Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Alise-sainte-reine (Côte-d’Or). Alésia-Théâtre

Responsable d’opération : François Eschbach, Sébastien Freudiger et François Meylan
p. 274

Entrées d’index

Année de l'opération :

2004, 2005, 2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2004, le théâtre d’Alésia fait l’objet d’un programme de fouille destiné à préciser son histoire et les modalités de son insertion dans l’agglomération, ainsi qu’à caractériser la nature et la chronologie des occupations antérieures et postérieures au monument. Un petit groupe de onze tombes à inhumation, alignées sur deux axes parallèles SE-NO, a été découvert au SO de l’édifice. Les ossements prélevés ont permis d’identifier trois enfants et cinq adultes dont quatre femmes. Le plus souvent mal conservées, les tombes, grossièrement alignées, sont constituées d’un coffrage sommaire en pierre non taillée. Aucune trace de bois, de couverture ou de signalisation au sol n’a été relevée. Il n’existe pas de recoupement entre les structures, ni de preuve de réduction. Le niveau d’ouverture des tombes, soit le sol de marche contemporain, n’a pas été reconnu ; il a vraisemblablement été arasé.

2Ces sépultures, appartenant sans doute à une nécropole plus vaste, n’ont pas livré de mobilier permettant de préciser leur datation. Si, pour l’heure, en l’absence d’autres arguments, rien ne permet d’associer définitivement ce petit groupe à un événement ou à un bâtiment, la relative proximité, à une cinquantaine de mètres seulement à l’ouest, de la basilique mérovingienne de Sainte-Reine, édifiée au ve s. sur les vestiges d’un mausolée, en fait toutefois une piste privilégiée. Ses abords, fouillés entre 1985 et 1993, ont livré de nombreuses inhumations en pleine terre, s’étendant notamment sur une trentaine de mètres en direction de l’est. En 1906, une sépulture a également été repérée à l’extérieur de l’angle SO de la porticus post scaenam du théâtre, repoussant peut-être ainsi les limites connues de cette nécropole.

3Il est probable que l’absence de mobilier à l’intérieur des tombes reflète la condition modeste des défunts, couramment disposés en périphérie des bâtiments religieux, ou témoigne de l’impact de la christianisation des pratiques religieuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Eschbach, Sébastien Freudiger et François Meylan, « Alise-sainte-reine (Côte-d’Or). Alésia-Théâtre », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 274.

Référence électronique

François Eschbach, Sébastien Freudiger, François Meylan, « Alise-sainte-reine (Côte-d’Or). Alésia-Théâtre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21462

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals