Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Suèvres (Loir-et-Cher). Marais de la Prasle

Responsable d’opération : Marie-Denise Dalayeun
p. 289

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic effectué en mars 2007 a mis au jour plusieurs sites dont le mieux représenté est une nécropole probablement paléochrétienne. L’espace sépulcral s’articule autour et à l’intérieur d’un bâtiment de plan basilical mesurant 7,4 x 4,7 m et orienté E-O. Seul le niveau de fondation est conservé. On estime à 62 le nombre de fosses de sépulture découvertes dans l’espace des tranchées, soit sur une surface totale de 212 m2. Au moins trois inhumations sont alignées le long du mur nord à l’intérieur du bâtiment. Parmi les sépultures fouillées, une seule était en « pleine terre », les autres présentaient un système de coffrage mixte (pierres et tuiles) ou les traces d’un cercueil cloué. Aucune ne contenait de dépôt funéraire.

2À quelques mètres de distance, la présence d’un habitat est attestée par des trous de poteau, un mur sur solin de pierre, un silo et plusieurs fosses. Les quelques tessons de céramique récoltés permettent de dater cette occupation du haut Moyen Âge. Par ailleurs, quelques structures (murs, fossés) de la période médiévale (xie-xve s.) ont été trouvées à proximité et indiqueraient une pérennité dans l’occupation du site.

3L’indigence du mobilier céramique ne permet pas d’apporter de datation très fiable. En revanche, la morphologie générale du bâtiment (plan basilical simple) et son orientation E-O, identique à celle des sépultures associées, sont autant d’indices qui confortent l’hypothèse d’une chapelle funéraire ou d’un lieu de culte, de type memoria, construit durant l’Antiquité tardive.

4En outre, l’articulation de sépultures autour et à l’intérieur d’un bâtiment de forme quadrangulaire n’est pas sans rappeler d’autres sites comme celui de Saint-Georges-de-Boscherville (Seine-Maritime), où l’implantation de tombes au viie s. se fait autour d’un ancien fanum transformé en chapelle privée. De surcroît, au haut Moyen Âge, le regroupement des tombes en milieu rural autour d’un lieu de culte ou d’une chapelle funéraire implantés dans l’habitat constitue désormais un cas avéré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Denise Dalayeun, « Suèvres (Loir-et-Cher). Marais de la Prasle », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 289.

Référence électronique

Marie-Denise Dalayeun, « Suèvres (Loir-et-Cher). Marais de la Prasle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21678

Haut de page

Auteur

Marie-Denise Dalayeun

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Denise Dalayeun

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals