.
1998, Carte archéologique de la Gaule : Paris-75, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris.

Coupain L., Fleury L. et Hadjouis D.
1995, « Premiers résultats des fouilles du parvis Saint-Christophe à Créteil », CLIO 94, Bulletin du comité de liaison des sociétés d’histoire et d’archéologie du Val-de-Marne, n° 13, p. 4-16.

Coxall D., Ajot J. et Charamond C.
1993, « Chelles. Les fouilles de l’abbaye et les églises adventices », dans L’Île-de-France de Clovis à Hugues Capet, Éditions du Valhermeil, Cergy-Pontoise, p. 98-102.

Delahaye G.-R.
1992, « Les sarcophages de plâtre exhumés autour des cryptes de Jouarre (Seine-et-Marne) », Cahiers archéologiques, n° 40, p. 21-34.

Delahaye G.-R. et Périn P.
1998, « Jouarre. Église funéraire Saint-Paul », dans Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3 : Ouest, Nord et Est, Picard, Paris, p. 188-197.

Depeyrot G.
1998a, Le numéraire mérovingien/L’âge de l’or, I, Introduction, collection Moneta, Wetteren, 10.

1998b, Le numéraire mérovingien/L’âge de l’or, II, Les ateliers septentrionaux, collection Moneta, Wetteren, 11.

Duval N., Périn P. et Picard J.-C.
1992, « Paris », dans Gauthier N. et Picard J.-C. (éd.), Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, t. VIII, Province ecclésiastique de Sens, De Boccard, Paris, p. 97-129.

Duval Y.
1988, Auprès des saints corps et âme. L’inhumation « ad sanctos » dans la chrétienté d’Orient et d’Occident du iiie au viie siècle, Études Augustiniennes, Paris.

1991, « Sanctorum sepulcris sociari », dans Les fonctions des saints dans le monde occidental (iiie-xiiie siècle), Actes du colloque de Rome (27-29 octobre 1988), Collection de l’École française de Rome, n° 149, Rome, p. 333-351.

Ferembach D.
1958, « Le cimetière mérovingien de Créteil », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 10e série, t. 9, p. 312-319.

Fleury M. et France-Lanord A.
1998, Les trésors mérovingiens de la basilique de Saint-Denis, Gérard Klopp éd., Woippy.

Fossard D.
1960,
« Les sarcophages de plâtre à décor découverts autour de Paris », Paris et Île-de-France, Mémoires publiés par la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, n° 11, p. 257-269.

Fossard D., Vieillard-Troïekouroff M. et Chatel E.
1978, Monuments sculptés en France pendant le haut Moyen Âge (ive-xe siècles), t. I : Paris, Bibliothèque nationale, Paris.

Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens, Devillers O. et Meyers J. 2001 (édition, traduction et notes), Brepols, Turnhout.

Fournier P.
1912, « Agoard », dans Baudrillart A. (dir.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, Letouzey, Paris, p. 998.

Gallien V.
1998, « Un cimetière urbain du haut Moyen Âge : Saint-Denis. Chronologie d’après les caractères structurels des tombes et les pratiques funéraires », dans Delestre X. et Périn P. (dir.), La datation des structures et des objets du haut Moyen Âge : Méthodes et résultats, Actes des XVe journées d’Archéologie mérovingienne de Rouen, 4-6 février 1994, Mémoires publiés par l’Association française d’archéologie mérovingienne, Saint-Germain-en-Laye, p. 83-91.

Jurgens M.
2000, « La “légende dorée” de Créteil », Cahiers du Petit Massueux, n° 12, Créteil.

Lasteyrie R. de
1887, Cartulaire général de Paris ou Recueil de documents relatifs à l’histoire et à la topographie de Paris, t. I : 528-1180, Imprimerie nationale, Paris.

Legoux R., Périn P. et Vallet F.
2006, « Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien entre Manche et Lorraine », Bulletin de liaison de l’AFAM, n° hors série, 2e éd. revue et corrigée.

Leroy T.
2001, « Les sarcophages de plâtre ornés découverts à Paris et dans ses environs », mémoire de maîtrise sous la direction de C. Mabire La Caille et P. Périn, Paris 1, Année universitaire 2000-2001, 4 vol., dactyl.

Meyer O. et Wyss. M.
1985, Saint-Denis. Recherches urbaines 1983-1985, Ville de Saint-Denis, Saint-Denis.

Naudet F. et al.
2001, Carte Archéologique de la Gaule, Val-de-Marne-94, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris.

Périn P.
1991, « Les sarcophages de plâtre », dans Naissance des Arts chrétiens, Imprimerie nationale, Paris, p. 299-305.

1993, « Les sarcophages mérovingiens de plâtre moulé et orné de Paris et de Saint Denis : état de la question », Antiquité tardive, 1, p. 147-151.

1998, « Paris, Église Sainte-Croix-et-Saint-Vincent », dans Les premiers monuments chrétiens de la France, t. 3 : Ouest, Nord et Est, Picard, Paris, p. 165-171.

Périn P. (dir.)
1985, Collections mérovingiennes, Catalogues d’Art et d’Histoire du musée Carnavalet, t. II, Paris.

Périn P. et Renoux L.
1985a, « Les sarcophages mérovingiens de plâtre moulé trouvés à Paris : technologie, ornementation, chronologie », dans Périn P. (dir.), Collections mérovingiennes, Catalogues d’Art et d’Histoire du musée Carnavalet, t. II, Paris, p. 707-737.

1985b, « Tableau de répartition des décors de sarcophages de plâtre selon les nécropoles de Paris, Chelles et Saint-Denis », dans Périn P. (dir.), Collections mérovingiennes, Catalogues d’Art et d’Histoire du musée Carnavalet, t. II, Paris, p. 749-757.

Picard J.-C.
1987, « Un monde rural s’édifie (vie-xiie siècle) », dans Croix A. (dir.), Histoire du Val-de-Marne, Messidor/Conseil général du Val-de-Marne, Villejuif, p. 39-54.

Salin E.
1952, La civilisation mérovingienne, tome 2 : Les sépultures, Picard, Paris.

Servat E.
1981, « Les sarcophages mérovingiens de plâtre de la cathédrale Sainte-Geneviève de Nanterre (Hauts-de-Seine) » dans Les applications funéraires du plâtre au Moyen Âge, Actes des journées d’étude de la Courneuve (25-26 octobre 1980), Bulletin de liaison de l’AFAM, n° 5, p. 63-73.

Treffort C.
1996, L’église carolingienne et la mort, Collection d’histoire et d’archéologie médiévales n° 3, Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévales/Presses universitaires de Lyon, Lyon.

Vieillard-Troïekouroff M.
1981, « Panneaux de sarcophages de plâtre moulé des nécropoles et abbayes royales de Chelles et de Saint-Denis issus de moules parisiens », Paris et Île-de-France, Mémoires de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, n° 32, 1981 (1982), p. 235-245.

Wyss M.
1997, « Le plâtre à Saint Denis et son utilisation au Moyen Âge au travers de l’archéologie », dans Pierres et Carrières. Géologie – Archéologie – Histoire, AEDEH, Paris, p. 247-251.

2004, « Le décor des sarcophages de plâtre », Dossiers d’archéologie, 297, octobre 2004, p. 51.

Wyss M. et Rodrigues N.
2001, « L’ensemble abbatial de Saint-Denis », Dossiers d’archéologie, 261, mars 2001, p. 2-14.

Haut de page

Notes

1 Ce lieu d’émission est connu par deux monnaies uniques de types différents mais portant un même nom de monétaire Iohannes. Elles sont issues de collections publiées dans la première moitié du xixe siècle, on ignore leur provenance d’origine. Depeyrot 1998b, p. 151, pl. 47. Cf. pour la bibliographie Naudet et al. 2001, p. 99 (fig. 51a, b) et Depeyrot 1998a.

2 Confirmation par Charles le Simple de la donation de Grimoard : Verberie, le 24 avril 900 : AN, K 16, n° 2, Lasteyrie (éd.) 1887, n° 55, p. 76.

3 « In territorio parisiacensi, vico Cristoÿlo, passio sanctorum Agoardi et Agliberti cum aliis innumeris promiscui sexus ». Cf. Jurgens 2000 ; Fournier 1912 ; Picard 1987.

4 Ministère de la Culture et de la Communication, Médiathèque du Patrimoine, 0082/094/1001.

5 Conservé au musée Carnavalet, n° d’inv. AP 569. Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978, n° 50, p. 35 et pl. XVII ; Périn (dir.) 1985, n° 316, p. 355.

6 Sur les circonstances de ces fouilles liées aux travaux d’aménagement des abords du nouveau boulevard Saint-Germain, cf. Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978, p. 19-21 ; Périn (dir.) 1985, p. 278-279 ; Busson 1998, p. 360 ; Périn 1998.

7 Périn et Renoux 1985b, p. 749, 752. Norme définie pour l’étude des motifs parisiens conservés au musée Carnavalet.

8 Périn et Renoux 1985a et b.

9 Vieillard-Troïekouroff 1981 ; Périn et Renoux 1985b.

10 Meyer et Wyss 1985 ; Périn 1993 ; Fleury, France-Lanord 1998 ; Wyss 2004. Nous remercions M. Wyss, archéologue à l’Unité d’archéologie de la Ville de Saint-Denis, d’avoir confirmé l’absence de ce moule à Saint-Denis.

11 Ajot et Bulard 1977. Nous remercions C. Charamond, conservateur au musée Alfred Bonno de Chelles, d’avoir confirmé l’absence de ce moule à Chelles.

12 Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978.

13 Ibid. ; Barat 2007, p. 78.

14 Servat 1981.

15 Delahaye 1992.

16 Leroy 2001, vol. IV, moule n° 329, p. 187.

17 Périn et Renoux 1985a, p. 715.

18 Un itinéraire passant par Créteil était certainement en usage durant la période mérovingienne. Selon sa Vie rédigée à la fin du ixe siècle (Duval, Périn et Picard 1992, p. 103), saint Merri emprunta le pont de Charenton sur la Marne à la fin du viie siècle pour se rendre à Paris depuis Bonneuil : Vita S. Mederici Presbyter et Abbatis, II, 15, Acta Sanctorum, août, t. VI (Bruxelles, 1743), p. 518-525, (p. 522).

19 Périn et Renoux 1985a, p. 714-715.

20 Ibid., p. 716.

21 Abert 2006, p. 122.

22 Coxall, Ajot et Charamond 1993 ; Berthelier et Ajot 1998, p. 185.

23 Fossard 1960, p. 258. Nos efforts pour retrouver ce fragment de sarcophage se sont révélés infructueux. On perd sa trace vers 1960 lors de sa présentation au sein d’une exposition tenue à Créteil.

24 Férembach 1958, p. 312, qui s’appuie sur Salin 1952, p. 175-178.

25 Ibid., s’appuyant sur Grégoire de Tours, Histoire des Francs, X, XXVI.

26 Périn et Renoux 1985a, p. 729-730.

27 Périn 1998.

28 Busson 1998, p. 362.

29 Périn et Renoux 1985a, n. 57, p. 737.

30 Vieillard-Troïekouroff 1981, p. 236.

31 Coxall, Ajot et Charamond 1993.

32 Périn 1993 ; Wyss 1997.

33 Gallien 1998, p. 90.

34 Barat 2007, p. 78.

35 Abert 2006, p. 121.

36 Delahaye 1992 ; Delahaye et Périn 1998.

37 Coupain, Fleury et Hadjouis 1995.

38 Sépulture 41, de sexe indéterminé. Cette plaque-boucle (fig. 5) est attribuable à l’une des phases MA3-MR (Legoux, Périn et Vallet 2006) selon l’aspect massif de la boucle. La forme d’origine de la plaque est difficile à déterminer. Nous remercions Patrick Périn, conservateur du musée de l’Archéologie nationale, de nous avoir aidé à déterminer les objets métalliques, et pour sa relecture attentive de ce texte.

39 Une inhumation de femme adulte (sépulture 11, fig. 6) portait, près de la clavicule droite, un objet en fer très oxydé et non identifié (fibule ?), et, découvert sur la partie proximale du fémur gauche, une plaque rectangulaire en fer décorée de cabochons de type wisigothique (type 145 de Legoux, Périn et Vallet 2006, attribuable à la phase PM-MA 1).

40 Deux datations comparables obtenues sur les squelettes de deux jeunes hommes adultes inhumés en coffrage de bois : sépulture 42, âge calibré de 411 à 541 apr. J.-C. (LY-11096), maximum de probabilité entre 434 et 525 ; sépulture 17, âge calibré de 400 à 540 apr. J.-C. (LY-12421), maximum de probabilité entre 432 et 525.

41 Cf. Duval 1988 et 1991 ; Treffort 1996.

42 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens, Devillers et Meyers (éd.) 2001 : année 616. La localisation précise de cette Bonogillo uilla, identifiée à la commune voisine de Créteil, est inconnue. Il pourrait ne s’agir que d’un lieu de réunion ponctuel (Barbier 1996). Un domaine royal carolingien est plusieurs fois cité au ixe siècle, et une prison y est mentionnée pour des faits de la fin du viie siècle dans la Vie de saint Merri (in villa Bonoilo. Cf. n. 18).

43 Cf. Ardouin 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Localisation de l’église et de la nécropole de Créteil dans le Val-de-Marne.
Crédits Dessin S. Ardouin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 2a Dessin du panneau de sarcophage cristolien.
Crédits Médiathèque du Patrimoine 0082/094/1001
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 2b Report, sur le plan simplifié de l’édifice actuel, de la localisation (cf. fig. 2a) des sarcophages découverts au niveau du petit porche, au sud de la tour porche. Le sarcophage de plâtre y est figuré en blanc.
Crédits Dessin S. Ardouin, T. Galmiche
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 3 L’église Saint-Christophe de Créteil avec, à droite, le petit porche.
Crédits Cl. B. Allard, SDA94
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 4a Relevé du panneau de Saint-Germain-des-Prés.
Crédits D’après Périn (dir.), 1985, n° 316, p. 355
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 4b Cliché du panneau de Saint-Germain-des-Prés vers 1880.
Crédits D’après Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978, n° 50, p. 35 et pl. XVII
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig. 4c Cliché du panneau de Saint-Germain-des-Prés vers 1978.
Crédits D’après Fossard, Vieillard-Troïekouroff et Chatel 1978, n° 50, p. 35 et pl. XVII
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 5 Plaque-boucle en fer de la sépulture 41 (cl. B. Allard, SDA94).
Crédits Dépôt : Service départemental d’Archéologie, CG94.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 6 a Sépulture 11. Femme adulte découverte avec une plaque rectangulaire sur la partie proximale du fémur gauche et un objet en fer près de la clavicule droite, représentés en grisé.
Crédits DAO B. Deloumeaux, SDA94
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 6 b Plaque rectangulaire en fer décorée de cabochons.
Crédits Cl. B. Allard, SDA94. Dépôt : Service départemental d’Archéologie, CG94
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21031/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Ardouin et Thierry Galmiche, « Un panneau de sarcophage de plâtre orné provenant de la nécropole mérovingienne de Créteil (Val-de-Marne) »Archéologie médiévale, 38 | 2008, 31-40.

Référence électronique

Stéphane Ardouin et Thierry Galmiche, « Un panneau de sarcophage de plâtre orné provenant de la nécropole mérovingienne de Créteil (Val-de-Marne) »Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.21031

Haut de page

Auteurs

Stéphane Ardouin

Archéologue, Service départemental d’archéologie, conseil général du Val-de-Marne.

Articles du même auteur

Thierry Galmiche

Archéologue, Conservation des musées et de l’archéologie, département de l’Aisne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search