Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : sites fouillés

Huez-Alpe d’Huez (Isère). Brandes-en-Oisans

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître, Arnaud Gigante et Isabelle Warin
p. 297-298

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Le site de Brandes fait l’objet d’une fouille archéologique depuis 1977. Les uns après les autres, les différents ensembles qui constituent cette petite agglomération sont étudiés afin de préciser, au fil des campagnes de terrain et d’études en laboratoire, le portrait de cette micro-société particulière : une population de mineurs, vivant en famille à plus de 1800 m d’altitude, au xiiie s., pour exploiter une mine d’argent.

2Depuis quelques années, la recherche se concentre sur les infrastructures liées au traitement du minerai. Après l’étude des aménagements hydrauliques, le travail se poursuit sur l’ensemble du « quartier occidental » du village. Ce quartier est limité, à l’ouest, par une canalisation C1 dont les eaux actionnaient des meules à broyer le minerai. La rive gauche de la canalisation formait trois terrasses principalement occupées par des bassins de lavage du minerai.

3En 2006, la fouille de la partie aval de cette canalisation avait montré qu’elle se resserrait en un goulot étroit, renforcé des deux côtés par un puissant enrochement. C’est à cet endroit qu’elle croisait le chemin médiéval et les soubassements d’un pont avaient été retrouvés. Dans le prolongement de la canalisation C1, en contrebas d’un chemin moderne, sourd la source Font Morelle. Il a été décidé d’étudier l’ensemble des structures implantées de part et d’autre de cette résurgence. Les campagnes 1980-1986 avaient mis au jour des infrastructures minéralurgiques – concassage et lavage – en rive gauche de la source. La fouille de la rive droite a été engagée en 2006. L’aire est limitée, à l’ouest, par un mur dont les pierres sommitales affleuraient, à l’est, par le cours de la source, au nord, par le chemin moderne, et au sud, par l’abrupt de la vallée de la Sarenne. Cette surface était marquée par des irrégularités topographiques, une halde symétrique à celle de la rive gauche occupait la partie aval de l’aire.

4Au terme de la campagne 2007, le constat est que l’espace est organisé en trois terrasses successives, toutes occupées par des aménagements liés au lavage du minerai. Les deux terrasses aval comportent sept bassins, tous remplis de sable de baryte finement broyée. Ces bassins ont des typologies différentes : circulaires et peu profonds, quadrangulaires et profonds de 80 cm, isolés ou « jumeaux ». Leur concentration dans un faible espace pose la question de leur fonctionnement. Pour trois d’entre eux, un long caniveau captait l’eau de la source pour la redistribuer ensuite vers les bassins, probablement par des goulottes en bois selon la technique du lavage au sluice. Des fragments de tissus étaient inclus dans les rejets de sables. Pour les autres bassins, il est plus difficile d’en comprendre le fonctionnement : aucun sol de circulation n’est apparu entre les structures, aucune amenée d’eau n’est conservée… Le remplissage des deux principaux bassins alternait des couches de sable blanc et des strates noires saturées de charbon de bois. Elles correspondent au lavage des déchets de l’abattage au feu, récupérés par les mineurs au sol des galeries. Cette découverte permet de cerner l’économie de la mine, mais aussi le fonctionnement du lavage puisque les hommes procèdent à cette opération par lots.

5L’amont de l’aire ouverte est occupé par un bâtiment conservé dans sa partie nord. Une meule à minerai (dormante), entière mais très usée, était posée à plat à l’intérieur de l’édifice, contre le mur ouest. Elle n’était pas en position de fonctionnement pour le broyage du minerai, mais trois pierres, au niveau du trou central, assuraient sa stabilité. Il s’agit donc d’un réemploi, mais pour quel usage ? À côté de la meule, au centre du bâtiment, subsistaient des éléments d’un foyer de grande taille : dallage de schiste et charbon de bois.

6Sur ce même niveau, un cordon de pierres en arc de cercle délimite une aire fortement rubéfiée, dans laquelle se trouvent des scories métalliques. Sa position, coincée entre les bassins et le cours de Font Morelle, est surprenante. La totalité de cet aménagement sera fouillée en 2008. Enfin, le mur qui délimite l’aire occidentale à l’ouest est bien contemporain du village. Plusieurs hypothèses sont avancées quant à sa fonction : simple mur de clôture du site comme celui qui court au nord du plateau ? Mur destiné à protéger les ateliers du flux de la canalisation C1 ? En effet, les campagnes précédentes ont montré l’importance et la puissance de l’eau circulant dans C1. Où va-t-elle après le rétrécissement qui permettait son franchissement par le chemin médiéval et le pont ?

7La campagne 2008 devrait permettre d’achever la fouille de l’aire qui borde la rive droite de la source Font Morelle, mais d’ores et déjà, on peut affirmer que le visiteur, en arrivant à Brandes, traversait un faubourg industriel.

Huez-Alpe d’Huez. Brandes-en-Oisans, Vue d’ensemble de la fouille 2007.

Huez-Alpe d’Huez. Brandes-en-Oisans, Vue d’ensemble de la fouille 2007.

Cl. GEMA

Haut de page

Table des illustrations

Titre Huez-Alpe d’Huez. Brandes-en-Oisans, Vue d’ensemble de la fouille 2007.
Crédits Cl. GEMA
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître, Arnaud Gigante et Isabelle Warin, « Huez-Alpe d’Huez (Isère). Brandes-en-Oisans », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 297-298.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, Arnaud Gigante, Isabelle Warin, « Huez-Alpe d’Huez (Isère). Brandes-en-Oisans » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21348

Haut de page

Auteurs

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Arnaud Gigante

Articles du même auteur

Isabelle Warin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Arnaud Gigante

Isabelle Warin

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals