Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Chronique des fouilles médiévales...VI. – Archéologie subaquatique, é...VI 2. – ProspectionsDieulouard (Meurthe-et-Moselle). ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 2. – Prospections

Dieulouard (Meurthe-et-Moselle). Sur le vieux pont

Responsable d’opération : David Gucker
p. 308-309

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005
Haut de page

Texte intégral

1Les 850 blocs de pierre taillée découverts en 2005 à la sortie NE de l’agglomération gallo-romaine de Scarponne (chef-lieu au haut Moyen Âge du pagus Scarponensis) appartiennent à deux piles d’un pont enjambant un ancien chenal de la Moselle. Le noyau des piles est constitué par des moellons noyés dans du mortier de chaux. Les éléments qui constituent le parement sont composés principalement de blocs en calcaire blanc local, de module quadrangulaire, auxquels sont associés alternativement ou conjointement des logements de queue d’aronde et des emplacements de crampons. Certains blocs présentent des angles caractéristiques, qui les prédisposent à une utilisation dans l’avant-bec ou l’arrière-bec de la pile et forment ainsi des éperons destinés à protéger la pile.

2Ces blocs correspondent pour partie à des remplois d’époque gallo-romaine. Ce phénomène est confirmé par des aménagements spécifiques observés sur de nombreuses pierres, dont certaines stèles funéraires. Il semble que, dans un premier temps, ces blocs ont été réintégrés dans le rempart du Bas-Empire de la ville de Scarponne, édifié entre la fin du ive et le début du ve s. apr. J.-C. En effet, en 1970, à l’occasion de la canalisation de la Moselle, un tronçon de ce rempart a été observé effondré en place. Il était en partie constitué de stèles-maisons funéraires comparables à celles mises au jour dans les piles du pont. Les stèles-maisons redébitées ou non sont le plus souvent réemployées dans le blocage de la pile. Leurs cavités funéraires sont presque systématiquement comblées par du mortier. Il semble que leur forme, inappropriée à un positionnement dans le parement, a prévalu à une utilisation de second ordre. Cependant, quelques rares stèles funéraires sont employées directement dans le parement après une retaille « opportuniste ».

3La première pile, encore partiellement en place, reposait sur des poutres équarries en chêne munies d’encoches obliques aux extrémités. Elles peuvent correspondre à la plateforme de fondation, qui constitue un plancher jointif composé de madriers, destiné à servir d’assise à la maçonnerie. Leur étude dendrochronologique a fourni une date d’abattage de 836 de notre ère. Au niveau de l’élévation du parement de la pile, de grosses queues d’aronde en bois assurent le réglage temporaire, nécessaire à la mise en place des différentes assises. De rares exemplaires ont été découverts conservés dans leur logement. Les datations effectuées sur deux queues d’aronde donnent un âge calibré compris entre 895 et 1019 apr. J.-C. (Ly-4132, Ly-4133). L’étude dendrochronologique des poutres ainsi que les analyses 14C des queues d’aronde tendent donc à prouver que les piles ont été élaborées dans la seconde moitié du ixe s.

4Les crampons scellés au plomb servent à lier deux blocs de pierre. Ils sont constitués d’une plaque de métal et de deux tenons de section quadrangulaire non ébarbés aux extrémités. On peut déjà évoquer une production calibrée. Les dimensions des tenons et la largeur des crampons sont relativement standardisées ; en revanche, leur longueur varie sensiblement. Cette étude a également permis d’étudier les logements des crampons et le procédé de mise en place de ceux-ci. Les trous destinés à recevoir les tenons de section quadrangulaire sont circulaires et exécutés au foret. Les amorces destinées à recevoir le corps du crampon sont exécutées au ciseau. Une certaine quantité de plomb est coulée dans les trous et sur les amorces des deux blocs architecturaux à relier. Les crampons sont ensuite enfoncés en force. Quelques traces de matage du plomb ont été mises en évidence autour des tenons.

5À quelques mètres au NE de la première pile, l’extraction a permis la découverte isolée de six meules en basalte de Eifel. Ce lot comporte trois catillus et trois méta dont deux avaient conservé un fragment de l’axe en métal calé par un élément en bois. L’analyse 14C d’un des éléments en bois a fourni une date comprise entre 683 et 879 apr. J.-C. (Ly-4256). Cette première datation permet de soumettre l’hypothèse du fonctionnement d’un moulin contemporain du pont carolingien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Gucker, « Dieulouard (Meurthe-et-Moselle). Sur le vieux pont »Archéologie médiévale, 38 | 2008, 308-309.

Référence électronique

David Gucker, « Dieulouard (Meurthe-et-Moselle). Sur le vieux pont » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21252 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.21252

Haut de page

Auteur

David Gucker

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Gucker

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search