Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : sites fouillés

Sainte-Marguerite-Lafigère et Lalarce-sur-la-Thine (Ardèche). District minier d’Hierle

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître et Flavien Perazza
p. 300

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La concession de Chassezac se trouve au cœur d’un secteur comprenant les grands districts miniers de la Lozère, du Gard et de l’Ardèche. Une expertise archéologique (2000 et 2003) préalable à la mise en sécurité des mines de la concession dite de Chassezac (Sainte-Marguerite-Lafigère – Malons-et-Elze), a mis en évidence des vestiges anciens importants en Ardèche. Deux campagnes centrées sur le secteur minier dit « Le Colombier » ont été réalisées en 2003 et 2004. Des datations 14C situent les chantiers dans une fourchette comprise entre 1024 et 1257. Les collines qui bordent le cours du Colombier possèdent des aménagements de surface, des dépilages à ciel ouvert, des chantiers souterrains témoignant d’un abattage au feu, une attaque du filon par puits jumeaux, etc. Un atelier de concassage a été fouillé en 2003.

2Les précédentes opérations s’étaient intéressées aux aménagements sis en rive droite du Colombier. La campagne 2007 était centrée sur la rive gauche.

31) Prospection et topographie. La colline en rive gauche a été entièrement prospectée jusqu’à son sommet. Les vestiges miniers semblent se concentrer au pied de la colline. Ont été repérés des aménagements comprenant des dérivations de l’eau du Colombier et des plateformes vers lesquelles l’eau est dirigée. Ces aménagements, pris dans les broussailles, n’ont pas encore été relevés, mais il faut maintenant comprendre s’ils sont liés à l’activité minière et quelle est leur fonction. Un important travail de topographie a été réalisé afin de cartographier l’ensemble des vestiges repérés. L’ampleur des dépilages à ciel ouvert a rendu l’opération difficile et longue.

42) Fouilles. L’objectif des prospections était de retrouver des vestiges pouvant appartenir à des ateliers de minéralurgie, d’éventuels habitats temporaires, des aires de stockages, etc. En 2007, le relevé précis d’une paroi rocheuse qui surplombe un très important dépilage a été fait. Cette paroi, redressée, est creusée de niches, encoches de poutres, saignées qui marquent des niveaux bien individualisés. La fouille de l’étroite terrasse qui longe cette paroi rocheuse a permis de mettre au jour un atelier de concassage avec murets, foyer, trous de poteau et fragment de mortier. Comme pour l’atelier de la rive droite, il s’agit d’un gros galet rond du Chassezac. La datation des charbons de bois prélevés dans l’atelier donne une fourchette comprise entre 1016-1194 de notre ère.

5Deux puits situés latéralement au grand dépilage ont été sondés. Le premier se termine à moins d’1 m de profondeur. Il s’agit d’une ébauche qui, dès le début, avait été calibrée à son ouverture définitive rectangulaire. Le second a fait l’objet d’un nettoyage de surface. Aucun aménagement n’est apparu. À 1,50 m de profondeur, le blocage de cailloux était trop important pour que la désobstruction soit poursuivie. Le relevé des traces de creusement a été réalisé. Une chronologie relative a été établie entre le fonctionnement du dépilage et le creusement du second puits car on retrouve le mode opératoire observé sur l’autre rive, avec attaque du filon par puits depuis l’affleurement, latéralement au filon même.

6Les prospections menées en novembre 2007 en rive droite ont permis de repérer plusieurs aménagements de cabanons de très petite taille qu’il faudra sonder afin de les attribuer soit à la période d’exploitation de la mine, soit aux travaux agricoles en terrasse du xixe s. La présence d’ateliers de traitement du minerai est attestée par la découverte de plusieurs percuteurs en pierre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître et Flavien Perazza, « Sainte-Marguerite-Lafigère et Lalarce-sur-la-Thine (Ardèche). District minier d’Hierle », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 300.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, Flavien Perazza, « Sainte-Marguerite-Lafigère et Lalarce-sur-la-Thine (Ardèche). District minier d’Hierle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21372

Haut de page

Auteurs

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Flavien Perazza

Haut de page

Responsables d'opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Flavien Perazza

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals