Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
V. – Installations artisanales
V B3. – Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Altenberg. Mines et métallurgie plomb-argent, xe-xvie s.

Responsable d’opération : Pierre Fluck
p. 303-304

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1L’opération 2007 est la deuxième d’un programme sur 5 ans (PCR pour les trois années à venir). Elle a mis en œuvre 6 sondages, 4 investigations souterraines, une mission géophysique et une couverture aérienne par la technique du « laser scanning ». L’analyse des sites d’extraction se révèle grevée d’un lourd handicap : d’une part leur sol n’a livré aucun outil, à l’opposé des galeries Renaissance qui regorgent de mobilier, d’autre part les éléments datant s’avèrent sporadiques. Au plan de la typologie, les relevés pariétaux effectués à l’échelle 1 dans la mine dite Patris montrent bien une logique différente par rapport aux travaux classiques du xvie s.

2Dans la partie la plus élevée du massif, les sondages ont précisé le contexte environnemental de la vasque de résidus de lavage déjà reconnue en 1985. Si les limites de cette structure spectaculaire ont pu être précisées, son chenal d’alimentation n’apparaît pas nettement. Le dispositif d’une esthétique simplicité d’un aqueduc dans la droite ligne de l’alignement des anciens puits s’avère battu en brèche. Mais jusqu’ici, aucun indice probant d’une installation de lavage n’a pu être mis en évidence. La pratique de verser dans les fours conjointement la galène et sa gangue de fer carbonaté, si elle se vérifie, ne se satisfait-elle pas d’un simple banc de triage, faisant ainsi l’économie de l’action de l’eau ? Mais dans une telle alternative, comment alors expliquer la présence de 145 tonnes de schlamms et de sables dans la vasque précitée ?

3Dans le domaine de la métallurgie, la première problématique est d’ancrer des fonderies dans la géographie territoriale. La prospection stratégique des cours d’eau, rôdée pour les sites Renaissance, s’avère inopérante pour les installations médiévales non inféodées au réseau hydrographique. L’enjeu est de réaliser une carte de la distribution des fonderies médiévales et de confronter leur localisation aux sites d’extraction qui les approvisionnent en matière première. Plusieurs petites concentrations, repérées dans la partie moyenne du vallon de Saint-Philippe, évoqueraient plutôt une sorte de « chaîne » de petites fonderies d’échelle artisanale qu’un éparpillement volontaire ou naturel des résidus. Des premiers sondages confirment la matérialité de telles concentrations. Inféodée aux évolutions climatiques et aux réaménagements des installations minières des siècles ultérieurs, l’évolution des formes du territoire a pu effacer les traces morphologiques des terrasses qui auraient pu servir d’ancrages à ces petites fonderies : la microtopographie actuelle n’apporte pas tous les éléments de réponse.

4Mais les principaux résultats ont surgi des trois sites « phares » de l’archéologie de la métallurgie. Les limites de l’investigation par sondage y apparaissent crûment, car nous avons affaire à des structures dont l’intelligence se révèle embrouillée, pour plusieurs raisons : d’une part chacune a vécu une histoire polyphasée, d’autre part le « fossile directeur » que constituent les scories fayalitiques ne se satisfait plus de l’ancien paradigme, enfin, il se confirme que la probabilité pour un sondage de percuter les structures recherchées reste faible, appelant à la rescousse la fouille extensive.

5À la place des fours attendus, le Pfaffenloch a dévoilé une stratigraphie tumultueuse révélant au moins trois épisodes miniers coiffés par des aires d’accumulations de combustible. Les rares céramiques égarées dans les épisodes superficiels offrent de fortes affinités avec le xve s. Le contenu même des différentes couches mises au jour livre à l’étude des matériaux archéométallurgiques de choix (scories, scories de fond de fours, parois, métaux) calés stratigraphiquement. Mais surtout, ce contenu nous interpelle sur la permanence à travers les trois époques de la dualité scories/matériaux de haldes, qui nous a conduit à formuler l’hypothèse d’un tri manuel associé à un concassage léger, la galène étant versée dans les fours en même temps que le carbonate de fer. Ce constat expliquerait la teneur en fer des scories obtenues. Ainsi, ces scories fayalitiques n’auraient pas valeur de marqueurs chronologiques, elles porteraient bien plutôt la signature d’un « process » volontaire, pas forcément significatif d’une époque.

6Délocalisé par rapport aux sites d’extraction, le site d’Echery s’est lui aussi révélé polyphasé, mais cette propriété apparaît davantage attestée par le mobilier céramique que par la stratigraphie : l’ensemble des unités mises au jour paraissent témoigner d’une histoire métallurgique datant plutôt du xve s., elle-même cachetée par une construction du xvie s., alors que des tessons du xiiie s. documentent une histoire antérieure. Quant au site dit « carreau Patris », son originalité est dans la qualité des structures construites : sur le carreau d’une mine indéniablement médiévale, se trouve une maison du poêle à céramique Renaissance contre laquelle vient s’appuyer, à l’extérieur, une structure dont les pierres ont subi l’épreuve du feu. À quelques mètres s’étend une masse de scories fayalitiques déposées par déplacement de coulées entières. La stratigraphie n’a pas encore livré de discordance entre l’activité métallurgique et la fonction d’habitat. Et si l’on devait admettre – ce que pourra confirmer la fouille – une métallurgie Renaissance (xve ou xvie s.), à nouveau se posera la question évoquée plus haut de la signification des scories fayalitiques. S’agit-il d’une période de transition, juxtaposant les deux systèmes d’exploitation ?

7Les ateliers d’essayeurs, dont les traces sont fugaces, n’ont guère suscité jusque-là l’intérêt des archéologues. Ils sont intégrés au projet. En attendant les premiers résultats, l’unique fossile directeur reste le mobilier (creusets, scorifications…). Le rôle primordial qu’ils jouèrent dans l’économie a cependant déterminé les concepteurs de ce programme à y intégrer cette nouvelle dimension (doctorat J. Gauthier). En attendant d’accéder à une connaissance plus précise de la nature des déchets produits, l’unique fossile directeur reste les éléments de son mobilier (creusets, scorificatoires…).

8Parmi les méthodes ayant montré leur efficacité pour la détection de résidus métallurgiques figure la polarisation provoquée. À cet effet ont été réalisés (université de Bordeaux 3) des profils complets de résistivité et de chargeabilité.

9L’équipe « Altenberg 2007 » est l’artisan d’une fouille difficile, par le haut degré de technicité des objets concernés, par le choix – imposé par la méthode – de la pratique du sondage, qui n’ouvre sur le réel que des fenêtres livrant une information fragmentaire difficile à dater.

10Les opérations ont révélé et précisé le potentiel énorme de l’Altenberg. La typologie des scories nous incline à pressentir une découverte importante : l’abandon des mélanges minerai/carbonate de fer au profit du lavage hydraulique du minerai, peut-être consécutif à l’avènement du bocard ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Altenberg. Mines et métallurgie plomb-argent, xe-xvie s. », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 303-304.

Référence électronique

Pierre Fluck, « Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin). Altenberg. Mines et métallurgie plomb-argent, xe-xvie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21424

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals