Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : sites fouillés

Peynier (Bouches-du-Rhône). Vallon de l’Homme Mort

Responsable d’opération : Christophe Vaschalde
p. 299

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Faisant suite à une opération de sondages effectuée en 2006, la fouille d’un four à chaux et d’une place de charbonnière attenante a été effectuée au mois d’août 2007. Elle avait pour but de mettre au jour l’intégralité du four et d’effectuer des prélèvements anthracologiques. La place de charbonnière a été fouillée par carrés de 0,50 m de côté. La couche de charbons mesurait 5 à 12 cm d’épaisseur et reposait sur une couche de sédiments rubéfiés au centre de la place. Le four est en partie creusé dans le sol et en partie bâti. Son plan circulaire a un diamètre de 5,70 m. Le fond se situe à 3 m du niveau d’arasement. Les parois sont construites en pierres calcaires liées à l’argile, laquelle a cuit pendant le fonctionnement du four. Ces parois sont doublées par une couche de petites pierres mal calcinées recouvertes de chaux carbonatée, couche que l’on retrouve dans tout le four sauf au pied de la gueule, mais qui ne permet pas de trancher en faveur d’une réfection lors d’une réutilisation. En revanche, elle permet de distinguer aisément le négatif de la voûte faisant office de sole du four au niveau du seuil de la gueule. Cette dernière est bâtie avec un linteau et un seuil en calcaire, tandis que l’un des piédroits est en grès (roche absente aux alentours du site). Elle mesure 0,40 m x 0,50 m. L’un des murs délimitant l’aire de travail, construit en pierre sèche, est conservé sur 1,80 m de hauteur. À l’intérieur, la stratigraphie est typique des fours à chaux, avec une succession de couches de charbons, de cendres, de chaux carbonatée et de sédiments de remblai. Les restes du foyer forment un tas de 1,35 m d’épaisseur au pied de la gueule, laquelle se trouve à 2 m au-dessus du fond du four qui ne possède aucun évent. Lorsque la gueule a été fouillée, elle était fermée par un dispositif de pierres calcaires installées par le chaufournier à la fin de la cuisson. Une tasse des productions de Moustier ou de la vallée de l’Huveaune a été découverte lors de la fouille de l’aire de travail. Elle date du milieu ou de la seconde moitié du xviie s. (identification : Lucy Vallauri). D’autres analyses sont en cours (datation 14C et par intensité magnétique, anthracologie sur les charbons du foyer du four et de la place de charbonnière).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Vaschalde, « Peynier (Bouches-du-Rhône). Vallon de l’Homme Mort », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 299.

Référence électronique

Christophe Vaschalde, « Peynier (Bouches-du-Rhône). Vallon de l’Homme Mort » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21364

Haut de page

Auteur

Christophe Vaschalde

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Vaschalde

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals