Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 2. – Prospections

Saint-Vincent-de-Paul (Landes). Libe

Responsable d’opération : Gilles Kerlorc’h
p. 309

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Ce chaland monoxyle fut découvert, lors d’une crue de l’Adour en 1994 : les riverains sortirent la pirogue de la berge pour la plonger dans un plan d’eau à proximité du fleuve mais les sécheresses récurrentes mirent à nu des éléments du bateau et accélèrent sa dégradation. Il était nécessaire d’assurer l’étude de ce bateau dont le type est peu connu dans le bassin de l’Adour.

2Le spécimen est taillé dans un imposant tronc de chêne de conformation régulière. Sa longueur est de 5,84 m pour une largeur de 0,80 m. La forme générale du chaland est symétrique, avec une légère élévation d’une pointe qui pourrait correspondre à la partie arrière de la barque. C’est un bateau fluvial dont la sole plate a une épaisseur de 5 cm. Ses flancs sont harmonieusement bombés et symétriques. Il est possible d’observer sur la sole deux fausses membrures parallèles sculptées dans la masse.

3Une série régulière de trous sont percés dans les flancs et dans la sole de la pirogue. Ces trous, appelés trous « de jauge », sont obturés par des chevilles de bois taillées dans des branches. Ces trous ont été façonnés lors de la construction du chaland, afin de contrôler l’épaisseur régulière de la coque.

4Enfin, aux deux extrémités de la barque, sont taillées dans la masse deux assises qui devaient permettre au batelier de trouver un support stable lors de la propulsion par « palot » (longue pagaie) du chaland. Ce type de barque, dont on peut dénombrer une dizaine de spécimens découverts dans le lit de l’Adour au cours du xxe et du xxie s., avait plusieurs utilisations. Pour la pêche à la senne, tout d’abord, puis pour le transport de marchandises comme le bois, les denrées alimentaires, les produits agricoles ou des matériaux légers. Enfin, elles permettaient aux hommes de passer d’une rive à l’autre.

5Ce genre de barque monoxyle aurait été utilisé jusqu’au xviie s. Les chalands plus récents de l’Adour ont été par la suite construits de manière mixte (monoxyles assemblés) et par planches assemblées. Le chaland a été replongé dans le plan d’eau, dans l’attente d’une conservation ultérieure et définitive.

Saint-Vincent-de-Paul. Libe.

Saint-Vincent-de-Paul. Libe.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Vincent-de-Paul. Libe.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Kerlorc’h, « Saint-Vincent-de-Paul (Landes). Libe », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 309.

Référence électronique

Gilles Kerlorc’h, « Saint-Vincent-de-Paul (Landes). Libe » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21256

Haut de page

Auteur

Gilles Kerlorc’h

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Kerlorc’h

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals