Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : sites fouillés

Compainville et Beaussault (Seine-Maritime). Moulin de Glinet

Responsable d’opération : Danielle Arribet-Deroin
p. 296

Entrées d’index

Année de l'opération :

2003, 2004, 2005, 2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Après la fouille du haut fourneau de 1992 à 2000, l’affinerie de Glinet fait l’objet d’investigations depuis 2003. C’est une usine intégrée, alimentée en eau par une retenue d’environ 7 ha. Elle fait partie de la douzaine d’usines à fer, utilisant le procédé indirect, installées dans le pays de Bray à partir de 1450, d’abord dans sa partie picarde puis dans sa partie normande. L’établissement de Glinet a fonctionné pendant un siècle à partir des années 1480.

2L’affinerie est composée d’un foyer d’affinage où la fonte produite dans le haut fourneau est transformée en fer, d’un foyer de chaufferie associé au gros marteau qui permettait une première mise en forme de la loupe de fer, transformée en barres. Le foyer d’affinage n’a pu être retrouvé, bien qu’il ait été localisé par des sols de travail et de nombreux culots. En revanche, le foyer de chaufferie, situé au niveau du sol, et le gros marteau, dont l’infrastructure est enterrée, ont été mis au jour.

3La campagne 2007 s’est centrée sur le gros marteau hydraulique. C’est un marteau à drôme, c’est-à-dire doté d’une charpente massive formée d’une grosse poutre horizontale soutenue par deux poteaux, la grande et la petite attache. La tête du marteau est soulevée de manière latérale par les cames de l’arbre de la roue, ce dernier étant parallèle à l’axe du drôme. L’enclume est supportée par un billot constitué d’un morceau de tronc de plus d’1 m de hauteur, posé sur un double plancher et calé dans le sens horizontal par trois niveaux de poutrelles rayonnantes. Le but de ce dispositif est d’amortir les coups et de rendre le martelage le plus efficace possible. La structure du marteau est globalement semblable à celle des marteaux d’affinerie plus récents : le calage du billot diffère cependant de celui de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et se rapproche de la solution adoptée à Chingley – contemporaine de Glinet et connue par la fouille de David Crossley –, dans la région anglaise du Weald où des forgerons brayons ont apporté le procédé indirect.

4L’expertise dendrochronologique permet de dater le marteau des années 1530, avec une dernière réfection en 1557-1558. Une première construction à la fin du xve s. n’est pas exclue mais reste à confirmer.

Compainville et Beaussault. Moulin de Glinet, plan interprétatif du gros marteau (niveau inférieur).

Compainville et Beaussault. Moulin de Glinet, plan interprétatif du gros marteau (niveau inférieur).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Compainville et Beaussault. Moulin de Glinet, plan interprétatif du gros marteau (niveau inférieur).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Arribet-Deroin, « Compainville et Beaussault (Seine-Maritime). Moulin de Glinet », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 296.

Référence électronique

Danielle Arribet-Deroin, « Compainville et Beaussault (Seine-Maritime). Moulin de Glinet » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21332

Haut de page

Auteur

Danielle Arribet-Deroin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Danielle Arribet-Deroin

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals