Navigation – Plan du site

Les formes circulaires de l’espace bâti et agricole au Moyen Âge : tracé, mesure et partage

Layout, measurement and divisions of circular forms of built and agricultural spaces in the Middle Ages, from plots of land to land division system
Absteckung, Messung und Teilung des bebauten und landwirtschaftlich genutzten Raumes im Mittelalter, von der Einzelparzelle bis zum Parzellengefüge
Armelle Querrien
p. 123-158

Résumés

Dans les traités de Bertran Boysset (fin xive-début xve siècle), plusieurs chapitres sont consacrés au calcul et au partage des pièces de terre circulaires. L’analyse de leur contenu est illustrée par des exemples concrets de mesures issus de la documentation écrite et archéologique depuis la fin du xe jusqu’au xve siècle. Les processus intellectuels et techniques mis en œuvre pour tracer des pièces de terre circulaires, en mesurer la circonférence et la superficie, les partager suivant un schéma rayonnant sont reconstitués. L’importance de la construction rayonnante de l’espace au cours du Moyen Âge est mise en évidence par des analyses morphologiques de parcellaires radioconcentriques de villages et de territoires ordonnés autour de leur agglomération centrale ; elle est confirmée par des textes divers, notamment sur l’établissement de ressorts de banlieues. Les données du terrain, celles des textes et des traités se complètent pour éclairer des pratiques fonctionnelles et efficaces, étrangères à la mathématique savante non par incapacité intellectuelle ou méconnaissance, comme cela est souvent supposé, mais par réalisme pragmatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives municipales de Carpentras, ms. 327, manuscrit autographe (désormais C) : les illustration (...)
  • 2 Boysset était « destrador » comme il l’écrit lui-même, ou « dextrateur », selon la traduction du x (...)

1Plusieurs chapitres des traités de Bertran Boysset1, « dextrateur2 » de la ville d’Arles à la fin du xive siècle et au début du xve, sont consacrés aux pièces de terre circulaires dont il faut calculer la superficie ou qu’il faut partager en portions rayonnantes. Mais s’agit-il de cas d’école que le dextrateur met en scène pour prouver les possibilités de son art et montrer ses connaissances en géométrie, ou d’applications auxquelles l’auteur a pu se trouver confronté ? Ces traités étant les seuls conservés sur ce sujet pour le Moyen Âge, il est nécessaire de recourir à d’autres sources pour en éprouver la destination pratique ou le rôle exemplaire. J’ai donc tenté de reconstituer les procédés de mise en place, de mesure et de partage des pièces de terre et des parcellaires circulaires au Moyen Âge en confrontant les textes et dessins de Boysset avec les données archéologiques et documentaires. Dans cette intention, je me suis attachée à suivre au plus près les processus techniques et intellectuels médiévaux, sans les juger à l’aune des techniques actuelles et de leur réputation plus ou moins justifiée d’efficacité remarquable.

1. Le tracé des pièces de terre circulaires

  • 3 C, fol. 48 et 48v dessins à main levée. C, fol. 55v à 57v dessins au propre. Le même commentaire a (...)
  • 4 C, fol. 48r et fol. 55v.

2Dans les deux séries de planches récapitulatives de dessins de parcelles qui accompagnent le texte de Boysset3, figurent des parcelles rondes et semi-circulaires. La première série, dessinée à main levée sur le recto et le verso d’un feuillet, paraît être un brouillon. La deuxième, qui occupe cinq pages, est beaucoup plus soignée : les parcelles sont tracées au compas et à la règle et ornées de motifs végétaux. La position des jalons ou signaux nécessaires aux opérations de bornage et de mesure est indiquée par des points (voir fig. 1). Les deux séries sont accompagnées du même commentaire, confirmant l’hypothèse que nous sommes en présence d’un brouillon et d’une mise au propre4 : « Semblance des possessions qui soient sur cette façon pour avisement de dextrer et par quelle forme on doit dextrer. » Le cercle est pris en considération dans le répertoire des formes, au même titre que le rectangle ou le trapèze, par exemple. Mais Boysset ne donne aucune indication sur la manière de le tracer sur le terrain, car ce n’est pas son propos : il s’occupe uniquement de mesurer, partager et borner des parcelles existantes, et n’aborde à aucun moment la mise en place de nouveaux parcellaires.

Fig. 1 Dessins de parcelles circulaires dans les répertoires de formes de Bertran Boysset.

Fig. 1 Dessins de parcelles circulaires dans les répertoires de formes de Bertran Boysset.

A. Querrien, J. Blanchard del.

  • 5 Amargier 1972, p. 146.

3Il faut donc se tourner vers l’archéologie et vers la documentation écrite pour avoir une idée des procédés utilisés. La bibliographie fait état de formes circulaires dessinées au sol pour l’érection de mottes et de fortifications, pour la délimitation d’asiles et d’enclos ecclésiaux, pour des plans de castra et de villages. Les prospections ainsi que les dépouillements de cadastres anciens permettent de repérer d’autres parcelles circulaires, le plus souvent pourvues de bâtiments de ferme ou, lorsqu’elles paraissent de prime abord vides de construction, d’un habitat disparu. Mais les simples parcelles agricoles devaient rarement être circulaires et c’est pourquoi on a retenu cette particularité pour désigner, par exemple, le lieu-dit de « Pezsa rotunda » dans une charte de 1194 du cartulaire de Trinquetaille5. Des microtoponymes de ce type se rencontrent dans des régions diverses ; la correspondance entre le nom et la forme visible sur le terrain ou sur le cadastre napoléonien est loin d’être toujours évidente. Néanmoins, que ce soit dans la documentation écrite ou sur le terrain, différents exemples en prouvent l’existence.

4Mon propos n’est pas de dresser un inventaire de ces formes circulaires, mais plutôt, comme Boysset, un répertoire afin de rechercher la manière dont on a tracé chaque type rencontré.

  • 6 Dessin tiré du ms. Vatican, Vat. Gr. 1605, fol. 49v et présenté dans Guidoni 1981, p. 181, avec un (...)
  • 7 D’après Guidoni 1981, p. 138-139, reprenant Thomas 1971, p. 39-40 ; son interprétation du plan cir (...)
  • 8 Stokes 1887, p. 237 : « The way in which Patrick measured the rath was this – the angel before him (...)
  • 9 Ibid., p. 31.
  • 10 Henry 1963, p. 92-97, et 1964, p. 41-49 ; Swan 1994, p. 55 ; l’enceinte circulaire reconstituée ne (...)

5L’aspect circulaire des pièces de terre repérées sur le terrain ou sur les anciens cadastres est parfois si parfaite qu’elle évoque l’utilisation d’une corde employée comme compas : fixée à un bout au centre, son autre extrémité est tenue à une distance choisie comme rayon par une personne qui trace la circonférence en marchant. Pour effectuer une telle opération, il n’y a besoin d’aucune connaissance géométrique, ni d’aucun matériel particulier : un piquet et une corde suffisent. Une illustration en est donnée dans une copie byzantine du xie siècle des écrits d’Héron d’Alexandrie6, mais il faut évidemment se garder d’en conclure que la mise en œuvre d’une méthode aussi simple nécessitait de recourir à la lecture de manuscrits rares et difficiles d’accès. D’après divers historiens imaginatifs7, la méthode de la corde en compas serait décrite dans la « Vie tripartite de saint Patrick » : celui-ci aurait tenu son bâton planté au milieu du site ; une ficelle y aurait été attachée et un ange, la tenant en main et tournant autour du saint, aurait tracé le cercle du monastère. Toutefois le passage de cette vie8, datée du xie siècle, s’il montre bien Patrick mesurant l’emplacement du monastère d’Armagh, le bâton de Jésus à la main (bâton que Dieu lui a donné auparavant pour l’aider face aux dangers et aux conflits9), en suivant un ange, ne parle à aucun moment d’une quelconque ficelle attachée au bâton, et ne dit pas que l’ange tourne autour du saint, mais que ce dernier marche au devant. Du fait qu’une seule mesure est donnée pour les bâtiments, l’éditeur a émis l’hypothèse qu’il s’agissait de bâtiments circulaires dont Patrick mesurait le diamètre, alors qu’il s’agit vraisemblablement de leur longueur, sauf pour l’enclos qui, comme différents enclos monastiques de cette époque, pouvait être circulaire. Le plan d’Armagh, au xviie siècle comme après, s’organise de manière radio-concentrique autour de la colline où Patrick dessina son monastère, recouvert depuis par la cathédrale et d’autres constructions10. Pour E. Guidoni, les mesures prises par Patrick sont « naturellement » les rayons de l’enceinte ronde du monastère et des zones destinées aux édifices conventuels. Compliquant des données simples, il explique qu’il y a deux cordes, l’une de 7 et l’autre de 10 pieds et que « les mesures doivent être considérées comme une référence au rayon du cercle circonscrit au rectangle du plan… ». Puis, pour démontrer « l’influence romaine… sur la cérémonie sacrée basée sur l’arpentage en X des diagonales du rectangle du terrain sur lequel devra être construit l’édifice sacré », il poursuit ses extrapolations : le bâton de Jésus devient un « type de groma, assimilé à la croix », qui sert de centre fixe et « d’élément directeur pour l’arpentage ». Il y aurait même deux types distincts d’instruments, « un aux bras orthogonaux pour les orientations de la croix grecque et latine, et un autre aux bras obliques pour les orientations de la croix de Saint-André… ». À ce jour, le rôle des écrits et des techniques des agrimensores dans la pratique des mesureurs médiévaux, bien qu’il soit l’objet de nombreuses hypothèses, n’a jamais été prouvé.

  • 11 Querrien (dir.) 1988, p. 7-9.
  • 12 Querrien 2000, p. 9-30 et fig. 16.
  • 13 Affolter, Pégeot et Voisin 1986, p. 138-139.
  • 14 Aucune indication sur ces sites n’a été relevée, à ce jour, dans la bibliographie, ni dans les arc (...)
  • 15 Lambert d’Ardres, Historia comitum Ghisnensium, Heller (éd.), § 57, p. 589.

6Quittons la fiction pour revenir au terrain et à l’analyse des réalités médiévales. Des mottes au tracé circulaire parfait résultent sans doute de la méthode de la corde en compas. Ainsi, la motte de Moulins-sur-Céphons (Indre) de 25 m de rayon, entourée d’un fossé, a été établie, au milieu du xie siècle, sur un atelier de potier après l’arasement de ses structures et le comblement de ses fosses11, préparation du terrain rendant possible l’application de ce procédé. Le même type de délimitation dut précéder l’élévation des trois mottes de Cluis (Indre), de 22, 25 et 27 m de rayon, sur des terrains situés à plusieurs centaines de mètres au nord de l’ancien vicus et de la paroisse du haut Moyen Âge12 (voir fig. 2). Il en alla de même pour la construction de plateformes circulaires comme celle de Noiron (Haute-Saône), de 18 m de rayon, entourée d’un fossé et d’une basse cour que des aménagements hydrauliques permettaient d’ennoyer13 (voir fig. 2). Les mêmes procédés furent sans doute utilisés pour l’aménagement de parcelles circulaires repérées par la prospection aérienne dont on ne connaît ni la date ni la fonction, comme le site des Brosses (commune de Neuillay-les-Bois, Indre) où un espace de 30 m de rayon est délimité par un fossé sec, renfermant peut-être des vestiges en son centre surélevé par rapport au reste du champ. Les anciens cadastres en ont enregistré d’autres, plus ou moins disparues aujourd’hui, comme le Champ du château (à Gruet, commune de Migné, Indre) où un espace de 80 m de rayon était ceint de fossés autrefois alimentés en eau et proche d’une ancienne pêcherie14. Lorsque la longueur du rayon croît, on peut penser que le système du compas est remplacé par la mesure de plusieurs rayons dont on joint les extrémités. On pourrait multiplier les exemples de fortifications et d’enclos circulaires, ou presque circulaires, relevés dans de nombreuses régions, sans pour autant avoir d’indication sur la manière dont ils ont été établis sur le terrain. La documentation écrite ne traite le plus souvent pas de ces constructions, et lorsque l’auteur de l’Histoire des comtes de Guînes et des seigneurs d’Ardres (xiiie siècle) raconte que l’édification d’un nouveau donjon à Aumerval vers 1139 a été précédée de l’envoi, en secret, de « géomètres et de charpentiers pour qu’ils parcourent le site avec des perches de géomètre et qu’ils évaluent [le donjon et pièces de charpenterie à faire] proportionnellement à la mesure de la fortification de terre », c’est pour souligner le sérieux et la précision du travail fourni pour édifier cette nouvelle fortification, mais non pour en détailler les mesures ou le plan15.

Fig. 2 Exemples de fortifications de terre.

Fig. 2 Exemples de fortifications de terre.
  • 16 Zadora-Rio 1989, p. 11-16. Différents exemples sont présentés dans ce volume.

7Le procédé de la corde en compas peut avoir été utilisé de la même manière pour tracer des enclos ecclésiaux, lieux où s’exerçait le droit d’asile16. Autour de l’église existait une zone inviolable dans laquelle se trouvait le cimetière et où, suivant les cas et les époques, furent établis des silos, des celliers et des maisons. Parfois cette emprise juridique n’était pas matérialisée si ce n’est à l’aide de quelques croix, mais d’autres fois un fossé ou un mur, souvent trop faible pour servir de défense, marquait la limite :

  • la plateforme de l’église du Curtillet (commune de Maisod, dans le département du Jura)17, attestée à la fin du xiie siècle et disparue, évoque un tel procédé par sa circularité : elle décrit un rond d’environ 30 m de rayon, entouré d’un vallum circulaire et d’un fossé (voir fig. 3) ;
  • l’enclos circulaire de Sainte-Marie de Cucurou (commune de Castelnaudary, Aude), renfermant une église romane disparue et des silos abandonnés au xie ou au début du xiie siècle, avait 37 m de rayon et était limité par un talus élevé (voir fig. 3) ; l’église était au centre et des vestiges d’habitat du xie siècle ont été mis au jour dans l’enceinte18 ;
  • à Neuvy-Pailloux (Indre), l’église du xie siècle, construite sur un sanctuaire du vie siècle, est au centre d’une plateforme circulaire de 40 m de rayon au sommet, entourée de grands fossés de 25 m de large, qui fut remaniée lors de la construction d’un château attesté à la fin du xive siècle sur le bord de la plateforme (voir fig. 3)19. Ici aussi on se demande jusqu’à quelle longueur de rayon on pouvait utiliser la corde en compas. N’était-il pas nécessaire de placer le long de la corde des personnes chargées d’écarter les obstacles tenant au sol ou à la végétation, en vérifiant leur bon alignement au cours de l’opération ?
  • on peut dès lors envisager l’emploi de cette méthode y compris pour des sites comme Maguelone (Hérault) où un enclos de 80 m de rayon environ a été aménagé autour de l’église cathédrale20, vraisemblablement lors de sa reconstruction dans la quatrième décennie du xie siècle (voir fig. 3). L’église antérieure avait été détruite au viiie siècle et le site abandonné depuis pouvait être assez dégagé pour appliquer une méthode aussi simple.

Fig. 3 Exemples d'aires circulaires autour d'églises en place ou disparues.

Fig. 3 Exemples d'aires circulaires autour d'églises en place ou disparues.
  • 21 M, fol. 7v-8 et 17-19v.
  • 22 Powicke 1961, p. 168-173 ; Chaplais 1964, t. I, n° 9.

8Mais il est rare que des cordes soient signalées dans la documentation écrite et, quand leur longueur est précisée, elles ne dépassent pas 50 m, même pour couvrir des longueurs importantes. Pour mesurer des possessions aquatiques, Boysset parle de dextre de corde de 10 à 12 dextres de long, soit de 40 à 50 m, à reporter autant de fois que nécessaire, mais il n’évoque pas cette méthode pour la terre ferme où il n’utilise que le dextre de bois dont la longueur ne varie pas, et de toute manière il ne traite pas du tracé des parcelles21. Et c’est avec une corde de 20 toises, soit 35,60 m, reportée 309 fois, que sont mesurés en 1200 les 22 km qui séparent le mur de la cité d’Évreux de celui du château du Neubourg en Normandie22. Les exemples cités ci-dessus, provenant de diverses régions, pourraient être multipliés et montrer la fréquence et la diffusion de ce type d’aménagement sans éclairer pour autant les procédés techniques mis en œuvre pour leur réalisation.

  • 23 Bonnassie 1994, p. 72, et texte de la note 35, p. 78.

9Toutefois la documentation écrite fournit parfois des indications. Ainsi, parmi ces « cercles de paix », les « sagreres » catalanes, qui datent pour l’essentiel de 1020 à 1060, sont en majorité des espaces circulaires de trente pas de rayon, comme l’était l’asile défini autour des églises par le concile de Tolède de 68123. Des normes sont indiquées dans les actes concernant les « sagreres » les plus anciennes, comme la consécration de l’église de Sant Silvestre de Vallmala et de sa « sagrera » en 1029 :

  • 24 Ibid., p. 70.

« qu’au dehors de ladite église et tout autour soit établi un cimetière, à savoir à la mesure d’un homme qui fasse un très bon pas : que tenant un pied à terre il étende les deux jambes et pose son autre pied aussi loin qu’il le pourra, et qu’il fasse ainsi jusqu’à environ trente pas24 ».

  • 25 Ibid., p. 70 et n. 18, p. 77.
  • 26 Ibid., p. 74 et n. 47, p. 78.

10Un autre acte de 1062 comporte l’expression « ad sacraria triginta legitimos passus25 ». Il est parfois précisé que les trente pas concédés autour de l’église le sont à l’est, au sud, à l’ouest et au nord, comme à Santa Maria de Malannergues en 108026.

  • 27 Durand 1998, p. 115-116 : « in circuitu ecclesie dono terram ad construendas mansiones triginta pa (...)

11La même précision est apportée lorsqu’un espace est donné pour créer une sauveté en 1078 dans l’alleu du lac de Francigenus, qui devait se trouver à La Vacquerie sur le plateau du Larzac. Les deux actes qui rapportent cette donation précisent que cet espace doit être délimité autour de l’église à construire, pour bâtir les maisons des futurs habitants, et qu’il aura trente pas tout autour, vers l’est, l’ouest, le nord et le sud27. Le recours aux points cardinaux suggère que plusieurs points à trente pas du centre sont établis comme repères du territoire protégé. La mesure en pas est ici un choix délibéré, car les mêmes actes mentionnent le don d’un jardin dans le même territoire qui a dix dextres de large et dix de long, soit environ quarante mètres de côté. Est-ce parce que le jardin est clos et a des limites parfaitement dessinées au sol qu’on y prend des mesures avec une règle, tandis que l’espace mesuré au pas est ouvert et qu’il est plus facile d’y prendre un alignement en marchant ? Est-ce pour suivre une tradition ? Les trente pas sont-ils effectués en marchant sur le terrain, ou sont-ils reportés sur une corde ainsi étalonnée ? S’est-on borné à matérialiser des points de repère à l’extrémité de quelques rayons, ou bien la périphérie de la zone de sauvegarde a-t-elle été tracée en allant du bout d’un rayon à un autre ou en utilisant une corde comme compas ? D’après la valeur locale du pas, estimée à cinq pieds et demi, le territoire de la sauveté avait un rayon d’environ 55 m et couvrait près d’un hectare. Aucun indice ne subsiste sur le terrain.

12Parmi les villages ayant suivi la création de sauvetés, certains sont ronds, mais d’autres sont plutôt de forme quadrangulaire arrondie, évoquant la mesure de quelques rayons rejoints pour former l’enclos sans souci d’une équidistance permanente au centre. Bien souvent, d’ailleurs, la présence de constructions, la végétation ou le relief devaient pousser à limiter les mesures.

  • 28 Germain 1999, fig. 34, p. 108 ; Archambault et Piboule 1997, p. 46-47.

13Des sites circulaires plus complexes sont composés de cercles concentriques. La méthode pour les tracer est la même : on utilise une corde fixée en un point et faisant fonction de compas, ou bien on mesure plusieurs rayons au pas et on joint leurs extrémités. Le site de Mirebeau (Allier) illustre particulièrement bien ces procédés. Trois enceintes fossoyées concentriques (dont la deuxième est en grande partie disparue) enserrent l’emplacement de l’ancien château à motte qui dominait autrefois la région, son habitat subordonné et une portion du terroir environnant28 (voir fig. 4 ; le plan établi d’après le cadastre napoléonien est accompagné d’un schéma retenant seulement les éléments rayonnants et concentriques du parcellaire, les lignes de construction du parcellaire étant indiquées en gris, comme dans les autres dessins des fig. 4 à 8). La motte avait une cinquantaine de mètres de diamètre. Les enceintes sont des cercles presque parfaits ; leurs diamètres sont de 110 m, 460 m et un peu plus de 700 m. On repère trois cercles intermédiaires dans le parcellaire. Pour tracer la motte et les six cercles, les mesures ont été prises depuis le centre, sans doute sur des alignements marqués par des piquets, soit au pas, soit à la corde, la distance maximum à couvrir étant d’environ 350 m. Aucun document écrit ne relate la réalisation de ces enceintes, ou d’autres du même genre. Néanmoins il est évident que la perfection du plan implique des mesures systématiques pour le tracé des fossés et des chemins d’enceinte et pour le redécoupage du parcellaire autour de la fortification. Ce travail est réalisable avec des moyens simples, comme ceux que nous avons décrits.

Fig. 4 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour du castrum de Mirebeau (Allier).

Fig. 4 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour du castrum de Mirebeau (Allier).
  • 29 Archambault et Piboule 1997, p. 48 ; Germain 1999, fig. 34, p. 108.
  • 30 Nicolay 1974, p. 186.

14Le même type de construction se retrouve à Malicorne (Allier)29, où une place centrale de 70 m de diamètre marque l’emplacement de l’ancienne fortification (fig. 5). Sa forme circulaire évoque l’existence d’une motte qui a depuis longtemps disparu. Le fossé, comblé, a été retrouvé en fouille en 1981. Le château qui lui succéda était déjà détruit en 1569, lorsque Nicolas de Nicolay, dans sa description du Bourbonnais, nomme le siège royal de Malicorne, relevant de la châtellenie de Murat30. La deuxième enceinte est visible sur le cadastre du xixe siècle ; elle a 300 m de diamètre et est formée d’un fossé, alors en grande partie conservé, de 10 m de large au moins. L’église se trouve au nord de la place, dans cette enceinte. L’édifice actuel bâti au xiiie siècle conserve un portail roman d’une église antérieure. L’habitat s’est développé en premier lieu à ses abords. L’enceinte extérieure a 600 m de diamètre. Elle est marquée par des haies et par un chemin, et l’était autrefois par un fossé de 8 à 10 m de large, renforcé d’un talus vers l’intérieur. Le château occupait la position la plus élevée et les zones concentriques étaient situées en contrebas les unes des autres, vers l’extérieur. On constate, en outre, qu’un chemin circulaire court à mi distance entre les deux enceintes dans leur secteur ouest. Quelques anomalies visibles sur les photographies aériennes verticales suggèrent qu’il a pu se poursuivre autrefois et être supprimé lors des remaniements parcellaires qui ont visiblement eu lieu dans la partie est de cet ensemble. À l’ouest, les champs ont deux de leurs côtés inscrits sur les cercles et les autres rayonnants vers la place centrale. Cette place a été défigurée pour aménager un carrefour pour les sept routes qui convergent vers son centre. Entre leurs bras, le parcellaire s’organise de manière globalement circulaire sur 1,8 km. Il est traversé par la voie romaine, dite « Chemin des romains », qui passe d’est en ouest à un peu plus de 100 m au sud de l’enceinte extérieure et n’a pas été intégrée dans cette réalisation médiévale.

Fig. 5 Organisation concentrique autour du castrum de Malicorne (Allier)

Fig. 5 Organisation concentrique autour du castrum de Malicorne (Allier)
  • 31 Nombreux plans publiés dans Fabre et al. (dir.) 1996 ; voir en particulier les articles de J.-P. C (...)
  • 32 Je remercie Jean-Paul Cazes pour les informations qu’il m’a transmises pour Bram et La Force, issu (...)

15La formation de différents villages circulaires du Sud-Ouest au xie-xiie siècle relève du même procédé, comme celui de La Force (Aude) centré sur une fortification, et ceux de Villar-Saint-Anselme et Bram (Aude) centrés sur leur église31. La lecture des documents cartographiques et photographiques privilégie bâti et chemins dans l’analyse morphologique. À La Force (Aude ; fig. 6), trois cercles sont visibles sur ces documents récents autour de la fortification disparue, dont le premier a 55 m de diamètre et le troisième 110 m ou 30 pas. Au sud, deux ensembles de parcelles enveloppent le village sur environ 120°. L’analyse archéologique et historique réalisée par Jean-Paul Cazes32 restitue un premier enclos fossoyé de 45 m de diamètre, au centre duquel se trouvait le château édifié sans doute à la fin du xiie siècle et détruit avant le milieu du xviiie. Autour, une couronne de maisons formaient une enceinte surplombant un fossé. Le village s’étant développé à l’extérieur de cette première enceinte, à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie siècle, ce premier fossé fut comblé et des maisons y furent édifiées et bordées d’un chemin circulaire toujours en place. Une couronne de maisons supplémentaire constitua une nouvelle enceinte formée des murs arrière des maisons et bordée d’un nouveau fossé qui lui-même fut comblé et bâti à une date inconnue. À l’intérieur de cette deuxième enceinte se trouvait le four banal, tandis que l’église, attestée en tant que chapelle en 1275 et devenue paroissiale au début du xive siècle, a été édifiée dans le faubourg. Un compoix du xviiie siècle distingue encore le premier « ron » de 45 m de diamètre, le deuxième « ron » de 75, et le faubourg. Aucune information sur le cercle de 110 m n’est donnée alors qu’il doit correspondre à une enceinte villageoise plus étendue, intégrant non seulement des bâtiments, mais aussi des parcelles cultivées. Le centre des cercles est sur la place centrale, occupée autrefois par le château à partir duquel l’espace a été organisé.

Fig. 6 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour du castrum de La Force (Aude).

Fig. 6 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour du castrum de La Force (Aude).
  • 33 « …ut adsisteret aliquis ex parte sancti Sulpicii, cum forti balista, a capite ejusdem ecclesie et (...)
  • 34 Même constat dans Baudreu 2004, p. 79.

16À Villar-Saint-Anselme (Aude ; fig. 7), un cercle d’environ 43 m de diamètre enserre l’église, entouré d’un autre légèrement ovoïde de 97 m de diamètre ; le centre des cercles se trouve au milieu de la nef de l’église. Il est possible que l’emplacement de l’église ait été choisi mais non construit au moment du tracé du plan, ou bien que, l’église étant construite, on soit parti de ses quatre coins pour délimiter la sauvegarde. Cette pratique est attestée dans d’autres régions, comme en Berry où la sauveté de Meunet-Planche (Indre) a été délimitée, vers 1060-1070, avec une forte baliste placée de part et d’autre du chevet et du pignon de l’église ; les flèches tirées de ces quatre points indiquaient en tombant au sol l’endroit où planter les croix limitant la sauvegarde33. On comprend dès lors que les espaces ainsi définis soient des cercles plus ou moins parfaits34.

Fig. 7 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour de l’église de Villar-Saint-Anselme (Aude).

Fig. 7 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour de l’église de Villar-Saint-Anselme (Aude).

17À Bram (Aude ; fig. 8), le cadastre montre trois chemins concentriques de 100 m, 150 et 225 m de diamètre ; le centre des cercles correspond au milieu du mur pignon de la nef de l’église. L’analyse archéologique et historique de Jean-Paul Cazes distingue cinq phases. L’église, sans doute entourée d’un enclos ecclésial (phase 1) dès le xe siècle, précède la transformation de l’agglomération en castrum, transformation marquée notamment par la construction d’un château juste à l’ouest de l’église au xie siècle. Un fossé disparu délimitait une aire d’environ 75 m de diamètre autour de l’église et du château auquel il semble lié. Une occupation du xie siècle est attestée à l’intérieur comme à l’extérieur de ce fossé qui dut alors être élargi (phase 2). Au xiie siècle, un nouveau fossé est creusé, délimitant un espace habité de 150 m de diamètre (phase 3). Au xive siècle, le village fortifié s’étend sur l’emplacement de ce dernier fossé qui cède la place à de nouvelles maisons, tandis qu’un nouveau fossé, resté en eau jusqu’au xviiie siècle, est construit autour de la nouvelle zone villageoise de 195 m de diamètre (phase 4). Bram a alors un faubourg et une place « extérieure ». Au bas Moyen Âge, un nouveau château est édifié au nord-ouest de l’ancien, près du fossé de la quatrième phase. Au cours du xixe siècle, ce dernier fossé est à son tour comblé et occupé par quelques bâtiments, mais surtout par des jardins (phase 5) : le village circulaire atteint son expansion maximum, de 230 m de diamètre. Un chemin fait le tour de l’ensemble. Les auréoles concentriques traduisent les agrandissements successifs de l’agglomération ; elles sont faciles à déterminer à partir de rayons ou de portions de rayons reportées à partir des chemins comme des fossés.

Fig. 8 Évolution du village circulaire de Bram (Aude).

Fig. 8 Évolution du village circulaire de Bram (Aude).
  • 35 Pawlowski 1992, chap. I, §5, « Les arpenteurs de l’an mille et le (sic) dioptre, ancêtre du théodo (...)
  • 36 Argoud 2000, p. 256.

18Dans tous les cas exposés, les procédés mis en lumière plus haut sont efficaces. Il n’y a aucun besoin de recourir à des hypothèses hasardeuses comme celle qui a été forgée par Krysztof Pawlowski, il y a quelques années35. Commençant par souligner la simplicité du traçage du cercle avec un piquet et une corde, l’auteur poursuit en donnant pour probable l’utilisation de la dioptre (instrument topographique composé d’un cercle gradué, surmonté d’une règle de visée pivotante munie de pinnules à fente, permettant de mesurer des angles et de pratiquer des nivellements grâce à son niveau à eau) pour l’établissement de cercles concentriques dans les agglomérations et dans leurs parcellaires. Il s’appuie sur des coïncidences métrologiques qui peuvent tout aussi bien être obtenues avec le piquet et la corde, ou la mesure au pas, suivant en cela une tendance répandue de chercher des solutions compliquées et érudites à des problèmes élémentaires et, comme nous l’avons déjà vu, d’affirmer que le Moyen Âge dépend, sur ce point, de techniques antiques élaborées. Or il n’y a aucune preuve de l’utilisation de la dioptre au Moyen Âge, ni d’ailleurs dans l’Antiquité. Le fait que la dioptre ait pu être un instrument de conception élaborée resté sans application pratique ni fabrication autre qu’au stade du dessin ou du prototype est partagé par nombre d’antiquisants et a été fort bien résumé : « Héron nous présente une utilisation théorique [de sa dioptre], pour un résultat que l’on pouvait obtenir d’une façon plus empirique36 ». Au demeurant, le constat des « dimensions répétitives de diamètres » effectué dans les agglomérations circulaires médiévales du Languedoc peut simplement correspondre à des modules de mesures fondés sur le pas, les diamètres de 55 m correspondant à 30 pas, ceux de 110 m à 60, ceux de 165 à 50 et ceux de 220 à 120.

2. La mesure des pièces de terrain circulaires

2.1. La circonférence

  • 37 C, chap. 71, fol. 257v-258 ; M, chap. 72, fol. 207 à 211r.
  • 38 C, chap. 33, fol. 47 ; Motte 1988, p. 22.

19Boysset ne consacre aucun développement de ses traités à la manière de mesurer la circonférence de pièces de terre. Sans doute utilisait-il une méthode si facile qu’il ne lui a pas paru utile de l’exposer : le dextrateur fait le tour avec un fil, puis étend le fil sur un terrain plat et le mesure. La pièce de terre ronde figurée au folio 57v de son manuscrit autographe (C) et marquée de 13 points sur son pourtour évoque sans doute cette méthode, de même que les deux demi-cercles du même folio marqués de 7 et 8 points (fig. 1). Un indice est toutefois fourni au chapitre 71 de son traité de bornage qui traite d’une possession « toute ronde comme le soleil » et d’une autre « creuse et concave comme la lune quand elle est vieille » : pour mesurer, il faudra que « tu dextres tout à l’entour à l’environ les bosses… de terme à terme » ; le dessin de la pièce de terre semi-circulaire qui accompagne le texte montre qu’alors les termes, ici au nombre de six, doivent être plantés « si proche l’un de l’autre qu’il n’y ait ni coude ni bosse aucune, mais seulement belle droite visière et juste comme la belle ligne37 ». C’est seulement lorsqu’il explique comment calculer le cubage de maçonnerie pour la construction d’une tour qu’il explique la méthode du fil ; en effet, il lui semble alors nécessaire de tout détailler, car la circonférence qu’il mesure avec le fil doit être prise au milieu de l’épaisseur du mur et non à l’extérieur38.

20Ce procédé est celui-là même que décrit, pour le décrier, Leonardo Fibonacci au début du xiiie siècle à propos de la mesure de la longueur d’un arc de cercle par les « mesureurs de champ qui veulent procéder suivant l’usage commun » :

  • 39 Boncompagni 1862, p. 95 : « sed hec talis inuestigatio non est operanda ab agri mensoribus, qui se (...)

« En effet lorsqu’ils veulent avoir la longueur d’un arc par des moyens communs, qu’ils aient une mesure en fil, d’un pied de long, qu’ils puissent courber ou étendre, et qu’avec elle ils s’appliquent à mesurer les arcs qu’ils voudraient mesurer ; ou bien qu’ils aient une corde d’une perche ou plusieurs ; et qu’avec elle ils s’appliquent à mesurer à l’entour les arcs des portions de cercles en enfonçant souvent des roseaux le long du cercle, afin que la corde ne dévie pas de la circonférence du cercle ; et ainsi on pourra avoir la mesure de tous les arcs de cercles39 ».

  • 40 Pécherat 1897, p. 8.

21Et bien que Leonardo Fibonacci ait élaboré, pour un calcul rapide des arcs, des tables établies d’après la science géométrique, l’usage du fil perdure pendant encore plusieurs siècles. Il est toujours préconisé dans des manuels d’arpentage du xixe siècle, alors même que d’autres méthodes sont possibles : « On mesure les lignes courbes et les lignes irrégulières en appliquant sur toutes les parties de ces lignes un fil que l’on mesure ensuite, ou en se servant d’un petit instrument appelé curvimètre40 ».

  • 41 M, fol. 21v. Sur la mesure de la terre, voir Gautier Dalché 2000, p. 271.
  • 42 C, chap. 49, fol. 49-50 sur les voûtes.
  • 43 Portet 1995, t. I, p. 100 ; Id. 2004, p. 169, 202-209, 271.

22Cette manière de faire n’est pas due à l’ignorance de Boysset. En effet, il connaissait la méthode, habituelle au Moyen Âge, de calcul de la circonférence égale à six fois le rayon (ce qui revient à π = 3). Il l’expose dans un passage sur la circonférence du globe terrestre : « le cercle est environ 6 fois autant comme le compas a de large41 », l’écartement du compas ayant la longueur du rayon. Dans son travail, il l’utilise pour mesurer la longueur d’une voûte qui descend jusqu’au sol : en comptant pour 2 cannes ou 2 dextres mesurés au sol 3 cannes ou 3 dextres de voûte, il multiplie la longueur du diamètre de la voûte mesuré au sol par 2/3, ce qui revient à calculer la moitié d’une circonférence égale à six fois le rayon ou la moitié d’un hexagone inscrit dans le cercle dont chaque côté a la longueur d’un rayon42. Contrairement à une vue simpliste, si Boysset n’applique pas cette méthode au terrain, ce n’est pas par incapacité, mais parce que l’erreur liée à cette formule, minime sur une petite circonférence, croît avec la taille du cercle43. Ce qui est efficace pour la mesure d’une voûte ne l’est pas pour celle d’un champ. Boysset n’est donc pas à considérer comme un mathématicien défaillant, mais comme un mesureur, et pour saisir ses manières de procéder et leur justification, il suffit de tenir compte de l’ensemble de ses dessins et de ses commentaires sur les pièces rondes et les bosses ; en effet l’arpentage n’est pas une stricte application de la géométrie théorique au terrain, et les divergences entre ces deux disciplines ne sont pas à envisager systématiquement au détriment des praticiens qui témoigneraient par là de leur ignorance. De plus, trouver le rayon exact d’une parcelle sans borne centrale établie n’est pas toujours aisé et peut prendre beaucoup de temps. Enfin les pièces de terre parfaitement rondes sont rares. La mesure au fil a l’avantage d’être simple et directe, sans calcul, et donc moins susceptible d’erreur ; elle s’adapte aux irrégularités des formes et du terrain et, enfin, elle est rapide.

2.2. La superficie du cercle

  • 44 Voir Goldstein 1989, p. 129-149.

23Boysset n’utilisait pas la formule πR², qu’il ignorait comme l’ensemble des mesureurs du Moyen Âge et du début de l’époque moderne44, mais cela ne l’empêchait pas de mesurer avec précision l’aire des pièces de terre circulaires. La parcelle ronde du folio 48v (fig. 1), marquée de huit points sur sa circonférence, évoque la mesure du cercle au moyen de la mesure d’un carré et de quatre triangles isocèles inscrits. Il explique cette méthode dans le traité de « destrar » :

  • 45 M, fol. 6v-7. C, chap. 5, fol. 34v. Motte 1988, p. 22, traduit curieusement ce passage ainsi : Si (...)

« Item dextrateur, si tu mesurais une terre qui fusse ronde, tu l’esquarriras par le milieu et la partiras en croix ou la mesureras aussi en croix, et les gibes ou bosses mesure les à part au plus large, et vois ce que aura de long et prends la moitié de cette longueur et non d’avantage, et trouveras ta somme et contenance véritable45 ».

  • 46 M, fol. 7v.

24La mesure faite comprend la surface du carré et celle des quatre triangles isocèles inscrits (fig. 9). Elle répond au souci permanent de Boysset, et des arpenteurs jusqu’au xixe siècle, de trouver des solutions de mesure et de calcul rapides et justes sur le terrain, quand bien même elles sembleraient éloignées de la géométrie savante : « et par ainsy tu feras ton opération apertement et sans erreur et grand pène, bien qu’il se pourroit faire d’autre façon ; mais il seroit trop de pène et de travail46 ».

Fig. 9 Mesure de la superficie d'une pièce de terre circulaire d’après les traités de Bertran Boysset (restitution d'après le texte).

Fig. 9 Mesure de la superficie d'une pièce de terre circulaire d’après les traités de Bertran Boysset (restitution d'après le texte).
  • 47 Desgraves 1977. Il enseigna au Collège de Guyenne à Bordeaux à partir de 1539, et en devint princi (...)
  • 48 M, fol. 28v.
  • 49 Nisard 1844 ; Dilke 1995 ; Roth-Congès 1996 ; Chouquer et Favory 2001.

25Sa méthode est d’ailleurs identique à celle présentée par Elie Vinet47, humaniste bordelais (1509-1587), qui enseigne « l’esquarreure du cercle » dans son ouvrage de 1577 intitulé L’arpanterie, alors qu’il connaît le calcul de la surface du cercle selon Columelle et Archimède (diamètre au carré × 11/14). En effet, Vinet souligne que des pièces de terre parfaitement rondes, qu’elles soient en pré, bois ou vigne, n’existent pas, à la différence des tours ou fonds de cuves tracés au compas. Or cette méthode s’applique quelle que soit la forme du quadrangle inscrit, carré ou barlong, c’est-à-dire rectangle. La mesure en croix est préconisée par Boysset qui la déclare plus belle, plus sûre, plus légère et plus facile que la mesure par les côtés48. Il est intéressant de noter que ni Columelle, ni les ouvrages sur l’arpentage romain ne font la moindre allusion à cette méthode49. Vinet fait en outre remarquer que l’erreur résultant de son application est insignifiante : si besoin est, sur les triangles inscrits autour du carré, il bâtit d’autres triangles rectangles, jusqu’à ce qu’il approche

  • 50 Vinet 1577, livre III, § 2 à 5.

« si près des orées du champ, que rien n’en faudra, ou pour le moins fort peu, que notre mesure droite et les dites orées non droites ne se viennent ioindre et acorder, comme si tout estoit droit… Et si nous lessons quelque chose en ce bord rond, c’est si peu que rien50 ».

  • 51 M, fol. 38v.

26Le choix de cette méthode, un siècle et demi après Boysset, par un savant auteur d’un manuel d’arpentage montre, une fois de plus, la qualité des méthodes exposées par Boysset. Le souci de précision de ce dernier était si grand qu’il devait procéder de la manière indiquée par Vinet pour parfaire son travail. Il explique d’ailleurs que, dans le cas d’une pièce de terre pourvue de « bosses, voltes, combes », il doit veiller à bien tout mesurer, posément et sans hâte, « qu’il n’y reste pas seulement le travers d’un doigt », même « s’il y avait besoin de dix, vingt ou plus ou moins d’opérations et de mesurages51 ».

  • 52 Motte 1988, p. 4.
  • 53 Guerreau 1995, p. 97 et 100.
  • 54 Portet 1995, p. 133-137 ; opinion réaffirmée dans Id. 2004, p. 271.
  • 55 Gautier Dalché 2000, en particulier sur l’épistémologie de Boysset, p. 270-272.

27C’est pourquoi il est impossible d’adhérer aux divers commentaires qui analysent la pensée et le travail de Boysset en lui appliquant des jugements anachroniques, suivant une perspective progressiste. Ils assimilent indûment l’arpentage aux mathématiques, stigmatisant les prétendues « faiblesses » de Boysset, sans considération des particularités de son art. Pour Madeleine Motte, Boysset établissait une stricte équivalence entre la surface de l’arc de cercle et celle de son triangle inscrit ; elle en déduit une erreur totale dans ses calculs de l’aire du cercle d’environ 1/10 par rapport à la surface calculée avec la formule πR², sans envisager que des compléments de mesure pouvaient être faits pour approcher au plus près le résultat exact52. D’autre part elle n’envisage le cercle que tracé au compas, et non plus ou moins déformé comme il l’est souvent sur le terrain. Alain Guerreau note, à propos du cercle, l’« indigence des connaissances de Boysset53 ». Pierre Portet voit comme une incapacité la manière de Boysset face à « la virtuosité géométrique » des auteurs utilisant le rapport entre diamètre, circonférence et aire du cercle ; il traite d’« archaïsme avéré » la décomposition du cercle en carré et triangles54… Pourtant les méthodes de Boysset ont un grand avantage : elles s’appliquent non seulement au cercle, mais à toutes les formes approchantes, plus ou moins ovales, plus ou moins rectangles arrondies. Elles correspondent à un savoir pratique et répondent aux réalités du terrain. Elles ne peuvent être assimilées aux mathématiques, et Boysset en est bien conscient qui souhaite les constituer en science du mesurage et du bornage aux côtés des autres sciences fondées sur les points et la mesure, à savoir la géométrie, l’arithmétique et l’astronomie55. Enfin ces méthodes jugées « archaïques » ont longtemps été pratiquées et recommandées à l’époque moderne et même contemporaine, en pleine conscience de leur valeur, y compris par des mathématiciens tel Vinet.

3. Le partage des pièces de terre circulaires suivant un schéma rayonnant

  • 56 C, fol. 63 ; M, fol. 35v-36v.
  • 57 C, fol. 116 ; M, fol. 71.

28Comment partager une pièce de terrain circulaire en parcelles égales ? Ce problème est résolu par Boysset dans son traité de « destrar » (voir fig. 10a). À partir d’une borne plantée à la périphérie du cercle, on mesure la circonférence, puis on partage le résultat obtenu par le nombre de parcelles à tracer. Sachant la longueur des tronçons de circonférence correspondant à chaque parcelle, on plante le long du cercle un jalon au bout de chaque tronçon, jusqu’à revenir à la borne d’origine. Puis on découpe le cercle en secteurs à partir du centre en suivant des rayons qui joignent le centre aux signaux installés sur le pourtour. Ensuite on mesure chaque secteur (fig. 11a), en calculant la superficie des deux triangles isocèles opposés par la base qu’il contient (fig. 11d) : l’un a pour côtés deux rayons et pour base la corde qui les joints, l’autre correspond à l’arc de cercle au-delà de la base ; la surface est donc égale à la moitié du produit du rayon par la corde joignant les rayons qui délimitent le secteur (fig. 11b, 11c, 11d). Sur le dessin figure le rayon médian de chaque portion à mesurer, indiqué par un trait torsadé ressemblant à une corde tendue (marquée par des tirets dans les fig. 10a et 11). Et si besoin est, on peut mesurer des compléments contre le bord de l’arc (fig. 11e). On compare ensuite la surface des portions entre elles, et on corrige si nécessaire le partage en ajoutant ou retranchant ce qu’il faut pour être équitable56. Mais, contrairement à son habitude, Boysset ne détaille pas tout le processus, et ne dit rien notamment sur la manière de mesurer la circonférence ; il insiste surtout sur les précautions qu’il faut prendre pour les calculs de superficie et pour l’éventuelle correction. Toutefois le dessin qu’il joint à la fin du chapitre ne laisse pas de doute sur sa manière de procéder (fig. 10a). Un autre chapitre se rapporte à ce sujet dans le traité d’« atermenar » ou bornage57. Cette fois-ci il s’agit de borner une possession toute ronde, divisée en sept parties. Il faut alors poser sept termes ou bornes sur le pourtour de la possession ; chacun est muni de trois agachons ou témoins de pierre accolés au terme et dirigés l’un vers le centre et les deux autres vers les termes des portions suivantes. Il y a en outre un terme central qui est entouré de sept agachons indiquant la direction des sept termes périphériques. Le dessin, là aussi, est très clair (voir fig. 10b).

Fig. 10 Partage et bornage d'après les traités de Bertran Boysset.

Fig. 10 Partage et bornage d'après les traités de Bertran Boysset.

Fig. 11 Calcul de la superficie de secteurs de cercles.

Fig. 11 Calcul de la superficie de secteurs de cercles.
  • 58 Le circulus stagni est attesté dans différents documents concernant des étangs du Languedoc (Monta (...)

29Mais les problèmes posés correspondent-ils à des réalités de terrain ? Existe-t-il des parcellaires à mesurer et borner suivant ces principes, ou résultant de partage suivant ce mode ? Les dessins de Boysset évoquent immédiatement le célèbre parcellaire rayonnant de l’étang de Montady (Hérault), établi dans la deuxième moitié du xiiie siècle (fig. 12). D’ailleurs un détail du dernier dessin présenté (fig. 10b) oriente l’interprétation dans ce sens : la pièce circulaire à borner est entourée d’un chemin indiqué par les mots « alentour est chemin » et représenté par un double trait à l’intérieur duquel court un trait ondulé. Ce trait ondulé pourrait indiquer la présence d’eau et correspondre, avec le double trait, à la ceinture aménagée autour des étangs asséchés, composée d’un fossé souvent doublé d’un chemin et appelée « cercle de l’étang » dans les sources, bien qu’il ne soit pas circulaire la plupart du temps58.

Fig. 12 Le parcellaire rayonnant de l'étang de Montady.

Fig. 12 Le parcellaire rayonnant de l'étang de Montady.
  • 59 Abbé et Portet 2002, p. 33-39.
  • 60 L’atermeneur ou borneur plante des signaux aux angles de la borne et un autre entre eux, et à part (...)
  • 61 J.-L. Abbé note qu’un document de 1545 donne 124,5 pointes et un autre de 1601 124. On ne voit pas (...)
  • 62 Archives départementales de l’Hérault, 1 J 270.
  • 63 Plan de 1735 environ conservé à la mairie de Montady et reproduit dans Abbé 2004, t. 3, annexe 32. (...)
  • 64 Reproduction infrarouge dans Pawlowski 1992, p. 156. Cliché IGN noir et blanc dans Soyer 1970, fig (...)
  • 65 Bonifas et Pliskine 1990, n° 39.
  • 66 Abbé 2004, p. 191-197. Résumé et mise à jour dans Abbé 2006, p. 175-180.
  • 67 Abbé 2004, p. 36.

30Une étude récente sur cet étang59 fait aussi le rapprochement entre cette réalisation et les deux dessins de Boysset reproduits ici (fig. 10a et 10b). Une troisième figure, détournée de son objectif initial, leur est jointe comme si elle montrait la manière dont Boysset traçait les rayons de structures circulaires du type de Montady, alors qu’en réalité elle explique la manière de retrouver l’orientation d’une limite de possession à partir d’un terme qui n’a plus d’agachon ou témoin pour l’indiquer60. L’impression de tracé rayonnant est due à la difficulté rencontrée par Boysset de représenter des lignes de jalons aussi serrées que le laisse comprendre le texte illustré par ce dessin. Les trois dessins sont accompagnés d’un rapide résumé de P. Portet sur les traités de Boysset, sans recherche des procédés suggérés par leur étude pour comprendre la construction de Montady. De son côté, J.-L. Abbé démontre que le parcellaire rayonnant est bien lié au drainage de l’étang décidé en 1247 et réalisé entre 1250 et 1260. Souhaitant « mettre au jour des règles géométriques de l’organisation des parcelles », il recherche une « unité de base organisatrice du parcellaire ». Il fonde sa démonstration sur la mention, au xvie siècle, de 124 « pointes » ou « parcelles limitées par les fossés longitudinaux » à partir de laquelle il propose un module de 3° par parcelle61. Afin de « valider l’hypothèse d’une unité de base de 2,9-3° proposée par la documentation écrite », il s’appuie sur l’analyse du cadastre napoléonien où 36 % des parcelles présentent un angle de 3°, d’un multiple ou d’un sous-multiple. Le calcul est effectué sans tenir compte des canaux de drainage qui sont donc intégrés aux parcelles, qu’il s’agisse des petits ou des quatre grands, de 2 à 2,5 m de large. Mais on ne peut décider si le terme de pointe recouvre l’ensemble du terrain pris entre deux fossés rayonnants depuis le « redondel », fossé circulaire central de 160 m de rayon, jusqu’au cercle de l’étang, ou bien des portions de ces ensembles. Aucun document topographique ou photographique n’atteste un découpage en 124 portions. Un plan schématique du xviie siècle62 montre l’étang comme un cercle parfait, avec son redondel au centre et 16 secteurs de terrain rayonnants, correspondant sans doute aux principaux drains alors en service (fig. 12). Un plan de 1735 environ porte 64 divisions rayonnantes et le cadastre napoléonien 66, dont certaines recoupées dans leur longueur63. Un cliché infrarouge de l’IGN de 1974 laisse voir 93 divisions et un cliché noir et blanc antérieur à 1970 une centaine64. Un article de 1990 indique l’existence de dix fossés principaux et de 76 drains rayonnants, et précise que le nombre de ces derniers varie sans cesse65. Il paraît dès lors risqué ­d’envisager qu’il y ait eu, au xiiie siècle, 124 pointes partant du redondel jusqu’à la périphérie et toutes établies à partir d’un module unique, dont le nombre n’aurait pas varié pendant plusieurs siècles. Certes la documentation du xviiie siècle mentionne quelques pièces de terre « dénombrées » au xiiie siècle et marquées par des bornes alors en place. Mais la pérennité de quelques pièces de terre entre le xiiie et le xviiie siècle ne permet pas d’inférer celle des autres et ne saurait constituer une preuve pour l’hypothèse d’un partage initial en 124 secteurs de cercle. Plus récemment66, J.-L. Abbé suggère que le terme de pointe aurait eu deux sens, l’un morphologique, expliqué ci-dessus, l’autre métrologique ; la pointe correspondrait alors à une certaine superficie de terrain, une même portion pouvant contenir une à plusieurs pointes. Il admet en outre que le fractionnement de l’étang en parts n’a pas eu lieu en une fois mais par étapes successives, les seigneurs se gardant des parts importantes du terrain asséché. Ces réflexions rendent fragile sa modélisation : « la géométrie de l’étang de Montady répond à une stricte régularité fondée sur 124 ‘pointes’... Elles sont caractérisées par un angle de 3° appliqué à l’ensemble de l’étang asséché67 ».

  • 68 M, fol. 22-24v.
  • 69 M, fol. 108v.
  • 70 Pécherat 1897, p. 29. Or, parmi les arguments prouvant « l’extrême pauvreté des outils géométrique (...)
  • 71 À propos de l’utilisation éventuelle de l’astrolabe sur le terrain aux xiie-xive siècles, on suivr (...)

31Une telle modélisation ne correspond à aucune pratique de l’arpentage médiéval ou moderne qui n’utilise pas directement les angles, à l’exception de l’angle droit. Certes, on savait reporter des angles avec une équerre folle ou sauterelle, instrument fait de deux règles de bois pivotant sur un même axe, permettant d’enregistrer des directions relatives ; mais cet outil ne procurait aucune mesure angulaire ou valeur en degrés. Ainsi Boysset s’en sert pour mesurer la profondeur d’une rivière et reporter, au cours de sa démarche, un angle dont la valeur précise n’a aucune importance pour lui68. Bien qu’il ait su que le cercle fait 360 degrés et que chacun des 12 signes du zodiaque en occupe 3069, il n’utilisait pas les angles, sauf l’angle droit. En effet un des fondements de l’arpentage, que l’on trouve encore affirmé dans des ouvrages du xixe et du xxe siècle, est qu’« on ne doit mesurer que des lignes perpendiculaires70 ». Les mesureurs ne disposaient, ni à l’époque où fut construit Montady, ni au cours des siècles suivants, d’instruments leur permettant de faire des mesures angulaires comme celles proposées par la modélisation de J.-L. Abbé, et ils s’en passaient très bien71.

  • 72 Lorsque P. Portet affirme que « Boysset décrit des méthodes dont l’emploi autorise des résultats d (...)
  • 73 M, fol. 17-24v.
  • 74 Les pointes sont tracées du centre vers l’extérieur, et non de la circonférence vers le centre (Bo (...)

32Peut-on néanmoins comprendre la construction de ce parcellaire à la lumière des traités de Boysset72 ? Du point central, le cercle du redondel est tracé en mesurant des rayons au pas, avec un dextre de bois ou de corde, ou peut-être directement avec la corde en compas tenue par des intermédiaires placés le long de ses 160 m de rayon. Mais une corde de 160 m paraît bien longue. Comme nous l’avons vu, Boysset conseille l’utilisation de dextres de corde de 10 à 12 dextres de long, soit environ 40 à 50 m, pour la mesure de pièces d’eau. Les cordes sont sans doute de chanvre comme celle qu’il prend pour mesurer des hauteurs d’eau. Tant que la corde reste mouillée, elle ne s’allonge ni ne se raccourcit et permet donc des mesures précises, mais il faut veiller à ce qu’elle ne sèche pas73. Une fois le cercle du redondel établi et les quatre maïres ou canaux principaux creusés, les parcelles peuvent être tracées. La circonférence du redondel est mesurée et découpée suivant le nombre de portions à faire. Des signaux indiquent ce découpage sur le terrain. Puis, en passant par le centre et par les signaux du redondel, des alignements sont effectués avec des jalons jusqu’au « cercle de l’étang »74. Il n’y a aucune mesure d’angle à prendre. Un tel mode de partage est facile à appliquer quel que soit le nombre de portions convergeant jusqu’au redondel à établir. Le redondel ayant 160 m de rayon, sa circonférence est de 1005 m. Si l’on ne tient pas compte de la largeur des maïres et des fossés secondaires (ce qui serait toutefois possible), pour préparer le tracé, par exemple, de 124 pointes égales, il suffirait de placer un signal tous les 8,10 m, ou tous les 4,5 pas ou 25 pieds, puis de faire les alignements passant par le centre et ces signaux. L’élaboration d’un tel module est simple et respecte, quelle que soit sa valeur, les processus techniques mis en œuvre pour l’organisation de parcellaires de ce type au Moyen Âge.

  • 75 Columelle, De agricultura, Livre V, §II, cuneatus ager, dans Nisard 1844. Le coin décrit par Colum (...)

33L’hypothèse d’une valeur métrologique de la pointe est en outre compatible avec ce processus. On peut en effet déterminer la superficie d’une pointe choisie comme référence ; on la construit en partant du centre de l’étang et en passant par deux points du redondel dont la distance est connue, puis en poursuivant l’alignement jusqu’au cercle de l’étang. La pointe correspond à la partie allant du redondel au cercle de l’étang ; elle a la forme d’un trapèze isocèle allongé, appelé « coin » chez Columelle et « conhet » chez Boysset75. Columelle en calcule la surface en multipliant la demie somme des petits côtés opposés par la hauteur. D’après le chapitre 4 de son traité du dextre, Boysset effectue la mesure du coin régulier en croix, mais d’une manière ­différente de celle employée pour les quadrilatères ou le carré inscrit dans le cercle, que nous avons vue plus haut ; dans ce cas, il divise le coin par le milieu, c’est-à-dire en joignant les milieux des deux grands côtés, il multiplie ensuite la longueur de la médiane par celle de la hauteur entre cette médiane et le petit côté du coin, puis il double son résultat (fig. 13). Le résultat final est juste, la médiane ayant pour longueur la demi-somme des petits côtés, et la hauteur mesurée étant la moitié de la hauteur totale ; il est obtenu en travaillant sur la moitié étroite du coin et non sa totalité, ce qui facilite les mesures. À partir de là, on peut, en mesurant une longueur identique à celle du premier coin sur le redondel, créer une parcelle de surface égale à la parcelle de référence, ou bien, en en prenant la moitié, créer une parcelle deux fois plus petite, ou encore, en mesurant le double, une parcelle deux fois plus grande. Ce procédé s’appliquerait aisément pour un premier partage des surfaces asséchées, à condition que « le cercle de l’étang » soit circulaire, ce qui est rarement le cas. La notion de lots établis à partir d’un lot référence est néanmoins compatible avec le mode de construction proposé.

Fig. 13 La mesure du « coin ».

Fig. 13 La mesure du « coin ».
  • 76 « Chapitre pour diviser un coing ou cognet… » dans M, fol. 12v-13. L’arpentage en croix s’applique (...)

34Par ailleurs, la manière dont Boysset expose le partage en long d’un « coin » renforce l’hypothèse selon laquelle il aurait eu à traiter des cas comparables à celui de Montady. En effet, au chapitre 26 du traité du dextre, il envisage un « coin » qui a 1 palm de large à un bout (soit 25,5 cm) et 10, 20 ou 30 dextres à l’autre (soit environ 40, 80 ou 120 m). Il ne précise pas la longueur qui est évidemment bien supérieure ; les dimensions des pointes de Montady correspondant au module proposé seraient d’environ 8 m et 55 m pour les petits côtés, et 925 m de long du redondel au « cercle de l’étang ». Boysset mesure d’abord la surface totale du coin en croix (fig. 14a, 14b) et calcule la surface de chaque part à déterminer. Puis, reprenant la division des grands côtés opérée pour la mesure en croix, il scinde le coin en deux (fig. 14c) et effectue son partage séparément dans chacune des parties (fig. 14d). Il mesure après les nouveaux coins découpés dans la partie étroite (fig. 14e) et les quadrangles de la partie large (fig. 14f) afin de vérifier l’exactitude de son partage (fig. 14g)76. Cette méthode pourrait fort bien s’appliquer à des partages de pointes de Montady au cours de leur exploitation. Couper le coin en deux assure d’obtenir un résultat plus juste, car cela limite le risque d’erreur découlant de la très grande longueur de ces pièces de terre.

Fig. 14 Partage d'un « coin » du type de Montady.

Fig. 14 Partage d'un « coin » du type de Montady.
  • 77 Abbé 2004, t. 3, annexes 9, 15, 31, 52.
  • 78 Carte IGN au 1/25 000, au sud-ouest de Saliers, 9 parcelles rayonnantes couvrant un peu plus de 90 (...)

35Cette construction est-elle exceptionnelle ? D’autres étangs asséchés du Languedoc présentent une construction partiellement rayonnante : l’étang de Pézenas (Hérault) comprend une dizaine de parcelles (ou d’ensemble de parcelles) en pointe formant un quart de cercle dans sa partie nord ; l’étang de Fontenay (Colombiers, Hérault) compte quatre canaux convergeants et l’étang Bernat (id.) est découpé en cinq secteurs ; l’étang de La Marseillette (Aude) a huit canaux principaux rayonnants mais le parcellaire suit un découpage quadrangulaire77. L’examen des cartes au 1/25 000 du delta du Rhône et de la région d’Arles où œuvrait Boysset montre aussi des groupes de parcelles de drainage78 et de parcelles agricoles convergeant vers un même point, mais elles n’occupent qu’une portion de cercle et ne sont pas fermées par une ligne courbe. Dans leur état actuel, ces derniers sites n’évoquent donc que de loin les traités de Boysset, mais divers remaniements des canaux du territoire arlésien ont eu lieu depuis le xve siècle, notamment au xixe siècle où leur importance fut telle qu’elle empêche d’en reconstituer l’aspect médiéval.

  • 79 Photographie aérienne de Louis-Marie Champême, publiée dans Delétang 1999, p. 145. Je remercie L.- (...)

36Un site de la commune de Rigné (Deux-Sèvres), révélé par une photographie aérienne et confirmé par le cadastre napoléonien et par la carte au 1/25 000, relève de ce type de construction (voir fig. 15). À une date inconnue mais antérieure au début du xixe siècle, un parcellaire rayonnant a été établi autour de la source du Grollier79. Aujourd’hui de forme ovale ouverte et non circulaire fermée, cet ensemble a été perturbé par des modifications du réseau routier postérieures au cadastre napoléonien. L’analyse de ce dernier montre qu’il y avait là une dizaine de parcelles rayonnantes dont les limites formaient un demi cercle de 250 m de rayon au sud et à l’ouest, et qui s’étiraient vers le nord jusqu’à 350 m. L’ensemble, qui a pu former un cercle de 250 m de diamètre ou avoir toujours présenté un allongement vers le nord, a été constitué pour drainer ou irriguer les pièces de terre situées autour de la source.

Fig. 15 Aménagement parcellaire autour de la source du Grollier (Rigné, Deux-Sèvres).

Fig. 15 Aménagement parcellaire autour de la source du Grollier (Rigné, Deux-Sèvres).
  • 80 Mousnier 1997, p. 121. Après vérification, il n’y a aucun parcellaire rayonnant sur le cadastre na (...)
  • 81 Sur la photographie présentée par Google Earth, des traces de l’ancien parcellaire rectiligne sont (...)

37En revanche, le parcellaire circulaire et rayonnant, repéré par photographie aérienne « à l’ouest » de l’abbaye cistercienne de Larra (Haute-Garonne) et attribué aux moines il y a quelques années, est en réalité le résultat de l’installation en 1982 d’une rampe d’arrosage de 460 m de long pivotant sur 360° (fig. 16)80. Les rampes d’arrosage pivotantes se sont multipliées dans les 25 dernières années dans toutes les régions et créent des anomalies circulaires de plus en plus nombreuses dans la couverture végétale cultivée ; ces anomalies sont plus ou moins étendues suivant la longueur de la rampe et suivant son angle de rotation qui peut ne concerner qu’une portion de cercle. Ainsi, à Rigaud (Montréal, Aude, à l’est de Bram) une rampe de 850 m de long tourne sur 120° pour arroser des parcelles consacrées à la multiplication de semences (fig. 16) ; quatre secteurs de cercle, correspondant à quatre types de culture différents, se distinguent nettement81. Les cercles découpés en secteurs tels que les dessinent Boysset ont donc refait leur apparition dans l’agriculture, mais dans un nouveau cadre puisqu’ils sont liés à un changement technique pour l’arrosage qui induit des modifications culturales, mais non cadastrales ; du coup, le découpage à l’intérieur du cercle peut varier d’une année à l’autre, comme le montre l’exemple situé près de Larra (fig. 16).

Fig. 16 Effets des rampes d'arrosage pivotantes sur le parcellaire.

Fig. 16 Effets des rampes d'arrosage pivotantes sur le parcellaire.
  • 82 Même constat à propos des écrits de Boysset sur les aménagements hydrauliques de la région d’Arles (...)

38L’ensemble des éléments rassemblés ci-dessus montre une fois de plus que les traités de Boysset sont parfaitement adaptés à la résolution de problèmes pratiques rencontrés sur le terrain par les mesureurs82. Même si la plupart des exemples de drainage présentés dans la bibliographie ou visibles sur des documents cartographiques et photographiques suivent des schémas en arêtes de poisson ou en arborescences quadrangulaires, l’existence de systèmes circulaires et rayonnants de drainage est confirmée par les exemples de Montady et de Rigné. Que les traités donnent la solution pour le partage et le bornage d’aménagements réguliers, plus proches de celui de Montady que de la plupart des autres repérés à ce jour, ne doit pas étonner, car, comme Boysset le répète à plusieurs reprises, chaque cas est différent et demande au mesureur d’adapter son savoir.

4. Constructions radioconcentriques de l’espace bâti et agricole

39Les constructions de parcellaires rayonnants se rencontrent aussi dans des agglomérations ayant pour centre des églises ou des fortifications ; parcelles bâties et cultivées y sont intégrées de la même manière :

  • le cas de Mirebeau (Allier ; fig. 4) est d’une rigueur géométrique remarquable. Non seulement les trois auréoles concentriques dessinent des cercles presque parfaits, mais à l’intérieur trois autres cercles ont été mis en évidence, comme nous l’avons vu. Entre ces cercles, les parcelles suivent un schéma rayonnant, tandis qu’à l’extérieur elles s’organisent suivant une trame quadrangulaire, appuyée sur la croisée de deux voies est-ouest et nord-sud. Cette opposition est perceptible sur le cadastre napoléonien reproduit fig. 4, à gauche, tandis qu’un schéma est proposé à droite retenant les traits du parcellaire rayonnants ou concentriques, la modélisation étant soulignée par des cercles en grisé ;
  • le plan cadastral du xixe siècle de La Force (Aude) montre trois ensembles de parcelles rayonnantes autour d’une place centrale où se trouvait la fortification seigneuriale (fig. 6). Toutefois, en particulier dans le quart nord-est, les bords des parcelles des trois auréoles ne convergent pas systématiquement vers le centre. Nombre de parcelles paraissent avoir été découpées en s’appuyant sur les cercles des auréoles. La régularité des parcelles est frappante, et une étude métrologique mettrait sans doute en évidence des modules dans le découpage des lots bâtis ou cultivés. Les parcelles du faubourg qui entoure partiellement le bourg au sud suivent en majorité le plan rayonnant de l’agglomération.
  • à Villar-Saint-Anselme (Aude), alors que le cercle central est occupé sur le cadastre ancien par des blocs de parcelles plutôt quadrangulaires, l’auréole extérieure présente une construction rayonnante (fig. 7). On constate que cette dernière s’appuie sur le cercle interne de l’auréole et que peu de bords de parcelles coïncident avec des rayons. La construction n’a pas de précision géométrique, et ce n’est pas un point qui joue le rôle de centre, mais la limite du premier noyau occupé et bâti.
  • à Bram (fig. 8), une restructuration du centre a eu lieu vraisemblablement au xixe siècle et modifié l’organisation visible sur un plan de 1763 conservé à la mairie83 : sur le cadastre de 1830, on constate que des rues perpendiculaires à l’ancien axe nord-sud ont été créées et des bâtiments construits dans cette nouvelle trame, entraînant un découpage parcellaire nettement moins rayonnant que celui porté sur le plan de 1763, où les parcelles sont presque toutes rayonnantes, depuis le centre jusqu’au fossé du bas Moyen Âge (phase 4). Toutefois l’aspect circulaire de Bram a été renforcé à sa périphérie au xixe siècle où l’occupation du fossé extérieur comblé après 1763 s’est faite en prolongeant le schéma rayonnant médiéval.
  • 84 Alors que bien souvent on constate une érosion des formes entre le cadastre napoléonien et ceux du (...)

40De telles régularités dans les parcellaires sont rares, mais non exceptionnelles, surtout si l’on tient compte du fait qu’il est parfois difficile de savoir, en raison de la date tardive des documents dont on dispose (les cadastres napoléoniens sont souvent les plus anciens), combien il y avait d’auréoles concentriques lors de l’édification de ces villages et quelle régularité elles présentaient84. Les exemples choisis sont représentatifs de l’application des procédés exposés plus haut, des rayons en nombre plus ou moins important permettant d’établir au sol la forme et l’extension des enclos, des fossés, ou des villages, et les chemins circulaires servant de base à la réalisation du découpage parcellaire, de la même manière que le canal (ou redondel) de Montady. Les parcelles sont pour la plupart des trapèzes plus ou moins étroits et allongés, du même type que les « coins » de Montady qui sont toutefois beaucoup plus longs.

41Ces types de plans ont été mis en oeuvre avec une rigueur plus ou moins poussée, et, à côté d’exemples marqués par une régularité qui évoque la recherche d’une application au terrain de figures géométriques, on peut trouver nombre d’exemples ressemblant de plus ou moins près à ceux retenus ici. On les dira de construction plus ou moins « réussie » si l’on tient la géométrisation des plans pour un objectif en soi. Certes ces plans servaient d’une part à souligner l’importance du statut de l’établissement central, laïque ou ecclésiastique, pour les terres et les hommes qui en relevaient, et d’autre part à structurer l’espace de la vie économique et sociale en fonction de ce centre. Mais l’organisation de ces agglomérations dépendait moins de la perfection de leur forme que des principes structurels qui les régissaient. Aux xie-xiie siècles, dans de nombreuses régions, des villages d’origine ecclésiale ou seigneuriale ont ainsi été organisés suivant des formes circulaires, grâce à des modes de tracé simples utilisés encore plusieurs siècles après par les mesureurs de terrain.

  • 85 Querrien 1994, p. 235-363. Mise au point récente dans Querrien 2003, p. 113-116.
  • 86 Cais de Pierlas et Saige (éd.) 1903, p. 10 : « Igitur dono illo opido que nominatur Castellonovo, (...)

42C’est ce même procédé rayonnant de construction de l’espace qui, appliqué à une autre échelle, a abouti à la formation de grands parcellaires radioconcentriques mis en évidence autour de divers centres de châtellenies, notamment en Berry85. Ils répondaient à la formule employée en 1030 à propos du castrum de Châteauneuf-de-Contes, près de Nice : « avec ses territoires organisés par avance tout autour86 », et servaient à asseoir la domination de chefs-lieux sur leurs territoires en les restructurant autour d’eux.

  • 87 Querrien 1994 ; Batardy, Buchsenschutz et Dumasy (dir.) 2001, p. 112-119. Aux trois voies indiquée (...)

43L’armature de ces parcellaires radioconcentriques est constituée de chemins rayonnants à partir de castra, en nombre tel que beaucoup durent être alors créés. Ainsi à Levroux (Indre), où le carrefour antique compte sept branches de chemins remontant pour certains à la protohistoire, on a dénombré, d’après l’examen des cadastres et des photographies aériennes, une quarantaine de rayons constitués par des chemins et des limites de parcelles alignées (fig. 17), et une cinquantaine à Issoudun (Indre), où seulement quatre branches sont attestées pour les périodes antérieures87 (fig. 18). La plupart des parcelles, souvent trapézoïdales, s’appuyaient d’un côté le long des chemins rayonnants et étaient ainsi directement accessibles aux exploitants depuis l’agglomération ; écarts, hameaux et bourgs voisins étaient aussi reliés au centre par ce réseau. Des chemins concentriques joignaient par endroits plusieurs rayons. L’ensemble constituait une toile d’araignée de plusieurs kilomètres d’envergure (une quinzaine pour Issoudun et une dizaine pour Levroux). La réalisation de ces parcellaires s’accommodait des contraintes naturelles et des installations existantes tant que ces dernières pouvaient s’intégrer au schéma d’ensemble ; ainsi des chemins protohistoriques ou antiques et des blocs de parcelles quadrillées relevant d’organisations antérieures étaient conservés dans des zones où leurs orientations n’entraient pas en conflit avec celles de la nouvelle organisation.

Fig. 17 Le parcellaire autour de Levroux (Indre) : photographie et schéma d’interprétation.

Fig. 17 Le parcellaire autour de Levroux (Indre) : photographie et schéma d’interprétation.

Fig. 18 Le parcellaire autour d'Issoudun (Indre) : photographie et schéma d’interprétation.

Fig. 18 Le parcellaire autour d'Issoudun (Indre) : photographie et schéma d’interprétation.
  • 88 Chouquer 1997, p. 200. Cette objection a été formulée dès 1996 par le même auteur (Chouquer 1996, (...)

44Ces parcellaires n’ont pu se former par « fines voire imperceptibles variations de l’orientation88 » des parcelles entre les branches d’une étoile de chemins, comme le montrent les nombreux cas de parcellaires quadrangulaires traversés par des réseaux de chemins étoilés qui leur sont superposés et dont l’influence n’a que peu ou pas joué sur la disposition des parcelles : l’établissement du réseau étoilé n’a pas alors été accompagné d’une réorganisation foncière, et l’ensemble forme le plus souvent une trame radio-quadrillée, comptant une dizaine à une quinzaine de chemins rayonnants (ce qui est sans commune mesure avec la cinquantaine recensée à Issoudun ou Levroux) (voir fig. 19 : exemple de parcellaire radio-quadrillé). L’idée d’une « dérive » des parcelles est d’ailleurs, pour les agriculteurs comme pour les géomètres, fantaisiste : on peut envisager sur des durées relativement courtes des modifications ponctuelles non contrôlées du parcellaire, et sur de plus longues des phénomènes de polarisation ou d’attraction d’ampleur variable, mais certainement pas un glissement quasi général, suivant des cercles concentriques, des limites de parcelles sur des kilomètres carrés. Les documents médiévaux avec leurs mesures et leurs confronts témoignent en outre, tout au long de la période, du soin pris pour établir des limites de parcelles stables et incontestables, et pour les rétablir en cas de conflit, soin confirmé par Boysset dans ses traités.

Fig. 19 Parcellaire quadrillé et réseau routier rayonnant autour de Thignonville et Sermaise (Loiret).

Fig. 19 Parcellaire quadrillé et réseau routier rayonnant autour de Thignonville et Sermaise (Loiret).

A. Querrien, J. Blanchard del.

  • 89 Batardy, Buchsenschutz et Dumasy (dir.) 2001, p. 76-79.
  • 90 Querrien 2003. F. Michaud-Fréjaville (Michaud-Fréjaville 1997, t. I, p. 119-122 et Dossier annexe (...)

45La datation de ces parcellaires a été établie à partir de faisceaux d’indices recueillis sur l’ensemble des parcellaires recensés. Les analyses de chronologie relative menées dans différents secteurs des parcellaires étudiés (Levroux, Issoudun, Bourges notamment) ont prouvé que ces derniers ne sont ni protohistoriques, ni gallo-romains, ni du haut Moyen Âge. Sur la vingtaine d’oppida recensés en Berry89, seuls deux (ou trois) sont inscrits dans un parcellaire radioconcentrique : Bourges où la superposition des sites interdit toute chronologie relative, Levroux où l’oppidum est clairement au nord du centre du parcellaire, et Issoudun où l’oppidum reste hypothétique. Dans ces trois cas et dans d’autres, des éléments de ces parcellaires passent par-dessus des vestiges antiques (villae, bâtiments ruraux, parcellaires), ce qui établit (une fois considérés les cas de reprises éventuels) qu’ils leur sont postérieurs. L’examen des centres le confirme : ce sont presque tous des castra, y compris dans les cas de déplacement du chef-lieu de châtellenie par rapport à un chef-lieu de viguerie ou de paroisse. Ainsi la formation des parcellaires radioconcentriques de Buzançais, Châtillon-sur-Indre, Châteauroux dans l’Indre, et de Massay et Concressault dans le Cher, est liée de manière indubitable à la création de ces castra fondés entre la fin du xe et celle du xie siècle sur des sites nouveaux au détriment d’anciens centres de peuplement et de paroisse qui périclitent après leur fondation ; chaque fois c’est précisément autour du site choisi pour le castrum que tournent les parcelles et c’est sur lui qu’est centrée l’étoile de chemins qui forme l’armature du nouveau parcellaire. Depuis mon article de 1994, j’ai restreint à la période de création des châtellenies celle de ces parcellaires, revenant à mes premières conclusions, et rejetant l’hypothèse d’une intervention du pouvoir royal lors de son extension en Berry à la fin du xiie dans ces réorganisations90.

  • 91 Néanmoins G. Chouquer (Chouquer 2000, p. 67-70, carte p. 69), soutient, à l’aide d’une carte de Le (...)

46Sur les deux parcellaires présentés (fig. 17 et 18), un abaque de cercles concentriques a été ajouté en grisé pour mettre en évidence la position du centre et le schéma radioconcentrique. À Levroux, le tracé du réseau routier antique et médiéval tient compte au nord de la présence de la colline, où ont été édifiés l’oppidum et le nouveau château du xie siècle, qu’il a fallu contourner et, au sud, de la vallée de la Céphons et des zones humides qui la bordent dont il a fallu s’écarter pour bâtir des voies et un carrefour stables ; les nouveaux chemins médiévaux s’intercalent entre les anciens qui restent en usage. Par ailleurs, le relief de la colline a engendré la formation d’un petit parcellaire circulaire sur ses pentes qu’on ne saurait confondre avec le grand parcellaire dont il est question ici. Celui-ci, daté du Moyen Âge à l’aide d’un faisceau de preuves archéologiques et historiques, ne tourne ni autour de l’oppidum (décentré au nord), ni autour du village gaulois (au sud), mais clairement autour du castrum vetus, abandonné au début du xie siècle à la collégiale Saint-Sylvain et à ses chanoines91. En outre le chef-lieu de viguerie carolingien dont relevait Levroux se trouvait à Bouges, à quelques kilomètres au nord-est, dans une zone qui a gardé l’aménagement parcellaire quadrillé mis en évidence dans cette région pour la période antique. Les limites de la franchise accordée au xiiie siècle aux habitants de la ville n’ont pas de rapport avec le parcellaire radioconcentrique, que ce soit par sa forme angulaire plutôt trapézoïdale ou par son étendue beaucoup plus restreinte (2 km d’envergure maximum ; fig. 17). En revanche la correspondance avec le territoire de la châtellenie est très nette.

  • 92 Bryant, Chambon, Jandot et al. 1995.
  • 93 Cette viguerie n’est pas signalée par G. Devailly (Devailly 1973, p. 74-77), ni plus récemment par (...)
  • 94 Devailly (éd.) 1963, chartes de 981, p. 130 et 131.
  • 95 Hubert 1899, p. 135-137. Charte citée dans du Cange 1733, à l’article banlia, t. I, p. 577. Enjeu (...)
  • 96 À propos de la banlieue, voir notamment Bochaca 1977, p 8-9.
  • 97 Bochaca 1977, carte n° 8 ; Fiétier 1973, p. 50-66, carte p. 51.
  • 98 Querrien, Maussion et Luzet 2008.

47À Issoudun, aucun oppidum n’est avéré à ce jour malgré le toponyme présentant la terminaison -dunum et la découverte de vestiges de La Tène en 1995 sur le site du castrum. Le vicus, attesté par quelques vestiges monumentaux et funéraires, aurait périclité après l’Antiquité. Des fouilles menées en 1994-1995 ont toutefois mis au jour des structures et du mobilier allant du iie siècle au viie siècle et du ixe au xie siècle dans l’enceinte du castrum 92. L’église paroissiale Saint-Étienne (disparue), dont la dédicace est identique à celle de la cathédrale de Bourges, est édifiée sur le site du castrum sans doute dès le ve siècle. La présence d’un atelier monétaire est corroborée par une monnaie d’or d’Exelledunum datée entre 580 et 675. Le chef-lieu de viguerie carolingien, mentionné au xe siècle, se trouvait à Circiac, lieu-dit disparu, situé près de l’église et du bourg de Saint-Denis qui en sont probablement issus, à 1,3 km au nord-ouest93. Mais des actes de la même époque sont rédigés à Exolduno publice castro94, bientôt chef-lieu de châtellenie. En 984, Emenon et son fils, « principatum Auxelioduni castri tenentes », firent don à l’abbaye Notre-Dame (Sancta Maria Exoldunensis castri) des coutumes de tous les hommes habitant le bourg de Saint-Martin et des droits de banlieue (banlia) 95. Ce terme de banlieue ne se retrouve pas dans les documents postérieurs. Il implique qu’autour d’Issoudun aurait été défini un territoire d’une lieue ou plus, soumis à la juridiction et au pouvoir de commandement du seigneur de la ville96. Sur l’abaque de cercles concentriques a été marqué d’un trait plus épais celui qui correspond à la distance d’une lieue (soit en Berry environ 4900 m) depuis le castrum (fig. 18). Il est frappant que cette distance corresponde précisément à la limite du parcellaire circulaire à l’est où ce dernier est tangent à un autre parcellaire radioconcentrique développé autour de Saint-Ambroix (Cher), et à l’ouest où un parcellaire radio-quadrillé, conservant des orientations des parcellaires antiques mis en évidence dans la région, s’étend autour de Saint-Valentin (Indre). En revanche, l’extension du parcellaire telle qu’on l’enregistre sur les cartes et les photographies aériennes est supérieure à une lieue vers le nord et vers le sud. Ce parcellaire correspond-il à la banlieue d’Issoudun ? Sa forme originelle était-elle circulaire ou oblongue ? A-t-elle évolué dans le temps ? Des exemples comme Bordeaux ou Besançon montrent que les banlieues n’avaient pas toujours une forme circulaire ou symétrique par rapport à leur centre et que leur limite était susceptible de varier de manière irrégulière97. Des recherches historiques sur Issoudun et son territoire sont actuellement en cours dans le cadre du PCR Berry98 ; elles permettront de pousser plus loin l’analyse de ce parcellaire radioconcentrique qui est le mieux conservé de tous, mais a été et est victime de remembrements et de remaniements, comme l’installation, au cours de ces dernières années, de nombreuses rampes d’arrosages pivotantes qui masquent les anciens découpages.

  • 99 Voir Querrien 1994, p. 341-344, notamment pour Levroux.

48Que de grands parcellaires radioconcentriques, en toile d’araignée, aient été aménagés autour de chefs-lieux de châtellenie entre la fin du xe et le début du xiie siècle, dans des zones mises en culture depuis la protohistoire comme à Issoudun et Levroux, n’a rien d’étonnant, même si de nombreux parcellaires médiévaux ne correspondent pas à ce schéma et suivent des formes quadrillées ou orthogonales, dans d’autres lieux ou dans d’autres contextes. L’objectif et la réalisation de ces remaniements territoriaux pouvaient très bien être atteints sans une grande rigueur de construction, la charpente de l’ensemble étant l’habitat central et les chemins rayonnants. Le réaménagement parcellaire entre les chemins n’était pas systématique. Dans le détail, des zones de petites parcelles, inscrites dans le schéma radioconcentrique, de taille plus ou moins standardisée, se voient plutôt autour des agglomérations, alors que des groupes de parcelles plus grandes, pas seulement à la périphérie, échappent au schéma. L’étude publiée en 1994 a abouti à proposer l’hypothèse d’une redistribution des tenures dans le nouveau cadre de la châtellenie, tandis que les terres des réserves seigneuriales et les parcellaires spécialisés des vignobles conservaient leur découpage antérieur99. Cette hypothèse convient aussi à Issoudun ; seuls deux secteurs situés au nord-ouest et au nord de la ville, où se trouvaient le siège de la viguerie de Circiac et la villa d’Artry au xe siècle, échappent au schéma radioconcentrique ; sur la carte de Cassini y figurent des vignes et un bois, appelé Bois le Roi.

49Cette nouvelle structuration de l’espace ne posait pas de problèmes techniques insurmontables. Un projet était élaboré, et des repères topographiques pris pour indiquer par où devaient passer les nouveaux chemins rayonnants à partir du castrum, et jusqu’où devait s’étendre la restructuration. Les chemins et les zones de parcellaires anciens compatibles avec le nouveau projet y étaient intégrés et conservés. Des alignements étaient pris par de simples visées sur des signes pouvant être des hommes, des piquets, des arbres, des bâtiments ou des points remarquables du paysage, et des jalons installés pour tracer au sol les nouveaux chemins et indiquer les obstacles à supprimer. Si des mesures étaient nécessaires, des perches et des cordes-étalons pouvaient être utilisées comme à Dijon ou à Évreux où la corde de 35,6 m sert sur 22 km, soit une distance de loin supérieure à celle nécessaire pour couvrir le rayon des parcellaires radio­concentriques qui varie pour la plupart entre 1,3 km et 6 km. Les zones à redécouper suivant le nouveau schéma et les zones à épargner étaient définies sur le terrain par déambulation. Une bonne connaissance du terrain et la capacité d’établir des alignements étaient les éléments fondamentaux pour réaliser le projet. Rien dans ces opérations n’impliquait un savoir géométrique indisponible chez les praticiens de l’époque.

  • 100 PCR Berry, en collaboration avec Laure Laüt, Christophe Batardy, Coraline Luzet, Cristina Gandini.

50Des pièces de terre de superficie égale ont pu être délimitées dans les zones à redistribuer. Toutefois, les remaniements successifs que ces parcelles sont susceptibles d’avoir subis depuis le Moyen Âge m’ont dissuadée jusqu’ici de pratiquer des études métrologiques dont la précision se serait mal accordée avec celle des données à notre disposition et qui n’auraient pu être réalisées que par échantillonnage ; les possibilités statistiques et cartographiques offertes par le SIG rendent cet essai envisageable et un nouveau traitement du parcellaire autour d’Issoudun est en préparation100.

51La décision d’un tel projet d’aménagement territorial ne pouvait relever que de l’autorité d’un personnage régissant le territoire à remanier, capable d’en imposer la réalisation aux habitants au besoin malgré eux, le seigneur. Les opérations pratiques étaient sans doute placées sous la direction d’officiers seigneuriaux, et effectuées avec l’aide des habitants les plus capables d’évaluer et de mesurer le terrain. Des exemples de la documentation écrite montrent que des réorganisations importantes pouvaient avoir lieu de manière autoritaire comme de manière concertée. Ainsi, lors de la réalisation de l’enceinte d’Ardres vers 1200-1201, tous les habitants durent se plier à la décision seigneuriale et à sa réalisation par

  • 101 Lambert d’Ardres, Historia comitum Ghisnensium, Heller (éd.) 1879, § 152, p. 640.

« le fossoyeur, maître Symon, si savant en travaux géométriques, procédant avec sa règle à la façon d’un maître, et ici et là géométrisant l’ouvrage déjà conçu dans son esprit, non tant à la règle qu’avec la verge de ses yeux, arrachant maisons et granges, abattant vergers et arbres en fleurs et en fruits,… creusant les potagers et les champs de lin, détruisant et foulant aux pieds des terres ensemencées pour rétablir des chemins », malgré « ceux qui s’indignaient et se lamentaient, et ceux qui maudissaient en silence le fossoyeur101 ».

  • 102 Vinogradoff 1892, p. 233-235 et 457-458 (Notulae de terris de Segheho, dans Survey of Dunstaple Pr (...)

52Mais ailleurs, tous les habitants de Segheho (Grande-Bretagne) se mirent d’accord avec leurs seigneurs, au xiie siècle, pour la redistribution et le redécoupage de leurs terres qui furent effectués sous la direction de leurs aînés, après mesure à la perche de toutes les parcelles102.

  • 103 Mousnier 2004, p. 201-214, et en particulier 207-212.

53Les parcellaires radioconcentriques témoignent d’une souplesse de conception et de réalisation qui est sans rapport avec l’installation de centuriations, ou avec les travaux menés lors de l’établissement de bastides dans le Sud-Ouest de la France à partir du xiiie siècle, que ce soit dans les agglomérations ou dans la campagne environnante. Alors que la documentation écrite médiévale n’a pas transmis de témoignage de la démarche utilisée lors de l’établissement de ces parcellaires, elle fournit des informations éclairantes sur le « fonctionnement par rayon103 » mis en œuvre dans différents cas de construction et d’organisation de l’espace. Ainsi lors de l’agrandissement du territoire de sauvegarde de Toulouse d’une lieue dans toutes les directions, demandé par les consuls et prud’hommes de la commune et accordé en 1226 par le comte Raimond VII, vingt-sept rayons, au bout desquels furent posées des bornes, ont été mesurés sur le terrain à partir de la ville de Toulouse et consignés dans l’acte qui enregistre la nouvelle étendue de la banlieue :

  • 104 Limouzin-Lamothe 1932, p. 453-460 ; liste des 27 rayons p. 456-457. Cité dans Mousnier 2004, p. 20 (...)

« ab hac villa Tolose usque ad Petrariam que est supra Portellum, et ab hac villa Tolose usque ad Villam novam, et ab hac villa Tolose usque ad Salvitatem sancti Hegidii, et ab hac villa Tolose usque…104 ».

54Ce texte est l’un des rares témoins du procédé de construction des banlieues qui étaient définies en établissant, à partir de l’enceinte d’un castrum ou d’une ville et de leurs portes, dans plusieurs directions, à Toulouse dans le sens des aiguilles d’une montre, des rayons de longueur donnée dont l’extrémité était marquée par une borne ou un repère pérenne.

55Ce procédé est confirmé à Dijon où, lors d’une enquête faite en 1313 sur les droits de justice de la mairie de Dijon, un témoin explique que

  • 105 Chaume 1942, p. 36-80, et pièce justificative I, 3, p. 60. L’acte de 1187 consigne les droits affé (...)

« il hai bien L anz que il qui parle vit trois baichelers de quoi li uns estoit a chevaul, qui venoient devers Dijon, mesurant et arpantant par les champs au travers vers le ville d’Ahut et passèrent tanque outre la ville d’Ahut, ensinc mesurerent a corde et a cordot ; et quant ils furent outre la ville (d’Ahut), il s’en alèrent arriers vers Dijon par le grant chemin d’autre part ; il oit dire après… que ce estoit la banlue de Dijon que l’on havoit perchié et mesuree…105 ».

56Ce témoignage renvoie à une opération menée vers 1260, par ordre « du duc de Bourgogne, de ceux de la ville et des seigneurs des villes voisines », pour confirmer le ressort de la banlieue établie dès 1187, opération au cours de laquelle la distance d’une lieue a été mesurée entre l’enceinte de ville et différents points du territoire, en « vraie droiture » comme le prescrit Bertran Boysset dans son traité des termes :

  • 106 M 39, fol. 102v.

« Toy termeneur et dextrateur, il ne faut pas que tu entendes que l’on compte le détours que font les chemins, ny les traverses, mais cela s’entend seulement en vraye droicteure ou endroit en ligne directe et la plus droite que tu pourrois prendre et choisir et telle qui fait le trait quant il part d’une arbalestre lors qu’on tire dans un blanc, lequel ne garde ny rives ni fossés mais tire tout droit, semblablement se doit mesurer une lieue soit majeure, mineure ou moyenne, et laisser les volves et détours. Car si tu mesurois les détours, tu trouverais beaucoup plus de lieues, et ton compte ne serait véritable106 ».

57Les mesures faites à Dijon ont suivi cette règle qui seule garantit la justesse. Le témoignage permet de savoir qu’elles ont été prises à travers champs, c’est-à-dire tout droit, sans tenir compte des chemins et de leurs détours, et que les mesureurs n’ont emprunté un chemin que pour retourner à Dijon une fois leurs mesures faites. Dans ces deux exemples, la définition de la banlieue autour de la ville se fait en reportant sur le terrain des rayons d’une longueur imposée à partir des murs. Le parcellaire n’est pas affecté, mais seulement traversé et borné.

  • 107 Thaumas de La Thaumassière 1680, p. 72.
  • 108 Ramière de Fortanier 1939, p. 648 : « Termini vero dicti castri sunt sicut et olim semper fuerunt  (...)

58Ce processus rayonnant est utilisé pour construire, pour modifier, ou pour rétablir en cas de contestation, l’emprise des banlieues. On le retrouve pour la création de franchises comme à Preuilly (Cher) où la limite de la franchise accordée en 1177 est « sicut per Cruces assensu nostro circum positas terminatum est 107 ». Il est implicite dans la description des limites du château de Saint-Michel-de-Lanès en Lauragais, lors de la confirmation par les seigneurs en 1266 des coutumes du lieu : les bornes, qui ont toujours été là où elles sont, sont indiquées dans six directions à partir du castrum, dont certaines précisées par rapport aux points cardinaux (nord, nord-est, est et sud)108.

  • 109 Zerner 1993, en particulier p. 67-72 et annexe 3, p. 622. On constate ici aussi les libertés prise (...)
  • 110 Thaumas de La Thaumassière 1680, Coutume de Lorris, rédaction de 1494, chapitre IV, De Pasturages, (...)
  • 111 Querrien 1994, carte p. 318 et p. 327.

59Il se retrouve, dans un cadre fiscal, à deux moments et sous deux modes différents, en Comtat Venaissin. Divers territoires y ont fait l’objet, avant 1414, d’une division en parts rayonnantes établies à partir des portes de ville ou du centre, et définies par des chemins, des rivières ou des bois et les limites d’autres territoires : dix-huit parts à Carpentras, douze à Monteux, cinq à Sorgues et Caderousse. Lors de l’estimation générale des possessions du Comtat et de la confection de cadastres pour la répartition de la taille, entre 1414 et 1418, une division des territoires en trois parts concentriques autour des agglomérations est mise en œuvre, « la plus proche, la moyenne et la plus éloignée », amenant la découpe en trois des parts déjà constituées autour de certaines agglomérations109. On le rencontre encore dans la définition de la vaine pâture dans les coutumes de Lorris très largement répandues en Gâtinais, Berry et Orléanais : « En terres vaines roturieres, les habitans d’une paroisse peuvent mener pasturer leurs bestes de leur creu, nourriture, et pour leur usage, jusques aux clochers des paroisses joignans et voisines tenans à eux, synon que les terres soient closes ou fossoyées…110 ». Ce rapprochement est d’autant plus intéressant que plusieurs parcellaires radioconcentriques recensés en Berry s’étendent jusqu’aux villages avoisinants qui sont reliés au centre du parcellaire par les chemins rayonnants111.

  • 112 Gounouilhou (éd.) 1867, n° VI, 1294, p. 25-27 et n° VII, 1295, p. 29-30 (description de la limite (...)
  • 113 Thaumas de La Thaumassière 1680, p. 155 : « dictae ver metae se extendunt et sunt, et imperpetuum (...)

60Les limites de ces constructions spatiales ne sont pas circulaires, mais forment des polygones variés, les bornes et repères situés au bout des rayons étant reliés entre eux en ligne droite. Ainsi une trentaine de points servent de repère à la limite de la banlieue de Bordeaux qui forme un polygone irrégulier112. Les textes qui donnent des descriptions de limites précisent d’ailleurs parfois que l’on va tout droit d’un point de la périphérie à un autre, comme pour la franchise de Châteauneuf-sur-Cher (Cher) en 1258 où l’expression « recta linea » est employée à six reprises, la boucle formée par les six repères joints les uns aux autres en droite ligne venant se refermer sur le premier, qui a été établi suivant un rayon partant des murs du castrum 113.

61Les aires polygonales ainsi définies, qui ont souvent été à tort assimilées à des cercles, évoquent la toile d’araignée des parcellaires radioconcentriques. Dans les deux cas, leurs éléments fondamentaux sont leur centre qui n’est pas un point, mais un castrum, une enceinte de ville ou un bourg, et les rayons qui en partent peuvent être de longueur égale ou non. Accompagnée de la réalisation de chemins en grand nombre suivant ces rayons, une telle construction entraîne alors de nouveaux découpages de parcelles et peut être concomitante d’une restructuration parcellaire.

  • 114 Chouquer 1996, p. 214 : « on ne connaît aucun texte théorique d’arpenteur médiéval qui formalisera (...)
  • 115 Par exemple, les premières mentions de la châtellenie de Moulins (Indre) sont du début du xiiie si (...)

62L’absence de textes attestant l’existence des parcellaires radioconcentriques n’est pas un argument valable contre leur réalité et leur attribution au Moyen Âge114. En effet, d’une part, il n’y a pas de traité d’arpentage connu avant celui de Boysset au début du xve siècle, d’autre part, le propos des traités d’arpentage n’a jamais été d’expliquer comment on construit un parcellaire, qu’il soit circulaire, quadrangulaire ou autre, mais comment on mesure et partage des parcelles quelle que soit leur forme. Il ne viendrait d’ailleurs à personne l’idée de nier les parcellaires quadrillés des bastides qui ne font pas plus l’objet d’un exposé théorique. En revanche, l’attestation dans la documentation écrite médiévale du fonctionnement par rayon dans la construction de l’espace conforte l’interprétation donnée à l’analyse du terrain et de ses parcellaires. La datation établie par chronologie relative et analyse géo-historique est resserrée à l’époque de la création des châtellenies (fin xe-début xiie siècle). Or les actes de la pratique conservés sont peu nombreux pour cette période, en particulier en Berry où les sources antérieures au xiiie siècle sont rares, y compris pour saisir la naissance des châtellenies le plus souvent attestées par des mentions tardives115.

Conclusion

63L’utilité des principes et recettes exposés par Boysset ne paraît pas devoir être remise en cause par le décalage chronologique entre l’œuvre de ce praticien et les structures circulaires observées sur le terrain : son exposé ne concerne pas le tracé des pièces de terre et parcellaires circulaires, mais la mesure de tout ou partie de ces éléments, ainsi que leur bornage et leur partage. Nombre de bourgs ecclésiaux ou castraux circulaires fondés aux xie-xiie siècles ont longtemps gardé leur forme radioconcentrique, parfois même jusqu’à nos jours, amenant, au cours des siècles suivants, les mesureurs à y régler les problèmes de mesure, partage et bornage suivant les méthodes exposées ci-dessus. Il en va de même des plateformes et enclos circulaires médiévaux. Le parcellaire rayonnant de Rigné repéré sur le cadastre napoléonien et par photographie aérienne reste non daté, mais il est probable que des parcellaires de drainage de ce type, évoquant les principes de Montady, ont existé à l’époque de Boysset.

  • 116 Busard 1965, p. 559-560.

64Que les procédés consignés par Boysset ne nécessitent qu’un savoir géométrique restreint, sans commune mesure avec ce que les traités de « géométrie pratique » mettaient à la disposition des lettrés et des milieux universitaires depuis le milieu du xiie siècle, comme aiment à le souligner des savants tels que Leonardo Fibonacci au début du xiiie siècle et Dominicus de Clavasio116 au milieu du xive siècle, n’est pas un indice d’« archaïsme » : ils sont opératoires et efficaces, et s’adaptent facilement en fonction de la nature de l’environnement bâti ou agricole. Ils traduisent simplement que l’arpentage est un savoir pratique, qui certes s’appuie sur des notions de géométrie, mais qui s’occupe avant tout de terrain, en tenant compte de la multiplicité des cas particuliers, des obstacles à contourner, des irrégularités du sol, etc., toutes choses que Boysset s’emploie à décrire à partir de ses connaissances et de son expérience en proposant pour chaque cas une réponse adaptée.

  • 117 Chouquer 1995, p. 28 ; Id. 1996, p. 213-214 : « on n’échappe pas à cette idée simple : chaque fois (...)
  • 118 . Chouquer 2000, p. 70 : « la forme radio-concentrique n’existe pas ». Suivant cet auteur, les par (...)
  • 119 Le site de la Bruyère-Laubespin (commune de Cérilly dans l’Allier) a été le siège d’une châtelleni (...)

65Par ailleurs le répertoire des formes parcellaires présenté ici vient contredire l’affirmation selon laquelle « au Moyen Âge, lorsqu’on crée des parcellaires, c’est la forme quadrillée qu’on emploie, comme en témoignent les parcellaires associés aux villages de fondation des xie-xive siècles117. » Certes chacun peut constater que la majorité des finages, quelle que soit leur origine (protohistorique, antique, médiévale ou plus récente), ont une forme quadrillée ou radio-quadrillée, composée d’un réseau routier rayonnant et d’un parcellaire quadrillé. Mais on ne peut, sans systématisation abusive, étendre cette observation à l’ensemble des témoignages, refuser la possibilité d’autres formes, et invoquer, lorsqu’on en rencontre, une « dérive » des parcelles qui permet d’en nier l’origine volontaire et d’éliminer un fait historique118 (voir fig. 20119).

Fig. 20 Enclos circulaire et parcellaire radioconcentrique autour du siège de la châtellenie de La Bruyère-Laubespin (Cérilly, Allier).

Fig. 20 Enclos circulaire et parcellaire radioconcentrique autour du siège de la châtellenie de La Bruyère-Laubespin (Cérilly, Allier).

66L’examen, sans idées préconçues, des faits livrés par la documentation écrite et graphique et par les vestiges conservés dans le sol montre qu’il y a plus de variétés que de stéréotypes dans la réalité et que les généralisations nécessairement sont fausses (ce que, dans son domaine, Boysset explique très bien). L’utilisation conjointe ou successive de formes aussi différentes que le rectangle ou le cercle au cours d’une même période historique, qui s’étend sur plusieurs siècles, pour des structures d’occupation du sol et de peuplement de nature différente n’a rien d’étonnant. Tenter de les saisir et de les analyser en se défiant des anachronismes et des jugements de valeur permet de percevoir la multiplicité de ces formes et la richesse des solutions apportées à leur réalisation.

Haut de page

Bibliographie

Documents d’archives

Archives municipales de Carpentras, ms. 327, traités de Boysset, manuscrit autographe (désigné par C).

Bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence), ms. 124, copie et traduction en français du xviie siècle des traités de Boysset (désigné par M).

Archives départementales de l’Hérault, 1 J 270, plan de l’étang de Montady du xviie siècle.

Archives municipales de Bram 1G4, plan de Bram de 1763 ; reproduction transmise par Jean-Paul Cazes.

Bibliographie

Abbé J.-L.
2004, « Société, espace et parcellaire. Contribution à l’étude de l’aménagement de l’espace en Languedoc au Moyen Âge (xiie-xve siècle) », mémoire d’habilitation, Université de Toulouse-le-Mirail, dactyl.

2006, À la conquête des étangs. L’aménagement de l’espace en Languedoc méditerranéen (xiie-xve siècle), PUM, Toulouse.

Abbé J.-L. et Portet P.
2002, « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire. L’exemple emblématique de Montady (Hérault) », dans Helmig G., Scholkmann B. et Untermenn M. (éd.), Centre-Region-Periphery, Medieval Europe Basel 2002, vol. 3, sections 6-8, Hertingen, p. 33-39.

Affolter E., Pégeot P. et Voisin J.-C.
1986, L’habitat médiéval fortifié dans le nord de la Franche Comté, AFRAM, Montbé

Alaus P., Cassan abbé L. et Meynial E. (éd.), Cartulaire de Gellone, J. Martel aîné, Montpellier, 1898-1905.

Amargier P.-A.
1972, Cartulaire de Trinquetaille, Ophrys, Aix-en Provence.

Archambault J. et Piboule M.
1997, À la recherche du Passé. Vues aériennes du cœur de la France, FDFR (Fédération départementale des Foyers ruraux de l’Allier), p. 44-48.

Argoud G.
2000, « Utilisation de la dioptre en hydraulique », dans Argoud G. et Guillaumin J.-Y. (éd.),Autour de la dioptre d’Héron d’Alexandrie,Actes du colloque international de Saint-Étienne (17, 18, 19 juin 1999), Publications de l’Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne.

Batardy C., Buchsenschutz O. et Dumasy F. (dir.)
2000, Le Berry Antique, Atlas 2000, supplément 21 à la Revue archéologique de Centre de la France.

Baudreu D.
1986, « Une forme de villages médiévaux concentrés : le cas du Bas-Razès (Aude) », dans Archéologie du Midi médiéval, t. IV, p. 49-73.

1996, « Les enclos ecclésiaux dans les anciens diocèses de Carcassonne et de Narbonne : la pluralité des formes », dans Fabre G. et al. (éd.), Morphogenèse du village médiéval, xie-xiie siècles, Actes de la table ronde de Montpellier 22-23 février 1993, Cahier du patrimoine 46, p. 189-204.

2004, « Formes et formation des villages médiévaux dans le bassin de l’Aude », dans Cursente B. (dir.), Habitats et territoires du sud, CTHS, Paris.

Baudreu D. et Cazes J.-P.
1994, « Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude », dans Fixot M. et Zadora-Rio  E. (dir.), L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, DAF n° 46 (Document d’archéologie française), Éditions de la MSH, Paris, p. 80-97.

Beaujouan G.
1975, « Réflexions sur les rapports entre théorie et pratique au Moyen Âge », dans Murdoch J. E. et Sylla E. D. (éd.), The cultural context of medieval learning, Reidel, Dordrecht-Boston.

Bochaca M.
1977, La banlieue de Bordeaux. Formation d’une juridiction municipale suburbaine (vers 1250-vers 1550), L’Harmattan, Paris-Montréal (Québec).

Boncompagni B. (éd.)
1862, Scritti di Leonardo Pisano matematico, t. II, Tipografia delle scienze matematice et fisiche, Rome.

Bonifas B. et Pliskine P.
1990, « L’étang de Montady, sept siècles d’histoire », Le Courrier Archéologique du Languedoc-Roussillon, n° 39, [pagination ?].

Bonnassie P.
1994, « Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat dans le “cercle de paix” des églises (xie s.) », dans Fixot M. et Zadora-Rio E. (dir.), L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, DAF n° 46, MSH, Paris, p. 68-79.

Bourin-Derruau M.
1987, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (xe-xive siècle), L’Harmattan, Paris.

Boyer J.-P.
1990, Hommes et communautés du haut Pays niçois médiéval. La Vésubie xiiie-xve siècles, Centre d’études médiévales, Nice.

Bryant S., Chambon M.-P., Jandot C. et al.
1995, « Une occupation du Bas-Empire au Moyen Âge à Issoudun », DFS de sauvetage urgent, SRA Centre, Orléans, dactyl.

Busard H. L. L.
1965, « The Practica Geometria of Dominicus de Clavasio », Archive for history of exact sciences, vol. 2, n° 6, p. 520-575.

Cais de Pierlas E. et Saige G. (éd.)
1903, Chartrier de l’abbaye de Saint-Pons hors les murs de Nice, Imprimerie de Monaco, Monaco.

Cange du C.
1733-1736, Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis, Paris.

Cazes J.-P.
1996, « Aperçu sur les origines et la formation de quelques villages médiévaux en Lauragais », dans Fabre G. et al. (éd.), Morphogenèse du village médiéval, xie-xiie siècles, Actes de la table ronde de Montpellier 22-23 février 1993, Cahier du patrimoine 46, p. 165-188.

1998, « Habitat et occupation du sol et peuplement en Lauragais audois au Moyen Âge », thèse de l’Université Toulouse-Le Mirail, Toulouse, 3 vol. dactyl.

Chaplais P. (éd.)
1964, Diplomatic documents preserved in the Public record office.1101-1272, t. I, Stationery office, Londres.

Chaume M.
1942, « Histoire d’une banlieue », Mémoires de la Société pour l’Histoire du Droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 8e fascicule, p. 36-80.

Chouquer G.
1995, « Aux origines antiques et médiévales des parcellaires », Histoire et sociétés rurales, n° 4, p. 11-46.

1996, « Parcellaires et longue durée », dans Les formes du paysage, vol. II., Éd. Errance, Paris, p. 201-222.

1997, « Chronique : Parcellaires, cadastres et paysages III », Revue archéologique du Centre de la France, t. 36, 1997, [n° 43 : compte rendu de Querrien 1994], p. 199-200.

2000, L’étude des paysages, Éd. Errance, Paris.

2003, « Les formes des paysages médiévaux : déclaration d’ouverture de controverse », dans Noel R., Paquay I. et Sosson J.-P. (éd.), Au-delà de l’écrit. Les hommes et leurs vécus au Moyen Âge à la lumière des sciences et des techniques. Nouvelles perspectives, Université catholique de Louvain, Typologie des sources du Moyen Âge occidental, Brepols.

2005, « L’émergence de la planimétrie agraire à l’âge du fer », Études rurales, n° 175-176, juillet-décembre 2005.

Chouquer G. et Favory F.
2001, L’arpentage romain, Éd. Errance, Paris.

Delétang H. (dir.)
1999, L’archéologie aérienne en France : le passé vu du ciel, Éd. Errance, Paris.

Desgraves L.
1977, Élie Vinet, humaniste de Bordeaux (1509-1587), Droz, Genève.

Devailly G. (éd.)
1963, Le cartulaire de Vierzon, PUF, Paris

Devailly G.
1973, Le Berry du xeau milieu du xiiie siècle, Mouton, Paris-La Haye.

Dilke O. A. W.
1995, Formation des arpenteurs romains, Gaudey J. (trad.) et Favory F. (éd.), Éditions APDCA, Sophia Antipolis.

Durand A.
1998, Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiiesiècles), PUM, Toulouse, 1998.

Fabre G., Bourin M., Caille J. et Debord A. (dir.)
1996, Morphogenèse du village médiéval, xie-xiie siècles, Actes de la table ronde de Montpellier 22-23 février 1993, Millau (Cahier du patrimoine 46).

Fiétier R.
1973, Recherches sur la banlieue de Besançon au Moyen Âge, Besançon (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 153).

Gautier Dalché P.
2000, « Bertrand Boysset et la science », dans Église et culture en France méridionale (xiie-xive siècle), Cahiers de Fanjeaux, t. 35, p. 261-285.

Gauthiez B., Zadora-Rio E. et Galinié H. (dir.)
2003, Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, PU François Rabelais, Tours, 2 vol.

Germain R.
1999, La France centrale. Pouvoirs, peuplement, société, culture, PU Saint-Étienne, Saint-Étienne.

Goldstein C.
1989, « L’un est l’autre : pour une histoire du cercle », dans Serres M. (dir.), Éléments d’histoire des sciences, Bordas, Paris, p. 129-149.

Gounouilhou G. (éd.)
1867, Archives municipales de Bordeaux, Livre des bouillons, Impr. G. Gounouilhou, Bordeaux.

Gourgues P.
2000, « Le Berry du viiie au début du xie siècle. Étude sur les manifestations de pouvoir dans la seconde moitié du haut Moyen Âge », Thèse d’histoire du droit, Université de Paris II, Paris, dactyl.

Guerreau A.
1995, « Remarques sur l’arpentage selon Bertrand Boysset (Arles, vers 1400-1410) », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace : études offertes à Robert Fossier, Publications de la Sorbonne, Paris, p. 87-102.

Guidoni E.
1981, La ville européenne. Formation et signification du iveau xie siècle, Mardaga, Bruxelles.

Lambert d’Ardres
1879, Historia comitum Ghisnensium, Heller J. (éd.), dans Monumenta Germaniae Historica, Scriptores, t. XXIV, Hannovre.

Henry F.
1963, L’art irlandais, Zodiaque, vol. I.

1964, L’art irlandais, Zodiaque, vol. II.

Hubert E.
1899, « Recueil historique des chartes intéressant le département de l’Indre », Revue archéologique, historique et scientifique du Berry, p. 81-272.

1901, « Recueil général des chartes intéressant le département de l’Indre, 2e partie (xiie siècle) », Revue archéologique, historique et scientifique du Berry, p. 81-223.

Jeannin Y.
1989, « Franche-Comté », dans Fixot M. et Zadora-Rio E. (dir.), L’église, le terroir, CNRS, Paris, p. 51-57.

Limouzin-Lamothe R.
1932, La commune de Toulouse et les sources de son histoire (1120-1249), E. Privat, Toulouse ; H. Didier, Paris.

Michaud-Fréjaville F.
1997, « Économie et vie rurale en Berry à la fin du Moyen Âge », thèse d’État, Université de Paris I, 3 vol., dactyl.

Motte M.
1988, La siensa de destrar de Bertran Boysset (1350 ?-1415) ou le savoir faire d’un arpenteur arlésien au xive siècle, École nationale du cadastre, Toulouse.

Mousnier M.
1997, La Gascogne toulousaine auxxiie-xiiie siècles. Une dynamique sociale et spatiale, PUM, Toulouse.

2004, « Naissance de la circonscription : représentations spatiales d’après les chartes de coutumes méridionales au Moyen Âge », dans Cursente B. (dir.) Habitats et territoires du Sud, CTHS, Paris, 2004, p. 201-214.

Nicolay N. de,
1974, Générale description du Boubonnais (1569), Éditions du Palais Royal, Paris.

Nisard M. (dir.)
1844, Les agronomes latins, Caton, Varron, Columelle, Palladius, J.-J. Dubochet, Paris.

Pawlowski K.
1992, Circulades languedociennes de l’an mille. Naissance de l’urbanisme européen, Presses du Languedoc, Montpellier.

1996, « Circulades : un cas spécifique d’application du cercle pour l’ensemble du système parcellaire et défensif des agglomérations médiévales », dans Fabre G. et al. (dir.), Morphogenèse du village médiéval, xie-xiie siècles, Actes de la table ronde de Montpellier 22-23 février 1993, Cahier du patrimoine 46, p. 141-156.

Pécherat J.
1897, La géométrie pratique, arpentage et cubage, Badel, Châteauroux.

Portet P.
1995, « Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval (1355-1416). Édition et commentaire du texte provençal de la siensa de destrar et de la siensa d’atermenar », thèse de IIIe cycle, Université de Toulouse, 3 vol. dactyl.

2004, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval (1355-1416), Le Manuscrit, Paris.

Pouget du M.
2000, « Les franchises de Moulins en Berry », Revue de l’Académie du Centre, p. 111-114.

Poulle E.
1983, Les instruments astronomiques du Moyen Âge, Société internationale de l’astrolabe, Paris.

Powicke M.
1961, The loss of the Normandy, 1189-1204, Manchester University Press, Manchester, 1ère éd. 1913.

Prou M.
1884, Les coutumes de Lorris et leur propagation aux xi eet xiii e siècles, Larose et Forcel, Paris.

Querrien A. (dir.)

1988, Un village médiéval en Bas-Berry, Moulins-sur-Céphons, ARHAMIS, Moulins-sur-Céphons.

Querrien A.
1994, « Parcellaires antiques et médiévaux du Berry », Journal des Savants, Paris, 1994, fasc. 2, p. 235-363, 4 plans hors-texte.

2000, « Bourgs castraux et organisation de l’habitat », dans Territoires et spiritualité en Bas-Berry au Moyen Âge, Colloque du CREDI-Châteauroux, ASPHARESD, Eguzon, p. 9-30 et 16 fig. h.t.

2003, « La formation du paysage et les parcellaires autour de Levroux », dans Histoire et archéologie du pays de Levroux, ADEL, Levroux, p. 113-116.

2007, « Les aménagements hydrauliques des environs d’Arles au Moyen Âge : sources et contextes », dans Sato S. (éd), Genesis of Historical Text en Map, Text/Context 2, Université de Nagoya, Nagoya.

Querrien A., Maussion A. et Luzet C.
2008, « Carte archéologique et historique d’Issoudun (mars 2008) », rapport du PCR Berry, Paris, dactyl.

Ramière de Fortanier J.
1939, Chartes de franchises du Lauragais, Société d’histoire du droit, Recueil Sirey, Paris.

Raynal L.
1847, Histoire du Berry, Librairie de Vermeil, Bourges.

Roth-Congès A.
1996, « Modalités pratiques d’implantation des cadastres romains : quelques aspects », dans MEFRA, 108, 1, p. 299-422.

Sainte-Marthe D. de
Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa
, t. II, Provincia Bituricensis, ex Typographia regia, Paris, 1720.

Soyer J.
1970, La conservation de la forme circulaire dans le parcellaire français, SEVPEN, Paris.

Stokes W.
1887, The tripartite life of Patrick, with other documents relating to that saint, Longman, Londres.

Swan L.
1994, « Ecclesiastical settlement in Ireland in early medieval period », dans Fixot M. et Zadora-Rio E. (dir.), L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, DAF n° 46, Éditions de la MSH, Paris, p. 50-56.

Thaumas de la Thaumassière G.
1680, Les anciennes et nouvelles coutumes locales de Berry et celles de Lorris commentées, Ch. Osmont, Paris.

Thomas C.
1971, The Early Christian Archaeology of North Britain, Oxford University Press, Londres-Glasgow, New York

Vinet E.
1577, L’arpenterie, S. Millanges, Bordeaux.

Vinogradoff P.
1892, Villainage in England, the Clarendon Press, Oxford.

Watteaux M.
2003, « Le plan radio-quadrillé des terroirs non planifiés », Études rurales, juillet-décembre 2003, t. 167-168, p. 187-214

Zadora-Rio E.
1989, « La topographie des lieux d’asile dans les campagnes médiévales », dans Fixot M., Zadora-Rio E. (dir.), L’église, le terroir, CNRS, Paris, p. 11-16.

Zerner M.
1993, Le cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat venaissin pontifical au début du xve siècle, Rome (collection de l’École française de Rome 174).

Haut de page

Notes

1 Archives municipales de Carpentras, ms. 327, manuscrit autographe (désormais C) : les illustrations utilisant des dessins de Boysset ont été réalisées à partir de ce manuscrit. Le ms. 124 de la Bibl. Méjanes (Aix-en-Provence) donne, sur deux colonnes en vis-à-vis, une transcription du texte provençal et une traduction française du xviie siècle que j’ai utilisée ici (désormais M), après vérification sur le manuscrit autographe. Présentation des traités et de leur auteur dans Gautier Dalché 2000, avec bibliographie à jour à cette date.

2 Boysset était « destrador » comme il l’écrit lui-même, ou « dextrateur », selon la traduction du xviie siècle, c’est-à-dire qu’il mesurait les champs avec un dextre ou règle de bois d’un peu plus de quatre mètres, et parfois avec un dextre de corde, ou corde mouillée étalonnée. Outre « destrador », Boysset emploie le terme « destrar », et la traduction du xviie siècle « dextrer » et « dextrage » dont je me sers. J’utilise aussi volontiers les termes de mesureur et de mesurage, afin d’éviter d’appliquer systématiquement ceux d’arpenteur et d’arpentage pour des époques et des régions où ce terme, comme l’arpent, n’était pas en usage au Moyen Âge.

3 C, fol. 48 et 48v dessins à main levée. C, fol. 55v à 57v dessins au propre. Le même commentaire a été inscrit par Boysset au-dessus de la première planche de chaque ensemble.

4 C, fol. 48r et fol. 55v.

5 Amargier 1972, p. 146.

6 Dessin tiré du ms. Vatican, Vat. Gr. 1605, fol. 49v et présenté dans Guidoni 1981, p. 181, avec une cote erronée (Cod. Vat. Fr. 1605) ; reproduit dans Pawlowski 1992, p. 54.

7 D’après Guidoni 1981, p. 138-139, reprenant Thomas 1971, p. 39-40 ; son interprétation du plan circulaire du Livre de Mulling et de ses croix est tout aussi fantaisiste (p. 133). K. Pawlowski, reprenant Guidoni, transforme saint Patrick en saint Oswald (p. 38), et développe le même type de surinterprétations destinées à prouver l’influence des techniques antiques dans l’arpentage médiéval (p. 53-54).

8 Stokes 1887, p. 237 : « The way in which Patrick measured the rath was this – the angel before him and Patrick behind the angel ; with his household and with Ireland’s elders, and Jesus’ Staff in Patrick’s hand… In this wise, then, Patrick measured the Ferta, namely, seven score feet in the enclosure, and seven and twenty feet in the great-house, and seventeen feet in the kitchen, seven feet in the oratory ; and in that wise it was that he used to found the cloisters always ».

9 Ibid., p. 31.

10 Henry 1963, p. 92-97, et 1964, p. 41-49 ; Swan 1994, p. 55 ; l’enceinte circulaire reconstituée ne correspond pas aux dimensions de l’enclos mesuré par saint Patrick qui était plus petit (140 pieds de diamètre ou de rayon, soit environ 45 m).

11 Querrien (dir.) 1988, p. 7-9.

12 Querrien 2000, p. 9-30 et fig. 16.

13 Affolter, Pégeot et Voisin 1986, p. 138-139.

14 Aucune indication sur ces sites n’a été relevée, à ce jour, dans la bibliographie, ni dans les archives. À Gruet, la visite sur le terrain a permis d’apprendre qu’il y avait là un puits et de constater des irrégularités du sol évoquant des constructions disparues (prospections A. Querrien).

15 Lambert d’Ardres, Historia comitum Ghisnensium, Heller (éd.), § 57, p. 589.

16 Zadora-Rio 1989, p. 11-16. Différents exemples sont présentés dans ce volume.

17 Jeannin 1989, p. 53.

18 Baudreu et Cazes 1994, p. 91. Je remercie Michel Passelac pour son cliché de Cucurou.

19 Prospections A. Querrien. J’ai repéré plusieurs sites de ce type en Berry dont l’étude reste à faire.

20 Pawlowski 1992, p. 39-42.

21 M, fol. 7v-8 et 17-19v.

22 Powicke 1961, p. 168-173 ; Chaplais 1964, t. I, n° 9.

23 Bonnassie 1994, p. 72, et texte de la note 35, p. 78.

24 Ibid., p. 70.

25 Ibid., p. 70 et n. 18, p. 77.

26 Ibid., p. 74 et n. 47, p. 78.

27 Durand 1998, p. 115-116 : « in circuitu ecclesie dono terram ad construendas mansiones triginta passos in giro, id est ab oriente triginta, ab occidente triginta, a septentrione triginta, a meridie triginta ; ortum etiam eis cedimus quod habebit in latitudine dextros decem, et in longitudine totidem… » (Alaus, Cassan et Meynial (éd.), Cartulaire de Gellone, n° CCXIII, p. 183) et « in circuitu ecclesie donamus triginta passus, ab oriente triginta, ab austro triginta, ab occidente triginta, ab aquilone triginta. Preter hoc damus in ipso Lacco Francigeno unum ortum habens (sic) in longitudine decem dextros, in latitudine decem… » (ibid., n° CCXIIII, p. 184-185).

28 Germain 1999, fig. 34, p. 108 ; Archambault et Piboule 1997, p. 46-47.

29 Archambault et Piboule 1997, p. 48 ; Germain 1999, fig. 34, p. 108.

30 Nicolay 1974, p. 186.

31 Nombreux plans publiés dans Fabre et al. (dir.) 1996 ; voir en particulier les articles de J.-P. Cazes (p. 165-188, dont La Force p. 184, plan du xviiie siècle de Bram p. 176), D. Baudreu (p. 189-204), K. Pawlowski (p. 141-156, dont plans p. 142-143). Voir aussi Baudreu 1986 ; Baudreu et Cazes 1994, p. 80-97 (plan de Villar-Saint-Anselme p. 85) ; Pawlowski 1992.

32 Je remercie Jean-Paul Cazes pour les informations qu’il m’a transmises pour Bram et La Force, issues de sa thèse (Cazes 1998) et mises à jour depuis.

33 « …ut adsisteret aliquis ex parte sancti Sulpicii, cum forti balista, a capite ejusdem ecclesie et infra et a latere dextro et sinistro, et mitteret sagittam, et ubi deveniret sagitta, ibi figeretur crux, ob signum illius ecclesie salvationis… », dans Hubert 1899, p. 178-179.

34 Même constat dans Baudreu 2004, p. 79.

35 Pawlowski 1992, chap. I, §5, « Les arpenteurs de l’an mille et le (sic) dioptre, ancêtre du théodolite », p. 53-55.

36 Argoud 2000, p. 256.

37 C, chap. 71, fol. 257v-258 ; M, chap. 72, fol. 207 à 211r.

38 C, chap. 33, fol. 47 ; Motte 1988, p. 22.

39 Boncompagni 1862, p. 95 : « sed hec talis inuestigatio non est operanda ab agri mensoribus, qui secundum uulgarem modum procedere uolunt. Nam cum uulgariter longitudinem alicuius arcus habere desiderant, habeant aliquam mensuram lineam, que sit unius pedis, que possit curuari et extendi ; et cum ipsa studeant metiri arcus, quos metiri desiderant ; uel habeant funem unius pertice uel plurium ; et cum ipsa studeant circiter mensurare arcus portionum circulorum figendo sepe arundines per girum circuli, ut ipsa funis non deuiet a circunferencia circuli ; et sic poterit habere mensuram omnium arcuum circulorum », et, plus loin, « sed ut ipsi, qui secundum geometricam scientiam operari desiderant leuius quam dictum sit, per notas cordas arcus ipsarum reperiri ualeant, sequentes tabulas composui ».

40 Pécherat 1897, p. 8.

41 M, fol. 21v. Sur la mesure de la terre, voir Gautier Dalché 2000, p. 271.

42 C, chap. 49, fol. 49-50 sur les voûtes.

43 Portet 1995, t. I, p. 100 ; Id. 2004, p. 169, 202-209, 271.

44 Voir Goldstein 1989, p. 129-149.

45 M, fol. 6v-7. C, chap. 5, fol. 34v. Motte 1988, p. 22, traduit curieusement ce passage ainsi : Si une pièce de terre ronde est à mesurer, « mets la d’équerre au milieu et partage la en croix et sur cette croix effectue ta mesure ».

46 M, fol. 7v.

47 Desgraves 1977. Il enseigna au Collège de Guyenne à Bordeaux à partir de 1539, et en devint principal de 1556 à 1562. Il édita des textes scientifiques et techniques et rédigea une préface à une édition d’Euclide.

48 M, fol. 28v.

49 Nisard 1844 ; Dilke 1995 ; Roth-Congès 1996 ; Chouquer et Favory 2001.

50 Vinet 1577, livre III, § 2 à 5.

51 M, fol. 38v.

52 Motte 1988, p. 4.

53 Guerreau 1995, p. 97 et 100.

54 Portet 1995, p. 133-137 ; opinion réaffirmée dans Id. 2004, p. 271.

55 Gautier Dalché 2000, en particulier sur l’épistémologie de Boysset, p. 270-272.

56 C, fol. 63 ; M, fol. 35v-36v.

57 C, fol. 116 ; M, fol. 71.

58 Le circulus stagni est attesté dans différents documents concernant des étangs du Languedoc (Montady, Pézenas, Fleury et Preissan) et cités dans Abbé 2004, p. 208-209 ; Id. 2006, p. 148-149.

59 Abbé et Portet 2002, p. 33-39.

60 L’atermeneur ou borneur plante des signaux aux angles de la borne et un autre entre eux, et à partir de ces trois signaux il fait un cheminement jusqu’à la borne suivante pour trouver la place exacte de la limite entre les deux possessions à l’endroit de la première borne, afin de pouvoir remettre un agachon véritable. Il précise que « pour deux ou pour trois ou pour un doigt de travers de défaut te nuirait ou te pourrait nuire si tu ne trouvais ta droiture vraie ». C, fol. 161v et M, fol. 97-98.

61 J.-L. Abbé note qu’un document de 1545 donne 124,5 pointes et un autre de 1601 124. On ne voit pas pourquoi le module de 2,9°, obtenu par 360° : 124 = 2,9°, a été arrondi à 3°, puisque 3° × 124 = 372°.

62 Archives départementales de l’Hérault, 1 J 270.

63 Plan de 1735 environ conservé à la mairie de Montady et reproduit dans Abbé 2004, t. 3, annexe 32. Montage des cadastres napoléoniens publié dans Abbé 2002, p. 34, et repris ici fig. 12.

64 Reproduction infrarouge dans Pawlowski 1992, p. 156. Cliché IGN noir et blanc dans Soyer 1970, fig. 15.

65 Bonifas et Pliskine 1990, n° 39.

66 Abbé 2004, p. 191-197. Résumé et mise à jour dans Abbé 2006, p. 175-180.

67 Abbé 2004, p. 36.

68 M, fol. 22-24v.

69 M, fol. 108v.

70 Pécherat 1897, p. 29. Or, parmi les arguments prouvant « l’extrême pauvreté des outils géométriques de Boysset », A. Guerreau note que Boysset « n’avait des angles qu’une notion vague et ne les mesurait pas » (Guerreau 1995, p. 102).

71 À propos de l’utilisation éventuelle de l’astrolabe sur le terrain aux xiie-xive siècles, on suivra les conclusions négatives d’Emmanuel Poulle (Poulle 1983, p. 13-24) ou de Guy Beaujouan (Beaujouan 1975, p. 437-484), constatant la coupure entre le monde des savants et celui des praticiens y compris dans l’utilisation d’instruments comme l’astrolabe, et non des hypothèses comme celles de Bernard Gauthiez qui, à partir d’élaborations « possibles » ou « probables », projette dans la pratique des réalités savantes d’un ordre différent (Gauthiez, Zadora-Rio et Galinié [dir.] 2003, t. I, p. 397) et voit à Pont-Audemer un « tracé rayonnant pouvant avoir été établi à l’aide d’un astrolabe vers 1135 » (t. II, p. 385).

72 Lorsque P. Portet affirme que « Boysset décrit des méthodes dont l’emploi autorise des résultats de traçage aussi précis que ceux de Montady sans pour autant avoir recours à la dioptre de Héron d’Alexandrie ! », aucun développement ne les expose au lecteur, non plus que leur application au cas concret de Montady (Abbé et Portet 2002, p. 38).

73 M, fol. 17-24v.

74 Les pointes sont tracées du centre vers l’extérieur, et non de la circonférence vers le centre (Bourin-Derruau 1987, p. 16). Le plan du xviie siècle semble indiquer deux points régissant chacun la construction d’une moitié de l’étang.

75 Columelle, De agricultura, Livre V, §II, cuneatus ager, dans Nisard 1844. Le coin décrit par Columelle a 10 pieds et 20 pieds de long pour les petits côtés et 100 pieds de hauteur. Boysset a dessiné un coin en bas de la page de schémas de formes de parcelles de C, fol. 48, reproduit fig. 13.

76 « Chapitre pour diviser un coing ou cognet… » dans M, fol. 12v-13. L’arpentage en croix s’applique aussi bien au trapèze qu’au triangle où la droite perpendiculaire à la hauteur en son milieu est parallèle à la base et égale à sa moitié. Le triangle est un trapèze dont le plus petit côté = 0. L’autre méthode de Boysset pour le calcul de l’aire d’un triangle est le classique produit de la hauteur par la moitié de la base.

77 Abbé 2004, t. 3, annexes 9, 15, 31, 52.

78 Carte IGN au 1/25 000, au sud-ouest de Saliers, 9 parcelles rayonnantes couvrant un peu plus de 90°.

79 Photographie aérienne de Louis-Marie Champême, publiée dans Delétang 1999, p. 145. Je remercie L.-M. Champême pour sa collaboration et sa communication d’un cliché de l’ancien cadastre correspondant. Ce parcellaire est encore visible sur la carte IGN 1/25 000 1625 Ouest (Thouars).

80 Mousnier 1997, p. 121. Après vérification, il n’y a aucun parcellaire rayonnant sur le cadastre napléonien de Grenade-sur-Garonne (ni sur celui de Launac, commune limitrophe où passe le Merdans ; Larra est un démembrement récent de Grenade). M. Jeanjean, géomètre expert à Grenade-sur-Garonne, s’est occupé personnellement, en 1982, de l’installation de la rampe d’arrosage située sur la commune de Grenade, entre le cours du Merdans, la D 29, Le Nan et La Gravette (donc au nord de la commune de Larra et de l’abbaye). Je remercie pour leur collaboration M. Jeanjean, la mairie de Grenade-sur-Garonne et les Archives départementales de la Haute-Garonne.

81 Sur la photographie présentée par Google Earth, des traces de l’ancien parcellaire rectiligne sont visibles sous les cultures en secteurs de cercle. L’installation entraîne une modification de l’organisation des cultures (champs en forme de pointe) très visible d’avion, modification qui n’est pas reportée sur le cadastre. Je remercie M. Picquet, propriétaire à Rigaud, pour ses explications.

82 Même constat à propos des écrits de Boysset sur les aménagements hydrauliques de la région d’Arles (Querrien 2007).

83 Archives municipales de Bram 1 G 4 ; reproduction transmise par Jean-Paul Cazes.

84 Alors que bien souvent on constate une érosion des formes entre le cadastre napoléonien et ceux du xxe siècle, c’est le contraire qui s’est produit à Bram ou à La Calmette (Gard) où la forme radioconcentrique a été accentuée depuis le xixe siècle (cf. Pawlowski 1992, p. 198).

85 Querrien 1994, p. 235-363. Mise au point récente dans Querrien 2003, p. 113-116.

86 Cais de Pierlas et Saige (éd.) 1903, p. 10 : « Igitur dono illo opido que nominatur Castellonovo, cum omnibus ad eum pertinentibus, cum territoriis suis in girum preordinatis… ». J.-P. Boyer y note une organisation rayonnante de l’espace, centré sur le castrum (Boyer 1990, p. 173). Le site aujourd’hui appelé Châteauneuf est un nouvel établissement à 1,5 km du site déserté en ruine, visible sur les photographies aériennes.

87 Querrien 1994 ; Batardy, Buchsenschutz et Dumasy (dir.) 2001, p. 112-119. Aux trois voies indiquées par l’atlas, il convient d’ajouter une voie nord-sud, vers Orléans-Paris.

88 Chouquer 1997, p. 200. Cette objection a été formulée dès 1996 par le même auteur (Chouquer 1996, p. 215) : « il faut en rester à l’idée que le parcellaire s’est adapté au réseau radial des chemins, et, éventuellement aussi, à l’enveloppe curviligne du terroir, lorsqu’on a dessiné la limite de la zone de franchise, voire d’une banlieue ». La circularité des franchises et des banlieues est une hypothèse qui reste à démontrer. L’absence de correspondance avec les franchises, de dimensions souvent restreintes et de formes variées, a été exposée dans Querrien 1994, p. 331-332 et n. 182 (depuis, un vidimus de la franchise donnée à Moulins [Indre] au xiiie siècle a été retrouvé et publié par le conservateur des Archives de l’Indre [du Pouget 2000]). À propos des banlieues, voir ci-dessous. Cette objection a été reprise plusieurs fois, dont Chouquer 2000, p. 70, Lavigne 2002, p. 49, et Watteaux 2003 : « l’analyse morphologique des finages étudiés par A. Querrien révèle que la forme radio-concentrique qu’ils présentent est le résultat progressif de la polarisation exercée par des sites, souvent anciennement peuplés, de l’attraction des voies de communication et de la lente adaptation des champs au réseau viaire (p. 195) » ; mais quelques pages plus loin : « la polarisation du réseau viaire induite par l’habitat ne suffit pas à faire évoluer le parcellaire vers des formes effectivement radioconcentriques du fait des trames quadrillées de base, petites ou grandes qui structurent la plupart des paysages des époques historiques (p. 207) ». On s’interroge sur les conclusions à tirer d’une telle ­contradiction. « Des expériences, quasiment situées au niveau de la psychologie de la forme [sic], ont porté sur des ensembles apparemment radio-concentriques… » repérés dans le Gard et ont montré « que la trame parcellaire de base était, malgré les apparences, plutôt radio-quadrillée et donc indépendante du réseau viaire, celui-ci n’ayant pas réussi à structurer un parcellaire spécifique (p. 207) » ; que ce soit vrai pour certains sites n’implique pas que ce soit vrai pour tous.

89 Batardy, Buchsenschutz et Dumasy (dir.) 2001, p. 76-79.

90 Querrien 2003. F. Michaud-Fréjaville (Michaud-Fréjaville 1997, t. I, p. 119-122 et Dossier annexe t. III, p. 253-292), en s’appuyant sur des cas isolés, a réfuté la datation médiévale et proposé une origine protohistorique pour ces parcellaires, constituant un héritage auquel l’autorité médiévale se serait adaptée ; son argumentation, fondée sur des analyses cartographiques sans datation relative poussée et sur des documents tardifs, aboutit à un rejet non fondé vers la protohistoire. Toutefois, je partage son avis sur l’absence de lien entre ces parcellaires et l’exercice de l’autorité royale.

91 Néanmoins G. Chouquer (Chouquer 2000, p. 67-70, carte p. 69), soutient, à l’aide d’une carte de Levroux dessinée et modifiée à partir de celle publiée par mes soins (Querrien 1994, cartes 16 et 17) que « cette forme est préromaine » et qu’« entre les deux pôles protohistoriques, le castrum médiéval n’a plus rien à polariser ». Tout en prétendant « rajouter l’information archéologique essentielle », il élimine les éléments qui s’opposent à sa démonstration : il ne garde que les chemins convergeant d’une part vers l’oppidum, d’autre part vers le nord du village gaulois, et supprime toutes les limites de parcelles inscrites dans des cercles centrés sur le castrum et situées au sud de l’oppidum. M. Watteaux (Watteaux 2003, p. 196) reproduit telles quelles la carte et l’argumentation.

92 Bryant, Chambon, Jandot et al. 1995.

93 Cette viguerie n’est pas signalée par G. Devailly (Devailly 1973, p. 74-77), ni plus récemment par P. Gourgues (Gourgues 2000, p. 88-173) ; on la trouve mentionnée en 982 et avant 984 dans deux actes repris par plusieurs ouvrages antérieurs (Hubert 1930, p. 23 ; Id. 1901, p. 169 ; Raynal 1847, t. IV, p. 539-540 ; Sainte-Marthe 1720, col. 157).

94 Devailly (éd.) 1963, chartes de 981, p. 130 et 131.

95 Hubert 1899, p. 135-137. Charte citée dans du Cange 1733, à l’article banlia, t. I, p. 577. Enjeu important dans la lutte entre les Plantagenêts et les Capétiens, Issoudun fut annexé au domaine royal en 1220, et, depuis lors, garda la suprématie sur la région.

96 À propos de la banlieue, voir notamment Bochaca 1977, p 8-9.

97 Bochaca 1977, carte n° 8 ; Fiétier 1973, p. 50-66, carte p. 51.

98 Querrien, Maussion et Luzet 2008.

99 Voir Querrien 1994, p. 341-344, notamment pour Levroux.

100 PCR Berry, en collaboration avec Laure Laüt, Christophe Batardy, Coraline Luzet, Cristina Gandini.

101 Lambert d’Ardres, Historia comitum Ghisnensium, Heller (éd.) 1879, § 152, p. 640.

102 Vinogradoff 1892, p. 233-235 et 457-458 (Notulae de terris de Segheho, dans Survey of Dunstaple Priory, fol. 7 et 8, Dunstable Priory Cart., Harleian MSS, 1885, fol. 7 d).

103 Mousnier 2004, p. 201-214, et en particulier 207-212.

104 Limouzin-Lamothe 1932, p. 453-460 ; liste des 27 rayons p. 456-457. Cité dans Mousnier 2004, p. 208.

105 Chaume 1942, p. 36-80, et pièce justificative I, 3, p. 60. L’acte de 1187 consigne les droits afférant à la banlieue, sans en décrire le ressort.

106 M 39, fol. 102v.

107 Thaumas de La Thaumassière 1680, p. 72.

108 Ramière de Fortanier 1939, p. 648 : « Termini vero dicti castri sunt sicut et olim semper fuerunt : videlicet usque ad planum Guidonis et in circuitu ville intus cemeterium et ex parte aquilonis usque ad caput casalis Guilhermi de Bosco-Mirono qui fuit, et ex parte circii usque ad fundum mercadalis et usque ad malleolum Gaillardi Nigri quod fuit Guilhermi Rossini, et ex parte austri usque ad pontem Pascherie, et ex meridie usque ad fontem Valbone, et ita in circuitu dicti castri sicut predicti termini prenotantur ».

109 Zerner 1993, en particulier p. 67-72 et annexe 3, p. 622. On constate ici aussi les libertés prises avec le principe pour l’adapter aux réalités locales diverses, en particulier aux qualités des terrains. Les parcellaires ne sont pas restructurés lors de cette opération. Ils sont quadrillés, avec plus ou moins d’irrégularités.

110 Thaumas de La Thaumassière 1680, Coutume de Lorris, rédaction de 1494, chapitre IV, De Pasturages, herbages et pessons, article II, p. 453, repris dans la version de 1531, p. 547-548. Ce passage ne se trouve pas dans les versions antérieures conservées de la coutume, dont la première est de 1155 (voir Prou 1884).

111 Querrien 1994, carte p. 318 et p. 327.

112 Gounouilhou (éd.) 1867, n° VI, 1294, p. 25-27 et n° VII, 1295, p. 29-30 (description de la limite de la banlieue de Bordeaux à l’occasion du rétablissement du droit de justice de la commune).

113 Thaumas de La Thaumassière 1680, p. 155 : « dictae ver metae se extendunt et sunt, et imperpetuum permanebunt a Muris dicti Castri usque ad Fontem Praellis et usque ad Calceam Stagni de Rofereol, recta linea ab ipso Fonte, et a dicta Calcea usque ad Ulmum qui dicitur Ulmus de Nantolio recta linea, et a dicto Ulmo usque ad caput Vinae de Pratea sitae retro Domum sancti Lazari de Castro-novo, quae dicitur Vinea de Furchis recta linea, et ab ipsa Vinea usque ad Fontem qui vulgariter dicitur Fons de Chatnoir recta linea, et ab ipso Fonte usque ad Crucem Sansonis recta linea, et ab ipsa Cruce usque ad dictum Fontem de Praellis recta linea ».

114 Chouquer 1996, p. 214 : « on ne connaît aucun texte théorique d’arpenteur médiéval qui formaliserait ce nouveau dessin du parcellaire ».

115 Par exemple, les premières mentions de la châtellenie de Moulins (Indre) sont du début du xiiie siècle, alors que la motte a été datée d’environ 1050 par l’archéologie (Querrien 2000, p. 10).

116 Busard 1965, p. 559-560.

117 Chouquer 1995, p. 28 ; Id. 1996, p. 213-214 : « on n’échappe pas à cette idée simple : chaque fois qu’on a désiré, au Moyen Âge, coloniser et lotir des terres, c’est à la forme quadrillée (ou à la forme en bandes) qu’on empruntait le dessin ». Id. 2005, p. 31-33, parlant de « la planimétrie agraire » de l’âge du fer : « notons que dans toute l’histoire de la planimétrie rurale on ne trouve plus de création viaire et parcellaire à ce niveau, mis à part quelques rares cas. Ce qui signifie que si les évolutions et les transformations locales abondent pendant le Moyen Âge et à l’époque moderne, aucune refonte radicale du parcellaire et de la voirie ne change à ce point les orientations et la forme des terroirs ordinaires, exception faite des cas avérés de planification agraire liés, au Moyen Âge, au phénomène de l’assignation des terres ». On remarque au passage un anachronisme déjà présent dans Lavigne 2002, p. 166, où le modèle antique de l’« adsignatio » est plaqué sur la réalité médiévale.

118 . Chouquer 2000, p. 70 : « la forme radio-concentrique n’existe pas ». Suivant cet auteur, les parcellaires radioconcentriques relèvent d’un « dogmatisme formaliste », d’une « géométrie des modèles formels uniquement assemblés dans la tête des chercheurs et ensuite appliqués sans prudence aux formes » (Chouquer 2003, p. 183-184).

119 Le site de la Bruyère-Laubespin (commune de Cérilly dans l’Allier) a été le siège d’une châtellenie documentée seulement à partir du xiiie siècle et transférée en 1598 à Cérilly, chef-lieu de paroisse situé à 2,5 km à l’est. Un enclos circulaire de 125 m de rayon, autrefois en eau, entoure le site du castrum originel disparu et les vestiges du donjon édifié à la fin du xive siècle. Autour de l’enclos, le parcellaire suit un schéma radioconcentrique de 550 m de rayon, perturbé au sud par le passage d’une route postérieure (Archambault et Piboule 1997, p. 44-45 ; la photographie de la fig. 20 est prise du nord).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Dessins de parcelles circulaires dans les répertoires de formes de Bertran Boysset.
Crédits A. Querrien, J. Blanchard del.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 2 Exemples de fortifications de terre.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 3 Exemples d'aires circulaires autour d'églises en place ou disparues.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Titre Fig. 4 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour du castrum de Mirebeau (Allier).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 5 Organisation concentrique autour du castrum de Malicorne (Allier)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 6 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour du castrum de La Force (Aude).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 7 Organisation concentrique et parcellaire rayonnant autour de l’église de Villar-Saint-Anselme (Aude).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 8 Évolution du village circulaire de Bram (Aude).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 9 Mesure de la superficie d'une pièce de terre circulaire d’après les traités de Bertran Boysset (restitution d'après le texte).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 10 Partage et bornage d'après les traités de Bertran Boysset.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 11 Calcul de la superficie de secteurs de cercles.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 12 Le parcellaire rayonnant de l'étang de Montady.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Fig. 13 La mesure du « coin ».
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 14 Partage d'un « coin » du type de Montady.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 15 Aménagement parcellaire autour de la source du Grollier (Rigné, Deux-Sèvres).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 16 Effets des rampes d'arrosage pivotantes sur le parcellaire.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Titre Fig. 17 Le parcellaire autour de Levroux (Indre) : photographie et schéma d’interprétation.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 18 Le parcellaire autour d'Issoudun (Indre) : photographie et schéma d’interprétation.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 19 Parcellaire quadrillé et réseau routier rayonnant autour de Thignonville et Sermaise (Loiret).
Crédits A. Querrien, J. Blanchard del.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 20 Enclos circulaire et parcellaire radioconcentrique autour du siège de la châtellenie de La Bruyère-Laubespin (Cérilly, Allier).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21118/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Querrien, « Les formes circulaires de l’espace bâti et agricole au Moyen Âge : tracé, mesure et partage », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 123-158.

Référence électronique

Armelle Querrien, « Les formes circulaires de l’espace bâti et agricole au Moyen Âge : tracé, mesure et partage », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21118 ; DOI : 10.4000/archeomed.21118

Haut de page

Auteur

Armelle Querrien

Ingénieur de recherche au CNRS, UMR 8589-LAMOP.

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals