Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Orléans (Loiret). La Madeleine

Responsable d’opération : Philippe Blanchard
p. 285-286

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006
Haut de page

Texte intégral

1Le site de La Madeleine, à 2,5 km à l’ouest d’Orléans, en bordure de terrasse dominant la Loire, a fait l’objet depuis 1870 de cinq interventions archéologiques (1870, 1987, 1998, 2000 et 2006). Le site est bordé au nord par un axe de circulation reliant Orléans à Blois et au sud par la Loire, axe de communication majeur à l’époque antique comme à la période médiévale. Au total, les surfaces fouillées depuis 1998 avoisinent 8 000 m².

2Pour la période antique, seul un fossé bordant la voie a été découvert, en 2006, en limite nord du site ; l’hypothèse retenue est celle d’un espace agricole. Pour la période qui va du haut Moyen Âge au xviiie s., trois phases distinctes ont été mises en évidence.

Un établissement à vocation agricole rattaché à l’évêché (fin viiie-début xe s. apr. J.-C.)

3La fin du viiie s. voit l’implantation d’un important fossé ceinturant de nombreuses structures archéologiques (fosses, trous de poteau, bâtiments excavés, puits, citerne). Dans une seconde phase, plusieurs structures en relation avec l’habitat sont comblées et des inhumations installées. Ces dernières, concentrées dans la partie est du site, semblent rayonner autour d’un lieu de culte dont la présence a été oblitérée par une église postérieure.

4La population occupant les lieux n’est pas clairement identifiée, mais plusieurs indices, notamment la céramique, suggèrent l’appartenance à un rang social plutôt élevé. La fonction religieuse du site n’est pas confirmée, mais quelques éléments la laissent supposer. L’hypothèse avancée est celle d’un établissement agricole géré par ou sous le contrôle de l’évêché. Celle de structures annexes à un établissement hospitalier est également plausible ; celui-ci préfigurerait alors l’établissement d’accueil et d’assistance.

Un établissement hospitalier pour les indigents (xe-xie s.) ?

5D’après les interventions archéologiques, le lieu semble changer de fonction vers le milieu du xe s. à cette date, une église et quelques bâtiments environnants sont érigés. La première mention textuelle, datant de 1025 évoque à cet emplacement la présence d’une église Sancta Maria Hospitalis appelée aussi Notre-Dame de l’Hôtel ou de l’Hôpital, dont la vocation était de recueillir « les pauvres filles étrangères ». Les fouilles de 1998 à 2006 ont mis en évidence un vaste cimetière d’au moins 3 500 m², qui s’étend au nord et à l’ouest de l’église, limité à l’ouest par une palissade, au sud par un fossé et au nord par une ancienne voie romaine reconvertie en chemin. L’organisation interne de la nécropole laisse percevoir une disposition en rangées N-S. Au moins trois phases d’inhumations ont été décelées dans une fourchette chronologique qui semble comprise entre le milieu du xe et le tout début du xiie s. Les modes d’inhumations sont extrêmement homogènes : fosses profondes, présence de banquettes latérales, alvéole céphalique. Aucun objet n’a été déposé dans les tombes et aucun mobilier n’était porté par les défunts, qui semblent avoir été inhumés sans vêtements, dans des linceuls. L’étude biologique a révélé des anomalies importantes chez les individus inhumés : les classes les plus jeunes (0-1 an et 1-4 ans) sont très faiblement représentées et plus de la moitié des défunts ont plus de 40 ans, ce qui suggère la fonction d’hospice.

Le prieuré fontevriste de La Madeleine-lez-Orléans (1113-1792)

6Cette troisième période d’occupation du site est la mieux documentée par les archives. En 1113, l’évêque Jean II donne les lieux à Robert d’Arbrissel, fondateur de l’ordre de Fontevraud, afin d’y établir le premier prieuré. Le prieuré de La Madeleine connaît de multiples destructions (guerre de Cent Ans, guerres de Religion) suivies de reconstructions. La Révolution française marque sa fin. Il est vendu comme bien national en 1792 et détruit au début du xixe s. La fouille de 1998-1999 avait permis de mettre au jour la grande majorité des bâtiments du prieuré (église, cloître, bâtiments claustraux, bâtiments annexes) et deux cimetières distincts, dont l’un était réservé aux religieuses. Celle de 2006 a été réalisée à l’emplacement d’une cour et d’une petite partie des jardins ; en conséquence, peu de bâtiments monastiques ont été mis au jour. Une cave, qui a connu quatre modifications, a été fouillée et étudiée, ainsi qu’une portion d’un long bâtiment appuyé sur le mur nord de clôture du prieuré. Son plan est difficile à définir en raison d’un décapage destructif réalisé en 1998, sans qu’aucun relevé de maçonnerie n’ait été effectué. D’après sa disposition, ce bâtiment pourrait être interprété comme l’hôtellerie. L’hypothèse d’une infirmerie pourrait également être évoquée. Quelques structures annexes telles que des fours, des puits, des fosses, des murs parcellaires et un bassin ont aussi été identifiées.

Orléans. La Madeleine.

Orléans. La Madeleine.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Orléans. La Madeleine.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Blanchard, « Orléans (Loiret). La Madeleine », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 285-286.

Référence électronique

Philippe Blanchard, « Orléans (Loiret). La Madeleine » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21650

Haut de page

Auteur

Philippe Blanchard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Blanchard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals