Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Douai (Nord). Place Carnot

Responsable d’opération : Stéphane Venet
p. 279-280

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de la rénovation de la place Carnot, un chantier de fouilles préventives, mené entre mai et décembre 2007, a mis en évidence l’ancienne église Saint-Jacques et son cimetière attenant. L’édifice était connu dans sa forme tardive, mais son évolution et sa localisation restaient à préciser. Si, dans sa grande majorité, le site est occupé par l’église et son cimetière, la fouille a révélé une occupation bien plus ancienne par la présence de fosses, de fossés et d’un bâtiment, datés de la période protohistorique. Ces installations ont ensuite été abandonnées pour laisser place à une zone de jardin ou de champs jusqu’au début du xiiie s., période à laquelle est entreprise la construction de l’église Saint-Jacques. En effet, Douai n’échappe pas à l’expansion démographique qui touche la France à partir du xie s. De nouveaux quartiers et paroisses sont alors créés, dont « La Neuville » qui accueille l’église Saint-Jacques vers 1225. Les fouilles ont permis de découvrir les fondations « fantômes » de cette église primitive à chevet droit, tout à fait caractéristique de cette période ; l’ajout d’une chapelle latérale a également été attesté (xive-xve s.). L’église connaît un grand remaniement aux xviie-xviiie s. : elle est agrandie, le chevet est abandonné pour laisser place à une abside (des blocs de grès du premier édifice ont d’ailleurs été réemployés pour cette nouvelle construction). Une chapelle axiale et une chapelle latérale liées à ce remaniement ont été observées sur le terrain, d’autres ont probablement été construites hors de l’emprise de la fouille.

2L’étude du cimetière, de son côté, apporte une vision démographique et sanitaire de la paroisse durant plus de cinq siècles. Sur les 1 892 sépultures en pleine terre ou en caveau dégagées lors des sept mois de fouilles, plusieurs se sont révélées tout à fait surprenantes. Quelques pathologies courantes au Moyen Âge ont ainsi pu être enregistrées (maladie de Forestier, rachitisme, syphilis) ainsi que des cas plus exceptionnels d’amputation, de trépanation et cinq cas de corps autopsiés, dont les squelettes portent des traces soignées de sciage. Ces derniers sont pour l’instant attribués à l’ancienne université de médecine de Douai, située à quelques centaines de mètres de là. La découverte la plus surprenante est sans doute celle d’un cœur embaumé, placé dans un reliquaire en plomb en forme de cœur et déposé au fond d’une tombe au milieu du chœur de l’église (phase xvie-xviiie s.). Ce type de sépulture avec exérèse du cœur pratiquée au Moyen Âge dès le xiiie s. témoigne d’une certaine aisance et/ou reconnaissance du défunt. Le reliquaire, réalisé entièrement en plomb, est relativement bien conservé. La présence d’un élément organique à l’intérieur a été décelée dès son prélèvement sur le terrain ; une dégradation de l’objet a entraîné l’ouverture d’urgence du réceptacle afin de le préserver d’une destruction définitive. Divers prélèvements ont été effectués, puis conservés dans différents contextes (congélation, formol, à l’abri de l’air et de la lumière). L’étude à venir permettra de restituer les techniques de l’embaumement et l’examen des archives paroissiales pourra peut-être révéler l’identité du défunt.

Douai. Place Carnot, squelette portant les traces d’une autopsie. On peut facilement observer le sciage du crâne et de la colonne vertébrale.

Douai. Place Carnot, squelette portant les traces d’une autopsie. On peut facilement observer le sciage du crâne et de la colonne vertébrale.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Douai. Place Carnot, squelette portant les traces d’une autopsie. On peut facilement observer le sciage du crâne et de la colonne vertébrale.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Venet, « Douai (Nord). Place Carnot », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 279-280.

Référence électronique

Stéphane Venet, « Douai (Nord). Place Carnot » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21558

Haut de page

Auteur

Stéphane Venet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Venet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals