Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Roeschwoog (Bas-Rhin). Am Wasserturm

Responsable d’opération : Thierry Logel
p. 288

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Du point de vue topographique, le site se divise en trois zones : une terrasse alluviale ancienne constituée par des limons de débordements en zone haute, une zone basse constituée par des bans de graviers, de sable et de limons, et enfin un important chenal qui sépare ces deux espaces. Quelques rares fosses protohistoriques profondément enfouies ont été mises au jour sur la terrasse, confirmant ainsi les découvertes isolées déjà réalisées autour du site et dans la commune.

2Une nécropole du haut Moyen Âge composée de sept inhumations a été mise au jour, localisée sur une légère pente de la terrasse alluviale. L’inhumation la plus occidentale a été fouillée pour permettre à la fois d’échantillonner et d’envisager une datation de la nécropole. L’ensemble du mobilier de cette tombe et le prélèvement d’une cruche dans une autre sépulture orientent la datation de la nécropole vers le courant du viie s.

3Dans l’angle SO du site, un ensemble de structures attribué à un habitat du haut Moyen Âge a été mis au jour. Il semble correspondre à l’extension de l’habitat mérovingien déjà signalé en 1995 par M. Châtelet de l’autre côté de la route départementale, au lieu-dit Schwartzacker, mais s’en distingue cependant par la concentration de structures, essentiellement des fonds de cabane de différentes dimensions, et surtout par la présence de trois trous de poteau alignés, suggérant la présence d’un grand bâtiment sur poteaux. Un important mobilier archéologique a également été mis au jour.

4Le site se trouve implanté dans un substrat de gravier et de limons noirs (d’où sans doute le terme de Schwartzacker) non loin d’une zone humide et du chenal encore actif au haut Moyen Âge. Du point de vue topographique, l’habitat a été installé sur une légère éminence qui semble avoir servi de limite à son extension vers le nord en le protégeant des zones humides et des crues du chenal, sans doute encore actif au haut Moyen Âge. Nécropole et habitat sont séparés par ce paléochenal, attribué au Rhin par l’étude géomorphologique (T. Vigreux).

5Si de nombreuses nécropoles mérovingiennes ont été mises au jour en Alsace ces dernières années (Erstein - « Limersheimerweg » en particulier), le site de Roeschwoog se caractérise par la présence simultanée de la nécropole et d’un habitat contemporain. Il s’agit d’un des rares exemples mis au jour dans la plaine d’Alsace pour le viie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Logel, « Roeschwoog (Bas-Rhin). Am Wasserturm », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 288.

Référence électronique

Thierry Logel, « Roeschwoog (Bas-Rhin). Am Wasserturm » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21662

Haut de page

Auteur

Thierry Logel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Logel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals