Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
VII. – Diverses chroniques
VII 1. – Sites fouillés

Grand-Pressigny (Le) (Indre-et-Loire). Le Parc du Château – Le Nymphée

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 311-312

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Le Nymphée du château du Grand-Pressigny est une grotte architecturale de la fin du xvie ou du début du xviie s. Il a été construit au pied du coteau d’un vallon à 500 m au nord du château et consiste en un bâtiment carré de 7 m de côté dont la façade principale, légèrement incurvée et orientée vers le nord, donne sur une esplanade. Une porte centrale flanquée de deux niches donne accès à une pièce unique de plan carré avec des pans coupés. Chacun de ces derniers comporte une niche identique à celles de la façade et l’ensemble est couvert d’une coupole en pierre de taille. À 14 m au NE, dans l’angle de l’esplanade, un bassin circulaire de 1,60 m de diamètre est toujours alimenté en eau. La partie nord de l’esplanade a été coupée par un chemin, vestige du chemin de fer mis en place vers la fin du xixe s.

2La fouille de l’intérieur et des sondages à l’extérieur ont mis en évidence un système hydraulique complexe qui semble en partie en état de marche. À l’intérieur, un bassin circulaire a été observé, creusé dans le substrat (du tufeau jaune). Des traces de mortier hydraulique sur les parois indiquent la présence, à l’origine, d’un bassin ou d’une fontaine. Au fond, un tuyau en terre cuite enrobé de mortier hydraulique vient de l’extérieur et passe sous le seuil de la porte. Il s’agit d’un tuyau d’alimentation en eau sous pression. À l’origine, il devait être connecté à des tuyaux en plomb qui alimentaient les quatre niches. Le plomb a été récupéré mais des tubes en céramique de 10 à 12 cm de diamètre, encastrés dans le mortier du sol, représentent des fourreaux de protection pour la plomberie. Des moignons de tuyaux au pied de chaque niche et la présence d’une rainure verticale taillée dans le parement de leurs appuis indiquent la présence de fontaines dans chacune (vasques, statues et même automates…). Des lambeaux du sol d’origine montrent la mise en place d’un dallage composé de bandes de calcaire de 30 à 33 cm de largeur, alternées avec des dalles d’ardoise, qui suivent la forme géométrique de la pièce. Les dalles en calcaire de la bande au pied du mur présentent une rainure à fond plat de 15 cm de large et 0,5 cm de profondeur. Elles forment alors une petite rigole qui fait tout le tour de la pièce, sans doute pour recevoir l’eau des fontaines des niches et la diriger vers l’extérieur.

3Le décapage de l’esplanade au pied de la façade a permis d’observer des tuyaux en terre cuite encastrés dans un blocage maçonné qui servait de radier pour un sol en pierre. Ces tuyaux servaient de gaines pour des tuyaux en plomb qui alimentaient les niches de la façade. Au pied de la niche gauche, un regard maçonné conserve encore la partie dormante d’une cannelle de réglage ainsi que des tuyaux en bronze. L’ensemble représente un dispositif de réglage des fontaines à l’extérieur.

4Les sondages réalisés dans l’esplanade ont exposé les vestiges d’un grand bassin polygonal (dix côtés) et d’un système d’adduction pour l’eau. Le bassin consiste en une base maçonnée en petit appareil dont le fond a été rendu étanche par une couche de mortier hydraulique. Une bande d’argile grise et plastique plaquée contre le parement externe agit comme bourrelet d’étanchéité à l’extérieur. Les éléments en pierre de taille ont sans doute été récupérés lors de la démolition du bassin. Un des côtés de ce dernier comporte les traces d’un caniveau ouvert en pierre de taille (empreintes des blocs conservées dans le mortier). Celui-ci devait amener l’eau du bassin circulaire dans l’angle nord-est de l’esplanade. La fouille du bassin a montré la présence d’un déversoir aménagé dans un des blocs du parement, situé dans l’axe du caniveau ouvert. En face de celui-ci, mais au fond du bassin, l’eau arrive par une buse en béton qui reprend un tuyau d’alimentation en terre cuite ou en fonte, visible derrière la buse. Ce bassin servait de dispositif de réglage du niveau d’eau dans le grand bassin devant la façade du Nymphée.

5En revanche, il se situe trop bas pour alimenter en eau sous pression les fontaines de la façade et de l’intérieur. Les sondages ont permis de suivre une canalisation maçonnée, sans doute celle d’un tuyau en terre cuite enrobé de mortier hydraulique. Elle a été réalisée dans une tranchée de construction creusée dans le substrat. Elle part du petit bassin, son tracé courbé contournant le grand bassin, pour arriver au regard maçonné au pied de la niche gauche de la façade. Il s’agit clairement de l’adduction principale du Nymphée. La relation entre l’arrivée d’eau dans le petit bassin et l’adduction du Nymphée restent inconnues pour l’instant mais on peut supposer un embranchement en amont. Cette canalisation a recoupé une autre maçonnerie quasiment identique qui provient du coteau, au SE. Il pourrait agir d’une deuxième alimentation destinée à servir une fontaine plus importante au milieu du grand bassin de l’esplanade. En effet, un sondage réalisé au milieu de cet espace a rencontré une remontée d’eau à 60 cm de profondeur, bien qu’autour tous les sédiments des sondages soient secs.

6Cette hypothèse reste encore à tester mais elle soulève la question de l’alimentation en eau sous pression. Actuellement, la seule source connue est une source captée à 450 m en amont du vallon : la fontaine des Ferrus. Celle-ci est un grand bassin maçonné juste à l’intérieur de la clôture du parc du château. Elle alimente le ruisseau des Ferrus qui descend dans le vallon ainsi qu’un abreuvoir à l’extérieur du parc. Une prise d’eau immédiatement en aval de la source alimente un grand étang qui pourrait être le résultat des travaux de déblayage liés à la construction du chemin de fer. En tout cas, l’analyse du système hydrographique visible sur le cadastre de 1812 montre la présence d’un ruisseau canalisé qui double celui du vallon et qui descend de la fontaine des Ferrus en contournant l’esplanade devant le Nymphée. On observe également le grand bassin devant la façade ainsi que d’autres petits plans d’eau en aval du site. De la même manière, une mare et un bassin rectangulaire figurent au sud du Nymphée, sur le plateau. Il est donc possible que les travaux du chemin de fer aient modifié l’hydrologie d’origine, bien que le système hydraulique continue à fonctionner, au moins en partie. Seuls des sondages et des prospections complémentaires pourraient apporter des réponses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Grand-Pressigny (Le) (Indre-et-Loire). Le Parc du Château – Le Nymphée », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 311-312.

Référence électronique

Simon Bryant, « Grand-Pressigny (Le) (Indre-et-Loire). Le Parc du Château – Le Nymphée » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21140

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals