Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Pontigné (Maine-et-Loire). Église Saint-Denis

Responsable d’opération : Jean-Yves Hunot
p. 287

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Pontigné apparaît au viiie s. parmi les possessions de l’abbaye de Marmoutier, mais l’église n’est attestée qu’à la fin du xiie s. et la paroisse seulement en 1287. Un examen détaillé de l’ensemble de l’édifice religieux a été possible à l’occasion de la restauration des charpentes et couvertures. Le transept du second tiers du xiie s. est la partie la plus ancienne en élévation. La nef est reprise autour de 1190 (sa charpente est datée par dendrochronologie de 1196-1200) avec des voûtes de style gothique angevin. Le chœur, à chevet plat, du début du xiiie s., est plus connu par ses peintures.

2Un sondage de 21 m², réalisé au chevet, a révélé une forte densité de sépultures. Aucun élément de construction antérieure au chevet actuel n’a été observé, hormis quelques blocs en réemploi. Les inhumations, dont les plus récentes sont apparues directement sous les pavés placés au niveau du ressaut de fondations du xiiie s., sont réparties sur moins de 1 m de hauteur. Les immatures sont nettement majoritaires avec seulement 25 adultes sur les 76 sépultures en pleine terre fouillées. Celles-ci sont pour la plupart antérieures à la construction du chœur du xiiie s. De plus, leur orientation forme un angle de 45 à 50° par rapport à l’axe de l’église. Elles sont donc à mettre en relation avec un édifice plus ancien dont aucun élément n’a été reconnu. Par ailleurs, des chevauchements d’os de plusieurs individus tant immatures qu’adultes signalent des inhumations simultanées. Au-delà de leur proximité, les individus sont parfaitement alignés, formant au moins trois ensembles parallèles, dont il n’a pas été possible de vérifier ni l’étendue ni l’existence de groupes distincts. Ces sépultures de catastrophe ont en effet été fortement perturbées lors de la construction gothique.

3En l’attente de datations radiocarbones, la chronologie de ces sépultures reste délicate du fait de modes d’inhumation non caractéristiques et de l’absence de mobilier. Les quelques tessons épars dans les remblais suggèrent la fin du haut Moyen Âge, sans pouvoir exclure le début du xiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Hunot, « Pontigné (Maine-et-Loire). Église Saint-Denis », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 287.

Référence électronique

Jean-Yves Hunot, « Pontigné (Maine-et-Loire). Église Saint-Denis » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21654

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Hunot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Yves Hunot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals