Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Arrigas (Gard). Église Saint-Genest

Responsable d’opération : Philippe Galant
Notice rédigée avec Régis Bayle
p. 274-275

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La commune d’Arrigas est située au NO du département du Gard, sur le flanc méridional de la montagne schisto-granitique du Lingas, qui constitue l’extrémité occidentale du massif Cévennol. Localisée en zone de moyenne montagne en dehors des bassins urbains et industriels, elle a bénéficié tout au long de son histoire d’une économie agricole de faible développement qui justifie sa modestie historique. Pourtant, son église paroissiale est mentionnée pour la première fois dans le cartulaire de l’abbaye bénédictine Saint-Victor de Marseille en 1113. Elle est par la suite associée à un monastère dans une bulle d’Innocent II en 1135. Vers la fin du xiiie s., le prieuré est rattaché au chapitre de la cathédrale de Montpellier. C’est sans doute à ce moment-là que son vocable change pour devenir Saint-Genest.

2Lors de travaux de rénovation du chœur en février 2007, une tombe constituée par un coffre en dalles de schiste a été découverte. Une fouille d’urgence, avec comme objectif l’évaluation de la découverte et la recherche d’autres vestiges similaires, a été mise en place. Un nettoyage général du chœur de l’église a permis de constater un remaniement de presque toute sa surface, situation qui trouve son origine probable au cours d’une importante réfection du bâtiment au xixe s. Seul le secteur situé à l’extrémité ouest du chœur, où la tombe a été découverte, paraît avoir conservé sa structure initiale. Deux autres sépultures voisines y ont été mises au jour. Ces trois inhumations présentent entre elles des éléments de chronologie relative par recoupement de leurs creusements. De même, celle située le plus au sud est recoupée par la tranchée de fondation du mur absidial du chœur dont la construction est attribuée par les textes au xiie s. Ces tombes représenteraient donc un des témoignages historiques les plus anciens pour cette commune rurale. Leur fouille n’a révélé aucun élément mobilier permettant une attribution chronologique précise.

3La tombe en coffre paraît avoir été vidée de son contenu au cours des travaux du xixe s. Sa fouille a néanmoins permis de retrouver une partie des deux membres supérieurs ainsi que la partie distale des membres inférieurs d’un même individu adulte en situation anatomique. Ils indiquent un dépôt du corps en décubitus dorsal, en position contrainte par l’étroitesse du coffre, avec une décomposition en milieu ouvert. Cette dernière observation indique de fait une couverture du coffre, non retrouvée, dont la destruction peut être attribuée aux travaux du xixe s. La deuxième tombe est située directement à l’ouest contre ce coffre, dont le creusement pourrait expliquer sa destruction partielle. Sa fouille a permis de retrouver les restes de la moitié supérieure d’un squelette de jeune enfant. Seule la partie constituée par la ceinture pelvienne (depuis le milieu des diaphyses fémorales) et s’arrêtant sous la ceinture scapulaire était présente. Le reste des ossements, y compris le crâne, paraît avoir été prélevé à une période ancienne. Les vestiges conservés témoignent d’un dépôt initial du corps en décubitus dorsal. La troisième tombe est située directement au sud des deux précédentes. Son installation paraît recouper la partie inférieure de la deuxième et elle semble également avoir été elle-même partiellement recoupée par le creusement du premier coffre. Sa fouille a révélé la moitié supérieure d’un squelette adulte reposant en décubitus dorsal. Une dalle de schiste disposée sur chant sur la droite de l’emplacement du crâne indique la présence initiale d’un coffre en dalle de schiste presque totalement détruit. Le décrochement de la mandibule reposant directement contre la partie antérieure des vertèbres cervicales est très caractéristique d’une décomposition en milieu ouvert, attestant également la présence d’un coffre. La moitié inférieure de cette sépulture est recoupée par la tranchée de fondation supportant le mur dit « roman » du chœur de l’église. Le déplacement de certains ossements de la ceinture pelvienne montre que ce remaniement est postérieur au dépôt sépulcral et peut-être en relation avec la construction du chœur.

4Les dépôts sépulcraux montrent une organisation cohérente des trois tombes, situées dans un espace contraint et organisées sur une même orientation. Plusieurs mentions du xixe s. indiquent la présence d’un cimetière ancien dans ce secteur du village, dont la tradition populaire attribue la destruction à l’édification de l’église actuelle. Les vestiges découverts au cours de cette opération constituent peut-être alors les derniers témoignages de ce cimetière.

5Les datations de ces trois sépultures par 14C sont en cours de réalisation. Le contexte historique, les éléments de chronologie relative et la bonne conservation des vestiges osseux constituent autant d’éléments qui montrent l’intérêt de cette démarche.

Arrigas. Église Saint-Genest, vue zénithale des trois sépultures après leur dégagement.

Arrigas. Église Saint-Genest, vue zénithale des trois sépultures après leur dégagement.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Arrigas. Église Saint-Genest, vue zénithale des trois sépultures après leur dégagement.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Bayle et Philippe Galant, « Arrigas (Gard). Église Saint-Genest », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 274-275.

Référence électronique

Philippe Galant, Régis Bayle, « Arrigas (Gard). Église Saint-Genest » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21490

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Galant

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals