Navigation – Plan du site

Trois pièces d’échecs en ivoire de morse découvertes au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados)

Three walrus ivory chess pieces found in the Crèvecoeur-en-Auge castle (Calvados)
Drei Schachfiguren aus Walrosszahn von der Burg Crèvecœur-en-Auge in der Normandie
Jean-François Goret et François Poplin
avec la collaboration de Christophe Maneuvrier
p. 61-69

Résumés

Des fouilles anciennes menées sur le site du château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados) ont livré trois pièces d’échecs remarquables, un roi ou fierce, un cavalier et un pion. Elles sont en ivoire de morse et présentent une facture soignée ainsi qu’une ornementation fine. Elles ont des formes stylisées et s’inscrivent dans la tradition des pièces non figuratives créées par les Arabes et reproduites par les Occidentaux à partir de la fin du xe siècle. Elles ont été publiées à plusieurs reprises, mais avec des descriptions sommaires. Cet article vise à combler ces lacunes, en portant un intérêt particulier au matériau et au décor, et il examine la question de l’origine et de la datation des pièces.

Haut de page

Texte intégral

Nous remercions Christophe de Ceuninck, responsable du château-musée de Crèvecoeur-en-Auge pour son aide. Les clichés des fig. 1, 3, 4 et 5 sont d’Annabelle Cocollos.

  • 1 Les pièces font partie d’une collection privée. Le propriétaire ne souhaite pas divulguer le lieu (...)
  • 2 Le fierce (firzan dans la terminologie arabe) correspond, dans le jeu occidental, au vizir, consei (...)
  • 3 Les trois pièces ont été restaurées à la fin des années 1980 par Elisabeth Lepêtre-Carbonneaux (La (...)

1Les trois pièces d’échecs découvertes au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados, canton de Mézidon-Canon) (fig. 1-2)1 forment un ensemble remarquable tant par le matériau utilisé, l’ivoire de morse, que par leur facture soignée et la finesse de leur ornementation. La plus grande correspond soit au roi, soit au fierce2 sur l’échiquier. La distinction réside dans les dimensions respectives des deux pièces, de sorte qu’en présence d’une seule, il est impossible de pencher pour l’une ou l’autre interprétation. La seconde est un cavalier, la troisième un pion. Les pièces sont intactes ; seul un petit éclat s’est désolidarisé sur une face du pion3. Elles présentent un décor homogène, ce qui incite à penser qu’elles appartiennent à un même jeu, peut-être à un même camp.

Fig. 1 Vue des trois pièces.

Fig. 1 Vue des trois pièces.

2Ces pièces n’ont pas encore fait l’objet de descriptions exhaustives. Les rares publications où elles figurent apportent des indications lacunaires sur l’origine de la découverte ainsi que sur l’analyse de la matière, des formes et de l’ornementation. Ainsi, bien qu’elles aient été considérées anciennement, et à raison, comme en ivoire de morse, il n’a pas été publié d’analyse exposant les critères sur lesquels reposait cette détermination. Notre contribution vise à combler ces lacunes et à proposer une fourchette chronologique dans laquelle pourrait s’inscrire la fabrication.

1. Le château et la famille de Crèvecœur

  • 4 Merlet 1884, n° CCXCVII.
  • 5 Bourrienne 1903, n° CLXXXVII.
  • 6 Arnoux et Maneuvrier 2000.
  • 7 Merlet 1884, tome II, n° CCXCI, p. 61. Bulle de confirmation d’Eugène III du 31 mai 1147.
  • 8 Merlet 1884, tome II, n° CCCII, p. 76.
  • 9 Notre-Dame-d’Estrées, Calvados, cant. de Cambremer ; le site de Montargis est situé à environ 2 km (...)
  • 10 Delisle et Berger 1927, tome 1, n° XLVII, p. 33. Acte daté de janvier/août 1153.

3Le château de Crèvecœur-en-Auge (fig. 2), près de Lisieux, est constitué d’une motte basse couronnée d’une enceinte de pierre identifiable comme les restes d’un shell keep du xiie siècle. Dans la basse cour, on remarque plusieurs bâtiments dont une chapelle romane du xiie siècle qui doit être celle que Guillaume de Crèvecœur donna vers 1147 à l’abbaye de Tiron (capellam Guillelmi de Crevecor 4). La construction du château pourrait dater de la crise politique qui suivit la mort d’Henri Ier Beauclerc en 1135. C’est en effet au cours de la décennie suivante que la famille de Crèvecœur atteignit une puissance lui permettant de s’émanciper de son seigneur, l’évêque de Bayeux, notamment en installant près de son château, en toute illégalité, un marché concurrent de celui que l’évêque possédait dans la localité voisine de Cambremer5. Malgré les protestations répétées de l’évêque et du duc, entre 1144 et 1153, et en dépit d’une sentence d’excommunication d’Eugène III, rien ne fit plier Hugues de Crèvecœur et son fils Guillaume6. À la même époque – avant 1147 – Hugues et Guillaume fondent dans la paroisse voisine, Notre-Dame-d’Estrées, un prieuré relevant de l’abbaye de Tiron7, situé à l’intérieur d’une puissante enceinte fortifiée constituée d’un fossatum et qualifiée de castrum vers 11498. Il pourrait s’agir de l’ancien site castral du lignage avant son installation à Crèvecœur9. Ces éléments permettent de situer la famille de Crèvecœur parmi la moyenne aristocratie normande, vassale de l’évêque de Bayeux, mais qui figure régulièrement, jusqu’à son excommunication en 1153, parmi les témoins d’actes ducaux10. Dès lors, la découverte de pièces d’échecs sur le château de Crèvecoeur ne doit pas surprendre. Ces dernières années, des pièces mises au jour sur des sites comparables (Mayenne, Pineuil, Château-Thierry, entre autres) ont confirmé le lien étroit entre l’aristocratie et la pratique du jeu d’échecs.

Fig. 2 Localisation supposée de la découverte sur le site du château de Crèvecœur-en-Auge.

Fig. 2 Localisation supposée de la découverte sur le site du château de Crèvecœur-en-Auge.

2. Bref historique des pièces

  • 11 Baïssas 1867, p. 113.
  • 12 Baïssas 1867, p. 114.

4Les trois pièces d’échecs ont été découvertes en 186511 à l’occasion de « fouilles » réalisées sur le site. La campagne « archéologique », entreprise dès 1864 dans la haute cour du château, avait pour but la recherche d’un trésor qui, selon une légende anglaise, aurait été caché à la fin de la guerre de Cent Ans12. Les terrassements ne livrèrent que de rares objets, dont ces trois pièces, et fragilisèrent la tourelle d’escalier du logis, qui finit par s’effondrer.

  • 13 Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. IV, « Procès verbal des séances », 1866, p (...)
  • 14 Dalton 1927, p. 79, fig. 2.
  • 15 Kluge-Pinsker 1991, p. 126, notice A 26.

5Au début de l’année 1866, les pièces furent signalées à la Société des antiquaires de Normandie et décrites comme « trois cubes en ivoire représentant évidemment trois pièces d’un jeu d’échecs, un pion, un cavalier et une tour »13. Indépendamment de cette mention, trois photographies, figurant chacune une pièce, furent ensuite publiées dans un article de O. M. Dalton consacré à des pièces d’échecs en os de cétacé découvertes sur le site castral de Witchampton14. L’auteur n’indique pas comment il eut connaissance des objets, il fournit pour seule légende « Chessmen found in Normandy », sans plus de précision géographique, et signale en note que les pièces appartiennent à une collection privée. Il identifie la plus grande comme la pièce maîtresse de l’échiquier, non comme un cavalier. Dans son ouvrage consacré aux pièces d’échecs et aux pions de jeu « Schach und Trictrac. Zeugnisse mittelalterlicher Spielfreude in salischer Zeit », paru en 199115, A. Kluge-Pinsker intègre les trois pièces de Crèvecœur à son inventaire en se référant à l’article de O. M. Dalton. Elle n’apporte pas de précisions complémentaires sur le lieu de découverte et propose une description à partir des seules photographies publiées par Dalton.

  • 16 Séance du 8 janvier 1955, Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LIII, années 195 (...)

6Entre ces deux articles, en 1955, M. Monmélien, alors propriétaire du château, signalait, par un courrier adressé à la Société des antiquaires de Normandie, « détenir trois pièces d’un jeu d’échecs, en ivoire de morse, trouvées au milieu du xixe siècle dans les ruines du château de Guillaume le Conquérant »16. Cette lettre ne semble pas avoir soulevé beaucoup d’intérêt et les pièces sont restées ignorées de la communauté scientifique.

7Le présent article établit pour la première fois le lien entre les pièces publiées par O. M. Dalton dans son article de 1927 repris par A. Kluge-Pinsker en 1991 et leur découverte en 1865 au château de Crèvecœur-en-Auge.

3. Description des pièces

8Les trois pièces d’échecs de Crèvecœur-en-Auge ont des formes stylisées. Elles s’inscrivent dans la tradition des pièces non figuratives créées par les Arabes et reproduites par les Occidentaux dans les premiers siècles qui ont suivi l’introduction du jeu en Occident vers l’an Mil.

  • 17 Kluge-Pinsker 1991, p. 140, notice A41. Le relief est formé d’un double bourrelet séparé par une g (...)

9Le roi/fierce (fig. 3 a-f) présente un volume en cylindre aplati, avec une base à contour elliptique de 41,55 mm de long sur 31,10 mm de large (fig. 3 f). Il mesure 37,10 mm de hauteur. Sur la face antérieure, le tiers supérieur a été aplani afin de dégager une avancée dont le sommet forme un arc brisé avec des bords plongeant vers la base. Deux ressauts soulignent la forme. Dans l’esprit arabe, cette avancée symbolise la tête de l’éléphant du jeu indien, le roi étant sur l’animal, alors que les Occidentaux verront dans cette forme un roi assis sur son trône. Une crête médiane se dégage au sommet. Parmi les pièces d’échecs de même nature, seul un cas, découvert à Lund (Suède), présente un relief analogue. La pièce est en bois et date des environs de 110017. Cet aménagement permettait peut-être de distinguer le roi du fierce sur le plateau de jeu.

Fig. 3 Le roi ou fierce : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.

Fig. 3 Le roi ou fierce : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.

10Une attention particulière doit être accordée à la face inférieure, parce qu’elle présente une conformation très particulière, qui fait hésiter entre l’admiration et le scepticisme. À première vue, il s’agit d’une facture exceptionnelle, réalisée avec le plus grand soin. Un sciage transversal a d’abord permis d’obtenir une surface plane, sans doute légèrement polie, reprise ensuite en l’abaissant progressivement à partir du centre jusqu’au cément périphérique, laissé en l’état. Il s’est trouvé ainsi mis en relief selon la technique du champlevé. Lorsqu’on rase cette base avec une règle prenant appui sur les bords, l’instrument arrive presque au contact du centre resté en hauteur. Cette conformation donne à la pièce une assise périphérique très stable, qui témoigne, de la part du facteur, d’un jeu avec la matière auquel l’observateur et l’anatomiste sont nécessairement sensibles – peut-être trop. Après cette première impression, il a été porté à notre connaissance que la pièce avait été restaurée, et que du placage de cément avait été remis en place. Du fait de cette restauration habile il semblait adhérent d’origine au noyau d’ivoire. Cela a amené à penser à une rétraction différentielle de l’ivoire et du cément. Afin d’apprécier comment ses parties avaient pu jouer, il aurait fallu, pour pouvoir asseoir la première version, observer la pièce avant restauration et remontage. Dans l’état actuel, il serait nécessaire de trouver une pièce sœur de celle-ci, au cément encore bien en place, pour pouvoir renouveler l’expérience. Il vaut mieux, dans l’immédiat, en rester à la thèse de la rétraction différentielle.

  • 18 De nombreux parallèles des xie et xiie siècles sont connus en Occident. Citons par exemple le cava (...)

11Le corps du cavalier forme un dôme élevé de section ovalaire (fig. 4 a-f). La pièce mesure 30,82 mm de hauteur, pour 31,04 mm de long et 23,17 mm de large à sa base. Une protubérance triangulaire se dégage nettement du corps de l’objet au sommet de la face antérieure. Elle symbolise la tête du cheval. Deux ocelles figurent les yeux de l’animal18. Leur présence témoigne d’une première étape dans la transformation progressive des pièces abstraites vers les formes figuratives en Occident.

Fig. 4 Le cavalier : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.

Fig. 4 Le cavalier : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.

12Le pion, enfin, présente un corps de section carrée aux angles coupés, correspondant à une forme à quatre faces et quatre chanfreins (fig. 5 a-f). Il est coiffé d’un petit dôme. La pièce mesure 23,14 mm de haut. La base s’inscrit dans un carré dont les arêtes mesurent 16,3 mm.

  • 19 Sur l’approvisionnement en ivoire de morse à partir des colonies norroises installées au Groenland (...)

13Les pièces sont prises en long dans la dent, qui est la canine supérieure du morse. Cette matière, utilisée durant tout le Moyen Âge, fut particulièrement prisée entre le ixe et le début du xiiie siècle, période durant laquelle l’approvisionnement en ivoire d’éléphant faisait défaut en Occident. Les ateliers, placés dans l’environnement des milieux aristocratiques, produisirent alors de nombreuses œuvres profanes ou sacrées à partir de dents importées notamment du Groenland19.

Fig. 5 Le pion : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.

Fig. 5 Le pion : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.
  • 20 Un roi, par exemple, si nous sommes en présence du fierce.

14Dans les trois cas, on retrouve les trois substances constitutives de cet ivoire (fig. 6) : l’ostéo-dentine au centre, d’apparence marbrée et translucide, formant un bandeau vertical dans la dentine, elle-même recouverte par une chemise de cément blanchâtre. Le cément est particulièrement perceptible sur le pourtour du roi/fierce. Sur le côté droit, par exemple (fig. 3 d), il recouvre de sa teinte laiteuse l’arrière et le flanc et s’arrête irrégulièrement vers la ligne verticale de cercles ocellés, avec une petite reprise en écaille au-devant d’elle. Son effacement dans la région antérieure, dû à ce qu’elle a été davantage travaillée, laisse à nu la dentine sous-jacente, dont la teinte jaunâtre crée une différence de couleur nette – qui n’était pas si marquée à l’époque. Suivant le même principe, la dentine apparaît à l’arrière (fig. 3 e) sur toute la hauteur entre les deux placages résiduels de cément des flancs. Cette pièce a été prise dans la partie moyenne de la défense. Le facteur a pu tailler une pièce plus volumineuse dans une partie située plus près de la base de la dent20.

Fig. 6 Vue d’une canine de morse en coupe transversale.

Fig. 6 Vue d’une canine de morse en coupe transversale.

15Le cavalier se situe au contraire plus près de la pointe. Le cément est visible en région postérieure et sur l’arrière des flancs (fig. 4 e, b, d), mais il est peu épais, de sorte que la pièce présente une teinte relativement uniforme. Comme sur le roi/fierce, l’avant a été plus travaillé, au point que l’ostéo-dentine a été atteinte sur toute la verticale passant contre la joue droite du cheval, ce qui se retrouve sur la face inférieure (fig. 4 f) à la manière dont l’ostéo-dentine parvient jusqu’au contour (en haut sur la photographie).

16Le pion est tiré de la pointe de la dent. Il reste un placage de cément sur la face excoriée (fig. 5 d). Ce placage est en deux écailles, parce que la croissance cyclique de la dent produit des épaississements saisonniers. L’écaille supérieure a perdu son extrémité inférieure. L’écaille inférieure (plus jeune que la précédente dans la croissance de l’animal) a été intéressée par la section de la base et se retrouve sur celle-ci (fig. 5 f, à gauche). L’ostéo-dentine, visible sur la base, n’apparaît pas sur le sommet arrondi. Cette extrémité correspond à la région terminale de la dent, où la pointe est constituée seulement de dentine et de cément.

17Ainsi, si l’on place par la pensée le cavalier sur le roi/fierce, puis le pion sur le cavalier, on restitue partiellement le volume de la dent. Mais il serait aventureux de prétendre qu’il s’agit de la même. Attendu qu’un jeu complet suppose la mise en œuvre de plusieurs de ces défenses, il faudrait disposer d’un bon nombre de pièces, si ce n’est de tout l’ensemble initial, pour faire cette reconstitution en quelque sorte individuelle des dents.

18Les pièces présentent une ornementation homogène. Le décor est formé de motifs complexes, qui reposent sur la combinaison d’ocelles simples ou doubles, alignés ou juxtaposés, avec des lignes droites ou en accolades.

19Un motif cruciforme est inscrit sur l’avancée du roi/fierce (fig. 3 c). Le centre de la croix est formé de huit ocelles simples inscrits dans un carré, quatre grands aux points cardinaux et quatre petits dans les angles. Quatre « griffes » prolongent les cercles placés aux angles. Les quatre branches de la croix sont formées de cinq ocelles simples, trois sur une ligne médiane et deux formant une ligne transversale. Trois « griffes » partent des trois cercles formant l’extrémité des branches. Une déclinaison de ce motif est gravée aux deux angles supérieurs de la surface aplanie (fig. 3 c). Dans les deux cas, une branche centrale, équivalente aux précédentes, est placée sur un socle formé de trois ocelles doubles, disposés en triangle, et de deux ocelles simples « griffés ». On retrouve le même décor sur le sommet plat de la tête du cavalier (fig. 4 a), à la différence près que la croix, disjointe de la base, n’est formée que de quatre ocelles. D’autre part, sur la face antérieure et sous la tête triangulaire de cette pièce, on observe un motif identique à celui formant le centre de la croix observée sur le roi/fierce (fig. 4 c).

20Des bandeaux décoratifs verticaux de deux types, placés en alternance, ornent les flancs des trois pièces : sept pour le cavalier, cinq pour le roi/fierce et quatre pour le pion. Le premier motif est formé d’une ossature d’ocelles simples. Il est inscrit à trois reprises sur le cavalier (fig. 4 b-e) et sur le roi/fierce (fig. 3 b-e). La partie médiane est constituée d’une ligne de dix ou onze cercles suivant les cas. Au centre de la ligne, deux ocelles complémentaires sont placés sur les côtés. Des grappes de cinq ocelles, dont deux « griffés », à la base et de six, dont trois « griffés », au sommet, encadrent les lignes de part et d’autre. Une déclinaison de ce motif est inscrite sur les quatre faces du pion (fig. 5 b-e). Les bandeaux sont formés d’une ligne simple de neuf ocelles, surmontée d’une grappe de quatre cercles dont trois « griffés ».

21Le second bandeau diffère légèrement entre le roi/fierce et le cavalier. Il est gravé à deux reprises au revers de la première pièce (fig. 3 b-e). Il est formé d’une ligne verticale placée sur une pyramide constituée de six ocelles, dont deux « griffés ». Deux traits courts en courbe encadrent le départ de la ligne médiane. Au sommet, le bandeau se termine par un ocelle surmonté de trois traits. Sur la face antérieure du cavalier, on retrouve deux bandeaux identiques (fig. 4 c). Au revers, deux autres motifs se distinguent par l’absence de cercles à la base, la présence d’un ocelle sur la ligne médiane et un sommet de trois ocelles en pyramide surmontés de trois traits (fig. 4 b-e). Quatre lignes en accolades créent un lien entre les cinq bandeaux successifs placés sur la moitié postérieure du flanc de la pièce. Elles se développent à partir de la base des bandeaux constitués d’ocelles pour prendre appui sur le cercle isolé du second motif.

22Le bandeau en relief, sur le sommet du roi/fierce, présente un décor moins élaboré (fig. 3 a). Deux lignes sont inscrites légèrement en retrait des bords longitudinaux. De courtes incisions alternantes partent de chaque ligne, douze d’un côté et douze de l’autre.

  • 21 Jusqu’au xiie siècle, l’échiquier occidental oppose des pièces rouges à des blanches (Pastoureau 1 (...)

23Un autre motif, commun aux trois éléments, participe à l’ornementation, mais joue aussi un autre rôle. Il est formé d’un ocelle simple avec quatre petites encoches, légèrement triangulaires, qui partent du cercle et dont les pointes convergent vers le point central sans l’atteindre. Pour le roi/fierce, il est placé sur la face plane, près du sommet et à l’aplomb du bandeau en relief (fig. 3 c). Pour les deux autres pièces, il est gravé au centre de leurs sommets (fig. 4 a et 5 a). La même mèche semble avoir été utilisée pour inscrire les trois motifs. Sur le pion, il présente toutefois un diamètre légèrement supérieur – 5,1 mm contre 4,6 mm pour les deux autres pièces – mais cette légère différence est due à la forme arrondie du sommet de la pièce. À défaut ou en complément d’une distinction reposant sur la couleur21, ce motif devait permettre de reconnaître les pièces d’un camp par rapport à l’autre.

4. Synthèse

  • 22 Une analyse au radiocarbone permettrait de préciser la datation des pièces. Aujourd’hui, une telle (...)

24Les formes et les décors des pièces, fortement inspirés des modèles arabes, excluent une datation postérieure au début du xiie siècle. Les trois pièces découvertes à Crèvecœur-en-Auge dateraient du xie siècle ou du début du xiie siècle22. Le rapprochement est tel que seuls le matériau et la figuration des yeux sur la tête du cheval permettent de s’assurer qu’il s’agit bien de pièces occidentales.

  • 23 Colardelle et Verdel 1993, p. 264.
  • 24 Bourgeois 2002.
  • 25 Boidard 2002, p. 32-34.
  • 26 Early 1999, p. 53.
  • 27 Prodéo et al. 2006, p. 424.

25Ces dernières décennies, de nombreuses pièces d’échecs ont été découvertes en France dans des contextes aristocratiques ou militaires. Les fouilles menées à Charavines23 (Isère), Andone24 (Charente), Loisy25 (Saône-et-Loire) ou, plus récemment, à Mayenne26 (Mayenne) ou Pineuilh27 (Gironde) ont livré des pièces parmi les plus anciennes connues en Occident. Dans une majorité de cas, il s’agit de pièces produites sur place à partir de ressources locales (bois, bois de cervidés ou os) dont les formes et les décors sont de facture assez maladroite.

  • 28 Gaborit-Chopin 1992, p. 204.
  • 29 Comme ce fut le cas pour les célèbres pièces d’échecs en ivoire de morse découvertes sur l’île de (...)

26Les pièces de Crèvecœur-en-Auge relèvent d’une production de qualité et se distinguent des pièces découvertes récemment en fouilles par la rareté du matériau, la finesse des volumes et le raffinement de l’ornementation. Elles n’ont donc vraisemblablement pas été réalisées à proximité du site. Aux xie et xiie siècles, l’utilisation des dents de morse connaît un véritable essor dans les pays riverains des mers froides. Des centres de production situés en Scandinavie, en Angleterre ou dans le nord de la France produisent des œuvres remarquables qui se diffusent dans toute l’Europe28. C’est dans ces régions qu’il faut rechercher l’origine des pièces de Crèvecœur-en-Auge. Les liens politiques, culturels et économiques, bien attestés aux xie et xiie siècles entre la Normandie et l’Angleterre, où les seigneurs de Crèvecoeur sont richement possessionnés, incitent à en chercher l’origine du côté des îles Britanniques. Toutefois, le style de l’ornementation ne permet pas de lier les pièces de Crèvecœur-en-Auge à une production spécifique ou à un courant bien identifié29.

Haut de page

Bibliographie

Arnoux M. et Maneuvrier C.
2000, Deux abbayes de Basse-Normandie, Notre-Dame-du-Val et le Val-Richer, Le Pays Bas-Normand, 1-2, Flers.

Baïssas J.
1867, Les trésors du château de Crèvecœur-en-Auge, Paris, 142 p.

Boidard V.
2002, Loisy. Une motte castrale de l’An Mil. Fouilles de G. Berthoud et G. Hurou, Mâcon, Comité départemental de la recherche archéologique de Saône-et-Loire, 2002, 48 p. (Bourgogne archéologique ; 19).

Bourgeois L.
2002, « Pièces de jeu et milieu aristocratique dans le Centre-Ouest de la France (xe-xiie siècles) », Aquitania, XVIII, p. 373-400.

Bourrienne V.
1903, Antiquus cartularius ecclesiae Baiocensis. Livre noir de l’évêché de Bayeux, Rouen-Paris, 2 vol.

Colardelle M.  et Verdel E.
1993, Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement : la formation du terroir au xie siècle, Paris, MSH, 416 p. (DAF ; 40).

Dalton O. M.
1927, « Early Chessmen of Whale’s Bone excavated in Dorset », Archaeologia, 77, p. 77-86, pl. V-VI.

Delisle L. et Berger É.
1927, Recueil des actes de Henri II roi d’Angleterre et duc de Normandie concernant les provinces françaises et les affaires de France, Paris, 4 vol.

Early R.
1999, « Une étude unique en Europe : le château de Mayenne », Archéologia, 358, p. 42-54.

Gaborit-Chopin D.
1992, « Le travail de l’ivoire de morse pendant la période romane », dans Les Vikings… Les Scandinaves et l’Europe 800-1200, catalogue d’exposition, Paris, Grand Palais, p. 204-205.

Goret J.-F. et Poplin F.
1999, « Autour d’un fou d’échecs en ivoire trouvé à Château-Thierry (Aisne) : matières dures d’origine animale et pièces de jeux médiévaux », dans À quoi joue-t-on ? Pratiques et usages des jeux et des jouets à travers les âges, actes du festival d’histoire de la ville de Montbrison, Montbrison 1998, p. 497-508, pl. XXIX-XXXII.

Kluge-Pinsker A.
1991, Schach und Trictrac. Zeugnisse mittelalterlicher Spielfreude in salischer Zeit, Sigmaringen, Jan Thorbecke, 223 p.

Merlet L.
1884, Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, Chartres, Société archéologique d’Eure-et-Loir, 2 vol.

Pastoureau M.
1990, L’échiquier de Charlemagne. Un jeu pour ne pas jouer, Paris, Adam Riro, 63 p.

Prodéo F. et al.
2006, « Pineuilh, La Mothe (Gironde) : une résidence aristocratique à la charnière de l’an Mil », dans Résidences aristocratiques, résidences du pouvoir entre Loire et Pyrénées, Actes du colloque de Pau, Archéologie du Midi Médiéval, supplément n° 4, p. 419-424.

Roesdahl E.
1998, « L’ivoire de morse et les colonies norroises du Groenland », Proxima Thulé, 3, p. 9-48.

Haut de page

Notes

1 Les pièces font partie d’une collection privée. Le propriétaire ne souhaite pas divulguer le lieu de leur conservation.

2 Le fierce (firzan dans la terminologie arabe) correspond, dans le jeu occidental, au vizir, conseiller du roi sur l’échiquier arabe. Après une lente évolution, cette pièce sera systématiquement remplacée par la reine à partir du xiiie siècle (Pastoureau 1990, p. 38).

3 Les trois pièces ont été restaurées à la fin des années 1980 par Elisabeth Lepêtre-Carbonneaux (Laboratoire de restauration du musée de Normandie).

4 Merlet 1884, n° CCXCVII.

5 Bourrienne 1903, n° CLXXXVII.

6 Arnoux et Maneuvrier 2000.

7 Merlet 1884, tome II, n° CCXCI, p. 61. Bulle de confirmation d’Eugène III du 31 mai 1147.

8 Merlet 1884, tome II, n° CCCII, p. 76.

9 Notre-Dame-d’Estrées, Calvados, cant. de Cambremer ; le site de Montargis est situé à environ 2 km au nord du château de Crèvecoeur.

10 Delisle et Berger 1927, tome 1, n° XLVII, p. 33. Acte daté de janvier/août 1153.

11 Baïssas 1867, p. 113.

12 Baïssas 1867, p. 114.

13 Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. IV, « Procès verbal des séances », 1866, p. 49.

14 Dalton 1927, p. 79, fig. 2.

15 Kluge-Pinsker 1991, p. 126, notice A 26.

16 Séance du 8 janvier 1955, Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LIII, années 1955-1956, p. 268.

17 Kluge-Pinsker 1991, p. 140, notice A41. Le relief est formé d’un double bourrelet séparé par une gorge.

18 De nombreux parallèles des xie et xiie siècles sont connus en Occident. Citons par exemple le cavalier découvert à Châtenois (Vosges) et conservé au Musée national du Moyen Âge à Paris (Goret et Poplin 1999, p. 500-501, fig. 4 et 5).

19 Sur l’approvisionnement en ivoire de morse à partir des colonies norroises installées au Groenland, voir Roesdahl 1998.

20 Un roi, par exemple, si nous sommes en présence du fierce.

21 Jusqu’au xiie siècle, l’échiquier occidental oppose des pièces rouges à des blanches (Pastoureau 1990, p. 45). Aucune trace de peinture n’est visible sur les trois pions de Crèvecoeur. On remarque toutefois la présence d’une substance rouge dans plusieurs cercles gravés au sommet d’un des bandeaux décoratifs du roi/fierce. Il semble s’agir de cire dont le dépôt est selon toute vraisemblance accidentel.

22 Une analyse au radiocarbone permettrait de préciser la datation des pièces. Aujourd’hui, une telle analyse nécessite un très faible prélèvement, qui, dans le cas qui nous intéresse, peut très bien être réalisé dans la dépression générée par le retrait de l’éclat sur le pion.

23 Colardelle et Verdel 1993, p. 264.

24 Bourgeois 2002.

25 Boidard 2002, p. 32-34.

26 Early 1999, p. 53.

27 Prodéo et al. 2006, p. 424.

28 Gaborit-Chopin 1992, p. 204.

29 Comme ce fut le cas pour les célèbres pièces d’échecs en ivoire de morse découvertes sur l’île de Lewis, issues d’un atelier norvégien probablement situé à Trondheim (Gaborit-Chopin 1992, p. 204).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Vue des trois pièces.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 2 Localisation supposée de la découverte sur le site du château de Crèvecœur-en-Auge.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 3 Le roi ou fierce : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Fig. 4 Le cavalier : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 5 Le pion : a) vue supérieure, b) vue du côté gauche, c) vue antérieure, d) vue du côté droit, e) vue postérieure, f) vue inférieure.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Fig. 6 Vue d’une canine de morse en coupe transversale.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Goret et François Poplin, « Trois pièces d’échecs en ivoire de morse découvertes au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados) », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 61-69.

Référence électronique

Jean-François Goret et François Poplin, « Trois pièces d’échecs en ivoire de morse découvertes au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados) », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21045 ; DOI : 10.4000/archeomed.21045

Haut de page

Auteurs

Jean-François Goret

Archéologue à l’Unité archéologique de la Ville de Saint-Denis

Articles du même auteur

François Poplin

UMR 5197 « Archéozoologie et histoire des Sociétés », Muséum national d’Histoire naturelle, Paris

Haut de page

Collaborateur

Christophe Maneuvrier

Maître de conférences en Histoire médiévale à l’université de Caen Basse-Normandie, CRAHAM, FRE 3119.

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals