Navigation – Plan du site

Les peignes de toilette en bois à double endenture du xe au xviie siècle en Europe occidentale : un marqueur chronologique exceptionnel

Double-sided wooden combs from the 10th to the 17th century in Western Europe
Die doppelreihigen Kämme in Westeuropa (10.-17. Jh.) – datierende Funde von hohem Wert
Pierre Mille
p. 41-59

Résumés

Le corpus des peignes de toilette en bois à double endenture a été constitué à partir de 37 sites archéologiques français et étrangers. Il s’étend du xe au xviie siècle et montre une dynamique typochronologique exceptionnelle. Le peigne constitue en fait le meilleur marqueur chronologique de tous les objets de bois. Fabriqué en série sur le domaine français, cet artefact a largement été exporté depuis le xiie siècle, vers l’Angleterre, la Flandre, le Saint-Empire germanique qui ne possèdent pas les buis requis à leur fabrication. Si la chaîne opératoire de fabrication et l’outillage ne connaissent pas de changement notoire au cours de ces huit siècles malgré plusieurs améliorations techniques perceptibles, la succession dans le temps des types de peignes est a contrario rapide, comme rythmée par l’évolution de l’expression artistique médiévale et moderne.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis trois décennies, l’archéologie des objets de bois s’est enrichie de belles collections de plusieurs centaines, voire milliers d’artefacts, comme celles de Charavines (Isère), de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), de Tours (Indre-et-Loire) ou plus récemment, celle de Pineuilh en Gironde. Si ces grands chantiers ont en partie permis d’élaborer les corpus des objets domestiques du xe au xviie siècle, de nombreuses autres découvertes, certes plus modestes, les ont néanmoins complétés et affinés.

  • 1 Mille 2004, p. 108.

2En France, les études entreprises sur ces collections ont été conduites de manière similaire : une étude interdisciplinaire a croisé les données de la biologie et de l’archéologie ainsi que de l’iconographie, tandis qu’en parallèle étaient entreprises des études techniques de fabrication et d’utilisation des artefacts. Ces différentes recherches dendrologiques et xylologiques aboutissent actuellement à de nouveaux référentiels typologiques et chronotypologiques inédits. De ces référentiels, celui des peignes est sans aucun doute le plus intéressant. Parmi les objets de bois, les peignes à double endenture constituent effectivement les meilleurs marqueurs chronologiques connus1. Ces articles de toilette, produits dans le domaine français et très largement diffusés à partir du xiie siècle vers l’Angleterre, la Flandre et le Saint-Empire germanique évoluent très rapidement.

3Avant d’aborder précisément la typochronologie de ces peignes, nous présentons notre démarche comparative nationale et internationale.

1. La démarche comparative

4Au bas Moyen Âge, les peignes font l’objet d’un commerce sur de grandes distances, couvrant une vaste aire géographique en Europe occidentale. C’est du moins ce que mentionnent quelques textes des xive et xvie siècles qui signalent aussi l’existence de plusieurs régions de production, situées à Paris mais aussi dans le sud et le centre de la France.

  • 2 Devèze 1961, t. 1, p. 144.
  • 3 Ibid., p. 144.
  • 4 Wolff 1956, p. 103.
  • 5 Devèze 1961, t. 1, p. 144.
  • 6 Franklin 1987, p. 479 et 558.

5Dans la région du Béarn a lieu un important commerce du peigne de buis. Pour exemple citons cet habitant de Bugnein-en-Béarn qui, en 1396, avait en dépôt à Bayonne chez un marchand de Bordeaux « 13 000 peignes en buis à 10 francs le millier » à exporter en Angleterre et en Flandre2. La Navarre française fournit, encore au xvie siècle, des peignes en buis3. À Toulouse à la fin du xive siècle, les fabricants de peignes installés en ville reçoivent leur buis des Pyrénées4. En Vivarais, à la fin du Moyen Âge, les marchands allemands qui commercent aussi dans le Jura venaient acheter en grand nombre des peignes de buis produits sur place5. Citons encore cette mention de peignes produits en Limousin et vendus à Paris6.

  • 7 Favier 1975, p. 346.
  • 8 Devèze 1961, t. 2, p. 120.

6Parmi les nombreuses mentions dont Jean Favier fait état dans le commerce fluvial de Paris entre 1449-1467, il en existe une, en date de 1455, qui concerne un transit de Villers-Cotterêts (Aisne) à Paris de 500 « fûts à pignes ». Cette mention est unique mais indique toutefois l’existence d’arrivages de listelles de buis d’Île-de-France7. Une autre mention plus tardive informe d’un trafic de buis à peigne entre la Normandie et Paris à la fin du xvie siècle8.

  • 9 Lespinasse 1879, p. 670.
  • 10 Ibid., p. 670.

7Le premier statut connu des peigniers-lanterniers à Paris de 1260 ne mentionne pas le travail du buis mais celui de la corne et de l’ivoire. En revanche en 1324, dans le statut du 12 mars, les peigniers-tabletiers, à l’article 3, signalent qu’il est interdit de vendre des peignes de « fust » (bois), comme « d’arable » (érable) ou autres (bois), peints et colorés d’orpin (orpiment) et vendus comme « boix » (buis). Il faut que les peignes soient de « boix senz fart » (buis sans fard)9. Le statut des peigniers-tabletiers de 1485 légifère à nouveau sur cette seule fabrication autorisée en buis10.

8Le statut des peigniers en bois promulgué en 1324 à Paris fait partie des statuts de métiers du bois les plus anciens de la ville. Pour exemple, il est promulgué avant ceux des menuisiers « huchiers » (1382), des tonneliers (1398), des tourneurs (1467). En ce début de xive siècle, le nombre des maîtres peigniers ajouté à celui des maîtres lanterniers était donc suffisant pour prétendre à un statut et à un représentant juré auprès du roi. Ce fait confirme en quelque sorte l’importance économique de la production et du commerce des peignes à Paris.

  • 11 Egan, Pritchard 1990, p. 243 ; Good 1987, p. 108.

9Cette production parisienne n’est pas seulement réservée à la ville et sa région mais destinée au commerce international. Les archéologues anglais ont effectivement découvert à Londres des peignes historiés en provenance de Paris11. Les découvertes londoniennes laissent entrevoir, entre ces deux capitales, des échanges commerciaux intenses et durables.

  • 12 Mille 2000, p. 233.

10Il faut aussi préciser que les buis propres à la fabrication des peignes ne poussent ni en Angleterre, ni en Flandre, ni d’ailleurs dans les régions germaniques du bas Rhin12 (voir infra 6, les données taxonomiques).

11À la lumière de ces quelques textes et des données de l’archéologie anglaise, nous constatons qu’il existe bien au Moyen Âge des productions « françaises » : d’une part celles qui sont installées près de sources d’approvisionnement – massifs montagneux : Béarn, Limousin, Jura, Vivarais… – et d’autre part celle de Paris. Ces productions sont destinées plus particulièrement à l’exportation vers des pays du nord qui ne possèdent pas les buis requis à la fabrication de cet article. S’il est impossible d’exclure l’existence de productions locales à la diffusion plus limitée, l’exportation commerciale sur de grandes distances reste une donnée fondamentale qui nous permet de comparer de façon pertinente les collections de peignes issues de plusieurs pays d’Europe occidentale.

2. Provenance et datation des collections

12278 peignes complets ou archéologiquement restituables constituent le corpus de notre typologie. Ils proviennent de 18 sites archéologiques répartis sur tout le territoire français ainsi que de 17 autres étrangers, limitrophes au domaine français pour la plupart (cf. fig. 1).

Fig. 1 Répartition des sites de provenance.

Fig. 1 Répartition des sites de provenance.

France : 1 Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), 2 Charavines (Isère), 3 Lons-le-Saunier (Jura), 4 Pineuilh (Gironde), 5 Montauban (Tarn-et-Garonne), 6 Lille, château de Courtrai (Nord), 7 Lille, rue d’Angleterre (Nord), 8 Montpellier (Hérault), 9 Paris, musée de Cluny, 10 Tours, hôtel-Dieu (Indre-et-Loire), 11 Tours, parking Anatole France (Indre-et-Loire), 12 Villeneuve-d’Ascq, Quiquempois (Nord), 13 Lyon, place des Terreaux (Rhône), 14 Lyon, parking Saint-Georges (Rhône), 15 Toulouse (Haute-Garonne), 16 Meaux (Seine-et-Marne), 17 Tournai (Nord), 18 Besançon (Doubs). Autres pays : 19 Mülenen, région de Zurich (Suisse), 20 Londres (Angleterre), 21 Cork (Irlande), 22 Konstanz, Württemberg (Allemagne), 23 Amsterdam, musée historique (Pays-Bas), 24 Flandre, sans précision (Pays-Bas), 25 Wroclaw (Pologne), 26 Hertogenbosch (Pays-Bas), 27 Veere (Pays-Bas), 28 Bristol (Angleterre), 29 épave du Mary Rose (Angleterre), 30 Exeter (Angleterre), 31 épave de la Trinidad Valencera (Irlande), 32 Portsmouth (Angleterre), 33 Hull (Angleterre), 34 Murcia (région de Valence, Espagne), 35 épave Culip VI, Cala Culip (Catalogne, Espagne).

13Après la présentation géographique des découvertes, nous proposons un tableau synthétique sur la datation des objets découverts (cf. fig. 2). Les dates avancées par les archéologues, plus ou moins précises, sont toutefois utilisables. Nous avons des objets très bien datés comme ceux de naufrages (Mary Rose, 1558) ou ceux de Charavines (années 1003-1042) et, à l’opposé, ceux dont la chronologie est imprécise à deux siècles comme à Toulouse ou à Saint-Denis. Dans le tableau suivant ces derniers artefacts, peu nombreux au demeurant, apparaissent au siècle le plus récent.

Fig. 2 Nombre de peignes découverts sur différents sites en fonction de leur datation.

Fig. 2 Nombre de peignes découverts sur différents sites en fonction de leur datation.

14Le xe et le xie siècle ont été regroupés, car, hormis Charavines, plusieurs artefacts des 4 autres sites peuvent dater de la fin du xe siècle.

15La surreprésentation des peignes des xe-xie siècles est uniquement due à l’énorme collection de Charavines (ce chiffre de 67 peignes en 2000 doit être d’ailleurs dépassé actuellement puisque les fouilles se poursuivent chaque année depuis 1972). Le bon niveau du xvie siècle est, lui, attribuable à la découverte de deux belles et importantes collections de Tours (parking Anatole-France) et de Lyon (place des Terreaux).

16La sous-représentation des peignes du xiie siècle est évidemment un handicap qui correspond d’ailleurs à la sous-représentation d’un type, nous le verrons plus loin.

3. Classification typologique des peignes xe-xviie siècle

17Tous les peignes à l’étude sont des peignes à deux endentures opposées, de grosses et de petites dents. Ils se classent tous parmi les peignes de toilette.

18Notre typologie des peignes à double endenture est fondée sur deux types de caractères :

  • les premiers sont dimensionnels. Nous utilisons principalement le rapport R = hauteur/largeur (cf. fig. 3).
  • les seconds intègrent des particularités d’ordre technique et/ou fonctionnels : profils longitudinaux, formes des aplats latéraux, profils des rives, sections des dents, dimorphismes des dents…

19Au cours de cette période qui couvre tout le bas Moyen Âge et une partie de l’époque moderne, nous avons reconnu six types de peignes : A, B, C, D, E, F et cinq sous-types C1, C2, C3 et D1, D2.

Fig. 3 Rapport et terminologie. (NDE : dans cet article, le mot largeur correspond à la mesure indiquée sur le schéma. Il arrive que la largeur soit supérieure aux autres dimensions).

Fig. 3 Rapport et terminologie. (NDE : dans cet article, le mot largeur correspond à la mesure indiquée sur le schéma. Il arrive que la largeur soit supérieure aux autres dimensions).

3.1. Les peignes de type A

20Ces peignes possèdent des caractéristiques proches, ils sont plus hauts que larges et présentent un rapport de dimensions R = hauteur/largeur supérieur à 1. Ils sont tous plats. Le dimorphisme des dents est peu prononcé en général. Ils ne possèdent pas d’aplats latéraux des grosses dents (de section octogonale) et, dans l’ensemble, ceux des petites sont plutôt étroits. Certaines rives sont profilées ou possèdent une encoche de préhension. Certains modèles ont des parements décorés d’ocelles ou de décors pyrogravés (cf. fig. 4 et 4 bis).

Fig. 4 Cinq peignes de type A trouvés à Lons-le-Saunier, xie siècle.

Fig. 4 Cinq peignes de type A trouvés à Lons-le-Saunier, xie siècle.

Dessin Pierre Mille

Fig. 4 bis Quatre peignes de type A trouvés à Pineuilh (Gironde), xie siècle.

Fig. 4 bis Quatre peignes de type A trouvés à Pineuilh (Gironde), xie siècle.

Dessin Éric Bayen

  • 13 Mille 1989, p. 118-133 ; Mille, Colardelle et Verdel 1993, p. 256-257 ; Colardelle et Verdel 2000, (...)

21À Saint-Denis, le rapport de dimensions des sept peignes de ce type oscille entre 1,03 et 1,69. Aux rives droites, à encoches de préhension avec ou sans appendices débordants, ces peignes se rencontrent uniquement dans des contextes datés des xe-xie siècles. Ces derniers sont semblables aux 67 peignes de Charavines datés de la première moitié du xie siècle13.

  • 14 Mille 2000, p. 295.
  • 15 Prodéo 2006, étude des bois P. Mille, p. 106-112.
  • 16 Navarro, Palazon, Robles et Fernandez 1996, pl. 107.

22Proches aussi sont ceux de Lons-le-Saunier, datés du xie siècle (rapport compris entre 1,28 et 1,94) (sept peignes) (cf. fig. 3)14. Les onze peignes du groupe A découverts à Pineuilh en Gironde présentent généralement des rives droites très rarement convexes15. Ceux découverts dans la région de Murcia en Espagne, fabriqués en fusain (Evonimus europaeus), également datés des xe-xie siècles, possèdent des parements décorés d’ocelles16.

23À notre connaissance, ni l’Angleterre, ni la Flandre, ni l’Allemagne n’ont été le lieu de mise au jour de ce type de peignes. Au xe-xie siècles, les seuls peignes en usage dans ces pays sont composites et en os. Force est de constater que le commerce international exposé précédemment n’est pas encore en place. Quels événements historiques expliquent leur présence après ? Serait-ce la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant ?

24Pour ce qui est du territoire « français », le type A ne perdure pas au-delà de la fin du xie siècle. C’est du moins ce que montrent les découvertes archéologiques faites jusqu’à présent.

3.2. Les peignes de type B

25Ce type est représenté par des peignes de petite taille et biconvexes. Plus larges que hauts, ils ne dépassent qu’exceptionnellement 8 cm de largeur. Le rapport R = hauteur/largeur varie de 0,6 à 0,8. Ils possèdent des aplats latéraux droits ou concaves pour la première fois identiques pour les deux rangées de dents. Les grosses dents sont également pour la première fois de section rectangulaire. Ces peignes présentent encore des décors faits d’une à trois lignes parallèles et transversales (cf. fig. 5).

Fig. 5 Quatre peignes de type B de Saint-Denis, largeurs des peignes complets 6 et 8 cm.

Fig. 5 Quatre peignes de type B de Saint-Denis, largeurs des peignes complets 6 et 8 cm.

D’après l’unité de Saint-Denis, dessins de Nicole Meyer-Rodrigues et Pierre Mille.

  • 17 Mille à paraître.
  • 18 Scholkmann 1982, p. 101-121.
  • 19 Mille 2006, p. 106-112.
  • 20 Egan et Pritchard 1990, p. 199 à 243 ; Müller 1996, p. 287.

26Ces petits peignes à rives droites ou concaves ne se rencontrent que dans des contextes datés des xiie et xiiie siècles. C’est le cas à Saint-Denis pour quatre d’entre eux17. L’exemplaire Suisse qui provient de Mülenen date du xiie siècle18. Les deux peignes de type B trouvés à Pineuilh (Gironde) sont datés du tout début du xiie siècle et, à la différence des autres biconvexes, ils sont plats19. Les autres sont datés du xiiie siècle, comme les deux exemplaires de Londres ou celui de Konstanz20.

27Ce type semble peu fréquent, car nous n’en avons pas retrouvé d’exemplaires comparables. Il semble pourtant marquer le début du commerce international que nous évoquions.

3.3. Les peignes de type C

28Ces peignes se rattachent à des contextes archéologiques tous datables entre la fin du xiie et le xive siècle.

3.3.1. Le sous-type C1

29Ils sont souvent de taille moyenne à grande. Ils mesurent de 9 à 12 cm de largeur, voire plus pour certains individus incomplets. Les rapports R = hauteur/largeur se situent entre 0,50 et 0,65. Généralement biconvexes, ces peignes présentent encore des aplats très larges, à rives cintrées ou arrondies (cf. fig. 6).

Fig. 6 Un peigne de type C1 de Flandre, largeur 9,8 cm.

Fig. 6 Un peigne de type C1 de Flandre, largeur 9,8 cm.

D’après Van Bellingen, Dewilde et Mus 1994, p. 269.

  • 21 Egan et Pritchard 1990, p. 248.
  • 22 Mille à paraître.
  • 23 Egan et Pritchard 1990, p. 243.
  • 24 Van Bellingen, Dewilde et Mus 1994, p. 269.
  • 25 Musée des Augustins, 1990, p. 143.

30Les deux plus anciens ont été mis au jour à Londres ; de petite taille, ils datent de la fin du xiie siècle21. Les plus nombreux proviennent des fouilles de Saint-Denis où douze exemplaires peuvent être classés ici, probablement entre la fin du xiie et le début du xive siècle22. Les autres semblent tous attribués au début du xive siècle, c’est le cas d’un autre peigne londonien23. Un bel exemplaire daté de 1300 provient de Flandre (cf. fig. 6)24. Attribué à la première moitié du xive siècle, un peigne incomplet a également été trouvé à Montauban25.

3.3.2. Le sous-type C2

31Les peignes du type C2 diffèrent peu du type C1, mais semblent plus petits et moins larges. Le rapport R = hauteur/largeur est compris entre 0,60 et 0,75. Ils présentent sur les rives, cintrées et arrondies, une profonde encoche de préhension semi-circulaire qui les différencie du sous-type C1.

Fig. 7 Un peigne de type C2 de Saint-Denis, largeur 11,5 cm.

Fig. 7 Un peigne de type C2 de Saint-Denis, largeur 11,5 cm.

Unité d’archéologie de Saint-Denis, dessin Pierre Mille.

  • 26 Müller 1996, p. 287.
  • 27 Wysocka 1999, p. 111.
  • 28 Mille à paraître.

32Ils ne semblent pas très courants. Le site de Konstanz (Allemagne) en a livré un de petite taille, attribuable au xiiie siècle26. Une autre découverte, plus lointaine, a été faite à Wroclaw, Breslau (Pologne). Ce dernier est daté de la fin du xiiie-xive siècle27. Les trois exemplaires issus du ruisseau du Croult à Saint-Denis sont malheureusement mal datés, entre le xiiie et le xive siècle28.

Fig. 8 Un peigne de type C2 de Wroclaw, largeur conservée 5,4 cm.

Fig. 8 Un peigne de type C2 de Wroclaw, largeur conservée 5,4 cm.

Modèle quasi identique au précédent malgré la différence de graphie.

D’après Wysocka 1999, p. 111.

3.3.3. Le sous-type C3

33Le sous-type C3 regroupe des peignes généralement de grande taille, biconvexes, qui mesurent de 7 à 12 cm de largeur. Ils possèdent des rives droites et des aplats larges à très larges. Le rapport hauteur/largeur est compris entre 0,50 et 0,70. Une minorité d’entre eux, incomplets, possèdent sur leurs parements un décor composé de une ou plusieurs incisions parallèles (cf. fig. 9 et 10).

Fig. 9 Un peigne de type C3 de Lille, largeur 9,7 cm.

Fig. 9 Un peigne de type C3 de Lille, largeur 9,7 cm.

D’après Blieck 1996, p. 206.

  • 29 Société d’archéologie de Montpellier 1988, p. 31 ; Leenhardt, Leguilloux, Vallaury et al. 1999, p.(...)
  • 30 Hurley 1982, p. 301.
  • 31 Blieck 1996, p. 206.
  • 32 Egan et Pritchard 1990, p. 244.
  • 33 Müller 1996, p. 287.
  • 34 Mille à paraître.
  • 35 Communication abbé Gilbert Tiéghem, responsable des fouilles.
  • 36 Janssen 1983, p. 287.

34Ils semblent plus fréquents que les sous-types C1 et C2. Trois peignes complets ont été mis au jour à Montpellier (cf. fig. 9). Datés initialement du xive, ils sont actuellement attribués au xiiie siècle29. Celui de Cork date aussi du xiiie siècle30. À Lille, des latrines du xiiie siècle au château de Courtrai ont livré deux fragments de peignes biconvexes de ce type31 (fig. 9). Un bel exemplaire du xiiie siècle, aux parements décorés de lignes parallèles, a été mis au jour dans les fouilles de Londres32. À Konstanz, deux modèles biconvexes du xiiie siècle ont été recueillis33. Les quatre exemplaires provenant des fouilles de Saint-Denis sont datables, sans plus de précision, du xiiie siècle34. À Quiquempois (Villeneuve-d’Ascq, Nord), un peigne complet provenant des douves du château a été daté du xiiie siècle35. Les plus tardifs proviennent de Bois-Le-Duc (Hertogenbosch en néerlandais), où deux exemplaires sont attribués à la première moitié du xive siècle36.

Fig. 10 Fac-similé d’un peigne de type C3 trouvé à Montpellier, largeur 7 cm.

Fig. 10 Fac-similé d’un peigne de type C3 trouvé à Montpellier, largeur 7 cm.

D’après Leenhardt, Leguilloux, Vallaury et al. 1999, p. 171, dessin Pierre Mille.

3.4. Les peignes de type D

35Les peignes de ce type sont apparemment contemporains des niveaux datés de la fin du Moyen Âge. Ils sont généralement carrés mais peuvent être rectangulaires. Ils mesurent entre 7 et 9 cm de largeur, voire plus. Le rapport R = hauteur/largeur, compris entre 0,75 et 1, est le plus souvent proche de 1. Ils sont plats ou très légèrement biconvexes. Les aplats latéraux sont généralement fins. Les rives sont droites, bien que certaines soient profilées ou possèdent une encoche de préhension. Les parements du sous-type D1 ne présentent pas de décor, alors que ceux du sous-type D2 sont décorés d’incrustations et d’ajourages parfois complexes.

3.4.1. Le sous-type D1

36Ces artefacts sont issus de contextes archéologiques datables entre le xive et le début du xvie siècle.

  • 37 Mille à paraître.
  • 38 Nieto et Raurich 1998, p. 111.

37Les douze exemplaires trouvés dans le comblement du ruisseau du Croult à Saint-Denis appartiennent sans précision au xive et xve siècle37. Celui trouvé dans l’épave Culip VI en Catalogne, est daté du tout début du xive siècle38.

  • 39 Egan et Pritchard 1990, p. 245.
  • 40 Vreenegoor et Kuipers 1996, p. 83.
  • 41 Müller 1996, p. 287.
  • 42 Good 1987, p. 108.
  • 43 Armstrong 1977, p. 68.

38Les autres peignes sont tous plus tardifs (fin du xive-début du xvie siècle). C’est le cas de ceux découverts à Londres (trois peignes datés de la fin du xive siècle39), Veere, Flandre (un exemplaire du xve siècle40), Konstanz (un peigne, xve siècle41, cf. fig. 11), Bristol (un de la fin du xve siècle42), Hull, Angleterre (un de la fin du xve ou du début du xvie siècle43).

Fig. 11 Deux exemplaires de type D1 de Konstanz, hauteurs respectives : 7,6 et 7,2 cm.

Fig. 11 Deux exemplaires de type D1 de Konstanz, hauteurs respectives : 7,6 et 7,2 cm.

D’après Müller 1996, p. 287.

3.4.2. Le sous-type D2

  • 44 Il existe en Angleterre, pour le xiiie siècle, un modèle de peigne de petite taille, très large, a (...)

39Les peignes de type D2 ajourés ou incrustés sont, semble-t-il, des peignes caractéristiques de la fin du Moyen Âge. L’exécution de ces décors apparaît à la fin du xive siècle, et disparaît à la fin du xve, voire au tout début du xvie siècle. Si ces décors caractérisent la plupart du temps des peignes carrés, de nombreux autres ornent des peignes rectangulaires (plus larges que hauts). Des exemplaires ajourés fort semblables ont été trouvés de part et d’autre de la Manche44.

  • 45 Communication abbé Gilbert Tiéghem, responsable des fouilles.
  • 46 Egan et Pritchard 1990, p. 243 ; voir infra « les types et les usages ».

40À Lille, un peigne de ce type a été mis au jour dans la rue d’Angleterre. Il est attribué au xive siècle et est décoré de séries d’ocelles45. Datés de la fin du xive et du xve siècle, quatre proviennent des fouilles de Londres. L’un d’eux a probablement été historié par un artiste parisien : vous sur un parement et byen sur l’autre, en devise d’amour qui pourrait être je le donne pour bien à vous 46.

  • 47 Mille à paraître.

41Il faut aussi noter qu’un des peignes de cette importante collection anglaise présente une facture, des dimensions et un décor ajouré identiques à un artefact de la collection de Saint-Denis47. Ces deux exemples soulignent l’importance des échanges commerciaux entre ces deux capitales.

  • 48 Good 1987, p. 108.

42Les trois autres peignes à décors ajourés de Saint-Denis datent de la fin du Moyen Âge, sans que l’on puisse être plus précis. Les incrustations disparues des modèles dionysiens étaient sans doute des verres de miroir comme il est donné de le voir sur des modèles mieux conservés. Un autre peigne, issu d’un contexte de la fin du xve siècle, a été mis au jour à Bristol. Il présente lui aussi un décor ajouré très proche des objets dionysiens et londoniens48.

Fig. 12 Un peigne de type D2 (rectangulaire) ajouré et à incrustation d’os trouvé à Tours, largeur restituée 9,4 cm.

Fig. 12 Un peigne de type D2 (rectangulaire) ajouré et à incrustation d’os trouvé à Tours, largeur restituée 9,4 cm.

Dessin Pierre Mille ; Couderc et Fouillet 2003.

43Les exemplaires visibles au musée de Cluny (Paris), datés de 1400 au début du xvie siècle, sont tout à fait exceptionnels. Ces peignes en buis, somptueusement ajourés et pourvus d’incrustations précieuses, sont des chefs-d’oeuvre de la sculpture gothique. Ils témoignent sans aucun doute de ce qui pouvait se faire de plus raffiné dans ce domaine (cf. fig. 13).

Fig. 13 Peigne ajouré, vers 1500.

Fig. 13 Peigne ajouré, vers 1500.

Cl. musée des Thermes de Cluny, paris.

  • 49 Couderc et Fouillet 2003, études des bois P. Mille, non paginé.
  • 50 Clevis et Smit 1990, p. 94.

44à Tours, un peigne ajouré et à incrustations de lamelles d’os, plus modeste mais de belle facture, fait partie d’un ensemble attribué au premier quart du xvie siècle : nous pensons cependant qu’il a probablement été fabriqué à la fin du xve siècle49 (cf. fig. 12). Enfin un grand peigne flamand, magnifiquement ajouré et pourvu d’un miroir central, date du début du xvie siècle50.

3.5. Les peignes de type E

45Ces peignes sont le plus souvent biconvexes. De 7 à 10 cm de largeur, le rapport R = largeur/hauteur est compris entre 0,60 et 0,90. Le dimorphisme des dents est très prononcé car les grosses dents sont toujours très espacées. Ils semblent apparaître à la fin du Moyen Âge : typiques du xvie siècle, ils disparaissent au début du xviie siècle.

  • 51 Good 1987, p. 108.
  • 52 Armstrong 1974, p. 68.
  • 53 Janssen 1983, p. 287.
  • 54 Couderc et Fouillet 2003, études des bois P. Mille, non paginé.
  • 55 Jouquand 1996, p. 199.
  • 56 McKee 1987, p. 132, 134.
  • 57 Arlaud 1995, p. 659-663.
  • 58 Musée des Augustins 1988, p. 14.
  • 59 Association Meldoise d’Archéologie 1995, p. 48.
  • 60 Guilhot et Goy 1992, p. 22.
  • 61 Musée des Augustins 1988, p. 14.

46Les plus anciens, datés de la fin du xve siècle, proviennent de Bristol51, de Hull52 ou encore de Bois-le-Duc53. Une belle collection de peignes de ce type a été mise au jour à Tours dans un dépotoir du premier quart du xvie siècle54. À Tours encore, un exemplaire exhumé des latrines de l’ancien hôtel-Dieu est attribué à la première moitié du xvie siècle55. Ceux découverts dans l’épave du Mary Rose, bateau coulé en 1558, datent du milieu du xvie siècle56. Certains modèles (au nombre de 4) sont encore présents dans les collections datées de la seconde moitié du xvie siècle, comme à Lyon57 ou à Toulouse58. D’autres sont attribués sans plus de précision au xvie siècle : c’est le cas des exemplaires trouvés à Meaux59 (cf. fig. 14), ou à Besançon60. D’autres encore, retrouvés à Toulouse, sont datables des xvie-xviie siècles61.

Fig. 14 Fac-similé d’un peigne de type E trouvé à Meaux, largeur 9 cm.

Fig. 14 Fac-similé d’un peigne de type E trouvé à Meaux, largeur 9 cm.

D’après l’Association Meldoise d’Archéologie 1995, p. 48, fac-similé P. Mille.

3.6. Les peignes de type F

47Très larges et assez hauts, ces grands peignes, qui dépassent souvent 12 cm de largeur, sont tous issus de contextes qui s’étendent du milieu du xvie au début du xviiie siècle. Rectangulaires, au rapport R = hauteur/largeur situé autour de 0,50, ils présentent des aplats latéraux toujours droits et fins. Le dimorphisme des dents est peu marqué à la différence du type E.

  • 62 Couderc et Fouillet 2003, étude des bois P. Mille, non paginé.
  • 63 McKee 1986, p. 92.
  • 64 Arlaud 1995, p. 658-663 ; Arlaud, Lurol, Ayalla et al. 1993, p. 66.
  • 65 Allan 1984, p. 310 ; Flanagan 1988, p. 139.

48Les plus anciens ont été mis au jour dans un dépotoir de Tours62 (milieu xvie siècle) et dans l’épave du Mary Rose63. Les plus nombreux (soit 19 d’entre eux), datés de la seconde moitié du xvie siècle, proviennent des fouilles de la place des Terreaux à Lyon64. D’autres sont issus des fouilles d’Exeter ou de l’épave du Trinidad Valencera, bâtiment participant à l’expédition de l’Invincible Armada, coulé au large de l’Irlande en 158865.

  • 66 Guilhot et Goy 1992, p. 386.
  • 67 Musée des Augustins 1988, p. 14.
  • 68 Coulon et Lacroix 1990, p. 138.
  • 69 Fox et Barton 1986, p. 240-241.

49Enfin les plus récents datent du xviie siècle, voire du tout début du xviiie siècle, comme ceux de Besançon66, de Toulouse67, de Tournai68 ou de Portsmouth69.

Fig. 15 Un peigne de type F trouvé à Lyon, place des Terreaux, largeur 12,6 cm.

Fig. 15 Un peigne de type F trouvé à Lyon, place des Terreaux, largeur 12,6 cm.

D’après Arlaud 1995, p. 658-663.

Fig. 16 Un peigne de type F trouvé à Besançon, largeur 11,1 cm.

Fig. 16 Un peigne de type F trouvé à Besançon, largeur 11,1 cm.

D’après Guilhot et Goy 1992, p. 386.

4. Les types et les usages

  • 70 Viollet-le-Duc 1980, p. 587.

50Viollet-le-Duc pensait que les peignes très hauts de type A, qu’il appelait « oblongs », étaient réservés aux cérémonies religieuses et à la tonsure, et que les peignes plus « larges » étaient destinés aux usages profanes70, mais nous pouvons en douter.

  • 71 Ibid., p. 587.
  • 72 Caillet 1985, p. 112.
  • 73 Willianson 1986, p. 72.

51Il existe effectivement quelques exemplaires somptueusement décorés datés du haut Moyen Âge qui sont en usage dans la liturgie chrétienne. Plusieurs beaux peignes liturgiques, la plupart en ivoire, servant à peigner les évêques lors des offices, sont conservés dans le trésor de la cathédrale de Sens71, au musée de Cluny72 ou au Victoria and Albert Museum de Londres73. Il n’en reste pas moins que les autres exemplaires de type A, de facture plus modeste, étaient utilisés comme peignes de toilette. Marie-Hélène Rutschowscaya a ainsi décrit certains d’entre eux, du haut Moyen Âge, conservés au musée du Louvre :

  • 74 Rutschowscaya 1986, p. 30 ; Cannuyer 2000, p. 141, 210, 211.

« Ils sont en buis souvent décorés d’ocelles ou de décors élégants. Ce sont des peignes de toilette d’utilisation quotidienne et profane. Ils se rangent parfois dans des étuis de cuir. Ils appartiennent indifféremment à des hommes ou des femmes. Il est possible que certains aient été offerts comme cadeau de mariage »74.

  • 75 Abd ar-Raziq 1985, p. 399 ; Hierbert 1991, p. 148.

52Cette forme de peigne en bois d’usage profane (type A) était aussi utilisée à l’époque byzantine et arabe dans l’Est méditerranéen75.

  • 76 Cannuyer 2000, p. 210, 211 ; Mille 2000, p. 296.

53L’utilisation profane des peignes des collections du bas Moyen Âge ne semble pas non plus faire de doute. Ils sont tous issus de contextes laïques ; dépotoirs, latrines, fosses ou fossés de maisons particulières. Il est admis que ces peignes à double endenture sont des peignes de toilette, les grosses dents servant au démêlage des cheveux et les petites à l’épouillage ou au lissage76.

  • 77 Franklin 1987, t. 2, p. 558 ; Viollet-le-Duc 1980, p. 587.
  • 78 McKee 1986, p. 132.

54Aux xive et xve siècles, les étuis dans lesquels sont disposés les peignes se nomment « pignières ». Ils renferment, en plus des peignes, des rasoirs, des ciseaux, un miroir et une « gravouère » sorte de stylet qui sert à faire la raie77. Au xvie siècle, ces objets personnels étaient transportés dans des étuis en cuir spécialement conçus pour recevoir un seul peigne. Certains, ainsi enveloppés, ont été découverts sur l’épave du Mary Rose78. Ces étuis étaient aussi de velours richement coloré comme le suggère Gilles Corrozet en 1539 dans son ouvrage intitulé « les blasons domestiques » (cf. fig. 17).

Fig. 17 Étui à peigne, « estuy de chambre », gravure sur bois, de l’ouvrage de Gilles Corrozet, Les blasons domestiques, 1539.

Fig. 17 Étui à peigne, « estuy de chambre », gravure sur bois, de l’ouvrage de Gilles Corrozet, Les blasons domestiques, 1539.
  • 79 Franklin 1987, t. 2, p. 558.

55Si les pignières renferment plusieurs peignes au Moyen Âge, ces derniers sont-ils de formes distinctes et correspondent-ils à des usages différents ? Si nous retrouvons des peignes spécialement utilisés par des hommes (gens d’armes embarqués sur le Mary Rose), en existe-t-il qui soient réservés aux femmes ? Certains sont-ils plus spécifiquement adaptés à un type de chevelure ? Force est de constater qu’actuellement, nous ne pouvons pas répondre de façon précise à ces questions. Les textes médiévaux laissent entrevoir une spécificité de certains types, c’est le cas au xive siècle, où de petits peignes appelés templières étaient destinés à relever la frange sur les tempes79. C’est sans doute le cas également des peignes de type E. Les grosses dents très écartées suggèrent un emploi spécifique que nous ne saurions préciser pour l’instant : peut-être pour la barbe ?

5. Étude tracéologique (xylologique)

5.1. Les traces d’utilisation

56Dans l’ensemble, les peignes des collections françaises ne présentent pas de traces d’utilisation bien nette. Les grosses dents sont parfois arrondies et émoussées mais souvent aucune usure franche de surface n’affecte ces artefacts qui paraissent neufs.

5.2. Les traces de fabrication

57Malgré les formes très variées des objets et quelques différences technologiques que nous présentons ci-après, on constate que la chaîne opératoire de fabrication est très semblable du xe au xviie siècle. Elle met en oeuvre les mêmes outils qui laissent sur le bois les mêmes stigmates. Les traces décelées sont de plusieurs types :

  • Les traces de raclage d’une lame droite sont visibles sur les parements des peignes, particulièrement sur les grands parements des peignes de type A. Elles résultent soit d’un outil utilisé tiré (proche de la plane) soit poussé (proche de la guimbarde). Sur de nombreux exemplaires, les parements semblent avoir subi en plus un polissage : il ne nous est pas possible de caractériser lequel des deux abrasifs employés au Moyen Âge, peau de requin ou prêle séchée, a été utilisé.
  • Les incisions droites parallèles ont été laissées par un tranchant très fin. La rectitude des lignes médianes suppose l’emploi d’une règle pour guider la lame. Ces lignes servent de guide lors du sciage des dents mais participent ultérieurement au décor. C’est le cas des objets de type B et C.
  • Les traces de sciage sont bien visibles sur les flancs des grosses et des petites dents. Elles se caractérisent par des petits sillons plus ou moins parallèles qui s’entrecroisent et se chevauchent à angle aigu. Elles ont été laissées par un tranchant denticulé qui rogne le bois, du type « scies de peigniers ».

58La base des dents est taillée en biseau par rapport au plan des peignes, pour les peignes des types A et B et parfois pour C (deux plans de sciage). Pour tous les autres types et sous-types, D, E et F, la base des dents est taillée perpendiculairement au plan général des peignes, ce qui a nécessité la réalisation d’un troisième plan de sciage. Il s’agit d’une différence technique de première importance pour apprécier la chronologie d’une collection. Pour ces sciages, deux types de scie ont été employés, les premières très fines sont réservées à la réalisation des petites dents, les autres plus larges sont utilisées pour la confection des grosses dents.

  • Sur quelques exemplaires de type A, des traces de rognage, encore visibles sur les grosses dents, ont été laissées par un outil du type râpe. Ce rognage a été pratiqué sur les arêtes des grosses dents pour les arrondir et les épointer, ce qui leur confère généralement une section octogonale (Pineuilh, Charavines, Saint-Denis…).
  • Les rives des aplats latéraux de certains objets présentent encore des facettes de taille, particulièrement les peignes des types A, C2, D1 aux rives profilées d’un appendice de préhension. Ces facettes de taille ont été laissées par une lame de couteau au tranchant droit bien affûté.

5.3. La réalisation des décors

59Les décors souvent simples des premières périodes varient néanmoins d’un type à l’autre.

  • Les décors d’ocelles à deux, trois ou quatre cercles concentriques ont été exécutés avec un foret à pointeau et à dents comme à Saint-Denis ou à Quiquempois. Ces forets sont mis en mouvement par un archet.
  • Les décors pyrogravés des peignes de Charavines et de Pineuilh par exemple ont été réalisés avec une pointe rougie au feu.
  • Si certaines lignes médianes des peignes des types B et C servent au sciage des dents, elles n’en forment pas moins un décor par la suite.

60Les décors complexes de la fin du Moyen Âge, ajourés et à incrustations (peignes de type D2) sont réalisés avec des « emporte-pièces » aux profils particuliers très élaborés et variés comme il est donné de le voir sur les peignes de Saint-Denis, Bristol, Tours, Londres ou Cluny…

  • Les incrustations ont été creusées à l’aide de ciseaux ou de forets à archet afin d’enchâsser des plaques en os, ivoire ou des miroirs de métal ou de verre, comme on peut le voir sur les peignes de Tours, Veere, Saint-Denis ou Cluny…

6. Les données taxonomiques

  • 80 Earwood 1993, p. 270.
  • 81 Allan 1984, p. 309.
  • 82 Good 1987, p. 108.
  • 83 Van Bellingen, Dewilde et Mus 1994, p. 269.
  • 84 Müller 1996, p. 118.

61La quasi totalité des peignes est en buis. Le buis est en fait la seule essence européenne qui possède une dureté, une résistance mécanique et une finesse de grain suffisante pour la fabrication de cet article de toilette. Mais, dans certaines régions où le buis fait défaut, quelques peignes sont fabriqués dans d’autres essences. C’est le cas de plusieurs peignes flamands et anglais. Ces derniers sont en prunier dans le Somerset80, en Pomoïdeae (tribu des pommiers, sorbiers, amélanchiers…) à Exeter81, en frêne et en aubépine à Bristol82, en frêne également en Flandre83. Ces objets se répartissent sur un axe commercial : Flandre-Angleterre déjà mis en évidence pour la commercialisation des arcs et d’autres ustensiles en bois qui transitent par le Rhin et la mer du Nord84.

  • 85 Lieutaghi 1969, p. 121.

62Les grands buis qui servent à la fabrication des peignes ne proviennent pas de garrigues ou de haies. Les buis nécessaires à cet artisanat se développent sous futaie. Ils semblent provenir de deux types de formations végétales, la chênaie pubescente et la sapinière. En France, l’aire de répartition de la chênaie est limitée au sud de la France et à quelques grandes régions forestières du nord, celle du sapin est restreinte aux massifs montagneux (Jura, Alpes, Massif Central, Pyrénées)85. La localisation géographique de ces forêts recoupe assez fidèlement celle des lieux de production mentionnés dans les textes.

7. Le débitage

63Les peignes des collections françaises sont tous débités sur plot sur dosse. Ce débitage consiste à fendre une bille courte par traits successifs et parallèles afin d’obtenir de petites planchettes appelées listelles (cf. fig. 18). Les listelles retenues pour la confection d’un peigne sont souvent les plus longues, celles qui sont tangentes à la moelle (le centre de l’arbre). Les cernes de croissance montrent aussi que les moelles sont très souvent centrales aux peignes, l’artisan utilise donc quasi systématiquement la largeur maximale de la grume. En extrapolant cette dernière observation, on peut ainsi retrouver la largeur approximative d’un exemplaire incomplet et donc son type.

Fig. 18 Emplacement dans la grume et débitage sur plot sur dosse.

Fig. 18 Emplacement dans la grume et débitage sur plot sur dosse.

8. La fabrication (synthèse)

64La chaîne opératoire qui permet la fabrication d’un peigne peut être décrite à partir des traces observées. Elle est longue et requiert les compétences d’un artisan spécialisé, le « peignier ». Ce dernier sélectionne des troncs de buis hauts, sans nœuds, qu’il débite ensuite en billes courtes sans aucun doute à l’aide d’une scie passe-partout (à un manche). Chaque bille est ensuite sectionnée par fendage transversal pour obtenir plusieurs petites plaquettes de bois que l’on nomme listelles. Chaque listelle devient un peigne.

65Pour immobiliser la listelle à travailler, le peignier utilise un étau ou un chevalet. Un racloir à lame droite et large – poussé ou tiré – lui permet d’aplanir les parements : ce sont ces traces que nous avons reconnues sur les parements des peignes. Ce travail de raclage confère la forme plane ou biconvexe aux peignes. Parfois un polissage de finition est effectué à l’aide d’un abrasif. Certains décors semblent réalisés avant la taille des dents. C’est le cas de ceux qui incorporent les lignes guides de découpe des dents des peignes de types B ou C.

66La taille des dents s’effectue à l’aide de petites scies. Dans le cas des petites dents, la lame de cette scie ne dépasse pas un millimètre d’épaisseur (huit à onze dents au cm). Dans le cas des grosses dents, la scie est plus grossière, mais reste de faible épaisseur (1 à 1,5 mm). Le sciage est toujours exécuté sur le fil du bois, ce qui facilite la pénétration de l’outil et confère le maximum de solidité aux dents. Le sciage est pratiqué d’un côté de la listelle puis de l’autre. L’artisan exécute ce travail soit grâce à l’incision guide horizontale, soit de visu, sans celle-ci. L’oeil et l’expérience de l’artisan assurant, dans ce dernier cas, la régularité du travail.

67Pour les peignes de type A et B, le sciage est laissé en l’état. Pour le type C, les peignes peuvent présenter les deux ou trois plans de sciage, mais systématiquement trois pour les types D, E, F.

68Le peignier a pris soin, sur la plupart de ses productions, de conserver, de part et d’autre des rangées de dents, un aplat latéral de protection qui empêche, en cas de choc, le bris des dents. Les grosses et les petites dents terminées, l’artisan profile généralement les deux rives des peignes à l’aide d’un couteau.

  • 86 Bois nomenclature AFNOR 1974, p. 5.
  • 87 Mille 1996, p. 166.

69La fabrication d’un peigne n’est possible que sur buis ressuyé (plus de 30 % d’humidité)86. En effet, les scies ne peuvent pas attaquer un buis mi-sec ou sec, trop dur (moins de 30 % d’humidité)87. Les autres traces de taille et de découpe observées corroborent d’ailleurs ce constat. Une partie du séchage se fait après la taille, le très faible retrait de cette essence n’entraîne ni fente, ni déformation.

9. Synthèse des données typologiques et technologiques

70Pour bâtir le commentaire qui va suivre, nous empruntons volontairement quelques termes au vocabulaire de l’histoire de l’art, car il est indéniable que les artisans peigniers suivent et transcrivent les courants artistiques de leur temps. Tout au long de ces huit siècles, les peignes semblent, comme les objets plus prestigieux qu’eux, refléter l’art et la mode.

Fig. 19 Tableau des peignes par type, du xe au xviie siècle.

Fig. 19 Tableau des peignes par type, du xe au xviie siècle.

Les lettres marquent l’apparition de chaque type, sauf pour A qui existe durant le haut Moyen Âge. Dans le temps, les hachures correspondent approximativement au nombre de découvertes par type. Plus elles sont fréquentes plus les lignes de hachures sont nombreuses.

71Sur le tableau (cf. fig. 19), nous voyons schématiquement se succéder six grandes périodes :

  • le type A (xe-xie siècles), ce peigne « roman » aux proportions si particulières, hérité du haut Moyen Âge, est décoré d’ocelles ou pyrogravé ;
  • le type B (xiie-xiiie siècles) marque un profond changement de style. Néanmoins, concernant la méthode de fabrication subsistent encore deux plans de coupe ;
  • le type C (xiiie-xive siècle), sur lequel s’observe pour la première fois le troisième plan de coupe, révèle une nouvelle sophistication technique. Au même moment, l’art gothique s’affirme ;
  • le type D (xive-xve siècles) – plus particulièrement le type D2, ajouré et incrusté – témoigne à la perfection du gothique « flamboyant » de cette fin de Moyen Âge ;
  • le type E (fin xve-xvie siècles), par sa facture novatrice, semble caractériser un nouvel âge : la Renaissance ;
  • le type F (fin xvie-xviie siècle), très large, marque comme un « prolongement » vers le baroque.

Conclusion

72La dynamique typochronologique des peignes est unique dans le corpus des objets de bois. Si les artefacts domestiques répondent plus à un besoin pratique qu’à une recherche esthétique, force est de constater que les peignes y échappent. L’évolution rapide des formes et des décors est comme rythmée par l’évolution de l’expression artistique médiévale et moderne. Ce dynamisme s’explique aussi par le rapport étroit qu’entretiennent ces objets avec la mode vestimentaire et la coiffure qui, comme l’on sait, ont évolué très vite.

73Les peignes sont donc d’excellents marqueurs chronologiques. Le référentiel présenté reste sans aucun doute à affiner voire à compléter à l’avenir, mais constitue dès à présent une base sûre pour les archéologues confrontés à de nouvelles découvertes. La précision de datation peut avoisiner le demi-siècle, lorsque les collections de peignes sont numériquement importantes (cf. fig. 19).

  • 88 Braunstein 2003, p. 94.

74Le caractère standardisé des peignes est une constante à chaque période, nous l’avons vu. Cette standardisation appliquée à un grand nombre d’objets – pour exemple : plus d’une dizaine de milliers commercialisés entre Bayonne, Londres et Amsterdam (1 000 miles marins) – singularise à la fois l’objet et le métier de peignier. Dans son récent ouvrage, Philippe Braustein constate qu’à toute époque, ce qui distingue l’artisanat et l’industrie, c’est la commercialisation d’une production massive et en série88. La production des peignes s’inscrit à l’évidence dans le cadre de cette industrialisation et ce dès le xiie siècle, ce qui est remarquablement précoce.

Haut de page

Bibliographie

Abd ar-Raziq A.
1985, « Les peignes égyptiens dans l’art de l’Islam », Syria, t. XLIX, fasc. 3-4, p. 399-412.

Allan J. P.
1984, Medieval and post-medieval finds from Exeter 1971-1980, Exeter City Council, University of Exeter, vol. 3, 354 p.

Arlaud C.
1996, « Les fouilles de la Place des Terreaux, 1991-1994 », catalogue des objets, DFS, AFAN Rhône-Alpes-Auvergne, DRAC-SRA Rhône-Alpes, 1996, p. 532-681 (dactyl.).

Arlaud C., Lurol J.-M., Ayalla G., Verot-Bourrely A., Bonnet C., Hoory A., Savay-Guerraz S., Le Nezet M., Auger-Rahatsoz M., Cecillon C., Rolland M., Vicard T.
1993, « Les fouilles de la presqu’île à Lyon », Archéologia, n° 294, p. 58-66.

Armstrong P.
1977, « Excavations in Sewer lane hull 1974 », Hull old Town Report Series, n° 1, East Riding Archaeologist, vol. 3, Hull, City Museum, 82 p.

Association Meldoise d’Archéologie
1992, Meaux médiéval et moderne, Association meldoise d’archéologie, ville de Meaux, 299 p.

Blieck G.
1996, « Céramiques et objets divers du xive siècle mis au jour dans une latrine du château dit de Courtrai à Lille », dans Céramique très décorée dans l’Europe du Nord-Ouest (xe-xve siècles), D. Piton (éd.), actes du colloque de Douai,
7-8 avril 1995, Nord-Ouest Archéologie, n° 7, Lille, p. 183-232.

Bois nomenclature AFNOR
1974, « Bois nomenclature, Norme française homologuée », Journal Officiel, 1971 (NF B 50-001), Association française de normalisation, Paris, 2e édition, 60 p.

Braunstein P.
2003, « Travail et entreprise au Moyen Âge », Bibliothèque du Moyen Âge, n° 21, Paris, Bibliothèque Nationale, éditions De Boeck Universités, 526 p.

Caillet J.-P.
1985, L’Antiquité classique, le haut Moyen Âge et Byzance au musée de Cluny, catalogue du Ministère de la Culture, Réunion des musées nationaux, Paris, 269 p.

Cannuyer C.
2000, L’Art Copte en Égypte, 2000 ans de christianisme, catalogue de l’exposition de l’institut du Monde Arabe, 16 mai-3 septembre 2000, Institut du monde Arabe, Gallimard, 253 p.

Clevis H. et Smit M.
1990, Verscholen in Vuil, Archeologische vondsten uit Kampen 1375-1925, Stichting archeologie, Ijssel, Vechtstreek, 1990, 241 p.

Colardelle M. et Verdel E.
1993, Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement, Paris, DAF, n° 40, 416 p.

Corrozet G.
1865, Les blasons domestiques, contenantz la décoration d’une maison honneste, première édition par Gilles Corrozet à Paris en 1539, Nouvelle édition de la Société des Bibliophiles Français, Imprimerie Claude Lahure, Paris, 79 p. et vignettes.

Coulon G. et Lacroix M.-T.
1990, La fouille archéologique de Saint-André à Tournay, Publications d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université catholique de Louvain, t. LXXVI, Louvain-la-Neuve, 1990, 148 p.

Couderc C. et Fouillet N.
2003, « Les fouilles du parking Anatole France à Tours », DFS de sauvetage urgent, étude du mobilier de bois P. Mille, AFAN Centre Île-de-France, DRAC-SRA, Centre, cédérom (dactyl.).

Deveze M.
1961, La vie des forêts françaises au xvie siècle, éditions EHESS, Paris, 1961, 2 t., 325 p. et 473 p.

Earwood C.
1993, Domestic Wooden artefacts, in Britain and Ireland from Neolithic to Viking times, Exeter, Exeter Press, 1993, 300 p.

Egan G. et Pritchard F.
1990, « Dress Accessories 1150-1450 », dans Medieval finds from excavations in London, n° 3, editions London MHSO, Londres, 410 p.

Favier J.
1975, Histoire générale de Paris, le commerce fluvial dans la région parisienne au xve siècle, le registre des compagnies françaises 1449-1467, vol. 1, Imprimerie Nationale, Paris, 367 p.

Flanagan L.
1988, Ireland’s Armada Legacy, Editions A. Sutton, Gill and Macmillan, Dublin, 136 p.

Franklin A.
1987, Dictionnaire historique des arts métiers et professions exercés dans Paris depuis le xiie siècle, Laffitte Reprint, Marseille, réimpression de l’édition de Paris, Leipzig, 1905-1906, 2 t., 415 et 441 p.

Fox R. et Barton K. J.
1986, « Excavations at Oyster Street, Portsmouth, Hampshire, 1968-1971 », Post-Medieval archaeology, vol. 20, p. 31-257.

Good G. L.
1987, « The excavation of two docks at Narrow Quay, Bristol, 1978-1979 », Post-Medieval Archaeology, vol. 21, p. 25-126.

Guilhot J.-O. et Goy C.
1992, Vingt mille mètres cubes d’histoire, catalogue de l’exposition du Musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon 23 mai-5 oct. 1992, Besançon, Musée des beaux-arts et d’archéologie, 399 p.

Hiebert F. T.
1991, « Commercial organization of Egyptian Port of Quseir al-Qadim: Evidence from the analysis of wooden objects », dans Archéologie islamique, vol. 2, éditions Maisonneuve et Larose, p. 127-159.

Hurley M.
1982, « Wooden artefacts from the excavation of the medieval city of Cork », dans Woodworking techniques before A.D. 1500, [McGrail S.] (dir.), Londres, BAR international series, p. 301-311.

Janssen H. L.
1983, « Van Bos tot Stad, Opgravingen in’s-Hertogenbosch », s-Hertogenbosch, 319 p.

Jouquand A.-M., Morin S., Champagne F., Rodier X., Husi P. et Wittman A.
1996 « La fouille des abords de la cathédrale de Tours, Tours place François Sicard », DFS, AFAN Centre-Île-de-France, DRAC-SRA Centre, 214 p.

Leenhardt M., Leguilloux M., Vallaury L., Vayssettes J.-L., Waksmann S.-Y. et Merle-Thirion V.
1999, « Un puits : reflet de la vie quotidienne à Montpellier au xiiie siècle », Archéologie du Midi médiéval, t. 17, p. 109-186.

Lespinasse R. de
1879, Métiers et corporations de la ville de Paris (xive-xviiie s.), Paris, Coll. Histoire Générale de Paris, Imprimerie Nationale, t. 1.

Lieutaghi P.
1969, Le livre des arbres, arbuste et arbrisseaux, Paris, Robert Morel, 342 p.

McKee A.
1987, How we found the Mary Rose, Londres, Souvenir Press, 1987, 141 p.

Mille P.
1989, « De la tracéologie aux outils des artisans, Les techniques du travail du bois au Moyen Âge, Étude du mobilier domestique de la fouille de Charavines Colletière », Mémoire de maîtrise, EHESS, Paris, sous la direction de Jean-Marie Pesez, t. 1 : texte, 193 p., dactyl.

1996, « L’usage du bois vert au Moyen Âge : De la contrainte technique à l’exploitation organisée des forêts », dans Colardelle M. (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge, paléoenvironnement des sociétés occidentales, Paris, Errance, p. 166-170.

2000, « Les bois archéologiques médiévaux du puits salé à Lons-Le-Saunier (Jura) », Revue d’archéologie de l’Est, n° 49, p. 295-312.

2004, « Les bois archéologiques de Saint-Denis », Dossiers d’Archéologie, n° spécial, Saint-Denis, de Sainte-Geneviève à Suger, n° 297, 2004, p. 108-109.

2006, « Le mobilier de bois », dans Les fouilles archéologiques de la Mothe à Pineuilh (Gironde) », Prodéo F. (dir.), DFS de sauvetage urgent, INRAP GSO, DRAC-SRA Aquitaine, 2005, cédérom, p. 1-154.

À paraître, « Les bois archéologiques de Saint-Denis », dans Documents d’Archéologie Française, CNRS, Maison de l’Homme, Paris.

Mille P., Colardelle M., Verdel E.
1993, « Les objets de bois », dans Colardelle M. et Verdel E. (dir.), Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement, Paris, Documents d’Archéologie Française, n° 40, p. 238-258.

Müller U.
1996, Holzfunde aus Freibutg/ Augustinerermitenkloster und Konstanz, Herstellung und Funktion einer Materialgruppe aus dem späten Mittelater, Landesdenkmalamt Baden-Würtemberg, Konrad Theiss Verlag, Stuttgart, 365 p.

Musée des Augustins
1988, La place Saint-Étienne, Archéologie et travaux urbains, ville de Toulouse, Musée des Augustins, 17 p.

1990, Archéologie et vie quotidienne aux xiiie-xive siècles en Midi-Pyrénées, catalogue de l’exposition du Musée des Augustins 1990, 7 mars-31 mai 1990, ville de Toulouse, Musée des Augustins, 347 p., 50 pl.

Navarro Palazon J. et Robles Fernandez A.
1996, Liétor, Formas de vida rurales en Sarq al-Analus a través de una ocultacion de los siglos Xe-XIe, Centro de Estudios Arabes y Arqueologicos « Ibn arabi », Instituto de Cooperacion con el mondo Arabe, Murcia, 139 p., 112 pl.

Nieto X. et Raurich X.
1998, Excavacions arqueologiques subaquàtiques a Cala Culip. 2, Culip VI, Centre d’arqueologia subaquàtica de Catalunya, Museu d’arqueologia de Catalunya, CASC 1, Girona, 285 p.

Prodéo F.
2006, « Les fouilles archéologiques de la Mothe à Pineuilh (Gironde) », DFS de sauvetage urgent, INRAP GSO, DRAC-SRA Aquitaine, cédérom.

Rutschowscaya M.-H.
1986, Les bois de l’Égypte copte, Musée du Louvre, Paris, Réunion des musées nationaux, 176 p.

Scholkman B.
1982, « Mittelalterliches Holzgrät aus Südwestdeutchland, Zu Forschungsproblematik und Forschungsstand eines Sachgutkomplexes », dans Zeitchrift für Archäologie des Mittelalters, Janssen W. et Steuer H. (dir.), Rheinland Verlag GmbH, Köln, Jahrgang, 10, p. 101-131.

Van Bellingen S., Dewilde M. et Mus O.
1994, « De verdwenen Sint-Michielswijk te Ierper », dans Archeologie in Vlaanderen, archaeology in Flanders, III, Institut voor het archeologisch patrimonium, Iap, Zellik, p. 265-278.

Société d’Archéologie de Montpellier
1988, Vingt ans de dons et d’acquisitions et restaurations 1968-1988, catalogue de l’exposition de la Société archéologique de Montpellier nov.-déc. 1988, Montpellier, collection SAM, 51 p.

Viollet-Le-Duc E.
1980, Encyclopédie médiévale, Architecture et mobilier, t. 2, Paris, réédition Inter Livres, 720 p.

Vreenegoor E. et Kuipers J.
1996, Vondsten in Veere, Middeleeuwse voorwerpen uit een beerput van huis ”In den Struys”, Uitgeverj uniepers Abcoude, Rijksdienst voor het Oudheidkundig Bodemonderzoek, Middelburg, 109 p.

Williamson P.
1986, The medieval Freasury, The art of the middle ages in Victoria and Albert Museum, Edited by Paul Williamson, Londres, 235 p.

Wolff P.
1956, Les estimes toulousaines des xive et xve siècles, bibliothèque de l’association Marc Bloch, Toulouse, 335 p. et tableaux.

Wysocka I.
1999, «Vessels and tiny wooden objects from Market Square in Wroclaw », Mediaevalia archaeologica, n° 1, p. 101-124.

Haut de page

Notes

1 Mille 2004, p. 108.

2 Devèze 1961, t. 1, p. 144.

3 Ibid., p. 144.

4 Wolff 1956, p. 103.

5 Devèze 1961, t. 1, p. 144.

6 Franklin 1987, p. 479 et 558.

7 Favier 1975, p. 346.

8 Devèze 1961, t. 2, p. 120.

9 Lespinasse 1879, p. 670.

10 Ibid., p. 670.

11 Egan, Pritchard 1990, p. 243 ; Good 1987, p. 108.

12 Mille 2000, p. 233.

13 Mille 1989, p. 118-133 ; Mille, Colardelle et Verdel 1993, p. 256-257 ; Colardelle et Verdel 2000, p. 78.

14 Mille 2000, p. 295.

15 Prodéo 2006, étude des bois P. Mille, p. 106-112.

16 Navarro, Palazon, Robles et Fernandez 1996, pl. 107.

17 Mille à paraître.

18 Scholkmann 1982, p. 101-121.

19 Mille 2006, p. 106-112.

20 Egan et Pritchard 1990, p. 199 à 243 ; Müller 1996, p. 287.

21 Egan et Pritchard 1990, p. 248.

22 Mille à paraître.

23 Egan et Pritchard 1990, p. 243.

24 Van Bellingen, Dewilde et Mus 1994, p. 269.

25 Musée des Augustins, 1990, p. 143.

26 Müller 1996, p. 287.

27 Wysocka 1999, p. 111.

28 Mille à paraître.

29 Société d’archéologie de Montpellier 1988, p. 31 ; Leenhardt, Leguilloux, Vallaury et al. 1999, p. 171.

30 Hurley 1982, p. 301.

31 Blieck 1996, p. 206.

32 Egan et Pritchard 1990, p. 244.

33 Müller 1996, p. 287.

34 Mille à paraître.

35 Communication abbé Gilbert Tiéghem, responsable des fouilles.

36 Janssen 1983, p. 287.

37 Mille à paraître.

38 Nieto et Raurich 1998, p. 111.

39 Egan et Pritchard 1990, p. 245.

40 Vreenegoor et Kuipers 1996, p. 83.

41 Müller 1996, p. 287.

42 Good 1987, p. 108.

43 Armstrong 1977, p. 68.

44 Il existe en Angleterre, pour le xiiie siècle, un modèle de peigne de petite taille, très large, ajouré aux rives élégamment profilées (à deux pans de coupe) qui ne se retrouve apparemment qu’à Londres (Egan et Pritchard 1990, p. 373). Nous n’avons pas retenu ce type pour notre étude.

45 Communication abbé Gilbert Tiéghem, responsable des fouilles.

46 Egan et Pritchard 1990, p. 243 ; voir infra « les types et les usages ».

47 Mille à paraître.

48 Good 1987, p. 108.

49 Couderc et Fouillet 2003, études des bois P. Mille, non paginé.

50 Clevis et Smit 1990, p. 94.

51 Good 1987, p. 108.

52 Armstrong 1974, p. 68.

53 Janssen 1983, p. 287.

54 Couderc et Fouillet 2003, études des bois P. Mille, non paginé.

55 Jouquand 1996, p. 199.

56 McKee 1987, p. 132, 134.

57 Arlaud 1995, p. 659-663.

58 Musée des Augustins 1988, p. 14.

59 Association Meldoise d’Archéologie 1995, p. 48.

60 Guilhot et Goy 1992, p. 22.

61 Musée des Augustins 1988, p. 14.

62 Couderc et Fouillet 2003, étude des bois P. Mille, non paginé.

63 McKee 1986, p. 92.

64 Arlaud 1995, p. 658-663 ; Arlaud, Lurol, Ayalla et al. 1993, p. 66.

65 Allan 1984, p. 310 ; Flanagan 1988, p. 139.

66 Guilhot et Goy 1992, p. 386.

67 Musée des Augustins 1988, p. 14.

68 Coulon et Lacroix 1990, p. 138.

69 Fox et Barton 1986, p. 240-241.

70 Viollet-le-Duc 1980, p. 587.

71 Ibid., p. 587.

72 Caillet 1985, p. 112.

73 Willianson 1986, p. 72.

74 Rutschowscaya 1986, p. 30 ; Cannuyer 2000, p. 141, 210, 211.

75 Abd ar-Raziq 1985, p. 399 ; Hierbert 1991, p. 148.

76 Cannuyer 2000, p. 210, 211 ; Mille 2000, p. 296.

77 Franklin 1987, t. 2, p. 558 ; Viollet-le-Duc 1980, p. 587.

78 McKee 1986, p. 132.

79 Franklin 1987, t. 2, p. 558.

80 Earwood 1993, p. 270.

81 Allan 1984, p. 309.

82 Good 1987, p. 108.

83 Van Bellingen, Dewilde et Mus 1994, p. 269.

84 Müller 1996, p. 118.

85 Lieutaghi 1969, p. 121.

86 Bois nomenclature AFNOR 1974, p. 5.

87 Mille 1996, p. 166.

88 Braunstein 2003, p. 94.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Répartition des sites de provenance.
Légende France : 1 Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), 2 Charavines (Isère), 3 Lons-le-Saunier (Jura), 4 Pineuilh (Gironde), 5 Montauban (Tarn-et-Garonne), 6 Lille, château de Courtrai (Nord), 7 Lille, rue d’Angleterre (Nord), 8 Montpellier (Hérault), 9 Paris, musée de Cluny, 10 Tours, hôtel-Dieu (Indre-et-Loire), 11 Tours, parking Anatole France (Indre-et-Loire), 12 Villeneuve-d’Ascq, Quiquempois (Nord), 13 Lyon, place des Terreaux (Rhône), 14 Lyon, parking Saint-Georges (Rhône), 15 Toulouse (Haute-Garonne), 16 Meaux (Seine-et-Marne), 17 Tournai (Nord), 18 Besançon (Doubs). Autres pays : 19 Mülenen, région de Zurich (Suisse), 20 Londres (Angleterre), 21 Cork (Irlande), 22 Konstanz, Württemberg (Allemagne), 23 Amsterdam, musée historique (Pays-Bas), 24 Flandre, sans précision (Pays-Bas), 25 Wroclaw (Pologne), 26 Hertogenbosch (Pays-Bas), 27 Veere (Pays-Bas), 28 Bristol (Angleterre), 29 épave du Mary Rose (Angleterre), 30 Exeter (Angleterre), 31 épave de la Trinidad Valencera (Irlande), 32 Portsmouth (Angleterre), 33 Hull (Angleterre), 34 Murcia (région de Valence, Espagne), 35 épave Culip VI, Cala Culip (Catalogne, Espagne).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 2 Nombre de peignes découverts sur différents sites en fonction de leur datation.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Fig. 3 Rapport et terminologie. (NDE : dans cet article, le mot largeur correspond à la mesure indiquée sur le schéma. Il arrive que la largeur soit supérieure aux autres dimensions).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Fig. 4 Cinq peignes de type A trouvés à Lons-le-Saunier, xie siècle.
Crédits Dessin Pierre Mille
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Fig. 4 bis Quatre peignes de type A trouvés à Pineuilh (Gironde), xie siècle.
Crédits Dessin Éric Bayen
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 5 Quatre peignes de type B de Saint-Denis, largeurs des peignes complets 6 et 8 cm.
Crédits D’après l’unité de Saint-Denis, dessins de Nicole Meyer-Rodrigues et Pierre Mille.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Fig. 6 Un peigne de type C1 de Flandre, largeur 9,8 cm.
Crédits D’après Van Bellingen, Dewilde et Mus 1994, p. 269.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 7 Un peigne de type C2 de Saint-Denis, largeur 11,5 cm.
Crédits Unité d’archéologie de Saint-Denis, dessin Pierre Mille.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Fig. 8 Un peigne de type C2 de Wroclaw, largeur conservée 5,4 cm.
Légende Modèle quasi identique au précédent malgré la différence de graphie.
Crédits D’après Wysocka 1999, p. 111.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Fig. 9 Un peigne de type C3 de Lille, largeur 9,7 cm.
Crédits D’après Blieck 1996, p. 206.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 10 Fac-similé d’un peigne de type C3 trouvé à Montpellier, largeur 7 cm.
Crédits D’après Leenhardt, Leguilloux, Vallaury et al. 1999, p. 171, dessin Pierre Mille.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 11 Deux exemplaires de type D1 de Konstanz, hauteurs respectives : 7,6 et 7,2 cm.
Crédits D’après Müller 1996, p. 287.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 12 Un peigne de type D2 (rectangulaire) ajouré et à incrustation d’os trouvé à Tours, largeur restituée 9,4 cm.
Crédits Dessin Pierre Mille ; Couderc et Fouillet 2003.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 13 Peigne ajouré, vers 1500.
Crédits Cl. musée des Thermes de Cluny, paris.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Fig. 14 Fac-similé d’un peigne de type E trouvé à Meaux, largeur 9 cm.
Crédits D’après l’Association Meldoise d’Archéologie 1995, p. 48, fac-similé P. Mille.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Fig. 15 Un peigne de type F trouvé à Lyon, place des Terreaux, largeur 12,6 cm.
Crédits D’après Arlaud 1995, p. 658-663.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 16 Un peigne de type F trouvé à Besançon, largeur 11,1 cm.
Crédits D’après Guilhot et Goy 1992, p. 386.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 17 Étui à peigne, « estuy de chambre », gravure sur bois, de l’ouvrage de Gilles Corrozet, Les blasons domestiques, 1539.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Fig. 18 Emplacement dans la grume et débitage sur plot sur dosse.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 19 Tableau des peignes par type, du xe au xviie siècle.
Légende Les lettres marquent l’apparition de chaque type, sauf pour A qui existe durant le haut Moyen Âge. Dans le temps, les hachures correspondent approximativement au nombre de découvertes par type. Plus elles sont fréquentes plus les lignes de hachures sont nombreuses.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21039/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Mille, « Les peignes de toilette en bois à double endenture du xe au xviie siècle en Europe occidentale : un marqueur chronologique exceptionnel », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 41-59.

Référence électronique

Pierre Mille, « Les peignes de toilette en bois à double endenture du xe au xviie siècle en Europe occidentale : un marqueur chronologique exceptionnel », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21039 ; DOI : 10.4000/archeomed.21039

Haut de page

Auteur

Pierre Mille

Archéologue, xylologue, chargé d’études à l’INRAP.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals