Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
VII. – Diverses chroniques
VII 3. – Projets collectifs de recherche

Saint-Symphorien (Gironde). L’Argileyre

Responsable d’opération : Gwénolé Belbeoc’h et Valérie Marache
p. 314

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Le territoire des Landes de Gascogne a pâti d’un déficit de recherches archéologiques : là où l’on pensait ne rien trouver, on n’a rien cherché ! Aujourd’hui grâce à la formation d’un PCR, on découvre qu’il y a tout à construire sur l’histoire de cette zone considérée comme déserte. Peu à peu des fouilles sont menées mais c’est surtout à travers un effort local de prospection de surface que le maillage d’une occupation humaine sans interruption apparaît.

2Ainsi, le site qui nous intéresse a été découvert en 2003 par prospection suite aux travaux de construction d’une supérette au sud de Saint-Symphorien, 30 km au SE de Bordeaux. Un locus donnant des tessons médiévaux de céramique en grande quantité semblait épargné sur une surface d’environ 20 m2. Les tessons affleuraient à la surface. Devant les risques de dégradation du gisement, une demande de fouille de sauvetage a donc été déposée au SRA et accordée en juillet 2007.

3Le site se trouve sur un terrain sableux, mais l’argile doit affleurer à proximité puisque le lieu-dit s’appelle l’Argileyre.

4La fouille a permis de constater, sur les 10 m² fouillés à ce jour, un dépôt important de tessons mélangés à du charbon de bois. Une seule unité stratigraphique a été repérée pour l’instant.

5Nous avons opté pour une fouille minutieuse, pour tenter de comprendre les raisons de la présence du dépôt, son organisation et les perturbations qu’il a subi. Nous avons donc fait des relevés par concentrations pour tenter d’effectuer des remontages. Ceux-ci se sont révélés décevants, car si on a pu retrouver plusieurs tessons de lèvre groupés, ils s’avèrent quasiment tous de pots différents. Le matériel semble très dispersé. Les pâtes sont grossières, blanches ou rouges, à inclusions apparentes.

6Le matériel évoque la deuxième partie du xiiie s. : absence de glaçure, d’anses, de becs verseurs. Il se compose essentiellement de pots à cuire de différentes tailles associées à de nombreux fragments de couvercles de facture souvent grossière (pour l’instant 10 individus au moins) un seul de ces couvercles présente un décor, composé d’impressions digitées. Les lèvres des pots sont à bourrelet avec un col réduit et des bords à bandeaux. Sous diverses variantes, elles sont toutes munies d’une rainure permettant l’ajustement du couvercle, à l’exclusion de tout autre forme, ce qui fait la particularité de ce gisement.

7Les seules formes ouvertes bien identifiées sont de grands contenants, jusqu’à 39 cm de diamètre, munis d’un décor au cordon torsadé. Il s’agit selon toute vraisemblance de bassines qui pourraient avoir servi d’évier.

8Les tessons sous-cuits, les nombreux éclats et les variations dans les traces d’enfumage nous font pencher pour une cuisson en meule mais ceci demande encore à être confirmé.

9Cette première campagne a permis de cerner l’étendue du dépôt, de sortir dans de bonnes conditions un matériel important, très fragmentaire, qui va être maintenant étudié et comparé avec ce qui est déjà connu : la fouille de la motte castrale de Labrit, des fouilles et collectes du Centre de recherches archéologiques des Landes et des collections privées de chercheurs locaux.

10Cette période bas médiévale est encore peu explorée sur le terrain dans les Landes de Gascogne, situé à l’extrême sud du Bordelais, à l’extrême nord des Landes, à l’extrême ouest du Bazadais, et l’extrême est du Buch. Cette région comme enclavée n’en est pas moins originale et sa situation géopolitique particulière n’y est pas étrangère. Sous l’impulsion des Rencontres Archéologie et Céramique annuelles et du programme collectif de recherches (Lagunes des Landes de Gascogne, anthropisation des milieux humiques de la Grande Lande, direction scientifique : J.-P. Bost, J.-P. Merlet ; maître d’oeuvre : J.-C. Merlet, SRA 2004 à 2007), ces fouilles mettent le doigt sur une problématique régionale originale. C’est une occasion rare de pouvoir étudier un tel dépôt en contexte rural. Les modes de façonnages ici très marqués nous renseignent sur l’organisation du travail et le soin porté à leur production. Cette fouille prendra pleinement son sens dans un contexte plus large et permettra à terme d’apporter un éclairage nouveau sur les productions locales et leur diffusion, et de mieux comprendre la réalité du quotidien de la population du moyen âge. Une demande de prolongation a été faite pour 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwénolé Belbeoc’h et Valérie Marache, « Saint-Symphorien (Gironde). L’Argileyre », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 314.

Référence électronique

Gwénolé Belbeoc’h, Valérie Marache, « Saint-Symphorien (Gironde). L’Argileyre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21208

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals