Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9, place du commandant de la Motte Rouge

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 287

Entrées d’index

Année de l'opération:

2007
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique réalisé à La Rochelle dans l’ancien îlot dépendant de la paroisse Saint-Nicolas fut motivé par le réaménagement d’une parcelle adjacente à l’ancienne église Saint-Nicolas. Quoique reconstruite au cours du xviie s. suite aux nombreuses destructions opérées durant les guerres de Religion, cette église est mentionnée dès la seconde moitié du xiie s. De plus, la localisation de l’enceinte médiévale a priori très proche demeure méconnue sur ce secteur.

2En dépit de sérieuses difficultés techniques imposées tant par l’emprise étroite du diagnostic (564 m²) que par la puissance stratigraphique des niveaux observés sur ce secteur, quatre grandes phases d’occupation ont été mises au jour.

3La première observée à plus de 2,50 m sous le niveau de sol actuel consiste en un apport de cailloux et de galets dont la matrice est argileuse. La découverte d’ossements humains parmi ces remblais suggère un premier espace d’inhumation, qui n’a pu être appréhendé dans le cadre du diagnostic archéologique, mais pouvait être associé à l’installation de l’église paroissiale, probablement matérialisée par une maçonnerie orientée E-O (deuxième moitie xiie s.). En effet, ces matériaux semblent assis sur un niveau de galets dont l’apport précède généralement toute occupation pour la période médiévale. Ce type d’observation a pu être effectué très récemment au sein de l’îlot du Perrot.

4La deuxième phase d’occupation consiste en une succession de niveaux de circulation dont l’agencement obéit au même mode opératoire, avec la pose d’éclats de calcaire compactés. Trois niveaux de sols extérieurs observés se succèdent sur 0,80 m d’épaisseur. Le faible mobilier recueilli limite toute interprétation. Seul le sol le plus récent présente quelques fragments de mobilier céramique qui peuvent être attribués au bas Moyen Âge. Par ailleurs, le deuxième niveau de circulation a révélé deux sépultures, identifiant ainsi un premier cimetière. Un seul niveau de sépultures a pu être observé. Cette faible densité apparente peut être liée à une situation périphérique par rapport à l’espace général traditionnellement consacré aux inhumations. Toutefois, ce seul sondage ne donne qu’un aperçu très limité de ces différents espaces.

5La troisième phase d’occupation se traduit par un remblaiement important localisé sous l’église paroissiale de la période moderne et sur la partie orientale de la parcelle (environ 110 m²). Ces remblais précèdent et accompagnent la reconstruction de l’église Saint-Nicolas (1630-1672), ainsi que l’enclos paroissial qui lui est associé. Cet apport massif assure un nivellement du terrain, précédemment bouleversé au cours des travaux défensifs liés aux guerres de Religion.

6La dernière phase d’occupation a été observée sous le niveau de jardin actuel, concentrée sur la partie orientale de l’emprise du diagnostic (110 à 130 m²). Les sédiments limoneux la composant sont relativement denses sur l’ensemble de la parcelle (entre 0,70 et 1,10 m). Il s’agit d’un cimetière dont la chronologie demeure relativement bien appréhendée (fin xviie-fin xixe s.) : les documents iconographiques montrent que la surface définie par le projet immobilier s’insère très précisément dans l’emprise du cimetière moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9, place du commandant de la Motte Rouge »Archéologie médiévale, 38 | 2008, 287.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9, place du commandant de la Motte Rouge » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21658

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals